Richard Millet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Millet.

Richard Millet

Description de l'image  Richard Millet.jpg.
Activités écrivain
Naissance 29 mars 1953 (61 ans)
Viam (Corrèze)
Langue d'écriture français
Genres roman, essai, fragment
Distinctions Prix de l'essai de l'Académie française (1994) pour Le Sentiment de la langue

Œuvres principales

  • Le Sentiment de la langue (1986), (1990), (1993)
  • Ma vie parmi les ombres (2005)
  • Désenchantement de la littérature (2007)
  • La Confession négative (2009)

Richard Millet (né le 29 mars 1953[1] à Viam en Corrèze) est un écrivain et éditeur français.

Parcours[modifier | modifier le code]

Originaire de Corrèze — il y retourne régulièrement —, né d'un père protestant et d'une mère catholique[2], Richard Millet passe une partie de son enfance au Liban (de six à quatorze ans). Il participe à la guerre du Liban en 1975-1976 en tant que volontaire auprès de la communauté chrétienne[3]. Il enseigne les lettres pendant vingt ans avant d'y renoncer pour se consacrer entièrement à l'écriture. Il fonde avec le poète Jean-Michel Maulpoix la revue Recueil en 1984[4], dans laquelle il écrit quelques chroniques sous le pseudonyme de Marc Fournier[5].

En 2005, il est avec Frédéric Beigbeder, Alain Decaux, Mohamed Kacimi, Daniel Rondeau et Jean-Pierre Thiollet, l'un des participants du Salon du livre de Beyrouth et contribue au renouveau de cette manifestation.

Romancier et essayiste, il peint sa Corrèze natale dans de nombreux romans ou récits et s'attache, dans ses essais, à défendre une certaine idée de la littérature.

Richard Millet est également éditeur chez Gallimard. À ce titre, il a joué un rôle décisif dans la publication du prix Goncourt 2006, Les Bienveillantes de Jonathan Littell[6] ; en 2011, le prix sera de nouveau attribué à l'un de « ses » auteurs (Alexis Jenni pour L'Art français de la guerre).

Il est père de deux filles, dont l'une a été baptisée à Viam en août 2002[7].

L'œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Richard Millet se construit autour des thèmes du temps, de la mort, de la langue. Son style se veut l'héritier de la grande prose française « de Bossuet à Claude Simon »[8].

Plusieurs de ses romans ont pour cadre le village de « Siom », pendant littéraire de Viam, notamment dans La Gloire des Pythre, L'Amour des trois sœurs Piale, Lauve le pur, Ma vie parmi les ombres, Tarnac, Le goût des femmes laides. Plus largement, le plateau de Millevaches, son paysage, son climat, sa situation géographique, l'évolution de la vie de ses habitants au cours du XXe siècle, sont des éléments essentiels au contexte de ses histoires.

Il entremêle références religieuses et mots crus, ce qui l'inscrit à la fois dans la tradition catholique et dans une certaine modernité littéraire (celle de la liberté sexuelle). Le désir, le mal et la souffrance sont autant de thèmes qui traversent toute son œuvre.

L'essayiste polémiste[modifier | modifier le code]

Richard Millet en novembre 2010.

En 2005, dans Le Dernier Écrivain et Harcèlement littéraire, Millet critique les écrivains français contemporains qui méconnaissent les règles de la langue française[9]. Il dénonce aussi la domination du roman policier, de l'heroic fantasy ou de la science-fiction, « sous-genres » qui auraient entraîné, selon lui, une certaine inversion des valeurs. Il s'oppose en cela à Borges pour qui le roman policier serait le digne héritier de la tragédie grecque, mais rejoint José Ortega y Gasset, lequel prétendait que le roman psychologique dépassait en intensité les autres genres. Reprenant à son compte cette position, Millet oppose aux autres genres littéraires une langue foisonnante, riche et profonde, à la différence, par exemple, d'un Bernanos qui se moquait bien des genres.

