Kanfen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kanfen
Église Saint-Maurice.
Église Saint-Maurice.
Blason de Kanfen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Est
Canton Cattenom
Intercommunalité Communauté de communes de Cattenom et environs
Maire
Mandat
Denis Baur
2014-2020
Code postal 57330
Code commune 57356
Démographie
Gentilé Kanfenois
Population
municipale
1 068 hab. (2011)
Densité 126 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 24″ N 6° 06′ 37″ E / 49.44, 6.1102777777849° 26′ 24″ Nord 6° 06′ 37″ Est / 49.44, 6.11027777778  
Altitude Min. 198 m – Max. 400 m
Superficie 8,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Kanfen

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Kanfen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Kanfen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Kanfen
Liens
Site web www.kanfen.fr

Kanfen est une commune française située dans le département de la Moselle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Kanfen est situé à environ 230 mètres d’altitude au pied de la colline du Kudertsberg[1]. Le village est arrosé par une petite rivière, la Kiesel qui prend sa source sur le territoire de la commune.

Le village se trouve à 12 km au nord de Thionville et à 20 km au sud de la ville de Luxembourg, à quelques kilomètres de la frontière luxembourgeoise.

La commune regroupe le village de Kanfen et une localité annexe, Kanfen-sous-Bois, contigüe au village voisin d'Entrange[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie la plus probable serait celle d'une origine hybride dérivée du radical gaulois canto « montagne » et du radical germanique fenn « terrain marécageux »[Informations douteuses][3]. Le nom du village reste le même lors de l'intégration de l'Alsace-Moselle à l'Empire allemand en 1870[3].
Le nom est attesté sous les formes Cantevanne en 1239, Canfme en 1285, Kantfan en 1348, Kantphania et Camphania en 1439, Kampten en 1544, Canfen en 1572, Koutphen en 1606, Kamptten en 1681, Kanfen ou Keibourg au XVIIIe siècle, Champhen en 1756, Kanfen ou Kauffen en 1825.
Kaunfen et Kanfen en francique lorrain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme tout le pays de Thionville, Kanfen dépendait de l'ancien duché de Luxembourg. Suite à la prise de Thionville par le Grand Condé en 1643, l'annexion de la ville et ses alentours par le royaume de France est entérinée lors du Traité des Pyrénées de 1659[4].

Faisant partie de l'Alsace-Moselle, le village est intégré à l'empire allemand de 1871 à 1918 à la suite du traité de Francfort, puis annexé de fait au troisième Reich de 1940 à 1944[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Denis Baur    
1980 mars 2008 André Schweitzer    
1965 1980 Victor Sindt    
1945 1965 Nicolas Rouppert    
1941 1945 sans objet (commune
rattachée à Volmerange-les-Mines)
   
1929 1941 Jean Bettendorff    
1925 1929 Jean Becker    
1919 1925 Nicolas Baur    
1918 1919 Nicolas Marx    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 068 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
454 469 473 521 593 532 508 502 507
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
476 478 467 486 470 512 493 586 511
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
543 522 518 444 440 503 483 469 615
1990 1999 2006 2011 - - - - -
722 776 970 1 068 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancien Château du Seigneur de Kanfen, appelé Keybourg, actuellement presbytère à l'emplacement de l'ancien château ;
  • Bildstock datant de 1634 à l'angle de la rue de Volmerange et de la rue de Keybourg.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Maurice, située au lieu-dit Keybourg, construite en 1744, isolée à flanc de coteau ;

Curiosité[modifier | modifier le code]

L'annexe de Kanfen-sous-Bois, située à l'entrée du village d'Entrange-Cité en venant de Kanfen, a la particularité de ne se composer que d'une demi-rue, partagée à l'axe de la voie de circulation. Cette rue porte d'ailleurs deux noms : « rue de la mine » du côté Kanfen, « rue de la sapinière » du côté Entrange.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Romain Wagner, Seigneurie de Volmerange, paroisse de Keybourg, Éditions HAS, 1986.
  • Albert-Louis Piernet, Romain Wagner, Kaunfen ënnerem Keibuurg, Revue Hemechtsland a Sprooch n° 14, Éditions HAS, 1987.
  • Patrice Peiffer, Romain Wagner, Pré et Protohistoire dans le bassin de la Kieselbach, publications de la Société nord mosellane de Pré et Protohistoire, 1997.
  • Jacques Mangin, Kanfen 14-18, auto-édition, 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]