Troisfontaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Troisfontaines
Image illustrative de l'article Troisfontaines
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Sarrebourg
Canton Sarrebourg
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de la Bièvre
Maire
Mandat
Sébastien Hornsperger
2014-2020
Code postal 57870
Code commune 57680
Démographie
Population
municipale
1 308 hab. (2011)
Densité 101 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 13″ N 7° 07′ 04″ E / 48.6703, 7.1178 ()48° 40′ 13″ Nord 7° 07′ 04″ Est / 48.6703, 7.1178 ()  
Altitude Min. 275 m – Max. 446 m
Superficie 12,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Troisfontaines

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Troisfontaines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Troisfontaines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Troisfontaines

Troisfontaines est une commune française située dans le département de la Moselle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village possède trois fontaines mais son nom vient (dans la langue locale) du glissement de l’appellation « trois fourneaux » (de verrerie) en « trois fontaines ». Cependant, un monument est consacré à "trois fontaines" sur la place de la Hoffe (fondé en 2005-2006).

Il est composé de trois quartiers : Troisfontaines, Biberkirch et Vallerysthal.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Troisfontaines: Dreybronn (?), Trois Fontaines (1793), Stoock (Bulletin des Lois de 1801), Troisfontaines (1967).
Biberkirch: Villa-Biberaca (719), Biberkirich (1779), Bieverkirch (Cassini), Bieberskirch[1], Biberkirich (1801).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Habité au temps préhistorique et à l'époque gallo-romaine.
  • Une verrerie de 1699 est à l'origine de l'agglomération.
  • Village entièrement détruit pendant la guerre de Trente ans.
  • Nouvelle et importante verrerie fondée en 1707.
  • L'église ne date que du début du XXe siècle. Auparavant Troisfontaines, ainsi que Hartzviller, faisaient partie de la paroisse de Biberkirch où se trouvait l'église.
  • Fusion de Troisfontaines - Vallérysthal et Biberkirch le 12 octobre 1967.
  • 26 décembre 1999, Troisfontaines est frappée par la tempête. Celle-ci ravage une grande partie des forêts, surtout celle du côté de Vallérysthal.
  • 2007, 80 % de Troisfontaines est couverte par la TNT.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1850 1855 Laurent Gérard    
1855 1860 Eugène Chrétien    
1860 1865 Joseph Diedat    
1865 1871 Adrien Thouvenin    
1871 1872 Guillaume Aril    
1872 1873 Jacques Baumgarten    
1873   Jean-Baptiste Feltz    
  1884 Baltasard Marbre    
1884 1891 Auguste Stengel    
1891 1896 Paul Warsow    
1896 1905 Joseph Kuchly    
1905 1914 Dominique Helwig    
1914 1918 Jules Alt    
1918 1927 Edouard Bolle    
1927 1929 Edmond Hanus    
1929 1938 Pierre Stenger    
1938 1945 Jean-Baptiste Litscher    
1945 1965 Charles Meyer    
1965 1983 Maurice Jarrige    
1983 1989 Jean Kieffer    
mars 1989 mars 2008 Jean Litscher    
mars 2008 mars 2014 Michel Kuchly    
mars 2014 en cours Sébastien Hornsperger    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 308 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300 371 368 417 480 593 771 787 793
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
730 814 912 927 1 114 1 104 985 1 036 1 424
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 504 1 335 1 200 1 128 1 054 1 026 965 1 001 1 080
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
1 552 1 413 1 344 1 342 1 315 1 281 1 271 1 308 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

  • piste cyclable d'environ 12 km reliant Troisfontaines à Sarrebourg ;
  • TCVB, Trial Club de la Vallée de la Bièvre ; une manche du Championnat du monde de trial s'est déroulée à Troisfontaines.

Économie[modifier | modifier le code]

  • verrerie SCHOTT VTF ;
  • distillerie du castor ;
  • vitrerie ;
  • cristallerie de Vallérysthal ;
  • distillerie ;
  • nombreux commerces ;
  • bâtiment multiservices : garderie, cabinets médicaux, la poste, distributeur automatique, halte-garderie ;
  • un autre multiservices : coiffeur, boulangerie et salon de thé, déplacement du bureau de tabac.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Pierres tombales préhistoriques.
  • Vestiges gallo-romains : fragments de stèles, bas-relief de Mercure, statue d'un dieu cavalier (visible au musée du pays de Sarrebourg).
  • Ancien moulin de la Croix.
  • Cristallerie de Vallérysthal.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas de Biberkirch 1719 et 1836 : autels et orgue XVIIIe siècle
  • Église Saint-Léon-IX, néo-gothique 1914 de Troisfontaines.
  • Chapelle Saint-Augustin de Vallérysthal XIXe siècle néo-gothique.Première pierre posée en 1884.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

L'étang de Vallérysthal : une zone de loisirs a été aménagée (pêche, pétanque, barbecue, aire de pique nique, promenade).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique du département de la Meurthe - Henri Lepage.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011