Lansquenet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Cinq Lansquenets, gravure de Daniel Hopfer (1530).
Un lansquenet, d'après une encyclopédie danoise du XIXe {{{3}}} {{{4}}}{{{5}}} siècle.

Les lansquenets étaient des piquiers mercenaires, souvent « allemands », opérant du XVe au XVIIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

De l’allemand Landsknecht, attesté depuis 1480, Knecht (valet) indiquant une servitude vis-à-vis de l’« employeur » et Land (pays ou plus certainement dans ce cas campagne, plaine) marquant l’origine de ces mercenaires qui ne venaient pas de la montagne, contrairement aux piquiers suisses. Dès 1500, on trouve l’altération Lanzknecht influencée par Lanze (lance, pique), le terme Landsknecht se trouve encore en allemand moderne au sens de mercenaire (Söldner).

Les troupes suisses ayant fait la démonstration à plusieurs reprises que la meilleure des cavaleries était impuissante contre des fantassins équipés de piques atteignant jusqu’à 6 mètres de long, de nombreux souverains décident de créer des unités sur le modèle de ces « Reisläufer » suisses. En Bavière, l'un des principaux chefs mercenaires au service de l'empereur fut Georg von Frundsberg. À Florence, on trouve par exemple la Loggia dei Lanzi, ainsi nommée en raison de la présence de mercenaires allemands stationnés à proximité. C’est le début de l’ère de gloire des lansquenets dont Maximilien Ier de Habsbourg (1459-1519), surnommé le « père des lansquenets », marque peut-être l’apogée.

Les lansquenets étaient avant tout recrutés dans les parties germanophones d'Europe centrale et du Nord de la Rhénanie, la Souabe et l'Alsace. Mais ils pouvaient venir de plus loin, comme certains volontaires écossais. L'attrait immédiat était la promesse d'une paie de quatre guolders par mois - un revenu raisonnable pour cette époque, et immédiatement tentant pour toute personne dans le besoin. On trouvait dans la compagnie, en outre, tous les avantages traditionnels de la vie contemporaine, des occasions de pillage aux amusements d'une vie vagabonde riche en aventures.

Aussi recherchés que les Suisses, ils se mettent au service de tous les souverains d’Europe, en particulier du roi de France, et ont marqué l’histoire de leurs pillages et exactions.

Les premières bandes de Landsknechts furent levées en 1486, à une époque où des changements importants se jouaient dans la façon de mener la guerre en Europe. Suite à la rupture de l'ordre social médiéval, les chefs d'État dépendaient plus que jamais des bandes de mercenaires, au lieu de forces assemblées sur la base de la loyauté ou de l'obligation féodales. En France et en Bourgogne, les mercenaires avaient été employés de manière permanente dans les armées des États. En même temps, les innovations tactiques remettaient en question le rôle de la cavalerie lourde en tant que force offensive sur le champ de bataille.

Aux batailles de Morat et de Nancy, en 1476-1477, l'infanterie suisse armée de longues piques remporta des victoires notables en attaquant l'ennemi en phalanges serrées. Faute d'une armée régulière et d'infanterie de piquiers, l'empereur germanique Maximilien Ier se sentait menacé par ces développements militaires. Sa réponse fut de payer la formation de lansquenets ou "serviteurs du pays".

C'était l'échec de leurs employeurs à les payer qui provoqua la plupart des incidents liés aux lansquenets. Le pire exemple serait le sac de Rome en 1527. Des lansquenets impayés se rebellèrent contre l'armée de Charles V, le Saint Empereur Romain, et cherchèrent à compenser ce manque à gagner par le pillage. Avec d'autres troupes impériales (35 000 soldats en tout), ils attaquèrent et rasèrent la ville instaurant une période de terreur qui dura 9 mois. Les mercenaires refusèrent de quitter la ville jusqu'à ce qu'on paie leurs arriérés.

Tactique et fonctionnement[modifier | modifier le code]

Un lansquenet d'après Albrecht Dürer.

Une unité de lansquenets de Maximilien Ier comportait dans l’idéal 300 piquiers et 100 Doppelsöldner, dont 50 arquebusiers et 50 hallebardiers, mais avec le temps, cette proportion évolua en faveur des arquebusiers. La solde de base du lansquenet était de 4 florins par mois, les officiers étaient des « double soldes », les capitaines gagnaient 20 florins.

Le déploiement de piquiers en formation serrée avait l'avantage considérable de cacher les soldats inexpérimentés. Tant que les premiers rangs avançaient audacieusement au combat, et que les derniers étaient composés de personnages décidés qui ne risquaient pas de prendre la fuite, ceux du milieu n'avaient pas le choix : ils devaient suivre le mouvement. Les guerriers les plus audacieux et féroces étaient récompensés par une double paie - d'où leur nom de doppelsöldner, qui signifie "homme à double paie" - et étaient déployés indépendamment pour attaquer avec une épée large à deux mains ou une hallebarde. Les Landksnechts formaient aussi des Blutfahnen (bannières de sang) d'élite, des unités menant des attaques quasi suicide contre des positions ennemies particulièrement bien défendues.

