Roger Tsien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Roger Tsien

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Roger Tsien en 2008

Naissance 1er février 1952 (62 ans)
New York (États-Unis)
Nationalité Drapeau : États-Unis américaine
Champs Biochimie
Institutions Université de Californie à San Diego
Diplôme Université de Cambridge
Renommé pour Sa découverte de la green fluorescent protein (GFP)
Distinctions Prix Wolf de médecine 2004
Prix Nobel de chimie de 2008

Roger Y. Tsien, né le 1er février 1952 à New York, est un biochimiste et biophysicien américain d'origine chinoise, corécipiendaire du prix Nobel de chimie de 2008 avec Osamu Shimomura et Martin Chalfie[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Les lauréats du prix Nobel 2008 à l'Académie des sciences de Stockholm

Apport scientifique[modifier | modifier le code]

En 2008, Tsien, Martin Chalfie et Osamu Shimomura sont colauréats du prix Nobel de chimie « pour la découverte et le développement de la protéine fluorescente verte, la GFP[1] ». La GFP fut découverte initialement dans l'organisme de la méduse Aequorea victoria en 1962. Roger Tsien a contribué à la compréhension du mécanisme de la fluorescence de la GFP et a créé des protéines dérivées capables d'émettre d'autres longueurs d'onde (dans le jaune, le bleu, et le cyan) sous excitation. Ces protéines sont devenues des outils essentiels et courants en biologie moléculaire et cellulaire. Une application simple de la GFP consiste à créer une protéine de fusion entre une protéine d'intérêt dont on veut suivre la localisation cellulaire et une variante de la GFP. Les applications de la GFP ont également été utilisées avec succès dans des organismes vivants, comme les souris transgénique pour la GFP.

Jeu sur boite de Pétri de bactéries possédant un plasmide exprimant plusieurs GFP qui fluorescent à différentes longueurs d'onde. L'image représentant la plage de San Diego réalisée dans le laboratoire de Roger Tsien en 2006

Roger Tsien a commencé sa carrière en développant une multitude de sondes intracellulaires utilisées pour la mesure des variations de concentration de divers ions intracellulaires. Ces travaux lui ont valu une importante renommée dans les laboratoires de recherche en biologie cellulaire : en s'équipant d'un simple microscope à fluorescence, il devenait possible à des laboratoires d'envisager des recherches qui étaient réservées à des laboratoires plus spécialisés d'électrophysiologie. La première sonde développée est le fura-2 en 1985, qui permet de suivre les variations de concentration de calcium intracellulaire, un très important messager secondaire[2],[3]. Il s'agit de sondes dont les propriétés de fluorescences présentent un point isobestique : une longueur d'onde d'excitation dépend de la concentration en calcium tandis qu'une autre longueur d'onde dépend de la concentration de la sonde et permet d'obtenir une valeur de normalisation.

Par la suite, Tsien et son équipe ont modifié ces sondes pour pouvoir mesurer les concentrations de sodium, de potassium et le pH intracellulaire, rendant possible et plutôt facile la mesure de concentrations autrefois mesurées à l'aide de microélectrodes sélectives, d'emploi plus difficile. Par ailleurs, ces sondes respectent parfaitement l'intégrité de la cellule tandis que les techniques de microélectrodes endommagent les membranes des cellules à étudier au moment de la pénétration de la microélectrode.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for the discovery and development of the green fluorescent protein, GFP » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 2008 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 3 septembre 2010
  2. Calcium Imaging: Fura
  3. Grynkiewicz, G.; Poenie, M.; and Tsien, R.Y. (1985) A new generation of CA2+ indicators with greatly improved fluorescence properties] J.Biol.Chem. 260: 3440-3450

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Tsien lab Website sur le site de l'UCSD
  • (en) Autobiographie sur le site de la Fondation Nobel (la page propose plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par le lauréat — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)