Hoste (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hoste.
Hoste
L'église Saint-Maurice
L'église Saint-Maurice
Blason de Hoste
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Forbach
Canton Freyming-Merlebach
Intercommunalité Communauté de communes de Freyming-Merlebach
Maire
Mandat
Michel Jacques
2014-2020
Code postal 57510
Code commune 57337
Démographie
Population
municipale
644 hab. (2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 11″ N 6° 53′ 05″ E / 49.0697, 6.884749° 04′ 11″ Nord 6° 53′ 05″ Est / 49.0697, 6.8847  
Altitude Min. 226 m – Max. 306 m
Superficie 9,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Hoste

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Hoste

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hoste

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hoste

Hoste est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Hoste compte des zones humides et des étangs dont les principaux sont: l'étang de la Virigsmuehle situé près de la chapelle de la Bonne Fontaine, l'étang du Rohr établi sur le ruisseau de Valette, les étangs de Hoste-Haut et de Hoste-Bas. Les étangs de Hoste-Haut (20 hectares) et de Hoste-Bas (16 hectares), qui font partie de la "ligne Maginot aquatique", sont aménagés[1]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Hoste est océanique dégradé à influence continentale. Les saisons sont contrastées et bien marquées mais en fonction des vents dominants peuvent se succéder du jour au lendemain des périodes de précipitations (influence océanique) ou de forte amplitude thermique (influence continentale).

Localisation[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • En francique lorrain: Hoscht.
  • Les Deux Hostes (1793), Les Deux-Host (1801), Hoste (1979).
  • Hoste-Haut: Homscit & Honkecheyt (875), Hoexem (942), Honsceit (XIe siècle), Honkechert (1139), Hoxem (1293), Houst (1544), Hoost (1594), Hocst (1595), Holt (1681), Haust (1684), Hogst (1751), Housset/Houst/Obst/Hostet/Host (1756), Oberhogst (1779), Ober-Host[2], Host-Haut[2],Host-le-Haut[3], Oberhost (1871-1918), Petersruh (1940-44).
  • Hoste-Bas: Niderhogst (1779), Nieder-Host[2], Host-Bas[2], Host-le-Bas[3], Niederhost (1940-44).
  • Valette: La Valette (1751), Valette (1793), Vallette (1801). Wallett en francique lorrain.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Initialement composée des deux villages de Hoste-Bas et de Hoste-Haut , l'actuelle commune de Hoste a fusionné avec l'ancienne commune de Valette (qui est toujours le nom de son village distinct mais formant la moitié sud-ouest de la commune actuelle).
  • Possession de l'abbaye Sainte-Glossinde de Metz dont la vouerie était un fief épiscopal dans la châtellenie de Hombourg-St-Avold.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953 mars 2001 Albert Jacques - -
mars 2001   Sylvain Starck    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Plusieurs langues sont utilisées sur le territoire de Hoste et de Valette. Les principales sont :

  • le français (langue officielle de la République)
  • l’allemand (ou « Hochdeutsch »). Son usage reste exceptionnel dans la commune (publications, cultes et chants).
  • le dialecte francique rhénan de Lorraine (ou « Rheinfränkisch ») appelé lothrénger Platt ou lothringer Platt, qui fait partie du groupe des langues germaniques du moyen-allemand occidental (ou « Westmitteldeutsch »). L’usage du dialecte (ou « Platt ») est en long déclin à Hoste et Valette.

En 1790, le bilinguisme administratif est appliqué et l’usage du « Platt » est constant.

En 1794 une loi (reprise plus tard par Napoléon Bonaparte) interdit tout acte officiel en une langue autre que le français. Néanmoins les archives et registres montrent certains écarts avec ce principe.

1850 : le français gagne du terrain mais le catéchisme et les cultes se font en allemand. La population cultivée lit invariablement des publications en français et en allemand. Le dialecte est la langue du quotidien.

1870 : à la suite de l’occupation allemande, la culture allemande commence à s’introduire peu à peu.