En 2007, dans Désenchantement de la littérature, il fustige une nouvelle fois les manquements des auteurs français contemporains, mais aussi la perte du sentiment religieux en Europe. Il soutient que la France, sans son identité chrétienne, ne serait plus elle-même. Ses positions aussi bien littéraires que religieuses ont suscité de nombreuses critiques dans le monde littéraire[10]. Il répond à ses détracteurs dans un livre de fragments paru en mars 2008, L'Opprobre, qui est lui aussi très critiqué[11]. Contrastant avec ces réactions critiques, l'écrivain Philippe Sollers se montre en accord, au moins partiel, avec le constat du Désenchantement[12].

En 2010, Richard Millet publie L'Enfer du roman, un ensemble de réflexions sur ce qu'il appelle la « postlittérature ». Il y critique sévèrement l'hégémonie du « roman international, insipide, sans style », et lui oppose la solitude de l'écrivain et la recherche du style, possible seulement en plongeant dans les profondeurs de la langue. L'année suivante, il développe ses positions littéraires et sociales dans Fatigue du sens et Arguments d'un désespoir contemporain.

Le 10 juillet 2012, sur France Culture, il fait scandale en déclarant que « quelqu’un qui à la troisième génération continue à s’appeler Mohammed quelque chose, pour moi, ne peut pas être français[13]. »

En 2012, il publie chez Pierre-Guillaume de Roux un essai intitulé Langue fantôme, suivi de Éloge littéraire d'Anders Breivik, dans lequel il s'en prend au multiculturalisme et à la perte de repères identitaires à l'origine, selon lui, du geste du tueur norvégien. Frappé par la « perfection formelle » des actes de Breivik, Richard Millet leur prête une « dimension littéraire » qui aurait été mal comprise et mal interprétée par la presse : seule une littérature qui ose s'intéresser à la question du mal est valable à une époque où le divertissement domine, et donc l'insignifiance. Tout en condamnant les actes d'Anders Breivik[14], Richard Millet affirme qu'il est « sans doute ce que méritait la Norvège et ce qui attend nos sociétés qui ne cessent de s'aveugler » et considère Anders Breivik comme « tout à la fois bourreau et victime »[15]. Il assimile ce massacre à un nouveau symptôme de l'échec de la littérature, supplantée par le fusil d'assaut[16]. Une polémique s'ensuit. Annie Ernaux publie dans Le Monde une tribune intitulée « Le pamphlet fasciste de Richard Millet déshonore la littérature[17] », cosignée par une centaine d'écrivains. D'aucuns jugent cette publication incompatible avec les fonctions de Millet chez Gallimard[18],[19]. Le 13 septembre 2012, il annonce sa « démission contrainte »[20] du comité de lecture des éditions Gallimard[21]. L'année suivante, Muriel de Rengervé publie aux éditions Jacob-Duvernet le récit de cette « mise à mort » de l'écrivain, L'Affaire Richard Millet, où elle défend la liberté souveraine de la littérature[22].

L'expérience de la guerre[modifier | modifier le code]

Dans son livre La Confession négative, Richard Millet, dans la ligne d'écrivains comme André Malraux[23], explique, à travers son double de fiction, comment « il va s'engager aux côtés des chrétiens, moins par conviction que par principe, "ignorant des enjeux réels de cette guerre" [la guerre du Liban] mais persuadé qu'elle seule peut donner à l'écrivain qu'il veut être, sa vérité, encouragé en ce sens par Hemingway, Jünger, Faulkner, Malaparte ou T. E. Lawrence[24]. »

Extrait :

« J'ai dû tuer des hommes, autrefois, et des femmes, des vieillards, peut-être des enfants. Et puis j'ai vieilli. Nous avons vieilli plus vite que les autres. Nous avons dit ce qu'on dit que nul ne peut regarder fixement : le soleil, la souffrance, la mort. De tout ça, je peux parler à peu près librement : ceux qui m'avaient fait jurer de me taire et me menaçaient de mort, si je racontais certaines choses, ceux-là ne sont plus de ce monde, maintenant, et il y a longtemps que j'ai regagné l'Europe où les hommes ne croient plus à rien et où les ormes sont morts de maladie[25]. »

La passion pour la musique[modifier | modifier le code]

