Socialistes indépendants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les socialistes indépendants, puis républicains-socialistes, est le nom donné à un courant socialiste, en particulier dans les années 1880-1940.

Historique des socialistes indépendants[modifier | modifier le code]

Les socialistes indépendants sont, au départ, des socialistes qui ne souhaitent pas adhérer à l'un des partis politiques socialistes alors existants. Concrètement, il s'agit de certaines fédérations locales ou départementales ainsi que d'élus, notamment des députés.

Les positions tenues par les socialistes indépendants pouvaient être à l'origine très diverses :

Cependant, la position des socialistes indépendants s'est progressivement caractérisée par deux principaux éléments :

  • un attachement farouche à l'indépendance des élus et en particulier des parlementaires ; tirant leur légitimité de leurs électeurs, ils refusent de rendre des comptes à des dirigeants de parti ;
  • une confiance dans l'action parlementaire, et donc de facto une position réformiste et une possible convergence avec les radicaux-socialistes.

Par conséquent, les socialistes indépendants se situent dans la ligne de l'éphémère Alliance socialiste républicaine du début des années 1880.

Les socialistes indépendants les plus connus au tournant du siècle sont Jean Jaurès, Alexandre Millerand, René Viviani, Aristide Briand. La mouvance du socialisme indépendant sert de pont entre le socialisme et le radical-socialisme. Le courant va majoritairement de positions socialiste à des positions plus jacobines (Millerand), mais fonctionne aussi du radicalisme vers le socialisme (Jean Jaurès).

Aux élections législatives de 1893, on estime que sur 37 députés socialistes, 21 sont des "socialistes indépendants"[1].

En septembre 1889, se crée la Fédération des groupes socialistes révolutionnaires indépendants qui devient en 1899 la Confédération des socialistes indépendants.

En mars 1902, le Parti socialiste français est formé par regroupement de la FTSF et des indépendants (la Confédération des socialistes indépendants et des Fédérations socialistes autonomes).

En avril 1905, le Parti socialiste unifié-SFIO est créé par union de l'ensemble des tendances socialistes déjà partiellement regroupées au sein du Parti socialiste français et du Parti socialiste de France. Cependant quelques socialistes indépendants qui ne veulent pas adhérer à la SFIO se regroupent dans le petit Parti socialiste indépendant (congrès de Lyon en avril 1907) qui deviendra Parti républicain-socialiste (1910 ou 1911 à 1935).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Chronologie du mouvement socialiste (([1]).
  • Les socialistes indépendants avant 1914 (Étude de l'OURS) ([2]).
  • ORRY Albert, "Les socialistes indépendants", Paris, Ed. Rivière, 1911.
  • Rémy Sylvie, "Les socialistes indépendants de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle en France", (thèse nouveau régime d’histoire, université de Limoges, octobre 2001, 923 p., sous la direction de Jean El Gammal).

Note[modifier | modifier le code]

  1. Chronologie de 1871 à 1913