Les lansquenets se conduisirent souvent en soudards, en pillards avides de rapines et vécurent plus proches de la misère que de la gloire car seuls les officiers et les plus célèbres des lansquenets pouvaient se payer les extravagances en question. La plupart étaient mal vus par la population et pour cause : massacres, mises à sac, vols et viols, incendies, prostitution, rien de réjouissant n’était à attendre de leur passage. Même les couches sociales dont ils étaient issus (journaliers, petits artisans ou compagnons, paysans voire repris de justice) et dont ils espéraient s’extraire grâce à la solde, avaient une mauvaise image des lansquenets.

La moindre blessure était synonyme d’infection, de gangrène entraînant la mort ou l’amputation ; les maladies vénériennes ou autres étaient leur lot quotidien : l’espérance de vie était donc particulièrement réduite. Le sort des survivants n’était guère plus enviable et des cohortes d’estropiés ou d’asociaux vivant de vols et de mendicité firent partie du paysage européen jusqu’au milieu du XVIIe siècle au moins.

Armes, tenue et équipement[modifier | modifier le code]

Une recrue potentielle devait se présenter équipée, avec au moins une pique de cinq ou six mètres de long. Puisqu'une telle arme pouvait être achetée pour un guilder - ce prix bon marché expliquait en grande partie la popularité de la pique dans les armées de fantassins - la plupart des hommes étaient capables de remplir cette obligation. Les plus riches venaient peut-être avec une épée, une armure, voire une arquebuse. Un candidat était généralement soumis à un test physique, où il devait sauter par-dessus un obstacle fait de trois piques ou hallebardes. Cela réglé, il était considéré bon pour le service et son nom était inscrit dans le rôle. Vu ces critères assez laxistes, les lansquenets étaient certainement d'une qualité inégale. Un capitaine de mercenaires compétent devait se pencher sur les qualités individuelles de ses hommes.

Une longue pique de 6 mètres ou plus était leur arme principale mais la hallebarde, plus courte (2 mètres environ) et divers types d’épées à une ou deux mains équipaient également leurs troupes. Les lansquenets d’élite, les Doppelsöldner (double solde), utilisaient par exemple l'espadon, une longue épée pouvant abattre aisément un cheval, mais aussi l’arquebuse etc.

À leur époque de gloire, les lansquenets marquèrent non seulement la tactique, l’armement et le harnachement (armures, cottes, casques, harnais etc.) militaires mais même la mode vestimentaire : partant du constat qu’il fallait être à l’aise dans ses vêtements sur les champs de bataille, les lansquenets se permirent de plus en plus de libertés, y compris dans le « civil », influençant la mode européenne. Nobles et clergé s’indisposèrent de leurs extravagances qui empiétaient en quelque sorte sur leur statut social : les ecclésiastiques voyaient en particulier d’un mauvais œil leurs atours suggérant des parties génitales volumineuses, mais Maximilien Ier leur fit accorder par le Reichstag d’Augsbourg (1503) le droit de s’habiller selon leur bon vouloir.

Habillés d'un style flamboyant typique de la Renaissance, les lansquenets représentaient la réponse allemande aux soldats suisses de l'époque. La majorité était des piquiers, mais les Doppelsöldners d'élite semaient le carnage avec leurs hallebardes et leurs épées larges à deux mains.

On ne sait pas exactement comment les Landsknechts en vinrent à adopter une tenue si visible mais ils semblent avoir été inspirés de manière très exagérée par le costume de leurs plus grands rivaux, les confédérés suisses. Outre les larges chapeaux bas couronnés de grandes plumes et des doublets aux manches bouffantes, les lansquenets adoptèrent des collants aux couleurs différentes, et développèrent la coutume de découper leur doublet pour tirer des "plis" de chemise au travers. Cette tenue exprimant l'arrogance et la non-conformité devint une influence majeure sur la mode de la Renaissance.

Selon Huizinga, ce sont les lansquenets qui introduisirent l’usage du tambour, d’origine orientale, sur les champs de bataille. « Avec son effet hypnotique et inharmonieux, le tambour symbolise la transition entre l'époque de la chevalerie et celle de l'art militaire moderne ; il est un élément dans la mécanisation de la guerre. Mais, vers l'an 1400 encore, les cimiers et les blasons, les bannières et les cris de guerre conservent aux combats un caractère individuel et l'apparence d'un noble sport [1]

Le lansquenet dans l'iconographie[modifier | modifier le code]

Le personnage apparaît dans de nombreuses représentations du XVIe siècle, notamment la gravure, où il est souvent associé à la mort, par exemple dans les représentations inspirées des danses macabres (Pieter Brueghel l'Ancien : le triomphe de la mort)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir : J. Huizinga, Le déclin du Moyen Âge, Paris, Payot, (1919), 1961, p. 124.
  2. Voir Albrecht Dürer, Tod und Landsknecht, gravure sur bois, 1510

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Bourre, Les Lansquenets : un combat pour l'Empire, éd. Dualpha, 1999.