Dans son livre Musique secrète, paru en 2004, l'écrivain évoque son goût pour la musique classique. Son père est un musicien amateur, il joue du violon et du piano. Dès l'enfance, Richard Millet est immergé dans une ambiance musicale, de sorte que la musique a toujours été présente dans sa vie. Il joue lui-même du piano et consacre une heure tous les jours à cet instrument. Son père l'inscrit au conservatoire de musique, il fait un séjour linguistique en Angleterre chez le compositeur Peter Burden et rêve de devenir lui-même musicien. Il écrit même un morceau de piano, une pièce atonale inspirée par la musique de Schönberg, de Berg et de Webern. Mais il est obligé d'abandonner ses études par répugnance à jouer en public. Sa vocation est l'écriture. Désormais, il écrit ses livres en musicien. Ne pas aimer la musique est pour lui une faute inexcusable. Il s'inscrit dans la tradition des penseurs fascinés par cet art, tels saint Augustin, Rousseau, Nietzsche, Baudelaire ou Proust.

Il a par ailleurs rendu hommage à la musique contemporaine (Pour la musique contemporaine, 2004) et écrit le livret de l'opéra de Marc-André Dalbavie, Gesualdo, créé à Zurich en 2010.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1983 : L’Invention du corps de saint Marc, POL
  • 1984 : L’Innocence, POL
  • 1985 : Sept passions singulières, POL
  • 1986 :
    • Le Plus Haut Miroir, Fata Morgana
    • Le Sentiment de la langue I, Champ Vallon
  • 1987 : Beyrouth, Champ Vallon, repris dans Un Balcon à Beyrouth, suivi de Beyrouth ou la séparation, La Table Ronde (2005)
  • 1988 : L’Angélus, POL puis coll. Folio (2001)
  • 1989 : La Chambre d’ivoire, POL puis coll. Folio (2001)
  • 1990 : Le Sentiment de la langue II, Champ Vallon
  • 1991 :
    • Laura Mendoza, POL
    • Accompagnement, POL
  • 1992 : L’Écrivain Sirieix, POL puis coll. Folio (2001)
  • 1993 :
  • 1994 :
    • Un balcon à Beyrouth, La Table Ronde (puis 2005)
    • Cœur blanc, POL
  • 1995 : La Gloire des Pythre, POL puis coll. Folio (1997)
  • 1996 : L’Amour mendiant, POL puis coll. Petite Vermillon (2007)
  • 1997 : L’Amour des trois sœurs Piale, POL puis coll. Folio (1999)
  • 1998 :
    • Cité perdue, Fata Morgana
    • Le Cavalier siomois, éditions François Janaud puis La Table Ronde (2004)
  • 2000 : Lauve le pur, POL puis coll. Folio (2001)
  • 2001 : La Voix d’alto, Gallimard puis coll. Folio (2003)
  • 2003 :
    • Le Renard dans le nom, Gallimard puis coll. Folio (2004)
    • Ma vie parmi les ombres, Gallimard puis coll. Folio (2005)
  • 2004 :
    • Fenêtre au crépuscule. Conversation avec Chantal Lapeyre-Desmaison, La Table Ronde
    • Musique secrète, Gallimard
    • Pour la musique contemporaine, Fayard
  • 2005 :
    • Le Dernier Écrivain, Fata Morgana
    • Harcèlement littéraire. Entretiens avec Delphine Descaves et Thierry Cecille, Gallimard
    • Le Goût des femmes laides, Gallimard puis coll. Folio (2007)
  • 2006 :
    • Dévorations, Gallimard
    • L’Art du bref, Gallimard
  • 2007 :
    • Place des Pensées. Sur Maurice Blanchot, Gallimard
    • Petit Éloge d'un solitaire, Gallimard, coll. Folio
    • L'Orient désert, Mercure de France
    • Désenchantement de la littérature, Gallimard
    • Corps en dessous, Fata Morgana
  • 2008 : L’Opprobre, Gallimard
  • 2009 : La Confession négative, Gallimard, nommé pour le prix Trop Virilo 2009
  • 2010 :
    • Brumes de Cimmérie, Gallimard
    • Le Sommeil sur les cendres, Gallimard
    • Tarnac, Gallimard, coll. L'Arpenteur
    • L’Enfer du roman. Réflexions sur la postlittérature, Gallimard
    • Cinq chambres d'été au Liban, Fata Morgana
  • 2011 :
    • Eesti. Notes sur l'Estonie, Gallimard
    • Gesualdo, Gallimard, coll. Le Manteau d'Arlequin
    • Arguments d'un désespoir contemporain, Hermann
    • Fatigue du sens, Pierre-Guillaume de Roux Éditions - Prix des Impertinents 2011[26]
    • La Fiancée libanaise, Gallimard
  • 2012 :
    • La Voix et l’Ombre, Gallimard
    • Lettre aux Libanais sur la question des langues, L'Orient des Livres
    • Intérieur avec deux femmes, Pierre-Guillaume de Roux
    • De l’antiracisme comme terreur littéraire, Pierre-Guillaume de Roux
    • Langue fantôme, suivi de Éloge littéraire d’Anders Breivik, Pierre-Guillaume de Roux
    • Printemps syrien, Ducasse & Destouches
    • Esthétique de l'aridité, Fata Morgana
  • 2013 :
    • Une artiste du sexe, Gallimard
    • L'Être-bœuf, Pierre-Guillaume de Roux
    • Trois légendes, Pierre-Guillaume de Roux
    • Arguments d’un désespoir contemporain, Hermann
  • 2014 :
    • Sibelius. Les Cygnes et le Silence, Gallimard

