Kad Merad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kad Merad, de son vrai nom Kadour Merad, est un comédien, humoriste et réalisateur français[1], né le 27 mars 1964 à Sidi Bel Abbes en Algérie et ayant passé la majorité de son enfance à Balbigny (Loire) avant de déménager à 10 ans à Ris-Orangis (Essonne). Il se fait d'abord connaître en formant, avec Olivier Baroux, le duo Kad et Olivier, puis s'affirme en solo tout en retravaillant de manière régulière avec son compère.

Biographie[modifier | modifier le code]

Troisième enfant de Mohamed Merad (père d'origine algérienne arrivé en France à 16 ans, qui a choisi de se faire rebaptiser Rémi et est devenu ouvrier dans une société qui fabrique des wagons de marchandises près de Saint-Etienne) et de Janine Béguin (mère française berrichonne, coiffeuse puis femme au foyer après la naissance de ses enfants), Kaddour Merad a deux frères, Karim et Reda, et une sœur Yasmina[2]. Il est divorcé d'Emmanuelle Cosso-Mérad, parolière et écrivain, avec qui il vivait depuis 1992. Ensemble, ils ont eu un fils, Khalil, né en 2004. Depuis 2014, il vivrait une relation avec Julia Vignali[3].

Après avoir redoublé, il arrête le lycée en seconde, décroche un BEP de commerce et vend un temps des encyclopédies au porte-à-porte. Batteur et chanteur dans plusieurs groupes rock à l'adolescence, il commence à monter sur scène au Club Méditerranée, avec la troupe Gigolo Brothers. Puis, c'est le théâtre, dirigé par Jacqueline Duc, où il interprète des pièces classiques. C'est dans ces cours de théâtre qu'il rencontre sa femme Emmanuelle Cosso[2].

En 1990, il entre chez Lankhor et il aura pour travail de mettre les disquettes de jeux dans les boîtes. Cela lui permettra de faire la connaissance de Sylvian Bruchon (scénariste de plusieurs jeux Lankhor) qui est un grand amateur de théâtre, et qui lui proposera en 1992 de jouer dans sa pièce Histoires Camiques.

En 1991, il entre sur Oüi FM, la radio rock parisienne, où il rencontre Olivier Baroux, avec qui il forme, à l'antenne, le duo comique Kad et Olivier. Le 12 mars 1992, le duo entame sa propre émission : Le Rock'n'roll circus, émission composée de sketchs humoristiques (Mais qui a tué Paméla Rose ?, Teddy porc fidèle…). Tous les mercredis soirs, l'émission devenait Le Rock'n'roll circus Live, diffusée en public depuis le Monte Cristo puis le Globo. Kad crée seul le Ziggy Show, antenne libre les soirs de semaine. Puis aidés par Jean-Luc Delarue, c'est la télévision avec la série Les 30 dernières minutes.

Ils vont ensuite animer sur la chaîne câblée Comédie !, entre 1999 et 2001, La Grosse émission. Parallèlement, il commence à enchaîner des petits rôles au cinéma jusqu'à leur première grosse œuvre cinématographique : Mais qui a tué Pamela Rose ?, film réalisé en 2003 par Éric Lartigau et coécrit avec Olivier.

Il a reçu, en 2007, le César du meilleur acteur dans un second rôle pour sa performance dans le long métrage Je vais bien, ne t'en fais pas de Philippe Lioret. Il apparaît également dans le clip de AaRON -U-Turn (lili) qui est la chanson phare du film.

Le 2 mars 2007, il fait sa première apparition télévisuelle avec les Enfoirés sur TF1 et participe aux concerts de 2008 (où il se blesse le 26 janvier en coulisse) pour toute la série de concerts, à ceux de 2009 à Paris Bercy (concerts du dimanche et lundi), de 2010 (concerts du samedi et dimanche) qui ont eu lieu au Palais Nikaia de Nice, et de 2011 à Montpellier (concerts du jeudi au dimanche). Il participe également au Bal des Enfoirés en 2012.

L'AFM et France Télévisions annoncent dans un communiqué que Kad Merad sera le parrain du Téléthon 2007 accompagné de Liane Foly.

Sympathisant socialiste, il a soutenu Ségolène Royal lors de l'élection présidentielle de 2007[4].

En 2008, il incarne le rôle de Philippe Abrams dans le film Bienvenue chez les Ch'tis.

Le 14 juillet 2008, répondant à l'invitation de Nicolas Sarkozy Kad Merad a lu des extraits du préambule de la Déclaration universelle des droits de l'homme lors du défilé militaire du 14 juillet, place de la Concorde à Paris, en présence des chefs d'État de l'Union européenne, des représentants des Nations unies et des pays de l'Union pour la Méditerranée[5].

Bienvenue chez les Ch'tis lui a donné une grande notoriété et il enchaîne les comédies où il occupe le rôle principal avec Safari et R.T.T. en 2009 puis Protéger & Servir ainsi que L'Italien en 2010. Ses comédies sont des succès et dépassent toutes le million d'entrées voire plus à l'exception de Protéger & Servir.

Kad Merad va faire sa première réalisation Monsieur Papa, puis avec son compère Olivier dans la suite de Mais qui a tué Pamela Rose ? : Mais qui a retué Pamela Rose ?.

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant que comédien[modifier | modifier le code]

Long métrage[modifier | modifier le code]

Kad Merad avec Anne Marivin.

Court métrage[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateur[modifier | modifier le code]

En tant que scénariste[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Voix off[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2009, Kad Merad a touché 2,75 millions d'euros[6] (Cachet pour Safari : 757 500 €, Le petit Nicolas : 1M€, RTT : 1M€).

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emmenez-moi Chez Kad Merad à Ris-Orangis et à Marseille, documentaire de L. Boyer, J. M. Pasquier et L. Gerbi, 2014, diffusé pour la première fois sur FR3 le 25-07-14. Dans ce documentaire Kad Merad affirme qu'il n'a pas la nationalité algérienne (30:47) : "je ne suis pas naturalisé algérien".
  2. a et b Caroline de Bodinat, « L'humour désarmé », sur Libération,‎ 30 avril 2007
  3. Kad Merad en couple avec Julia Vignali.
  4. Kad Merad : Soutient Ségolène Royal, sur le site linternaute.com
  5. Hervé Asquin, Défilé du 14 juillet : pompe diplomatique et malaise des armées, AFP, 13 juillet 2008 à 20 h 1.
  6. NUMERO 4/ Kad Merad : 2,75 millions d'euros, sur le site lepost.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Kad Merad, je crois que je peux voler, Annie et Bernard Reval, Volum Éditions (2009)(ISBN 2359600052)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :