Karl Adolph Gjellerup

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Karl Gjellerup

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Karl Adolph Gjellerup

Autres noms Epigonos
Activités écrivain
Naissance 2 juin 1857
Præstø, Sjælland,
Drapeau du Danemark Danemark
Décès 13 octobre 1919 (à 62 ans)
Dresde, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Langue d'écriture danois
Genres roman, poésie, théâtre, essai

Karl Gjellerup (Præstø, 2 juin 1857 - Dresde, 13 octobre 1919[1]) est un poète, dramaturge et romancier danois qui reçut avec son compatriote Henrik Pontoppidan le Prix Nobel de littérature en 1917.

Biographie[modifier | modifier le code]

Karl Gjellerup est le fils d'un pasteur luthérien qui meurt lorsqu'il a trois ans. Il est élevé par un pasteur de sa famille qui était poète et connaissait plusieurs langues[2]. Il passe son baccalauréat et s'inscrit à des études de théologie en 1874. Mais en cours de route, il perd peu à peu la foi, en raison de ses lectures d'œuvres contemporaines. Il se rapproche alors de Georg Brandes et devient l'un de ses partisans avant de s'en éloigner quelque temps après.

Pour la publication de ses premières œuvres, il utilise le pseudonyme Epigonos. Son œuvre est imprégnée d'un idéalisme et aussi de romantisme. Il s'est largement inspiré des auteurs allemands tels Schiller et Heine. Grand admirateur de Richard Wagner, il trouve aussi dans l'œuvre du compositeur allemand les thèmes de plusieurs de ses récits et pièces.

Il se marie en 1887, et dédie son premier roman Minna à sa femme. Son second roman, Le Moulin, paraît en 1896. Ces deux œuvres romanesques sont les plus publiées et traduites de l'auteur. Il a également traduit une partie de ses œuvres en allemand. Ses dernières titres sont plus imprégnés d'un mysticisme, qui le rapproche de Schopenhauer.

Il s'installe à Dresde en 1892 où il meurt en 1919.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1889 : Minna
    Publié en français sous le titre Minna, traduit par Pierre Barkan, Paris, Presses du Compagnonnage, Collection des prix Nobel de littérature, 1960
  • 1896 : Møllen (Le Moulin)
  • 1897 : Ved graensen (À la frontière)
  • 1906 : Pilgrimmen Kamanita (Le Pèlerin Kamanita)
  • 1910 : Verdens-Vandrerne (Le Voyageur du monde)
  • 1913 : Rudolf Stens landpraxis (Rudolf Stens, médecin de campagne)
  • 1917 : Den Gyldne gren (Le Rameau d'or)

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • 1878 : En Idealist (sous pseudonyme Epigonos)
  • 1879 : Det unge Danmark (Le jeune Danemark)
  • 1883 : Romulus
  • 1883 : G-Dur

Récits[modifier | modifier le code]

  • 1880 : Antigonos
  • 1882 : Germanernes Laerling (Le Disciple des Germains)
  • 1884 : En klassisk maaned (Un mois classique)
  • 1885 : Vandreaaret (Un an de vagabondage)
  • 1887 : En Arkadisk legende (Une légende d'Arcadie)
  • 1893 : Ti koner og andere fortaellingen (Dix couronnes et autres histoires)
  • 1894 : Pastor Mors
  • 1910 : Villaen ved havet (La Villa au bord de la mer)

Recueils de poésie[modifier | modifier le code]

  • 1881 : Rødtjørn
  • 1882 : Aander og tider (Esprits et temps)
  • 1887 : Helikon
  • 1887 : Kampen med Musarne (La lutte avec les Muses)
  • 1889 : Min kaerligheds bog (Mon livre d'amour)
  • 1898 : Fabler (Fables)
  • 1910 : Fra vaar til høst (Du printemps à l'automne)

Essais[modifier | modifier le code]

  • 1890 : Richard Wagner i Hans Hovedvaerk « Niebelungenring »
  • 1897 : Konvolutten (L'Enveloppe)
  • 1916 : Guds venner (Amis de Dieu)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1884 : Brynhild (tragédie)
  • 1886 : Saint-Just (drame)
  • 1888 : Bryllupsgaven (comédie)
  • 1888 : Hagbard og Signe (drame)
  • 1891 : Herman Vandel (drame)
  • 1893 : Kong Hjarne skjald (drame)
  • 1893 : Wuthhorn (drame)
  • 1894 : En Million
  • 1895 : Hans Excellence (drame)
  • 1898 : Gift og modgift (comédie)
  • 1907 : Den fuldendtes hustru (drame)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le 11 ou 13, selon les sources
  2. l'oncle du physicien Johannes Fibiger