Livres d'artiste, livres illustrés[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Autres jeunes filles, dessins d'Ernest Pignon-Ernest, éditions François Janaud
  • 2006 :
    • Sacrifice, sur des photographies de Silvia Seova, L'Archange Minotaure
    • Le Cri, avec des gravures de José San Martin, Azul éditions
  • 2008 :
    • La Muraille de houx, illustrations et mise en page de José San Martin, Azul éditions
    • Autres jeunes filles, illustrations de Sarah Kaliski[27], Fata Morgana
  • 2009 : « Une sulamite », texte in Inconnues corréziennes, résonance d'écrivains. Ouvrage collectif, éditions Libel

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Études critiques[modifier | modifier le code]

  • 2002 :
    • Sylviane Coyault-Dublanchet, La Province en héritage. Pierre Michon, Pierre Bergounioux, Richard Millet, Genève, Droz, 289 p.
    • Vincent Pélissier, Autour du Grand Plateau (Pierre Bergounioux, Alain Lercher, Jean-Paul Michel, Pierre Michon, Richard Millet), Tulle, éditions des Mille Sources
  • 2007 : Jean-Yves Laurichesse, Richard Millet : l'invention du pays, Amsterdam - New York, Rodopi, 276 p.
  • 2008 :
    • Laurent Bourdelas, Du Pays et de l'Exil - Un Abécédaire de la littérature du Limousin, Limoges, Les Ardents Éditeurs
    • Collectif, Richard Millet : la langue du roman, sous la direction de Christian Morzewski, Centre de recherche Textes & Cultures, Artois presses université, 180 p.
  • 2011 : Collectif, « Richard Millet », sous la direction de Jean-Yves Laurichesse, Littératures, n° 63/2010, Presses universitaires du Mirail, 262 p.
  • 2012 :
    • Collectif « Richard Millet : La Gloire des Pythre, Lauve le pur, Ma vie parmi les ombres », sous la direction de Christian Morzewski, Roman 20-50, Septentrion Presses Universitaires, 157 p.
    • Ján Drengubiak, Richard Millet, du personnel vers l’universel, Prešov, Acta Facultatis Philosophicae Universitatis Prešoviensis, 2012. 189 p.
  • 2013
    • Muriel de Rengervé, L'Affaire Richard Millet, Editions Jacob-Duvernet

Revues[modifier | modifier le code]

  • novembre 1996 : L'Œil de bœuf, no 11
  • mai 2000 : Le Matricule des anges, no 30
  • automne 2001 : La Femelle du requin, no 16
  • novembre 2007 : La Nef, no 187

