Peltre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peltre (homonymie).
Peltre
Église Notre-Dame.
Église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Metz-Campagne
Canton Verny
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Metz Métropole
Maire
Mandat
Walter Kurtzmann
2014-2020
Code postal 57245
Code commune 57534
Démographie
Gentilé Peltrois
Les loups de Peltre[1].
Population
municipale
1 809 hab. (2011)
Densité 216 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 33″ N 6° 13′ 29″ E / 49.0758333333, 6.22472222222 ()49° 04′ 33″ Nord 6° 13′ 29″ Est / 49.0758333333, 6.22472222222 ()  
Altitude Min. 179 m – Max. 246 m
Superficie 8,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Peltre

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Peltre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Peltre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Peltre
Liens
Site web http://peltre.valstpierre.fr

Peltre est une commune française située dans le département de la Moselle et la région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Peltre est un village à 5 km au sud-est de Metz, à droite de la route de Strasbourg. Il a pour annexe le village de Crépy et possède plusieurs écarts :

  • la ferme de Basse Bévoye ;
  • la ferme de Haute Bévoye : elle dépend de Saint-Eucaire jusqu’en 1792, elle est rattachée à Peltre de 1793 à 1840 environ, puis à Borny ;
  • la ferme de la Horgne ;
  • l’auberge Lion d’Or ;
  • le moulin de Peltre.


Carte de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Villes proches de Peltre (distances orthodromiques)
Jury Ars-Laquenexy Chesny Coincy Mécleuves Montoy-Flanville Pouilly Courcelles-sur-Nied Metz
2,2 km 3,6 km 3,9 km 4,1 km 4,4 km 4,4 km 5,2 km 5,2 km 7,4 km
Rose des vents Metz Ars-Laquenexy Rose des vents
N Jury
O    Peltre    E
S
Pouilly Chesny

La commune française la plus éloignée de Peltre est Urepel dans les Pyrénées-Atlantiques (890,5 km).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village aurait pour origine un Gaulois nommé Pertus.

  • Crepacium[2]
  • 1161 : Perta
  • 1192 : Perte
  • 1227 : Perde
  • 1275 : Perthe(s)
  • XVe siècle : Pertre
  • 1607 : Peltre
  • 1681 : Perthe
  • 1860 : Pelte et Crespy
  • 1871-1915 : Peltre [3]
  • 1915-1918 : Pelter
  • 1940-1944 : Pelters
  • En Lorrain : Pête.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Haut Moyen Âge est érigée la paroisse de Saint-Privat de Montigny : elle a pour annexe Peltre et Magny, chacune ayant sa petite église, le tout dépendant de l’archiprêtré de Noisseville. En 1194, l’évêque Bertram donne la paroisse de Saint-Privat à abbaye de Saint-Clément de Metz qui garde cette possession jusqu’à la Révolution et désigne le curé. Cette union est confirmée la même année par l’archevêque de Trèves et par le pape Célestin III, suivi d'une bulle d’Innocent III en 1202. L'église est placée sous le vocable de saint Clément, premier évêque de Metz, et Le curé devint alors vicaire perpétuel[4].

Peltre et Crépy dépendent du pays messin plus précisément du Saulnois. Ils font partie de l'ancienne province des Trois-Évêchés.

Le château-fort de Crépy fut attaqué le 11 juillet 1428 par Charles II, duc de Lorraine, par les ducs de Bar et de Bavière, et par le marquis de Bade à la tête de 10 000 chevaux. Ils y entrèrent le lendemain et fauchèrent plus de mille arpents de blé autour de la forteresse, pour ruiner le pays et prendre, si possible, la ville de Metz par la famine. En 1444, les Messins essayèrent de prendre Crépy ; mais après cinq jours de siège, ils furent obligés de se retirer[2].

En 1591, Saint-Privat perd son titre d’église paroissiale qui est recueilli par Magny : l’église de Peltre devient annexe de Magny. Le 7 juillet 1671, l’évêque de Metz Mgr d’Aubusson de La Feuillade, démembre les villages de Peltre et Crepy de la paroisse de Magny et érige la paroisse de Peltre. Les religieux de Saint-Clément s'en plaignent au Grand Conseil qui casse l'érection en cure le 30 septembre 1673 mais ordonne qu'on laisse à Peltre un vicaire résident[4].

Le village de Crépy fut rattaché à Peltre en 1809.

Dans l'invasion de 1815, les puissances alliées ont eu longtemps leur quartier-général à Peltre.

En 1817, Peltre a pour annexes le village de Crépy haute et basse cour (chapelle), les fermes de haute et basse Bévoye (chapelle) et de la Horgne. À cette époque, le village possède 230 habitants répartis dans 43 maisons. À Crépy, il y a 60 habitants et 11 maisons[2].

