Apach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Apach
Rue principale d'Apach
Rue principale d'Apach
Blason de Apach
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Est
Canton Sierck-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Frontières
Maire
Mandat
Patrick Gutieres
2014-2020
Code postal 57480
Code commune 57026
Démographie
Population
municipale
1 004 hab. (2011)
Densité 300 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 34″ N 6° 22′ 32″ E / 49.4594444444, 6.37555555556 ()49° 27′ 34″ Nord 6° 22′ 32″ Est / 49.4594444444, 6.37555555556 ()  
Altitude Min. 145 m – Max. 365 m
Superficie 3,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Apach

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Apach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Apach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Apach

Apach est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine. La ville a la particularité d'être à la frontière de trois pays : la France, le Luxembourg et l'Allemagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Apach est située à deux kilomètres de Sierck-les-Bains, vingt-cinq de Thionville et cinquante de Metz. C'est une ville frontalière avec l'Allemagne (Perl) et le Grand-Duché du Luxembourg (Schengen), lieu communément appelé « pays des Trois Frontières ».

Une réserve naturelle d'orchidées s'étend sur des coteaux calcaires dominant le village. Un ruisseau venant de Manderen traverse la commune et se jette dans la Moselle.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Haut Apach: Ce hameau est mentionné pour la première fois au XVIIe siècle et semble dater de cette époque. Il comptait au début du siècle 6 maisons et 25 habitants. On y trouve une chapelle ainsi qu'un moulin à eau. Sa dénomination francique est Uewer-Opech.
  • Belmach: Ce hameau ne fait partie de la commune d'Apach que depuis un peu plus d'un siècle. Il faisait partie autrefois de la Seigneurie de Mensberg et dépendait des Seigneurs de Sierck. Au XVIIIe siècle, Belmach est rattaché à la Lorraine dans le cadre du bailliage de Bouzonville et c'est la coutume de Lorraine qui régit ce hameau. En 1790, Belmach devient une annexe de la commune de Merschweiller. La loi du 17 février 1864 réunit Belmach à la commune d'Apach. Sa dénomination francique est Belméch.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Achabach (1084)[1], Aspach (1196), Appach (XVIIe siècle), Opach (1682), Aspach (1756)[2], Apach (1793)[3].
  • En Francique lorrain: Opéch (avec l'accent tonique sur le O long fermé initial).

Sobriquets[modifier | modifier le code]

Sobriquets anciens désignant les habitants de la commune :

  • Di Opécher Toperten (Les simplets d'Apach).

Ce sobriquet a l’avantage de rimer parfaitement avec le nom francique du village (Opéch), mais ne signifie pas pour autant que les gens y sont plus stupides qu’ailleurs.

  • Die Apacher Schlawaken = Les Slowaques (Polaques) d’Apach[1].

Le nom Slowaques, fait référence aux cavaliers Polonais qui étaient venus faire subir des violences et cruautés sur la population rurale du pays de Sierck. Devenu par la suite dans le dialecte local un synonyme d’hommes sans savoir vivre ou incultes.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Dépendait de l'ancienne province de Lorraine, bien de l'abbaye de Rettel, dont les seigneurs de Sierck étaient les seigneurs-voués.
  • Réuni à la France avec Sierck en 1661.
  • John Churchill campait sur les hauteurs d'Apach, face au maréchal Claude Louis Hector de Villars en 1705.

En 1817, Apach, village de l'ancienne province de Lorraine à droite de la Moselle. À cette époque il y avait 305 habitants répartis dans 48 maisons.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1986 - 2014 Gérard Rollinger
1971 – 1986 Pierre Halle
1960 - 1971 Pierre Moritz
1953 - 1960 André Maathey
1947 - 1953 Mathias Hoffmann
1945 - 1947 Pierre Rolinger
1935 - 1940 Mathieu Grégoire
1925 - 1935 Jean-Baptiste Weber
1920 - 1925 Jean Schmitt
1917 - 1920 Jean-Baptiste Weber
1894 - 1917 Henri Grégoire
1871 - 1894 Pierre Closse
1865 - 1871 Mathieu Grégoire
1860 - 1865 Henri Grégoire
1857 - 1860 Joseph Bron
1840 - 1857 Michel Grégoire
1823 - 1840 Michel Lary
1812 - Jacques Reymeringer
1800 - 1812 Jacques Sondag
1799 - 1800 Michel Sondag
1798 - 1799 Jacques Sondag
1794 - 1798 Christophe Lary
1793 - 1794 Michel Sondag
1793 - 1794 Michel Sondag
Les données antérieures ne sont pas encore connues.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 004 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1836 1841 1861 1866 1871 1875
229 267 294 532 557 455 580 510 488
1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921 1926
481 475 442 415 411 440 434 420 453
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
659 698 584 652 883 841 848 864 798
1999 2006 2011 - - - - - -
813 899 1 004 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • château édifié vers le milieu du XVIe siècle, probablement par un meunier d'Apach ; propriété de la famille Muller au XVIIe siècle, qui restauré le château à partir de 1671, porte la date ;
  • grosse forge fondées par Louis de Bettainvillers en 1611 ; en activité jusqu'en 1739 ; aujourd'hui détruite.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Donat ; clocher roman rond XIIe siècle ; a remplacé la chapelle Saint-Léonard construite dans le premier quart du XVIIe siècle aux frais de Louis de Bettainvillers pour les ouvriers de la forge qu'il venait de créer dont il ne subsiste que la tour clocher ; la nef actuelle a été construite en 1832 ;
  • Chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs à Haut-Apach, construite en 1718 ;
  • Chapelle Saint-Antoine à Belmach XVIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Passé-Présent : La Moselle dévoilée N°7 (Septembre-Octobre-Novembre 2012)
  2. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011