Diebling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diebling
Image illustrative de l'article Diebling
Blason de Diebling
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Forbach
Canton Behren-lès-Forbach
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Forbach Porte de France
Maire
Mandat
René Rinkenbach
2014-2020
Code postal 57980
Code commune 57176
Démographie
Population
municipale
1 653 hab. (2011)
Densité 211 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 34″ N 6° 56′ 28″ E / 49.1094, 6.9411 ()49° 06′ 34″ Nord 6° 56′ 28″ Est / 49.1094, 6.9411 ()  
Altitude Min. 225 m – Max. 340 m
Superficie 7,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Diebling

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Diebling

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Diebling

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Diebling
Liens
Site web http://www.diebling.fr

Diebling est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans la vallée du Strichbach, la commune est traversée par la RD 910 (St-Avold-Sarreguemines) et le CD 31 C (Diebling-Forbach). La vallée porte le nom du cours d'eau, le « Strichbach» qui traverse le village sur 3 km. Diebling est situé à 10 km de Sarreguemines et de Forbach.

Son ban a une superficie de 784 ha. Le paysage est agrémenté par une forêt de feuillus et par une forêt de résineux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • La commune de Diebling doit l'origine de son nom à un guerrier franc présent dans cette vallée entre l’an 700 et 1000. Ce guerrier s’y serait installé avec sa colonie. Il est possible qu'il s'appelait Bodilus (traité comme Dobilus)[1], Thuibold, Tuoblo ou encore Tibelo.[évasif]
  • La terminaison « -ing » ou « -ingen » subsistera au cours des siècles, tandis que la racine initiale du nom connaîtra de nombreuses modifications[2],[3]: Dubenlanges et Dubelange en 1277, Dublingen et Dieblingen en 1525, Düblingen[4] et Dueblingen en 1581, Dublingen en 1594, Duebling (fin du XVIe siècle), Diebling en 1751, Dibling et Diebling en 1779, Dibling (carte de l'Etat-Major), « Dieblingen » durant l’occupation allemande (1870-1918 et 1940-1944), pour finir par son nom actuel de Diebling après la libération.
  • En allemand: Dieblingen[2]. En francique lorrain: Diwlinge et Dieblinge.

Histoire[modifier | modifier le code]

Partie de la seigneurie de Forbach acquise par les seigneurs de Puttelange, Nassau, Varsberg, et en 1624 par le prince de Phalsbourg.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2001 Fernand Klein    
mars 2001 mai 2010 Jean Luc Schwartz   Décédé
juillet 2010 en cours René Rinkenbach    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune comtait 85 habitants en 1567.


En 2011, la commune comptait 1 653 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
442 525 484 671 654 695 722 719 702
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
700 715 644 640 639 665 734 768 760
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
776 800 790 840 1 000 1 181 1 265 1 489 1 583
1990 1999 2006 2011 - - - - -
1 709 1 629 1 628 1 653 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Salle polyvalente le Clos des Arts (succède au Mille Clubs) : tribune du stade de football intégrée au bâtiment, trois salles (deux petites et une grande), ensemble doté d’une bonne acoustique[7].

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Wendelin 1826 clocher à bulbe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre.
  2. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  3. Die ortsnamen des lothringischen kreises Forbach - Max Besler (1888)
  4. Mémoires de la Société d'Archéologie et d'Histoire de la Moselle (1862)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. fiche Diebling sur le site « Agglomeration Forbach ».