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité personne sur le site du catalogue général de la BnF
  2. « Richard Millet. Soldat perdu », Libération, 5 septembre 2012.
  3. « Richard M, le maudit », Le Point, 22 janvier 2009.
  4. Revue RECUEIL
  5. Arguments d'un désespoir contemporain, Hermann, 2011, p. 27.
  6. « "Eloge" de Breivik: le pamphlet de trop de Richard Millet ? », AFP, 29 août 2012.
  7. L'Orient désert, édition Folio, pp. 160 et 195.
  8. « Il y a dans la langue française un courant profond et puissant – une houle, ai-je envie de dire – qui conjugue les ressources de la prose et de la poésie et qui serait l'un des vecteurs de la modernité. Un courant qui va de Bossuet à Claude Simon, en passant par le cardinal de Retz, Saint-Simon, Chateaubriand, Michelet, Proust, Genet, Gracq, Debord, c'est-à-dire des mémorialistes, des historiens, des romanciers, des penseurs ; une houle qu'on entend aussi dans les grands romans de Hugo, dans la prose piégée de Lautréamont, dans le théâtre de Claudel, dans les versets de Saint-John Perse, et qui a quelque chose à voir avec la dimension oratoire, ou plus simplement orale, de notre langue. » (Le Sentiment de la langue, collection La petite vermillon, pp. 267-268)
  9. Entretien avec Frédéric Beigbeder « Le croisé et le rusé », L'Express, 2005.
  10. Par exemple, un article très critique dans Le Monde, octobre 2007.
  11. Par exemple : « Richard Millet, généalogie d'un malaise », dans Le Monde 2, 7 juin 2008.
  12. Entretien avec Philippe Sollers « Quel avenir pour la Littérature ? », Le Magazine littéraire, décembre 2007.
  13. « Éloge littéraire d'Anders Breivik », la nouvelle provocation de Richard Millet, Anne Brigaudeau, France Télévisions, le 10 juillet 2012.
  14. « Au moment d'entreprendre ce qui pourrait être un Éloge littéraire d'Anders Behring Breivik, je voudrais qu'on garde à l'esprit que je n'approuve pas les actes commis par Breivik, le 22 juillet 2011, en Norvège. » « Je ne cherche pas à faire de la socio-psychologie politique, je ne suis pas un "expert", et nullement proche de Breivik dont, je le répète, je condamne les actes. » « Donnerons-nous pour autant raison à Breivik, sous le prétexte que ses victimes n'étaient que de jeunes travaillistes, donc de futurs collaborateurs du nihilisme multiculturel ? Non : dans la perfection de l'écriture au fusil d'assaut, il y a quelque chose qui le mène au-delà du justifiable… » (Langue fantôme suivi de Éloge littéraire d'Anders Breivik, pp. 103, 109, 117)
  15. Éloge de Breivik : le cas Richard Millet, - Le Point
  16. « Nouvelle provocation de Richard Millet » sur magazine-litteraire.com du 21 août 2012.
  17. Annie Ernaux, « Le pamphlet fasciste de Richard Millet déshonore la littérature », Le Monde, 10 septembre 2012.
  18. Raphaëlle Rérolle, L'apologie de Breivik par Richard Millet crée la polémique chez Gallimard, Le Monde, 27 août 2012.
  19. L'Express, 31 août 2012.
  20. « Richard Millet : “J'envisage de quitter cette France que j'aime” », Thierry Clermont, lefigaro.fr, 16 octobre 2013.
  21. Jérôme Dupuis, « Richard Millet quitte le Comité de lecture de Gallimard », sur lexpress.fr,‎ 13 septembre 2012
  22. Rémi Soulié, « Terrorisme intellectuel », Le Figaro Magazine, semaine du 22 novembre 2013, page 129.
  23. Citation sur nn-plus-1.blogspot.com.
  24. Chronique de Richard Blin pour Le Matricule des anges.
  25. Sur le site d'Esprits nomades.
  26. « Richard Millet, Prix des Impertinents 2011 », sur http://blog.prix-litteraires.info,‎ 23/11/2011 (consulté le 23/11/2011)
  27. Poète et illustratrice (Bruxelles, 1941 - Paris, juin 2010) ; voir notice d'autorité personne du catalogue général de la BNF.

Liens externes[modifier | modifier le code]