Vaux (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vaux.
Vaux
Vue de Vaux
Vue de Vaux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Metz-Campagne
Canton Ars-sur-Moselle
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Metz Métropole
Maire
Mandat
Roland Simon
2014-2020
Code postal 57130
Code commune 57701
Démographie
Gentilé Valois[1]
Population
municipale
866 hab. (2011)
Densité 131 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 39″ N 6° 04′ 51″ E / 49.0942, 6.080849° 05′ 39″ Nord 6° 04′ 51″ Est / 49.0942, 6.0808  
Altitude Min. 167 m – Max. 353 m
Superficie 6,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Vaux

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Vaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaux
Liens
Site web http://mairievaux.free.fr/

Vaux est une commune française située dans le département de la Moselle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Vallis (875); Vals (XIIIe siècle); Vault (1300); Val (XIVe siècle); Valz (1318); Vaut (1321); Walz (1358); Vaulz (1375); Vaul (1489); Valt (1493); Vaul (1594); Wals (1915-18 & 1940-44).

Vaux se nommait Vallis à l'époque gallo-romaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, le village est une possession des abbayes messines de Saint-Symphorien et de Sainte-Glossinde. Le village est fortifié. L’ancienne enceinte possédait cinq portes dont la porte de la Noue et celle de Champé.

C’est le lieu d’une célèbre bataille entre les mille-deux-cent Écorcheurs qui voulurent enlever la ville et échouèrent et les habitants de la ville de Metz en 1444. L’église Saint-Rémy est attaquée et dévastée en 1325, 1429, 1434, 1448 ; elle servait de forteresse et de refuge. Gothique, fortifiée, elle comporte une tour carrée du XIIIe siècle, le chœur et la nef remontent au XVe siècle, les bas-côtés ont été ajoutés en 1878. Les vitraux datent de 1959 et sont de Chapuis.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1806 1809 Général Laprun    
1977 1997 Sabatino Calandrini    
1997 en cours
(au avril 2014)
Roland Simon    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 866 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
378 338 382 462 485 433 573 628 589
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
563 587 599 489 433 509 510 505 369
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
452 523 430 355 473 551 594 667 763
1990 1999 2005 2006 2010 2011 - - -
784 853 872 877 865 866 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

= Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Vaux.

Une maison forte du XVIe siècle abrite une chapelle. Le village compte de nombreuses maisons vigneronnes anciennes avec inscriptions et caves voûtées ; et une halle, dont la réfection prévue vise à lui rendre sa fonction. Antique village viticole, on y produit du vin de Moselle (aujourd’hui, AOC).Le vignoble vallois est aussi le miroir de l’histoire parfois tragique de la région. Les caves du château, remontant au XIIIe siècle, produisent un crémant qui, lors de la période allemande de 1870-1918, est célèbre sous la marque Schloss Vaux et est distribué dans toute l’Allemagne. En décembre 1918, les propriétaires, comme beaucoup d’Allemands alors, sont expulsés d’Alsace-Lorraine. Ils recréent un vignoble dans la partie allemande des côtes de Moselle, exploitant la même marque[4]. Il existe donc deux vignobles du château de Vaux, l’un en Allemagne et l’autre en France[5]. Le Château et le vignoble de Vaux sont progressivement restaurés, à partir de 1981, par un messin, Jean-Marie Diligent. Repris en 1999 par un couple d'œnologues, le domaine est en pleine restructuration : des vins AOVDQS Moselle sont produits sur onze hectares de coteaux surplombant la Moselle.

Église Saint-Rémy.

église Saint-Rémy, XIVe siècle

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le vignoble est en appellation d'origine Moselle AOC.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Général Pierre Laprun : né à Bannes (Champagne ) le 16 septembre 1737. Il participa à la guerre d'indépendance Américaine et à la bataille de Yorktown (1781). Devenu général de division pendant les guerres de la révolution , il commande les places de Metz et Landau. Il prend sa retraite à Vaux dont il devint maire (19 février 1806 au 7 janvier 1809) et s'éteint en 1822.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Farges F. : le général Laprun et sa descendance, éditions Micoline, 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]