Route nationale 20 (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir N20 et Route nationale 20.
Route nationale 20
N 20
Image illustrative de l'article Route nationale 20 (France)
La RN 20 à Montrouge au début du XXe siècle. On y voit le tramway de l'Arpajonnais, dont la voie en site propre encadrait la route
Caractéristiques
Longueur 864 km
Direction nord/sud
Extrémité nord 14e arrondissement de Paris (Porte d'Orléans)
Intersections
Extrémité sud N116 Frontière franco-espagnole (Bourg-Madame)
Villes principales Paris, Antony, Étampes, Orléans, Vierzon, Châteauroux, Limoges, Brive-la-Gaillarde, Cahors, Montauban, Toulouse, Pamiers, Foix, Bourg-Madame
Réseau Route nationale, désormais déclassée sur plusieurs tronçons en départementale (D 820 et 920 pour les ceintures périphériques de Cahors, de Brive-la-Gaillarde…)
Territoire traversé
Régions Île-de-France, Centre, Limousin, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon
Départements Paris, Val-de-Marne, Hauts-de-Seine, Essonne, Eure-et-Loir, Loiret, Loir-et-Cher, Cher, Indre, Creuse, Haute-Vienne, Corrèze, Lot, Tarn-et-Garonne, Haute-Garonne, Ariège, Pyrénées-Orientales
Cartouche N 20

La route nationale 20, ou RN 20, était une route nationale française reliant avant 1996 Paris à la frontière franco-espagnole d'un seul trait. Elle a été, sur une partie de son parcours, remplacée par l'autoroute A20 afin de permettre le désenclavement du Massif central. Elle était, avec la RN 7 et la RN 10, l'une des plus longues routes nationales de France.

Le décret du 5 décembre 2005[1] ne prévoit le maintien que de la partie la plus méridionale de la route, entre le débouché de l'A66 et l'Espagne.

Le reste de l'ex-RN 20 est déclassé et remis à chaque département respectif pour devenir une route départementale (renommée RD 2020, RD 920, RD 820, RD 420, RD 320, RD 220 ou RD 120 selon les cas[2]).

Parcours[modifier | modifier le code]

De Paris à Orléans[modifier | modifier le code]

L'ex-route nationale 20 débute à la porte d'Orléans, sous le numéro D 920, et part plein sud en direction d'Orléans en traversant la Beauce.

Elle est presque entièrement en 2×2 voies dans sa traversée de la région Île-de-France. Elle est ensuite aménagée en 3 voies (2+1) (elle se nomme alors D 2020) en alternance jusqu'à la commune de Chevilly. Les villages de Chevilly et de Cercottes sont encore traversés par la route, avant d'atteindre la banlieue d'Orléans.

Les communes traversées sont :

Île-de-France
Centre

Cette section est en cours de transfert aux départements (sous les dénominations D2020 et D920).

D'Orléans à Vierzon[modifier | modifier le code]

La route traverse la Sologne puis elle se distingue de l'autoroute A71.

Les communes traversées sont :

Cette section est aussi en cours de déclassement en route départementale (sous la dénomination D2020).

De Vierzon à Argenton-sur-Creuse[modifier | modifier le code]

À partir de Vierzon la route se confond avec l'autoroute A20 jusqu'à la limite Corrèze/Lot.

Les communes traversées sont :

L'ancienne route est encore visible par endroits tout le long de l'autoroute.

D'Argenton-sur-Creuse à Montauban (déclassé)[modifier | modifier le code]

D'Argenton-sur-Creuse à Limoges[modifier | modifier le code]

L'autoroute aborde les marches du Massif central.

Les communes traversées sont :

Limousin

De Limoges à Nespouls[modifier | modifier le code]

L'autoroute traverse le Limousin.

Les communes traversées sont :

De Nespouls à Montauban[modifier | modifier le code]

La route se sépare de l'A20 et traverse les Causses du Quercy. Elle est désormais reclassée en RD820.

Les communes traversées sont :

Midi-Pyrénées

De Montauban à Pamiers (déclassé)[modifier | modifier le code]

La route traverse la plaine de la Garonne et longe l'A62.

Au-delà de Toulouse, la route subit des modifications pour passer en 2×2 voies, jusqu'à Auterive. Après Toulouse la route longe l'Ariège et devient voie express peu avant Pamiers, après avoir « reçu » l'A66.

Les communes traversées sont :

Cette section est en cours de transfert aux départements.

De Pamiers à Bourg-Madame[modifier | modifier le code]

La route entre dans les Pyrénées et elle se divise en trois à l'Hospitalet-près-l'Andorre :

  1. le Tunnel du Puymorens, ouvert en 1994 et géré par les Autoroutes du Sud de la France,
  2. l'ancienne RN 20, devenue RN 320, partant à l'assaut du Col de Puymorens,
  3. la RN 22, doublement de la N 20 dans le sens de la descente.

Quelques kilomètres plus loin, les RN 320 et RN 22 se rejoignent.

Peu avant le col de Puymorens, se raccorde la route desservant la Principauté d'Andorre reliée par le Port d'Envalira et le Tunnel d'Envalira (RN 22).

La sortie du Tunnel du Puymorens se situe près de Porta et la route continue sur deux voies étroites vers Bourg-Madame, laquelle achève son parcours après la traversée de cette même commune sur le pont international du Rahur.

Le raccordement au réseau routier espagnol s'effectue par la N-152 dont la desserte est désormais exclusive à la localité de Puigcerdà.

Les communes traversées sont :

Languedoc-Roussillon

Voie express de Pamiers à Tarascon[modifier | modifier le code]

Futurs aménagements[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2005-1499 du 5 décembre 2005 relatif à la consistance du réseau routier national.
  2. Dans différents cas deux anciens trajets de la RN 20 existent, et deux de ces noms de départementales sont utilisés

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]