Puttelange-lès-Thionville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Puttelange.
Puttelange-lès-Thionville
Église Saint-Rémi.
Église Saint-Rémi.
Blason de Puttelange-lès-Thionville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Est
Canton Cattenom
Intercommunalité Communauté de communes de Cattenom et environs
Maire
Mandat
Joseph Ghamo
2014-2020
Code postal 57570
Code commune 57557
Démographie
Population
municipale
897 hab. (2011)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 29′ 08″ N 6° 16′ 04″ E / 49.4856, 6.2678 ()49° 29′ 08″ Nord 6° 16′ 04″ Est / 49.4856, 6.2678 ()  
Altitude Min. 165 m – Max. 258 m
Superficie 10,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Puttelange-lès-Thionville

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Puttelange-lès-Thionville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puttelange-lès-Thionville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puttelange-lès-Thionville

Puttelange-lès-Thionville est une commune française située dans le département de la Moselle. C'est l'ancienne Puttelange-lès-Rodemack qui changea son nom malgré les 22 km qui la séparent de son chef-lieu d'arrondissement Thionville.


Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé au nord-est de la ville de Thionville et à l'est de Rodemack. La commune a été réputée pour sa carrière de « Gries ». À partir de celle-ci un panorama en direction de la frontière luxembourgeoise à Mondorff (France) respectivement Mondorf-les-Bains (Luxembourg) permet de distinguer un clocher à bulbe.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est composée de Puttelange-lès-Thionville, Halling, Himeling et la ferme de Hasensprung.

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Puttelange[modifier | modifier le code]

  • Puthilingen & Putlinga (907), Putilingin (1161), Putlenges (1312), Putlengen (1429), Puttlingen (XVIIIe siècle), Putelange (1723).
  • En Francique lorrain: Pëttléngen et Pëttléng. En allemand: Pitlingen[1] et Püttlingen.

Himeling[modifier | modifier le code]

Halling[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les prospections archéologiques menées sur les bans de Puttelange-Halling-Himeling ont permis d'étudier d'importantes stations préhistoriques, polissoirs néolithiques, et vestiges gallo-romains.

La commune de Puttelange les Thionville, la seigneurie Luxembourgeoise appartenait au XIVe siècle à Thilman de Rodemack, au XVIe siècle aux Larochette, en 1749 aux Haen de Bourg Esch et en1778 au Marquis de Dampont qui fut guillotiné à Metz en 1794. Les Barons d'Huart, le succédèrent.

À Puttelange se trouve un petit château qui a été construit en 1653 par Thomas Ryaville. Il y passait jadis une voie romaine qui contournait le château entouré de fossés. Le maire donna l'ordre en 1779 d'y construire un moulin. Ce beau château situé dans un vallon au nord de la commune et un peu à l'écart du village et dont la famille fondatrice était alliée à la famille des seigneurs de Rodemack. Elle comprend dans sa filiation le musicien et compositeur autrichien Jean Vesque de Puttelange Johann Vesque von Püttlingen (de Puttelange), dit Hoven (pseudonyme).

L'église baroque Saint-Rémi de Puttelange fut construite en 1754, l'autel et la chaire au XVIIIe siècle. Elle possède une collection de statues polychromes réalisées dans un atelier de Mondorf au siècle dernier.

Sur la commune se trouvent de nombreux calvaires du XVIIe et XVIIIe, le principal est la mise au tombeau de 1688.

Cette commune possède des terres abondantes et généreuses ainsi que des bois. Puttelange produisait du vin en 1841 et possédait d'un four à chaux. L'activité de la viticulture a cédé le pas progressivement à la fin du XIXe siècle sous l'effet de la concurrence des vins du midi acheminés facilement par le réseau ferroviaire.

Mais son activité économique principale a été centrée sur la carrière de gries que l'on rejoignait par un petit chemin de fer dénommé la Jangelschoen. Dans un vallon où circule les flots de la Dollbach affluent du ruisseau de Gendren. Les pavés extraits de la carrière et la sable qu'on y extrayait ont servi dans le construction des routes, l'approvisionnement des hauts fourneaux et lorsque l'occasion s'est présentée dans la construction des fortifications de la ligne Maginot distante d'une dizaine de kilomètres (ouvrage de l'Immerhof à Hettange et la grande ligne de forts installé dans les bois de Cattenom). Les grès de Puttelange aussi réputés que ceux de la carrière de Hettange-Grande ont une notoriété importante au XIXe siècle et ont servi au développement urbain de différentes villes de Moselle et notamment de la ville de Metz.

Puttelange possède un moulin : le moulin Hoffmann qui a servi jusque dans les années 1970 pour de nombreuses productions (seigle, froment). Le moulin Hoffmann est dirigé par cette famille de meuniers originaires du Luxembourg depuis le début du siècle. Le moulin de Puttelange est le seul de la région à avoir conservé intacts ses mécanismes et le propriétaire du moulin continue à faire fonctionner la turbine pour ses besoins personnels, à destination de l'alimentation animale. C'est dans ce cas et après une côte de 8 mètres une turbine de petite taille. Le procédé de fabrication est cependant récent, car la famille meunière avait remplacé progressivement les vieilles roues dentées par un système de concassage par la roue anglaise. Le dispositif actuel permet de convertir la force du ruisseau en énergie, parce que la rivière et le bief sont assez bien entretenus: même si toutefois nous assistons à un appauvrissement du débit de l'eau dans le secteur.

La réserve naturelle du Grund constitue une restitution à la nature de la vieille carrière de gries. C'est selon les mots de Jean-Marie Pelt, botaniste et natif de Rodemack, que nous sommes dans la partie la plus orientale du règne d'une variété en voie de disparition d'une orchidée. Mais le site traversé par un très joli sentier et ouvert sur des vues panoramiques intéressantes, est de plus en plus envahie par la forêt à l'exception des pelouses calcaires. C'est le conservatoire des sites lorrains et une association du secteur qui sont chargés de l'entretien de cette réserve[3]

La réserve géologique de Hettange-Grande est chargée d'étudier les différents sites carriers du secteur (carrières de Hettange, Boust, Puttelange). Ces différentes carrières appartiennent au stratotype de l'Hettangien, qui correspond à une ère du jurassique. Nous rappelons ainsi en visitant ce réseau de carrières qu'il y a 250 millions d'années la mer de Thétys recouvrait l'ensemble du secteur à proximité des rives du golfe du Luxembourg.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1970 2014 Lucien Klein   - style="vertical-align: top" 2014 en cours Joseph Ghamo   Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 897 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
477 528 329 680 980 966 840 845 782
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
714 751 792 721 674 663 681 715 664
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
623 586 575 514 502 491 476 478 506
1990 1999 2004 2006 2009 2011 - - -
510 611 761 887 903 897 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Abri sous roche (« Grotte »).
  • Passage d'une voie romaine.
  • Vestiges sur un rocher dans le bois au nord du château actuel. Le château primitif datant du Moyen Âge, fut incendié en 1389.Il appartient jusqu'au XVIe siècle à une branche collatérale de la famille de Rodemack, puis aux Larochette.
  • Château Fort "La Burg" entouré de fossés, douves ; pont. Le château actuel reconstruit 150 mètres au sud-ouest du château primitif, milieu XVIIe siècle (date 1653 portée sur le linteau de la porte piétonne du logis) par la famille de Ryaville. Les vestiges d'un bâtiment, qui aurait été la chapelle castrale, comprennent en remploi provenant du château primitif plusieurs baies à linteau trilobé. Après 1736 le château est successivement propriété des familles de Dampont puis d'Huart. Au milieu XXe siècle, toitures du logis refaites, les lucarnes et les croisées de plusieurs fenêtres sont supprimées
  • le moulin Hoffmann ;
  • la carrière de gries du grund ;
  • la réserve naturelle biologique du grund ;
  • des croix de bildstocks ;
  • la rivière Dollbach ;
  • des plaques commémoratives en pierre.
  • Doempel

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale baroque Saint-Remi, fondée par les bénédictins de l'abbaye d'Echternach, reconstruite en 1754 (date portée sur la clef du portail de la tour clocher) et 1755 (date portée sur la clef de l'arc triomphal). Autels et chaire XVIIIe siècle ; fresques 1773 signées Millim ; toile du baptême de Clovis 1609.
  • Chapelle Saint-Antoine-de-Padoue.
  • Chapelle Saint-Willibrord à Halling, construite en 1741, date portée sur la façade occidentale et sans doute restaurée en 1762, date portée sur la clef du portail de la façade occidentale
  • Chapelle Saint-Quirin à Himeling, construite en 1863.
  • Oratoire à Schlesserei, construit en 1820, date portée ; murs et toitures restaurés 1re moitié XXe siècle
  • Nombreux calvaires XVIIe siècle/XVIIIe siècle; calvaire avec Mise au tombeau 1688 ; croix-colonne 1744.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Vesque von Puttlingen, compositeur de musique (1803-1883).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Neiers & Jacques Watrin, Les familles de Puttelange-lès-Thionville et leurs annexes de Himeling et Halling, Éditions du Cercle généalogique des 3 Frontières, 2006.
  • Romain Wagner, « Les Prédécesseurs », dans (op cit.) Les Familles de Puttelange-lès-Thionville et leurs annexes de Himeling et Halling, Éditions du Cercle généalogique des 3 Frontières, 2006.
  • Romain Wagner, « Les polissoirs fixes du Nord-Mosellan », dans Les Cahiers lorrains, n° 3/4, décembre 2007, Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine, 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. Koninklijke Commissie voor Toponymie & Dialectologie-Bulletin: Handelingen, Volumes 4 à 6 (1930)
  3. Site Internet de la réserve botanique
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011