Rémelfing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Rémelfang.
Rémelfing
Image illustrative de l'article Rémelfing
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Sarreguemines-Campagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences
Maire
Mandat
Hubert Bouring
2014-2020
Code postal 57200
Code commune 57568
Démographie
Population
municipale
1 423 hab. (2011)
Densité 543 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 31″ N 7° 05′ 34″ E / 49.0919, 7.092849° 05′ 31″ Nord 7° 05′ 34″ Est / 49.0919, 7.0928  
Altitude Min. 195 m – Max. 263 m
Superficie 2,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Rémelfing

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Rémelfing

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rémelfing

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rémelfing

Rémelfing est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique Romolf suivi du suffixe -ingen/-ing.
  • Rumelfingen (1398), Rumelfangen (1430), Romelfing (1482), Rumelfingen (1594), Rymelfanges (1625), Saar-Riemelfing (1693), Rimelfingen et Remelfingen (1756), Remelfing (1793), Remelfingen (1871-1918).
  • En francique lorrain: Rimelfinge[1].
  • Sobriquet des habitants : Rimelfinger Knippelspalter (les fendeurs de bûche de Rémelfing)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Dépendait de l'ancienne province de Lorraine, dans la châtellenie de Sarreguemines.
  • Steinbach était un écart de Remelfing, démoli en 1891 afin d’y construire une voie de triage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 1995 Rémy Nussbaum    
mars 1995 juillet 2005 Roger Schmitt    
juillet 2005 mars 2008 Gérard Eidesheim    
mars 2008   Hubert Bouring    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 423 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1836 1841 1861 1866 1871 1875
210 222 266 372 345 485 630 502 649
1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921 1926
623 741 764 901 1 004 1 072 1 110 953 1 052
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
959 936 978 1 151 1 231 1 234 1 341 1 262 1 310
1999 2006 2011 - - - - - -
1 485 1 458 1 423 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château édifié en 1700 pour la famille de Gallonié, détruit en 1892 par l'industriel Edouard Jaunez qui fait reconstruire un nouveau château style vallée de la Loire.L'administration des chemins de fer d'Alsace-Lorraine acquit le château pour agrandir la gare de triage et le démolit presque entièrement.
  • Château du XVIIIe siècle construit à l'entrée du village, bel édifice, avec chapelle disparue au XIXe siècle le château et délabrés les dépendances transformés en logement.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre 1853.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Seiler (en religien Frère Apollinaire-Marie),(1867-1949), Frère des Écoles Chrétiennes, savant-botaniste en Colombie. Fondateur de la Revista de la Sociedad Colombiana de Ciencias Naturales.
  • Joseph Halb, homme de théâtre

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geoplatt
  2. entre Sarre & Blies, le journal de la Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences, n° 21, décembre 2009
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011