Le Républicain lorrain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Républicain Lorrain
Image illustrative de l'article Le Républicain lorrain

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Quotidien
Format Grand format
Genre Presse régionale
Prix au numéro 0,90 € et 1,20 € le vendredi
Diffusion 123 357 ex. (2012[1])
Date de fondation 19 juin 1919
Ville d’édition Metz

Propriétaire Crédit mutuel
Directeur de publication Pierre Wicker
Directeur de la rédaction Pierre Wicker
Rédacteur en chef Jean-Marc Lauer
Site web www.republicain-lorrain.fr

Le Républicain lorrain[2] est un quotidien régional français, dont le siège et l'imprimerie se trouvent avenue des Deux-Fontaines à Woippy dans la banlieue de Metz. Il est diffusé en Lorraine en sept éditions locales grâce à sept rédactions dont celle de Metz-Centre située rue Serpenoise à Metz.

Histoire[modifier | modifier le code]

Siège principal du quotidien régional Le Républicain lorrain à Metz

Fondation du journal[modifier | modifier le code]

Le 19 juin 1919, année de la restitution de l’Alsace-Lorraine à la France, paraît pour la première le Metzer Freies Journal, sous-titré Le Lorrain républicain en langue allemande (langue officielle en Alsace-Moselle de 1871 à 1918 mais langue traditionnelle de l'écrit en Lorraine germanophone depuis la fin du XVe siècle et langue des actes officiels du Bailliage d'Allemagne, la partie germanophone du duché indépendant de Lorraine, jusqu'en 1748). Le lendemain, le sous-titre est changé en Républicain lorrain. La volonté de Victor Demange, créateur du journal, est de publier un journal pro-français.
Le 13 septembre 1936, un journal rédigé entièrement en français commence à paraître sous le titre de Le Républicain lorrain. Le Metzer Freies Journal germanophone continue à paraître ; après la pause forcée pendant l'occupation allemande, le titre de cette édition est changé en France Journal, dont la parution cesse en 1989.
En 1932, le quotidien tire à 45 000 exemplaires par jour, puis en 1939, il dépasse les 50 000 exemplaires.

Arrêt de la publication[modifier | modifier le code]

Le 14 juin 1940, Victor Demange prend conscience du danger auquel il s'expose et de la montée du nazisme en Allemagne et ordonne l'arrêt de la publication du journal. Il confie à son neveu Albert Demange et au sous directeur du journal, la mission de soustraire à la barbe de l'ennemi, le matériel nécessaire à le confection de son quotidien qui fût caché dans un premier temps à Ruffec et par la suite à Bordeaux afin de servir à la résistance pour l'impression du " journal des réfugiés " qui étaient fort nombreux dans le sud du pays. Il Le 1er février 1945, le journal reparaît mais de nombreux opposants voient cette reprise d'un mauvais œil.

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En décembre 1947, de terribles inondations sévissent dans l'Est de la France. La Meurthe, la Moselle, la Sarre et la Seille sortent de leur lit et provoquent des dégâts sans précédents[3]. Le journal initie un vaste élan de générosité en faveur des accidentés de la vie et des sinistrés des inondations. L'issue de cette action est la création du mouvement de solidarité Noël de Joie, toujours existant aujourd'hui.

En 1958, la fille de Victor Demange, Marguerite Puhl-Demange, prend la tête du Républicain lorrain. Après la lutte pour assurer son existence, Le Républicain lorrain commence à prendre de l'importance dans la vie de la région. En 1971, la direction du journal soutient la candidature à la mairie de Metz de Jean-Marie Rausch (centre), pour lequel elle fait campagne. Le Républicain lorrain restera fidèle à M. Rausch, souvent contre l'avis de sa rédaction, jusqu'au départ de la famille Puhl en 2007. Jean-Marie Rausch sera battu dès l'année suivante.

Développement technique de l'impression[modifier | modifier le code]

En 1962, le journal tire à 40 000 exemplaires/heure avec l'apparition de la quadrichromie. En 1969, les machines modernes achetées par le journal permettent un tirage à 45 000 exemplaires/heure. Enfin, en 1979, ce sont 50 000 exemplaires qui sont imprimés par heure. L'évolution technique permet la parution de la première une en couleurs, le 13 mars.

