Dommartin-la-Chaussée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dommartin.
Dommartin-la-Chaussée
Église Saint-Martin.
Église Saint-Martin.
Blason de Dommartin-la-Chaussée
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Canton Thiaucourt-Regniéville
Intercommunalité Communauté de communes du Chardon Lorrain
Maire
Mandat
Denis Petit
2014-2020
Code postal 54470
Code commune 54166
Démographie
Population
municipale
40 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 43″ N 5° 51′ 46″ E / 49.0119, 5.8628 ()49° 00′ 43″ Nord 5° 51′ 46″ Est / 49.0119, 5.8628 ()  
Altitude Min. 224 m – Max. 262 m
Superficie 2,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dommartin-la-Chaussée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dommartin-la-Chaussée

Dommartin-la-Chaussée est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dommartin la chaussée est une commune rurale implantée au Nord du Territoire du département de la Meurthe et Moselle (54) « dans le cou de l’oie  ».

La commune est située sur la route départementale n°28, orientée Sud-est / Nord-ouest, elle relie Charey (RD 131) à Dampvitoux (RD 901).

La commune de Dommartin la chaussée est situé à : - 67 km de Nancy - 32 km de Metz - 28 km de Pont à Mousson - 45 km de Verdun - 30 km de Saint Mihiel

Le territoire communal est ceinturé par 4 communes en périphérie : Hagéville au Nord, Dampvitoux à l’Ouest, Charey au Sud-est et Saint Julien-lès-gorze à l’Est. L’aérodrome dit "de Chambley" est situé au Nord-est de Dommartin-la-chaussée, il est en partie implanté sur le territoire communal.

La superficie du ban communal représente 271 hectares.

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

- En 1277, Dompmartin-de-la-chaulcie relevait de la baronnie d’Apremont. Appelé ainsi parce que traversée par une voie romaine.

- C’est en 1290, par les textes que nous avons la certitude que ce village existait à l’emplacement d’aujourd’hui puisque le Duc de Ferry reconnaît officiellement qu’un habitant devient son homme –lige, pour 100 livres de l’époque.

- En 1663 le seigneur est le chevalier Antoine de Gourcy capitaine et bailli d'Etain.

- En 1703, le village est appelé Dompmartin.

- En 1709, le Duc de Lorraine Stanislas Leszczyński en était le seigneur et justicier. Le patronage appartenait à l’Abbé de Gorze. (Dans le vieux cimetière qui se visite, Madame Marie Françoise, veuve de Messire Charles François Boyard 1er Maître d’hôtel du Duc, y repose depuis 1722.)

- En 1710, Dommartin-les-Thiaucourt, 12 habitants est rattaché à la prévôté de Thiaucourt.

- En 1752, Dommartin-sous-les-côtes, 14 habitants est rattaché à la prévôté de Saint Mihiel. - En 1773, un ancien château appartenant aux Comtes de Bainville est incendié. Sur ses ruines est reconstituée une ferme fortifiée et Monsieur le comte de Gourcy obtient le droit de Justice. - En 1802, 85 habitants. - En 1822, 87 habitants. - En 1823, un curé de campagne, l’abbé Daunot (né à Liverdun, le 8 mars, ancien officier des dragons dans les armées de Napoléon 1er, curé de Flirey puis de Charey), devant la misère des populations, décida de fonder une communauté.

- En 1827, il obtient l’autorisation officielle épiscopale.

- Le 17 septembre 1845, c’est l’autorité civile qui lui accorde par les vertus d’un statut du Roi Louis-Philippe, le droit de devenir une congrégation appelée Congrégation des Sœurs de la Sainte Enfance de Marie.

- La congrégation obtient ainsi le droit d’être une congrégation hospitalière puis enseignante en 1855.

- En 1858, l’abbé obtint la croix de la légion d’honneur.

- En 1860, il construit une chapelle pour la communauté. Dommartin se fait appeler Dommartin-la-chapelle et comptent 142 habitants dont 80 sœurs.

- Le 11 avril 1866, l’abbé décède et est inhumé dans le petit cimetière jouxtant l’église où sa tombe y est toujours présente.

- Trop éloignée de la ville, la communauté dut être transférée tout d’abord à Houdemont le 16 juillet 1870 puis quelques années après à Nancy où la communauté continue d’exister sous le nom des Sœurs de l’Alliance. Le corps de l’abbé Daunot a lui aussi été transféré le 16 juin 1877 à l’entrée de la Maison Mère à Nancy.

- 1876, 81 habitants.

- 1909, 66 habitants.

- Eglise Saint Martin dévastée en 1917 reconstruite en néo-roman en 1924.

- 1960, 32 habitants.

- 1965, Dommartin-la-chapelle est rebaptisé en Dommartin-la-chaussée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Denis Petit    

Lors du second tour de l'élection présidentielle française de 2002, Dommartin-la-Chaussée fut la sixième commune de France à avoir le plus voté pour Jean-Marie Le Pen. Son score dans la commune fut de 58,33 %[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 40 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
89 108 102 87 103 132 111 110 118
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
166 146 88 81 79 84 82 65 84
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
66 62 45 47 53 48 57 70 35
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011
32 23 23 17 36 47 51 42 40
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Une villa gallo-romaine fouillée en 1953 a donné un abondant mobilier, dont un monument d'environ 3 m de haut (dit "Cavalier à l'Anguipède"), actuellement au musée lorrain, qui avait été jeté dans un puits, probablement à l'avènement du christianisme.
  • Nécropole mérovingienne fouillée en 1877.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin dévastée en 1917, reconstruite en néo-roman en 1924.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]