Halldór Laxness

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Halldór Kiljan Laxness

Description de cette image, également commentée ci-après

Halldór Laxness en 1955

Nom de naissance Halldór Guðjónsson
Activités écrivain
Naissance
Reykjavik
Décès (à 95 ans)
Reykjavik
Langue d'écriture Islandais, Drapeau de l'Islande Islande
Genres romans, nouvelles, récits, théâtre
Distinctions prix Nobel de littérature (1955)
Prix international de la paix (1962)

Œuvres principales

Halldór Kiljan Laxness, né Halldór Guðjónsson, (Reykjavik ) est un célèbre écrivain islandais du XXe siècle. Il remporta successivement le prix Nobel de littérature en 1955 et le Prix international de la paix en 1962.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laxness passe son enfance dans la ferme de son père dans la localité de Laxnes, proche de Mosfellsbær, dont il tirera plus tard son nom de plume. Il publie à dix-sept ans son premier roman, L'enfant et la Nature. Il effectue de nombreux voyages à travers l'Europe (Scandinavie, Allemagne, France, Angleterre, Italie…) Il se convertit au catholicisme en 1923 et ajouta à son nom le prénom de Kiljan en l'honneur du saint irlandais. Il étudie la théologie en Italie puis au monastère de Clairvaux, au grand-duché de Luxembourg. Ses lectures du surréalisme et de Proust influencent Le grand tisserand du Cachemire (1927), son premier roman important. Il voyage ensuite aux États-Unis et au Canada, et se lie d'amitié avec le romancier Upton Sinclair. Il abandonne alors le catholicisme et embrasse les thèses du communisme. En 1930 il retourne en Islande et se marie. Il publie Gens Indépendants (1934) et Salka Valka (1932), dans lesquels transparaissent ses préoccupations sociales. Il publie des vastes romans d'inspiration historique qui sont considérés comme ses chefs-d'œuvre: Lumière du monde (1934), puis La cloche d'Islande (1943). Laxness divorce en 1936 et se remarie en 1945 avec une jeune femme de 21 ans. Au cours de ses voyages en URSS, Laxness prit conscience des erreurs du stalinisme et se détourna du communisme. Le paradis retrouvé (1960) évoque à nouveau avec tendresse et ironie la difficile recherche de la spiritualité. Atteint de la maladie d'Alzheimer, il est placé en maison de retraite en 1995 et meurt en 1998. Son épouse est décédée en 2012 à 94 ans.

Son œuvre comprend plus de 60 ouvrages, romans, nouvelles, récits, et pièces de théâtre. Mais il fut également journaliste et traducteur, notamment de Voltaire, Hemingway ou Lao-Tseu. Outre le prix Nobel, il reçut de nombreux prix dont le prix international de la paix en 1952.

Le lecteur francophone aura avantage à d'abord lire les traductions directes de l'islandais comme celles de Régis Boyer, qui rendent fort bien le ton de l'auteur, et à éviter des secondes traductions depuis l'anglais (p. ex., Paradísarheimt -- Le paradis retrouvé), où le ton et parfois même le sens n'ont pas été pris en compte.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Halldór Laxness par Einar Hákonarson, 1984

Principaux ouvrages traduits en français:

  • Salka Valka, petite fille d'Islande, 1931-1932
    • traduction française d'André Jolivet, Gallimard, 1955.
  • Gens Indépendants, 1934-1935
  • Lumière du Monde, 1937-1940
    • traduction française de Régis Boyer, Aubier/UNESCO, 1989
  • La Cloche d'Islande, 1943-1946
    • traduction française de Régis Boyer, Flammarion, 1991.
  • Station atomique, 1948
    • traduction française de Jacqueline Joly, Les éditeurs français réunis, 1957; Rombaldi, 1972; Messidor/Les belles Lettres, 1991.
  • La saga des Fiers-à-bras, 1952
    • traduction française de Régis Boyer, Pandora, 1979, Anacharsis, 2006.
  • Les annales de Brekkukot, 1957
    • Le poisson qui chante, traduction française ?, Pocket, 2003
    • traduction de Régis Boyer, Fayard, 2009 (à paraître).
  • Le paradis retrouvé, 1960
    • traduction de la version anglaise de René Hilleret, Gallimard, 1966; Gallimard/L'Imaginaire, 1990.
  • Ua ou les chrétiens du glacier, 1968
    • traduction française de Régis Boyer, Actes Sud/Lettres scandinaves, 1998.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :