Epping

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Epping (homonymie).
Epping
L'église et l'école en 1909.
L'église et l'école en 1909.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Volmunster
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Jean-Louis Chudz
2014-2020
Code postal 57720
Code commune 57195
Démographie
Population
municipale
576 hab. (2011)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 46″ N 7° 19′ 04″ E / 49.1128, 7.317849° 06′ 46″ Nord 7° 19′ 04″ Est / 49.1128, 7.3178  
Altitude Min. 252 m – Max. 378 m
Superficie 10,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Epping

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Epping

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Epping

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Epping

Epping est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine. Le village fait partie du Pays de Bitche, du Parc naturel régional des Vosges du Nord et du bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village, situé en pays découvert, se trouve en bordure de la Köngistrasse (la route royale), qui reliait Bouquenom à Deux-Ponts.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne Eppo suivi du suffixe - ingen/-ing.
  • Eppingen (1380, 1429 et 1594), Eping (1771), Epping (1793), Eppein (1801), Hesping (carte du cours du Rhin), Eppingen (cartes de Cassini et de l'état-major).
  • Eppinge en francique lorrain[1].
  • Partage une toponymie similaire avec Eppingen (Allemagne).

Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs vestiges d'habitat gallo-romains et une stèle figurant Mercure découverte sur le ban d'Urbach, témoignent de l'antiquité du village et de son écart, mentionnés sous la forme Eppingen en 1380, du nom d'homme Eppo.

Dépendait de la seigneurie de Bitche.

Du point de vue spirituel, Epping a été succursale de la paroisse de Volmunster jusqu'en 1802, date à laquelle il a été érigé en paroisse avec Urbach comme annexe. Elle est passée à la même époque dans le nouvel archiprêtré de ce nom.

Les bombardements de février et mars 1945 ont complètement détruit le village et l'église, dédiée à saint Donat, a été seulement reconstruite de 1955 à 1957, sur les plans de Roger Sarrailh, architecte à Bitche.

Du point de vue administratif, Epping fait partie depuis 1790 du canton de Volmunster, Urbach lui ayant été adjoint en 1811.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 actuel Jean-Louis Chudz    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 576 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
264 244 282 690 803 695 708 708 622
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
611 611 580 547 512 540 571 602 611
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
546 577 579 237 464 496 502 489 477
1990 1999 2006 2008 2011 - - - -
473 511 554 568 576 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Paroissiale dédiée à saint Donat. Ancienne filiale de Volmunster, construction en 1736 d'une chapelle, à la requête des habitants, la mère église de Volmunster étant trop éloignée ; devenue trop petite, est remplacée en 1839 par une nouvelle église ; détruite au cours des combats de décembre 1944, février 1945 ; reconstruite après la Seconde Guerre mondiale en 1957.
  • Un coffre massif en chêne du XVIIIe siècle, en dépôt au presbytère, renforcé par des pentures en fer forgé, est le coffre de la fabrique, destiné à conserver ses archives et ses comptes. Il est muni de trois serrures à moraillon, dont le curé, le président et le trésorier de la fabrique détenaient chacun l'une des clefs, ce qui nécessitait leur triple présence, chaque fois qu'il s'agissait de l'ouvrir.

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Les moulins et scieries du Pays de Bitche, Joël Beck, 1999.
  • Le Pays de Bitche 1900-1939, Joël Beck, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geoplatt
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011