Jean-Baptiste Mathon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mathon.
Jean-Baptiste Mathon
Image illustrative de l'article Jean-Baptiste Mathon
Jean-Baptiste Mathon en 1923
Présentation
Naissance 1893
Décès 1971
Nationalité Drapeau de la France France
Activité(s) Architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux
Enseignant à l'école spéciale des travaux publics et aux beaux-arts
Formation École des beaux-arts (Gaston Redon, Albert Tournaire)
Œuvre
Réalisations Architecte-urbaniste de la reconstruction de Brest, salle Pleyel
École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie
Distinctions Premier Grand Prix de Rome 1923

Jean-Baptiste Mathon (1893-1971) est un architecte français.

Il s'engage très tôt dans des études d’architecte à Lyon. Élève de Gaston Redon et de Albert Tournaire à l'École des beaux-arts de Paris, il remporte le Premier Grand Prix de Rome en 1923. Le sujet de l'épreuve finale s'intitule « Une résidence du représentant de la France au Maroc ».

Le jeune lauréat devient pensionnaire de l'Académie de France à Rome, du au .

Architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux, il exerce aussi à titre privé en réalisant la salle Pleyel d’Aubertin et de Granet, l’École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie sur le boulevard Saint-Germain à Paris, le Palais de la Radio à l’exposition de 1937, ainsi que de remarquables bâtiments publics à Cachan (hôtel de ville, écoles primaire et secondaire).

Il devient, à son tour, professeur à l’École spéciale des travaux publics et « patron » d’un atelier à l’École des beaux-arts.

À Brest, il élabore le plan de reconstruction (voir le plan Mathon)[1], secondé par Maurice Piquemal, inspecteur général des Ponts et Chaussées (1902-1995). Mathon édifie aussi la cité scolaire de Kérichen[2], le centre culturel (bibliothèque, auditorium et école de Musique), l'école régionale des Beaux-Arts et les bâtiments administratifs des Douanes au port de commerce.

Situé dans le square qui porte son nom, le monument aux morts qui achève la perspective de la rue de Siam est également son œuvre.

À Chambéry, il réalise le nouvel hôtel des postes (1954-56).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Émilie Charrel, « L'enthousiasme de La Reconstruction », Brest il y a 50 ans, sur www.lexpress.fr, L'Express,‎ 31 juillet 2003 (consulté le 8 mars 2012).
  2. Lycée Kérichen

Liens externes[modifier | modifier le code]