Woëvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

49° 07′ N 5° 30′ E / 49.117, 5.5

Woëvre
Subdivision administrative Lorraine
Subdivision administrative Meuse
Meurthe-et-Moselle
Vosges
Ville(s) principale(s) Étain
Toul
Neufchâteau
Coordonnées 49° 07′ N 5° 30′ E / 49.11666667, 5.549° 07′ Nord 5° 30′ Est / 49.11666667, 5.5  
Région(s) naturelle(s)
voisine(s)
Barrois
Côtes de Meuse
Côtes de Moselle

Image illustrative de l'article Woëvre
Localisation

La Woëvre (prononcé traditionnellement [wa:vʁ], mais parfois aussi [vwa:vʁ] et même [vwɛ:vʁ][1]) est une région naturelle du nord-est de la France, située dans la région Lorraine, principalement dans les départements de Meuse et de Meurthe-et-Moselle, et des Vosges pour une plus faible partie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Woëvre, en vert, sur une carte de Lorraine

La Woëvre s'étend sur la rive droite de la Meuse depuis la vallée de la Chiers au nord, jusqu'à la ville de Neufchâteau au sud. Son flanc ouest longe la Meuse, son flanc est déborde en Meurthe-et-Moselle. Elle englobe le lac de Madine et la partie ouest du parc naturel régional de Lorraine.

Parmi les communes comprises au sein de la Woëvre, nombreuses sont celles qui y ont ajouté son nom : Wadonville-en-Woëvre, Fresnes-en-Woëvre, Latour-en-Woëvre, Marchéville-en-Woëvre, Saint-Hilaire-en-Woëvre, Manoncourt-en-Woëvre, Beney-en-Woëvre, Boinville-en-Woëvre, Grimaucourt-en-Woëvre, Herméville-en-Woëvre, Jonville-en-Woëvre, Rouvres-en-Woëvre, Rupt-en-Woëvre, Ville-en-Woëvre, Saint-Benoît-en-Woëvre, Lamarche-en-Woëvre, Bonzée-en-Woëvre, Saulx-en-Woëvre, Broussey-en-Woëvre, Savonnières-en-Woëvre. On peut également observer ce phénomène dans les structures intercommunales, telles que la Communauté de communes de la Petite Woëvre.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Située à une altitude moyenne de 220 à 230 mètres, la Woëvre se situe entre les côtes de Meuse et de Moselle. Cette partie de la Lorraine est peu boisée. On y trouve notamment des chênes pédonculés dont l'enracinement est assez superficiel, ce qui est un atout important sur un sol humide.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le réseau hydrographique est important et alimente le lac de Madine. Une partie du réseau, principalement vers Étain a été, dès le Moyen Âge, sculptée à l'aide de digues de terre pour former progressivement des étangs exploités pour la pisciculture, mais aussi pour assainir les marécages. Ces étangs sont aujourd'hui des refuges pour de nombreuses espèces d'oiseaux, notamment migrateurs.

Climat[modifier | modifier le code]

La Woëvre est, avec les côtes de Moselle, l'un des secteurs les moins arrosés par les pluies en Lorraine.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sol particulièrement humide de la région est constitué de strates aquifères (grès, calcaire) séparées par des couches imperméables d'argile callovien.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est dans ce domaine que Dagobert II établit sa résidence et fut assassiné.

Quelques batailles militaires de la Première Guerre mondiale se sont déroulées dans la Woëvre.

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Certaines zones de la Woëvre sont inventoriées comme zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF). Une majorité de ces espaces ont été rachetés en 1996 par le Conservatoire des sites lorrains (CSL), une association créée en 1984 pour lutter en faveur de la sauvegarde des espaces sensibles en Lorraine. Les étangs de la Petite Woëvre sont classés par la convention de Ramsar depuis 1991[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lorraine, éd. Christine Bonneton, coll. « Encyclopédies Bonneton »,‎ 2002, 320 p. (ISBN 2862532894, présentation en ligne)
  • Histoire de la Lorraine, Jean Schneider, Que sais je ?, PUF

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Peeters, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 104.
  2. Ramsar, « Sites de la convention de Ramsar » (consulté le 20 août 2009)