Delme (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delme.
Delme
Église Saint-Germain.
Église Saint-Germain.
Blason de Delme
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Château-Salins
Canton Delme
Intercommunalité Communauté de communes du Saulnois
Maire
Mandat
Roland Geis
2008 - 2014
Code postal 57590
Code commune 57171
Démographie
Gentilé Delmois
Population
municipale
1 026 hab. (2011)
Densité 202 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 16″ N 6° 23′ 35″ E / 48.8877777778, 6.39305555556 ()48° 53′ 16″ Nord 6° 23′ 35″ Est / 48.8877777778, 6.39305555556 ()  
Altitude Min. 208 m – Max. 280 m
Superficie 5,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Delme

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Delme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Delme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Delme

Delme est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur l'axe Metz-Strasbourg, à égale distance de Metz et Nancy, soit approximativement 30 à 35 km des deux villes. Elle est éloignée d'à peu près 15 km de l'aéroport régional, et de fait à une distance semblable de la gare de Lorraine TGV.

Climat[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Delme possède trois lotissements.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Duodecimis villa (990), Diosmis (1106), Desmes (1218), Dyeme (1359), Deismes (1505), Delmes (1566), Delm (1871-1918).

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque gallo-romaine, Delme est mentionnée sur la Table de Peutinger sous le nom Ad Duodecimum (à la douzième borne). C'était un poste sur la route de Metz à Strasbourg. Son nom est dérivé de la position : douze lieues gauloises romanisées (Leucae Duodecim de Metz).

À la renaissance, Delme fait partie du marquisat de Nomeny qui appartint au duc de Mercœur, père de la reine Louise de France et de Philippe-Emmanuel de Lorraine.

En 1661, le roi Louis XIV occupe Nancy. Il impose donc au duc Charles IV de Lorraine la cession de la « route d'Alsace » sur laquelle se trouve Delme. Le bourg devient une possession du roi de France.

Une importante communauté de confession israélite, composée principalement de marchands de chevaux, profite de la présence des armées françaises pour s’installer à Delme. Prospère, elle dispose d'une synagogue, aujourd'hui convertie en musée d'art contemporain. Elle donne à la ville plusieurs maires, parmi lesquels David Worms (-1842), Abraham Vormus (1872-1892) et Émile Worms en (1925-1935).

En 1790, Delme est rattachée au département de la Meurthe.

Au cours de son règne, Napoléon Ier aurait plusieurs fois fait étape à Delme, à la ferme du château.

En 1871, le Traité de Francfort, faisant suite à la guerre franco-prussienne donne au nouvel Empire allemand les territoires germanophines de la France : La département du haut-Rhin avec Mulhouse, Colmar, le département du Bas-Rhin avec Strasbourg, Saverne, Sélestat et Wissembourg, les cantons vosgiens de Schirmeck et Saales, l'arrondissement Mosellan de Sarreguemines, dans le département de la Meurthe, l'arrondissement de Sarrebourg.

L'état-major allemand impose au chancelier Bismarck l'annexion de Metz, préfecture de l'ex-département de la Moselle et ville romane mais place-forte de première importance. Mais la ville se trouve très proche de la nouvelle frontière franco-allemande, pour la protéger d'une avancée des troupes françaises, l'arrondissement de Chateau-Salins dont fait partie Delme, bien que de tradition romane, est également annexé. Cette protection se révélera efficace durant le conflit suivant.

La commune de l'ancien département de la Meurthe, dont le nom est germanisé en "Delm", est rattachée au Landkreis Château-Salins dans le Bezirk Lothringen, le nouveau district allemand de Lorraine.

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, les appelés delmois, comme tous les conscrits du Reichsland Elsaß-Lothringen, se battent bon gré, mal gré, pour l’Empire allemand. La victoire française sera bien acceptée par les habitants du canton, heureux de retrouver la paix. Le bourg est reconquis par l'armée américaine en 1918.

Après le Traité de Versailles, Delme redevient Français et est rattaché au nouveau département français de la Moselle.

La Seconde Guerre mondiale et le drame de l'Annexion au troisième Reich marqueront plus longtemps les esprits. Le nom de la commune est de nouveau germanisé et devient "Delmen". Dans l'après-midi du 3 septembre 1944, la centre de triage ferroviaire est bombardé par des obus américains. La commune, meurtrie par les combats, ne sera libérée que le 17 novembre 1944[1], le même jour que Dieuze et Château-salins.

