Flévy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Flévy
Église Notre-Dame.
Église Notre-Dame.
Blason de Flévy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Metz-Campagne
Canton Vigy
Intercommunalité Communauté de communes Rives de Moselle
Maire
Mandat
Jacky Hoschar
2014-2020
Code postal 57365
Code commune 57219
Démographie
Gentilé Flévien [1]
Population
municipale
571 hab. (2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 15″ N 6° 14′ 45″ E / 49.2375, 6.2458 ()49° 14′ 15″ Nord 6° 14′ 45″ Est / 49.2375, 6.2458 ()  
Altitude Min. 172 m – Max. 259 m
Superficie 11,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Flévy

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Flévy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Flévy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Flévy
Liens
Site web http://www.flevy.fr

Flévy est une commune française située dans le département de la Moselle en Lorraine. Chelaincourt est une annexe de la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plateaux boisés, nombreuses sources, vignes et polyculture

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Flévy[modifier | modifier le code]

  • Attestation du nom (date à laquelle le nom apparaît dans les documents)[2] , [3]: Flaivey (1404); Fleche (1468); Fleichen (1490/1513); Fleeche (1495); Flévey (1495); Flavey (1505); Fleiche (1510); Fleuvy (1637); Fleivy (1682).
  • Flévy (1871-1915); Flaich (1915-1918), Karlshof (1940-1944).
  • Flaiweg et Flaiwesch en Francique lorrain.

Chelaincourt[modifier | modifier le code]

  • Attestation du nom[2]: Cincilonecurtis (763); Silinicurtis (936); Sellacort (1210); Oschelaincourt (1346); Ostelaincourt (1404); Osteillancourt (1478); Euschdorff et Usstorf (1582)[4]; Ochlacourt (XVIIe siècle); Oschlaincourt (1610); Xelincour (1635); Xellaincourt (1680); Chelaiscourt (1681); Schelleincourt, Schelincourt (1728); Schlaincourt (1756); Xelincourt (1756).
  • Otlendrëf en Francique lorrain, Chlinco en lorrain roman[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dépendait de l'ancien pays messin Haut-Chemin, dans la seigneurie d'Ennery.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

De gueules à trois bandes d’or au chef d’azur chargé de trois crois d’or.

Ce sont les armes de Pierre-Jean Geoffroy, conseiller au parlement de Metz, dernier seigneur de Flévy au XVIIIe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Michel Charf    
mars 1989 mars 2001 Rodolphe Savit    
mars 2001 mars 2008 Louis Lorentz soutien LCR 2002  
mars 2008   Jacky Hoschar    
Les données manquantes sont à compléter.

La commune de Flévy fait partie de la communauté de communes de Maizières-lès-Metz depuis le 30 janvier 1975.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 571 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
291 278 290 325 315 333 275 305 286
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
287 296 285 263 244 230 253 251 223
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
227 202 224 237 239 309 318 370 381
1990 1999 2006 2007 2011 - - - -
424 494 558 567 571 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cimetière Israélite.
  • Passage d'une voie romaine.
  • ancien château ; la nouvelle mairie est reconstruite en partie sur celui-ci ;
  • deux anciens puits : l’un carré en Grande Rue, l’autre circulaire rue du Nouvet ;
  • calvaire dans le cimetière, 1911.
  • magnifique tombe dans le cimetière de René Raphael Friaque, médecin aide-major au 26e bataillon de chasseurs à pieds (1873-1899).
  • cimetière israëlite, fin XVIe siècle

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • église Notre-Dame, XVe siècle ; transformée en 1853 ; vitraux du XVe siècle ;

À Chelaincourt[modifier | modifier le code]

  • calvaire près du château ;
  • croix, élevée par Jean Tisserand « Pour la gloire de Dieu » en 1826.

Château de Chelaincourt[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, il appartient à la famille Georges de Chelaincourt. Reconstruit au XIXe siècle, le château est un bâtiment de plan rectangulaire et couvert d’un toit à croupe, flanqué, aux extrémités de la façade, de deux tours carrées à toits en pavillon dont l’une servait de pigeonnnier. La façade est ordonnancée à deux niveau de quatorze travées de fenêtres rectangulaires et un niveau supplémentaire de combles éclairés par des fenêtres oblongues. Il appartient à Gédéon-Charles Blaise de Rozérieulles, ancien magistrat et conseiller de la préfecture dont la tombe se trouve à Retonfey, et à sa femme Françoise Georges de Chelaincourt. Il passe par mariage à Jean-Baptiste Berteaux, inspecteur des contributions, puis à son gendre Antoine de Vidaillan. À la fin du XIXe siècle, il passe à la famille Bobet qui le conservera jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Le château a bénéficié d’une réhabilitation exemplaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Phillips, Patrimoine rural en Pays messin, Éditions Serpenoise, 2006, ISBN 2-87692-698-9.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/vigy/flevy.html Cercle généalogique du Pays Messin
  2. a, b et c Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  3. Monika Buchmüller-Pfaff - Siedlungsnamen zwischen Spätantike und frühem Mittelalter (1990)
  4. International Centre of Onomastics - Onoma, Volume 36 (2001)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011