1872 : l’école devient tout à fait allemande. Le « Platt » reste la langue du quotidien.

1918 : le français s’impose au retour de la Lorraine à la France. L'enseignement se met en place progressivement en français.

1926 : les écoliers de Hoste suivent encore 3 heures d’enseignement d’allemand par semaine. Le catéchisme et les cultes se font souvent en allemand. Le président Raymond Poincaré prônera un bilinguisme français/dialecte ce qui entraînera une réaction hostile des députés et des évêques. La situation restera inchangée jusqu’au début de la seconde guerre mondiale.

1940 : la Moselle est annexée au Troisième Reich. Les cours doivent se faire en allemand (« Hochdeutsch ») uniquement. Le français est interdit et son usage est verbalisé. Les actes se font désormais uniquement en allemand. Le dialecte (« Platt ») continue d’être utilisé par la population. Les enfants sont scolarisés en langue allemande et des enseignants de langue maternelle allemande sont mis en place dans les écoles.

Après 1945 : on assiste à une francisation forcée. Des instituteurs de langue francaise remplacent ceux mis en place par l'occupant. La loi de 1926 sur l’enseignement de l’allemand à l’école restera provisoirement suspendue jusqu’en 1972, date à laquelle l’enseignement de l’allemand réapparaîtra timidement au primaire (méthode Holderith). L'allemand est aussi utilisé parfois ponctuellement lors de certains cultes. Le dialecte (« Platt ») connaît un long déclin et ne survit que dans les échanges quotidiens de la population âgée et dans certaines manifestations populaires.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le Carnaval de Hoste
  • La Fête Paroissiale
  • La Fête Nationale
  • La Fête Patronale ou Kirb
  • La Fête de la Musique en juin
  • Le Marché de Noël de Valette en décembre
  • Les vide-greniers de Valette
  • Les concours de pêche de Hoste

En 2011, la commune comptait 644 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
370 364 430 1 012 664 685 644 687 672
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
649 598 529 522 488 450 473 468 451
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
448 437 397 309 378 435 441 458 481
1990 1999 2005 2006 2010 2011 - - -
516 579 673 678 651 644 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Ecarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Le village de Valette dépend administrativement de la commune de Hoste
  • La Virigsmuehle, ancien moulin situé près de la chapelle de la Bonne Fontaine

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Arboretum de Hoste-Bas
  • Vestiges gallo-romains : fragments de monuments en pierre
  • Monument aux Morts de Hoste-Haut
  • Puits à balancier de Hoste-Bas
  • Arboretum de Hoste-Bas, propriété privée ouverte au public
  • Maisons anciennes à colombages
  • Ouvrages de la ligne Maginot. Les étangs de Hoste-Haut et de Hoste-Bas font partie de la « ligne Maginot aquatique »
  • Chemin du Garde et observatoire de la Ligue Protectrice des Oiseaux (LPO) à Hoste-Bas

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Paroissiale néogothique Saint-Maurice à Hoste-Bas, reconstruite de 1870 à 1872 à l'exception de la tour clocher. Remplace un édifice de 1796. Tour clocher reconstruite de 1910 à 1912 et rebâtie en 1960
  • Église Paroissiale Saint-Louis à Hoste-Haut, construite XVIIIe siècle ; agrandie en 1866, clocher reconstruit 1894
  • Chapelle de la Bonne Fontaine, construite après 1848, pour abriter un calvaire érigé à proximité d'une fontaine aux vertus curatives
  • Calvaires et croix de chemins

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conférence À la découverte des zones humides du Basin Houiller - les étangs de Host du 3 mai 2012 faite au Collège Bergpfad de Ham-sous-Varsberg par Sylvain Starck (maire de Hoste). Fichier pdf sur le site officiel du Conseil Général de Moselle
  2. a, b, c et d Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  3. a et b Mémoires de la Société d'Archéologie et d'Histoire de la Moselle (1862)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011