Marly (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marly.
Marly
Église Saint-Brice.
Église Saint-Brice.
Blason de Marly
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Metz-Campagne
Canton Verny
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Metz Métropole
Maire
Mandat
Thierry Hory
2014-2020
Code postal 57155
Code commune 57447
Démographie
Gentilé Marlien(ne)s
Population
municipale
9 797 hab. (2011)
Densité 891 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 39″ N 6° 09′ 16″ E / 49.0608, 6.154449° 03′ 39″ Nord 6° 09′ 16″ Est / 49.0608, 6.1544  
Altitude Min. 167 m – Max. 201 m
Superficie 11,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Marly

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Marly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marly
Liens
Site web http://www.marly57.fr/

Marly est une commune française située dans le département de la Moselle en Lorraine. Elle appartiennent à l'agglomération messine. Ses habitants sont appelés les Marliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Marly est située sur la Seille à 6 km à peine du centre de Metz, dont elle constitue aujourd’hui une banlieue pavillonnaire en développement.

Rose des vents Moulins-lès-Metz Montigny-lès-Metz Rose des vents
Augny N Metz
O    Marly    E
S
Cuvry Pouilly

Marly est particulièrement bien desservie par les réseaux de communication régionaux et internationaux. L’échangeur de Fey la relie à l’autoroute A31 entre Metz et Nancy, et au-delà vers Paris, la Belgique, le Luxembourg et l’Allemagne. La RD913 permet un accès facile à l’aéroport régional Metz-Nancy-Lorraine. La rocade du sud messin, voie de contournement de Metz, permet un dégagement en direction de Sarrebrück et vers Thionville et Paris.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Marly tient son nom du celte Mariliacum qui signifie étang ou marécage.
  • Miriliacum (745), Marleium (952), Marleia (XIe siècle), Marlei (1089), Marlai (1212), Marlay (1345), Marleit (1350), Mairley (1404), Maerley (1467), Mairly (1491), Maly (XVIIe siècle), Marly (1793).
  • En lorrain roman: Mâly[1].
  • Le nom allemand de Marly pendant la première annexion est Marleien de 1915 à 1918. Puis la commune est renommée Marlingen de 1940 à 1944.

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte à Marly d’un crâne, d’outillage ou de pointes de flèches en pierre taillée à partir de 1955 indique une présence humaine au paléolithique, au néolithique et à l’âge du fer.

À l’époque gallo-romaine, la route de l’ambre devenue Via Agrippa passait à peu près rue Costes-et-Bellonte. Avant 1901, on découvre sur le ban de Marly quatre vestiges de villas romaines (1 000 pièces de monnaie) et d’autres après 1962.

Le bourg de Marly dépendait de l’ancienne province des Trois-Évêchés.

Les bans seigneuriaux de Marly, de Voivre et le Grand Ban appartiennent successivement : — au comte de Verdun ; — au XIIIe siècle, l’évêché de Metz est donné en fief au comte de Salve-Blâmont ; - au comte de Bar depuis 1262 ; — donnée comme fief à différentes familles patriciennes de Metz, dont les de Marly (1252/1336), les de Gournay (1390/1524), les de Baudoche (1433/1536), les de Heu (1509/1551), les de Raigecourt (1592/1605). En 1802, la Villa Marleia Propre Meris est donnée à l’abbaye de Saint-Airy de Verdun.

Comme les autres communes de l’actuel département de la Moselle, Marly est annexée à l’Empire allemand de 1871 à 1918. C’est une période prospère pour la commune. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, les Mosellans se battent, résignés, pour l’Empire allemand. Beaucoup de jeunes gens tomberont au champ d’honneur sous l’uniforme allemand, sur le Front de l’Est, mais aussi à l’Ouest. Sujets loyaux de l’Empereur, les Marliens accueillent cependant avec joie la fin des hostilités et la paix retrouvée. « Marleien » redevient Marly en 1918.

La Seconde Guerre mondiale et le drame de la seconde Annexion marqueront durablement les esprits. Marly est rebaptisée Marlingen. Les premiers conscrits, incorporés de force dans l’armée allemande, partent à partir d’août 1942. Les civils ne sont pas épargnés. Le 1er avril 1944, la commune intègre le Stadtkreis Metz, le district urbain de Metz. À partir de mai 1944, l’armée américaine bombarde la région sans relâche. La bataille de Metz fait rage de septembre à novembre 1944. La commune est enfin libérée le 21 septembre 1944[2], après une longue attente.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1636, le village compte 177 habitants.


En 2011, la commune comptait 9 797 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
399 573 589 560 641 664 623 613 538
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
734 1 055 1 078 1 076 1 114 1 144 1 220 703 1 123
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 026 1 217 1 126 817 1 194 1 299 2 014 6 100 9 490
1990 1999 2006 2011 - - - - -
9 511 10 139 9 653 9 797 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • orchestre d’harmonie de Marly[5]
  • 3e week-end de septembre : fête du Fromage (depuis 1985)
  • 1re quinzaine d’octobre : Festival de bandes dessinées (depuis 1990)
  • mi-mai : Marly Jazz Festival (depuis 2004)
  • en juin : la semaine de l’Océan (depuis 2007)
  • fin juin : Open de la Mirabelle d’Or (compétition internationale de golf)
  • 1er week-end de juillet : la braderie de Marly (depuis 2008)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953 1959 Eugène Jouin Divers Droite  
1959 1984 Raymond Joly UDF  
1984 mars 2001 Gilbert Jansem UDF Conseiller général
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Lebreton UMP  
mars 2008 en cours Thierry Hory UMP[6] Vice-Président de Metz Métropole chargé des Finances
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de la Grange-aux-Ormes.
  • Place de la Mairie : la « Marianne de Marly », une statue de Paul Flickinger, artiste marlien
  • Passage d’une voie romaine
  • fresque de la rue de Metz : commémore la chute d’un bombardier Lancaster allié sur le moulin du village le 24 février 1944.
  • six châteaux aux alentours du village :
    • le château Bogenez : le plus ancien des châteaux de Marly, il fut jusqu’à la Révolution le domaine des seigneurs de Marly ;
    • le château Chandellier : construit en 1845, il fut légué à l’Évéché en 1935, il devient ensuite une école puis une maison de retraite jusqu’en 1983. Il accueille maintenant des locataires logés par la société LogiEst ;
    • le château Ancillion de Jouy : sa construction remonterait à la fin du XVIIIe siècle. Il appartient au maraîcher Butin depuis 1947 ;
    • le château de La Grange-aux-Ormes : il est, après le château Bogenez, le plus ancien des châteaux puisqu’il existait déjà en 1187. Aujourd’hui il fait partie du patrimoine, et mis en valeur par de vastes espaces réservés à la pratique du golf ;
    • le château Haack : construit au XVIIe siècle, il abrite aujourd’hui sept locataires ;
    • le château Lejaille ou château Henrion : construit en 1880, il a abrité deux classes d’école. Réhabilité en 1991, il est aujourd’hui le siège du Conservatoire de Musique, et le lieu des spectacles cinématographiques de l’association MarlyImage anciennement nommée Marly-Scope.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Brice, dite « cathédrale de la Seille », néo-gothique, consécration solennelle le 17 octobre 1862 par Mgr Dupont des Loges.
  • Croix de chemin, XIXe siècle

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  2. « 1944-1945, Les années Liberté » dans Le Républicain lorrain, Metz, 1994, p. 15.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  5. Site de l’orchestre d’harmonie de Marly
  6. http://jeunespop2012.typepad.fr/jeunespop2012/2010/08/thierry-hory-maire-de-marly-moselle.html