Contz-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Contz-les-Bains
Église Saint-Jean-Baptiste.
Église Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Contz-les-Bains
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Est
Canton Sierck-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Frontières
Maire
Mandat
Yves Licht
2014-2020
Code postal 57480
Code commune 57152
Démographie
Population
municipale
476 hab. (2011)
Densité 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 10″ N 6° 20′ 50″ E / 49.4528, 6.347249° 27′ 10″ Nord 6° 20′ 50″ Est / 49.4528, 6.3472  
Altitude Min. 146 m – Max. 314 m
Superficie 3,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Contz-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Contz-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Contz-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Contz-les-Bains

Contz-les-Bains est une commune française située dans le département de la Moselle, connue pour son vignoble, devenu AOC (depuis 2010) et son orgue centenaire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune marque le point triple frontalier entre la France, le Luxembourg et l'Allemagne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Inferior Kontz (1535); Nidercontz (1594); Nider Kuntz, Nider-Kontz & Nidre-Kontz (XVIIe siècle); Contz Basse (1686)[1]; Koutz la Basse (1793); Kontz (1801)[2]; Basse-Kontz et Kontz-Basse (XIXe siècle)[3]; Contz-les-Bains (1930)[2].
  • En allemand : Niederkontz ou Kontz bei Sirk[1], Niederkontz et Bad Kontz (1871-1918).
  • En Francique lorrain : Nidder-Konz, Nidder-Kontz.

Sobriquets[modifier | modifier le code]

Anciens sobriquet désignant les habitants de la commune :
Di Konzer Bounefrësser (les bouffeurs de haricots de Contz). Variantes : Gordenbaunen Fresser/Gartenbohnen Fresser[4].
Die Kontzer Kwiseler (les faux dévots de Contz)[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Contz-les-Bains.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 1995 Étienne Simon    
mars 1995 en cours Jean-Marie Poncin    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 476 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
453 392 487 617 664 561 572 596 579
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
523 532 536 521 508 506 519 454 513
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
540 502 523 484 481 505 469 457 450
1990 1999 2006 2011 - - - - -
452 451 502 476 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Hôpital d'Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, fondé en 1432 par Pierre de Cues, restauré en 1687. Entièrement transformé au XXe siècle, il n'en subsiste qu'une pierre ornée d'un écusson aux armes de Pierre de Cues et d'une inscription. L'écu a été redaté 1425

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, de style néogothique, construite de 1869 à 1871 en remplacement de l'ancienne église paroissiale dont les vestiges subsistent dans le cimetière sur les plans de l'architecte messin C. Jacquemin. Son orgue Staudt, datant de 1898, possède 29 jeux, 2 claviers et pédalier et figure parmi les plus belles orgues de Lorraine.
  • La chapelle Saint-Jean-Baptiste du cimetière, dont le chœur est classé monument historique. Ancienne église paroissiale construite dans la 1re moitié du XVe siècle. A été remplacée par une nouvelle église construite plus au nord dans le village. Contient une clef de voûte, provenant probablement de la nef, aux armes personnelles d'Arnould VI de Sierck (1386-1454), restaurée en 1889.
  • Chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs dite chapelle du Bœsch sur le Stromberg, construite en 1849 pour le curé Muller par ses paroissiens.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Bulletin des lois de la République Française
  4. a et b Passé-Présent : La Moselle dévoilée N°9 (Juin-juillet-août 2013)
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011