Parti républicain-socialiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Parti républicain socialiste (PRS) est un parti politique français de la Troisième République qui a existé sous des formes diverses de 1911 à 1934. Il a été fondé par des « socialistes indépendants » qui refusaient de s'intégrer au Parti socialiste unifié-Section française de l'internationale ouvrière (ou SFIO) créée en 1905 grâce à un compromis entre Jules Guesde et Jean Jaurès.

Le parti républicain-socialiste, qui se situait entre la SFIO et le parti radical-socialiste était un parti socialiste réformiste (donc non marxiste) avec le postulat de concilier le capital et le travail. À cet égard, le PRS a été précurseur dans bien des domaines [réf. nécessaire], et un de ses personnages emblématiques, René Viviani, fut le premier ministre du Travail de l'histoire politique française en 1906.

Le PRS n'a cependant pas pu surmonter une double contradiction :

  • Contradiction idéologique dans un contexte politique où les clivages se trouvaient très tranchés.
  • Contradiction organisationnelle dans l'impossible conciliation entre une volonté de structuration forte, à l'image de la SFIO, et une aspiration toute aussi forte à l'indépendance de la part des personnalités marquées du groupe parlementaire (dans la tradition des socialistes indépendants).

Prototype du parti politique moderne le PRS n'a pu éviter son naufrage en 1934, et l'intégration de ses derniers éléments à l'Union socialiste républicaine (USR) en dépit d'une tentative de reformation en 1945 au sein du Rassemblement des gauches républicaines sous l'égide d'Alexandre Varenne, d'Henry Torrès et de Jacques de Chammard.

Fondements idéologiques[modifier | modifier le code]

L'ideologie du PRS peut être résumée par ce texte datant de 1924 : « Le Parti républicain socialiste est résolument réformiste. Notre parti estime que les réformes ne peuvent être considérées que comme des étapes dans une société qui est et sera en perpétuelle transformation ».

La plupart des membres du PRS sont également, comme la quasi-totalité des militants de gauche de l'époque, fortement anticléricaux.

Organisation[modifier | modifier le code]

Les militants[modifier | modifier le code]

Les instances dirigeantes[modifier | modifier le code]

  • Les fédérations départementales (35 en 1911)
  • Le comité exécutif (15 membres)
  • La commission administrative (9 membres)
  • Le congrès annuel

Le groupe parlementaire[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

1898-1910 : Le rejet de l'unité socialiste[modifier | modifier le code]

1911-1914 : Le nouveau parti[modifier | modifier le code]

1914-1923 : L'éclatement[modifier | modifier le code]

1923-1928 : La deuxième vie du parti[modifier | modifier le code]

1929-1934 : Les années de crise[modifier | modifier le code]

1934 : La disparition=[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Les dirigeants[modifier | modifier le code]

Les parlementaires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]