Changements de directions[modifier | modifier le code]

Le lancement du site internet www.republicain-lorrain.fr a lieu le 12 juin 1996.

Le 9 mars 1999, Claude Puhl, le mari de Marguerite Puhl-Demange, reprend la direction du Républicain lorrain avec son fils Mathieu.

Début 2006, Claude et Mathieu Puhl, les héritiers du fondateur, Victor Demange, annoncent la vente de 100 % des actifs au Crédit mutuel Centre Est Europe. L'opération se réalise en mars 2007. Le chiffre d'affaires du Républicain lorrain était alors d'environ 100 millions d'euros, pour des pertes de 5,7 millions entre 2002 et 2004, avec toutefois de capitaux propres élevés (45 millions d'euros)[4].

Dans les mois qui ont suivi cette vente, le potentiel rédactionnel du quotidien a été considérablement amputé. Sur 155 journalistes, 36 ont choisi de quitter l'entreprise en bénéficiant de la clause de conscience garantie aux journalistes français, et quatorze embauches seulement ont été effectuées à la fin 2007. En mai 2008, quatre nouvelles titularisations de journalistes, précédemment employés à titre provisoire (CDD), ont été annoncées.

En 2007 et 2008, le nouvel actionnaire prépare l'intégration du Républicain lorrain à un groupe de presse, qui pourrait se finaliser dès 2009. Le journal de Metz entrerait alors dans le groupe EBRA (Est-Bourgogne-Rhône-Alpes)[5].

Le journal actuellement[modifier | modifier le code]

En 2007, Pierre Wicker est nommé directeur du Républicain lorrain. Jean-Marc Lauer, jusqu'alors secrétaire général de la rédaction, reprend le poste de rédacteur en chef, assisté de Michel Klekowicki, précédemment grand reporter à La Liberté de l'Est (quotidien d'Épinal).

Début 2008, les ventes sont légèrement en hausse. La rédaction compte un effectif d'environ 135 journalistes dont 16 photographes et près de 1 000 correspondants locaux.

Le 25 février 2011, le Républicain lorrain a été déclaré « à vendre » par le PDG du groupe propriétaire du journal. Une annonce qui fait suite à un mouvement de grève suivie largement par les salariés peu de temps auparavant, à la suite d'un appel national[6]. Le 19 janvier 2012, le président du Crédit Mutuel annonce qu'il a renoncé à vendre l'entreprise, après n'avoir rencontré que deux acheteurs potentiels.

Le 11 janvier 2013, les trois imprimeries du Groupe républicain lorrain, filiale du Crédit mutuel, Est imprimerie, Imprimerie Michel et Interprint, ont été vendues au groupe des Imprimeries Morault[7].

Finances[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des titres de presse français, le journal Le Républicain lorrain touche de fortes subventions de l’État. Ainsi, il a perçu 2,74 millions d’euros d’aide du fonds d'aide à la modernisation de la presse de 2003 à 2010[8].

Les éditions locales[modifier | modifier le code]

En 2004, le RL comptait 20 rédactions[9].

La nouvelle direction du Républicain lorrain a annoncé, en septembre 2007, la réduction du nombre d'éditions de dix à sept par la fusion des éditions de Metz avec celle de la vallée de l'Orne, de Thionville avec Hayange, et de Briey avec Longwy.

En mars 2008, le journal édite les éditions de :

  • Metz-Vallée de l'Orne ;
  • Thionville-Hayange ;
  • Meurthe-et-Moselle Nord ;
  • Forbach ;
  • Sarreguemines ;
  • Sarrebourg ;
  • Saint-Avold.

Le Républicain lorrain compte treize agences locales sur sa zone de diffusion. Le bureau régional à Nancy a été fermé le 31 août 2012.

Édition du vendredi[modifier | modifier le code]

Depuis 2012, le magazine Version Femina est offert dans le journal, de la même manière que TV MAG depuis 1984. Il est édité par Hachette Filipacchi Médias, TV MAG par Groupe Figaro.

Structures affiliées du groupe Républicain lorrain[10][modifier | modifier le code]

Tout Info[modifier | modifier le code]

Entre avril 2005 et 2009, le Républicain lorrain publiait un hebdomadaire gratuit, Tout Info, diffusé à 50 000 exemplaires[11] à Metz et Thionville.

