Le Procès-verbal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Procès-verbal
Auteur J. M. G. Le Clézio
Genre Roman
Pays d'origine Drapeau de la France France
Éditeur Éditions Gallimard
Collection Le Chemin
Date de parution 13 septembre 1963
Nombre de pages 247
ISBN 2070238210
Chronologie
Le Jour où Beaumont fit connaissance avec sa douleur Suivant

Le Procès-verbal est le premier livre publié par J. M. G. Le Clézio, le 13 septembre 1963, à l'âge de 23 ans, aux éditions Gallimard, dans la collection « Le Chemin ». Il a reçu le prix Renaudot la même année.

Historique[modifier | modifier le code]

Le roman est en lice pour le prix Goncourt 1963 et fini au dernier tour de scrutin à égalité de voix avec Quand la mer se retire d'Armand Lanoux, mais la voix du président du jury en faveur de ce dernier compte double[1]. Il reçoit finalement le prix Renaudot.

Résumé[modifier | modifier le code]

Un jeune homme, Adam Pollo, devenu marginal par choix, vit seul dans une maison abandonnée, aux prises avec le vertige du monde ordinaire par un été chaud au Sud de la France. Là, il reste près de la fenêtre à contempler le paysage. Puis, il fréquente les cafés, les plages, les rues. Une relation le lie à une jeune femme nommée Michèle. L'histoire plonge alors dans la description de nombreux faits effectués par Adam : jeu de billard, songeries, consommation de bière dans un café, promenade et rencontres sur la plage, dans les rues.

À force de vouloir vivre, un jour, il descend dans une avenue, et parle aux individus comme un être hors du commun, faisant passer un message. Petit à petit, la folie le prend dans le tourbillon infernal urbain. Un jour, à la suite d'un acte, il est emmené par des policiers et se retrouve dans un asile d'aliénés, où il discute avec diverses personnes de philosophie dans la salle principale. L'histoire s'achève par la situation triste et désespérée d'Adam Pollo, qui après avoir voulu en vain vivre, a fini par devenir fou et rejeté par la société.

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Du côté de chez Drouant : Le Goncourt de 1962 à 1978 émission de Pierre Assouline sur France Culture le 17 août 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :