Wœlfling-lès-Sarreguemines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Vœlfling-lès-Bouzonville.
Wœlfling-lès-Sarreguemines
Image illustrative de l'article Wœlfling-lès-Sarreguemines
Blason de Wœlfling-lès-Sarreguemines
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Sarreguemines-Campagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences
Maire
Mandat
Michaël Weber
2014-2020
Code postal 57200
Code commune 57750
Démographie
Population
municipale
713 hab. (2011)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 10″ N 7° 10′ 29″ E / 49.0861111111, 7.1747222222249° 05′ 10″ Nord 7° 10′ 29″ Est / 49.0861111111, 7.17472222222  
Altitude Min. 270 m – Max. 357 m
Superficie 6,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Wœlfling-lès-Sarreguemines

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Wœlfling-lès-Sarreguemines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wœlfling-lès-Sarreguemines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wœlfling-lès-Sarreguemines

Wœlfling-lès-Sarreguemines est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est peu boisée mais assez vallonnée. Le centre du village de Wœlfling se situe à 1,5 km de l'ex-RN 62 (RD 662 depuis 2006). Comme la commune voisine de Wiesviller, Wœlfling est traversée par la Schwartzbach, petit ruisseau affluent de la Sarre.

Deux étangs dans lesquels baignent deux îlots de végétation sont situés sur le ban de Wœlfling avec à proximité un lieu d'habitation abandonné.

Wœlfling-lès-Sarreguemines est située à 10 km de Rohrbach-lès-Bitche et de Sarreguemines et à 23 km de Bitche.

Wœlfling-lès-Sarreguemines est desservie par la gare de Wœlfling-lès-Sarreguemines située dans le bois de Bliesbruck (ligne de Bitche à Béning et à Metz-Ville). À l'opposé de cette gare, dans la vallée de la Sarre, la gare de Wittring, située à 6 km du bourg, permet de rejoindre Sarrebourg par des autocars TER Lorraine.

Le village est situé à 20 km de l'échangeur N° 42 de l'A 4 qui permet de rejoindre Metz ou Strasbourg.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique Wolfila + -ingen[1].
  • Wulbelingen/Wülbelingen (1143), Wielfing (1143), Wolvelingen (1178), Walvelingen (1179), Wluelingen (1196), Wulbelingen (1295), Wolffelingen (1445), Wubelingen (1449), Wellingen et Wolfflingen (1594), Wölflingen (1681), Woilflingen (1756), Wolffling (1779), Wölflingen (carte Cassini), Welfling (1793), Walfling (1801), Woelfling-lès-Sarreguemines (1929), Wölflingen bei Bliesbrück (1940-44).
  • Welflinge en francique lorrain[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers écrits où est cité Wœlfling datent du XIIe siècle (Wülvelingen à l’époque) mais le site a été un lieu de passage dès l'Antiquité (présence d'une voie romaine).

Après de nombreux échanges et gages sur les villages de Wœlfling et Wiesviller entre seigneurs locaux, ceux-ci revinrent au XVIe siècle à la famille de Nassau-Sarrebruck qui y introduisit le luthéranisme. En 1621, Woelfling et Wiesviller redevinrent catholique par leur rattachement définitif à la Lorraine lors d’un échange entre le comte Louis de Nassau-Sarrebruck et le duc Henri II de Lorraine.

La guerre de Trente Ans détruisit totalement les deux villages. Les villages se repeuplèrent peu à peu. Wœlfling fut réunie par décret à Wiesviller en 1811, mais redevint indépendante par ordonnance royale en 1837.

En 1793, le nom du village était orthographié Welfling tandis qu'en 1801, les orthographes Walfling et Woelfling étaient conjointement employées. Wœlfling a pris son nom actuel en 1929. Le village avait été entre temps renommé Wölflingen bei Bliesbrück de 1871 à 1919 et le sera de nouveau de 1940 à 1944.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793   Pierre Wagner   Curé
1795   Nicolas Beilstein    
1801   Jacob Daniel    
1804   Jean Georges Beck    
1811   N. Ziegler   Maire délégué (commune rattachée à Wiesviller)
1813   Jean Wagner   Maire de Wiesviller
1816   N. Weber   Maire délégué (commune rattachée à Wiesviller)
1821   Jean Georges Beck   Maire délégué (commune rattachée à Wiesviller)
1826   Jean Wack   Maire délégué (commune rattachée à Wiesviller)
1837   Jean Adam Weber    
1840   Gaspard Schuster    
1843   Marc Conrad    
1846   Nicolas Beck    
1855   Joseph Schaub    
1871   Jean Beck    
1908   Jean-Baptiste Beck    
1920   Nicolas Heymann    
1929   Michel Conrad    
1934   Henri Schwartz    
1940   Albert Beck    
1944   Nicolas Kuhn    
1945   Pierre Lutz    
1953   Vincent Franck    
mars 1971   Nicolas Lett    
1979   Marcel Lutz    
1984   Roger Scheidler    
juin 1995 [3]... Michaël Weber PS Conseiller régional
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 713 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1841 1861 1866 1871 1875 1880
280 374 436 614 595 612 608 590 550
1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921 1926 1931
511 520 511 497 499 514 469 482 489
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
468 415 436 463 488 511 557 597 577
2004 2006 2009 2011 - - - - -
630 625 681 713 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La grande statue érigée en 1950 (Le Sacré-Cœur), située près de la limite avec Wiesviller.
  • Le monument aux morts (statue Saint-Michel), près de la mairie, qui a été rénové en janvier 2008.
  • Le cimetière anabaptiste situé impasse des vergers.
  • De nombreux calvaires.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Commune sans église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • La fête de la pomme de terre (Grumberefescht en platt), depuis 2001 (en septembre)
  • La fête de la route romaine, (fin juin, début juillet)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre.
  2. Geoplatt
  3. Réélu en mars 2008
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. Jean Martersteck sur le site de www.bitscherland.fr