La Revue lorraine populaire[modifier | modifier le code]

La Revue lorraine populaire est une parution consacrée à l'histoire et aux traditions en Lorraine. Toujours en vente actuellement. Parution mensuelle.

Le Quotidien[modifier | modifier le code]

Le Quotidien est un journal luxembourgeois (anciennement l'édition luxembourgeoise du RL) en langue française dont le Républicain lorrain est actionnaire.

Autres activités[modifier | modifier le code]

RL Voyages[modifier | modifier le code]

Fondée en 1960, l’agence de voyages du Républicain lorrain propose de très nombreux voyages et séjours autour du monde comme en France. Elle est associée au groupe Carlson Wagons-Lits.

RL Communication[modifier | modifier le code]

Agence de communication

Est Imprimerie[modifier | modifier le code]

Est Imprimerie est une imprimerie de labeur dont les domaines d'action sont la publicité et la presse magazine.

Ginkgo-Productions[modifier | modifier le code]

Ginkgo-Productions développe des documentaires, des collections documentaires et des magazines d'information pour les principaux diffuseurs français et européens.

Les éditions Serpenoise[modifier | modifier le code]

Depuis 1977, les éditions Serpenoise assurent la promotion des auteurs et du patrimoine lorrains en publiant de nombreux ouvrages. Depuis mai 2008, elles sont animées par Antonella Krebs, grand reporter. Les éditions Serpenoise sont situées 3 avenue des Deux-Fontaines à Woippy.

IDEL[modifier | modifier le code]

Fondée en 1980, Idel est implanté dans le secteur de la conception électronique de documents, le traitement informatique des données et l'impression laser.

RL TV News[modifier | modifier le code]

RL TV News couvre l'actualité du Grand Est de la France pour LCI (Groupe TF1), itélé (Groupe Canal+) et produit des reportages sur des sujets d'actualité ou sportifs pour les principaux diffuseurs français (Arte Infos, M6 Actu, L'OM TV, Infosports…).

Victoria Multimédia[modifier | modifier le code]

Depuis 1993, Victoria Multimédia est spécialisée dans la création technique et de contenus de sites internet.

Formats[modifier | modifier le code]

Le format de la version papier devait passer au format berlinois en 2008, selon le souhait du directeur général Mathieu Puhl. Pierre Wicker, nouveau directeur général (issu du groupe Crédit mutuel), a annoncé en septembre 2007 la suspension de ce projet.
Un changement de formule est intervenu le 2 octobre 2008, avec une nouvelle Une et le passage à deux cahiers dont un consacré aux éditions locales. Cette évolution a été rendue possible grâce à l'achat d'une encarteuse.
Une version PDF, payante, est disponible sur le site du quotidien.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ojd.com/adherent/3260
  2. parfois dénommé par son sigle RL, ou abrégé en « RépLo » ou « Répu ».
  3. http://www.lorraine.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/Ban_St_Martin_RAP_cle28631f.pdf Voir l'exemple de la commune du Ban-Saint-Martin, en Moselle (page 24)
  4. Le Monde, 6 décembre 2006.
  5. Le Nouvel Obs.com, 27 juin 2008:http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/medias__pouvoirs/20080627.OBS0403/le_credit_mutuel_majoritaire_dans_le_groupe_ebra.html , et ESJ Doc : http://www.esj-lille.fr/spip.php?article231
  6. « Le Crédit mutuel va céder Le Républicain lorrain », Challenges.fr, mis en ligne le 25 février 2011
  7. http://www.industrie.com/impression/article/le-groupe-des-imprimeries-morault-s-etoffe,3117
  8. Owni.fr, L’heure des fuites sur les subventions à la presse ?, Rue89, publié le 11 août 2010, consulté le 26 octobre
  9. http://www.republicain-lorrain.fr/page_type.php?rub_page=55 Agences locales, Républicain lorrain
  10. http://www1.republicain-lorrain.fr/Article1.asp?IDNotizia=661&IDCategoria=265 La description des structures affiliées du groupe sur le site internet du quotidien
  11. http://www.esj-lille.fr/article.php3?id_article=192 Le Républicain lorrain, ESJ

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Thull, Victor Demange, 1888-1971, Éd. Serpenoise, Metz, 1988.

Liens externes[modifier | modifier le code]