Le château est détruit au milieu du XIXe siècle pour faire place à la maison mère des sœurs de la Providence de Peltre en 1839[5].

[Quand ?]village fleuri : deux fleurs.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Fascé d’argent et de gueules

Armes de la famille Ferrand qui possédait la seigneurie aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1646  ? Christophe Girard    
1771 1775 Pompey   Vicaire
1789  ? Jacques Godfrin    
An 2 An 8 Laurent    
An 8 An 13 Nicolay    
1806 1813 Laurent    
1815  ? Dumont    
1831 1821 Guernuze    
1821 1831 Sallerein    
1831 1855 Jacques Grandjean    
1831 1855 Jacques Grandjean    
1855 1867 François Tuteur    
1867 1870 Grandidier    
1870 1903 Valery De Tinseau    
1903 1919 Grandidier    
1919 1926 Jules Lejaille    
1926 1930 François Bassompierre    
1930 1942 Louis Laurent   Agriculteur
1942 1944 Ulrich    
1945 mars 1947 Alexandre Bonnet    
1947 mars 1981 Eugène Laurent   Agriculteur
1981 mars 1983 André Mathis   Cadre à la sécurité sociale
mars 1983 mars 2001 Henri Darras   Ingénieur électricien
mars 2001 mars 2014 Bernadette Veler   Directrice de crèche
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 809 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
262 281 263 404 399 471 661 669 365
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
608 575 633 632 649 660 779 815 772
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
805 793 824 714 935 903 884 1 114 1 476
1990 1999 2004 2006 2009 2011 - - -
1 487 1 472 1 621 1 628 1 792 1 809 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Données Revenus moyens par ménage Population active totale Taux d'activité Chômeurs Taux de chômage (1999) Actifs Retraités Jeunes scolarisés Autres personnes sans activité
PELTRE
21 555 € / an
638
77 %
36
5,6 %
43,3 %
18,2 %
25,3 %
10,3 %
National
15 027 € / an
26 456 813
82,2 %
3 401 611
12,9 %
45,2 %
18,2 %
25 %
11,6 %

Le Cercle généalogique de Moselle a publié une table de 294 mariages enregistrés à Peltre pour la période 1687 à 1793[8]. L’ouvrage de reconstitution des familles de Peltre et Crépy publié par le Cercle généalogique du Pays messin pour la période 1662 et 1907 recense 2 298 familles[9].

Résultats des dernières élections[modifier | modifier le code]

Données Régionale 2010 Présidentielle 2007 Présidentielle 2002 Législatives 2007 Législatives 2002 Cantonales 2008 Cantonales 2004 Européennes 2009 Européennes 2004
PELTRE
* Peltre
* Peltre
* Peltre
* Peltre
* Peltre
* Peltre
* Peltre
* Peltre
>* Peltre
National
* France entière
* France entière
* France entière
* France entière
* France entière
* France entière
* France entière
* France entière
>* France entière

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • passage d'une voie romaine.
  • mémorial des deux guerres mondiales et de la guerre de Corée ( situé à côté de la mairie ).

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • château, détruit au début XIXe siècle pour faire place à la maison mère des sœurs de la Providence de Peltre en 1839 ;
  • traces du château XVe siècle ;
  • château de Crépy, XIXe siècle ;
  • collège Notre-Dame moderne, parc.
  • Communauté Emmaüs de Peltre

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle néo-gothique du couvent.
Chapelle de basse Bévoye.
  • sculpture « Vierge à l'Enfant à Peltre » ; statue en calcaire polychrome du premier quart du XIVe siècle ; classée depuis le 30 novembre 1984 et conservée à la Chapelle des Sœurs de la Providence ;
  • église Notre-Dame, 1830 ; incendiée par la guerre en 1870 ; église néo-gothique 1872 par Jacquemin.
  • chapelle néo-gothique du couvent Saint-André.
  • chapelle de basse Bévoye.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • RPL Radio est une radio associative peltroise.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Surnom donné aux habitants de Peltre d’après Jean Varnier, Sobriquets et quolibets de Lorraine, 1989.
  2. a, b et c Viville, Dictionnaire du département de la Moselle, 1817
  3. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/verny/peltre.html
  4. a et b Dir. rédaction Yvon Jacquemin, Peltre. Notre église paroissiale — Son histoire, le passé et le futur, association Notre-Dame-de-L'Assomption, Imprimerie du Val-Saint-Pierre, 900 exemplaires, février 1998.
  5. Michel de la Torre, Moselle, l’art et la nature de ses 719 communes, 1985.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  8. Marthe et Jean Wagner, Table des mariages enregistrés à Peltre de 1687 à 1793, 2e édition, nov. 1992.
  9. Michel Rassemusse, Peltre Crépy Reconstitution de familles de 1662 à 1907, Cercle généalogique du Pays messin, Florange, sept. 2007, 270 p.