Patrick White

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir White.

Patrick White

Description de cette image, également commentée ci-après

Patrick White en 1973

Activités Écrivain
Naissance
Knightsbridge, Londres (Angleterre)
Décès (à 78 ans)
Sydney (Australie)
Langue d'écriture Anglais
Distinctions Prix Miles Franklin 1957
Prix Nobel de littérature 1973

Œuvres principales

  • The Ploughman And Other Poems (1935)
  • Des morts et des vivants (1941)
  • Le Mystérieux Mandala (1966)
  • Les incarnations d'Eddie Twyborn (1979)
  • Défauts dans le miroir (1981)

Patrick White, né le à Londres et mort le à Sydney, est un écrivain australien d'expression anglaise lauréat du prix Nobel de littérature en 1973.

Biographie[modifier | modifier le code]

Patrick White est né à Knightsbridge, Londres en 1912, lors du voyage de noces de ses parents, tous deux issus de milieux terriens aisés de la vallée de l'Hunter. Asthmatique, il passe son enfance dans les Blue Mountains avant d'entrer au Cheltenham college à 13 ans. De retour en Australie, il travaille comme gardien d'élevage, puis écrit des poèmes et des nouvelles, tout en préparant son entrée à l'université. Il étudie au King's College de Cambridge dont il sort diplômé en 1935. Il entame alors une carrière littéraire à Londres avec un recueil de poésie, The Ploughman And Other Poems, puis avec un roman et une pièce de théâtre.

Il s'engage dans l'aviation durant la Seconde Guerre mondiale et sert comme officier de renseignement en Égypte, en Palestine et en Grèce. Après son retour en Australie, il s'installe comme horticulteur avec son compagnon Manoly Lascaris dans une ferme à Castle Hill, dans la banlieue de Sydney. En 1964, il s'établit à Centennial Park, au cœur de la ville. Son premier roman, Happey Valley (Eden-Ville, 1939) avait déjà pour cadre l'Australie rurale comme ses ouvrages plus tardifs à l'instar de L'Arbre de l'homme (The Tree of Man, 1955), son chef d'œuvre, qui traite de l'urbanisation des campagnes et de la lutte d'un paysan dans les grands espaces. Des morts et des vivants (The Living and the Dead, 1941) explore les mutations de la société à travers les relations changeantes entre les membres d'une famille, leurs amis et leurs voisins.

Rédigé durant la guerre, L'Histoire de ma tante (The Aunt's story, 1948) se veut une œuvre expérimentale. Auteur de 27 romans, White s'est toujours voulu le représentant d'une certaine modernité littéraire. Ses romans et ses pièces ont pour thème l'intimité et le parcours initiatique. Ils utilisent généralement les courants de conscience et s'inspirent de la psychologie moderne pour exprimer l'intériorité des sujets et leur ressenti. Son œuvre est également influencée par James Joyce, Virginia Woolf, T. S. Eliot et D. H. Lawrence. Son écriture privilégie l'humour et l'épigramme. Plusieurs de ses ouvrages comme Le Char des élus (Riders in the Chariot, 1961), Le Mystérieux Mandala (The Solid Mandala, 1966), et L'Œil du cyclone (The Eye of the Storm, 1973) mettent en scène des héros ordinaires dotés d'une grande force de caractère, luttant contre l'adversité et prenant en main leur destin.

Les Incarnations d'Eddy Twyborn (The Twyborn Affair, 1979) narre les troubles sexuels et existentiels d'un homme avant de s'achever sur les bombardements londoniens de 1940. Riche en métaphores et en allégories, le style de l'auteur, très ornementé et baroque, est célébré par de nombreux critiques pour son originalité et son pouvoir de suggestion, donnant à voir sans décrire[1]. Considéré comme un écrivain anglophone majeur du XXe siècle, White est le premier Australien (et à ce jour le seul) à recevoir le prix Nobel de littérature en 1973. L'Académie suédoise l'a ainsi cité pour « son art de la narration psychologique et épique qui a fait entrer un nouveau continent dans le monde de la littérature »[1]. Son autobiographie, Défauts dans le miroir (Flaws in the Glass) est publiée en 1981.

Les prises de position politique de l'auteur notamment contre la guerre du Viêt Nam, ses origines rurales, sa critique acerbe d'une société australienne violente, hypocrite et fruste, puis son refus du conservatisme l'ont privé dans son pays et de son vivant du succès d'estime et de l'immense popularité dont il a joui dans le monde entier.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • The Ploughman And Other Poems, 1935
  • The Living and the Dead, 1941, Des morts et des vivants, 1990 (Gallimard)
  • The Aunt's Story, 1948
  • The Tree of Man, 1955, L'Arbre de l'homme
  • Voss, 1957
  • Riders in the Chariot, 1961
  • The Solid Mandala, 1966, Le Mystérieux Mandala, 1970 (Gallimard)
  • Les Échaudés, 1969 (Gallimard)
  • The Vivisector, 1970, Le Vivisecteur, 2 tomes, 1979 (Gallimard)
  • The Eye of the Storm, 1973, L'Œil du cyclone, 2 tomes, 1978 (Gallimard)
  • A Fringe Of Leaves, 1976, La ceinture de feuille, 1981 (Gallimard - Coll. L'Imaginaire)
  • The Twyborn Affair, 1979, Les incarnations d'Eddie Twyborn, 1983 (Gallimard)
  • Flaws in the Glass, (1981), Défauts dans le miroir, 1985 (Gallimard)
  • Histoires peu Ordinaires, 1994 (Arléa)

Bibliographie sur Patrick White[modifier | modifier le code]

  • Genevève Laigle, Le Sens du Mystère dans l'œuvre romanesque de Patrick White, 1989, Didier érudition

Référence[modifier | modifier le code]

  1. a et b Article Encarta sur Patrick White

Liens externes[modifier | modifier le code]


Précédé par Patrick White Suivi par
Heinrich Böll
Prix Nobel de littérature
1973
Eyvind Johnson, Harry Martinson