L'exploitation commerciale voyageurs de la gare de Delme s'arrête au début des années 1970 et celle du fret, vers 1980.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1842   David Worms    
1872 1892 Abraham Vormus    
1925 1935 Émile Worms    
mars 1989 en cours Roland Geis    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 026 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
363 374 415 487 536 616 681 704 721
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
666 670 644 680 679 681 658 628 643
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
682 706 770 637 617 583 553 599 612
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
631 620 698 681 728 859 1 026 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Groupe scolaire Joseph-Nicolas.
  • Collège André-Malraux.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Foire agricole a lieu chaque dernier dimanche de juin.
  • Brocante se déroule chaque année le 1er mai.

Santé[modifier | modifier le code]

  • Deux cabinets de médecine.
  • Pharmacie, cabinet de dentiste, kinésithérapeute.
  • Maison de retraite.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Clubs sportifs, stade de football, gymnase, terrain de tennis, dojo.

Économie[modifier | modifier le code]

Delme possède deux zones artisanales, une à chaque extrémité de la ville sur la route départementale 955 :

  • la première est occupée aujourd'hui pour partie par des entreprises telles que Pneus Diffusion, KRS rechapage ou encore C3M ;
  • la deuxième zone est plus récente, l'entreprise LCS y envisage un agrandissement.
  • Garage Silvestri
  • Hôtel-Restaurant «À La Douzième Borne»
  • Deux boulangeries
  • Une supérette
  • Une auberge

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Château XVIe siècle
  • Maisons anciennes sculptures, cheminée Renaissance.
  • Site de la côte de Delme (403 m).
  • Ancien oppidum gaulois (monnaies), sans doute détruit en 451 par Attila.
  • Côte de Delme (panorama et randonnée)
  • Ancien tribunal cantonal devenu l'hôtel de ville actuel.
  • Lieu du souvenir.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Carré militaire
Cimetière israélite, 1861
Synagogue
  • Église paroissiale Saint-Germain de style néogothique (1859).
  • Synagogue construite en 1880, détruite en 1940, restaurée après la guerre, nouvelle synagogue désaffectée en 1981[4].
  • Monument aux morts allemands de la guerre de 1870, à l'entrée du cimetière catholique.
  • Cimetière israélite, le premier construit en 1800, le second en 1861.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Centre d'art contemporain : un des quarante centres d'art français, qui invite de nombreux artistes à produire des œuvres dans l'espace de l'ancienne synagogue, édifice de style oriental. Des artistes tels que Daniel Buren, Ann Veronica Janssens, Jean-Marc Bustamante, François Morellet, Tadashi Kawamata, ou plus récemment Stéphane Dafflon, Delphine Coindet, Jeppe Hein, Jugnet et Clairet, Peter Downsbrough, Katinka Bock, Julien Prévieux, Gianni Motti, ou Yona Friedman s'y sont succédé au fil des ans[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Général Nassoy[précision nécessaire]
  • Général Joba[précision nécessaire]
  • Victor Lemoine, pépiniériste, né à Delme le 21 octobre 1823.
  • Joseph Matenotte, né le 24 novembre 1750 fils de Sébastien Matenotte aubergiste à Delme. Il s'engage le 2/12/1770 au régiment Dauphin, passe au régiment Perche Infanterie.Libéré en 1778 à St Jean Pied de Port(64).

En 1792, prend le commandement d'une Cie Franche pour défendre la ville menacée par les Espagnols.1793 promu Lieutenant colonel.Général de Brigade en 1794.Matenotte dit le Général La Victoire est mort au combat le 7/06/1794 à l'attaque des redoutes de Berdaritz. Inhumé à Saint Etienne de Baîgorry (64)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armoiries de Delme

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Joseph Marange, Delme et ses habitants au cours de l'histoire, Delme : CODEXCO, 1964, 170 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. 1944-1945, Les années Liberté, Le Républicain Lorrain, Metz, 1994, p.15
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. Histoire de la communauté de Delmes
  5. Centre d'art contemporain la synagogue de Delme sur l'agenda culturel de la Moselle.