Meisenthal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Meisenthal
L'ancienne verrerie, devenue Centre international d'art verrier.
L'ancienne verrerie, devenue Centre international d'art verrier.
Blason de Meisenthal
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Bitche
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Pascal Andres
2014-2020
Code postal 57960
Code commune 57456
Démographie
Population
municipale
703 hab. (2011)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 59″ N 7° 21′ 11″ E / 48.9664, 7.3531 ()48° 57′ 59″ Nord 7° 21′ 11″ Est / 48.9664, 7.3531 ()  
Altitude Min. 255 m – Max. 431 m
Superficie 6,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Meisenthal

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Meisenthal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Meisenthal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Meisenthal

Meisenthal est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine. Le village fait partie du Pays de Bitche, du parc naturel régional des Vosges du Nord et du bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé aux confins de la Lorraine et de l'Alsace, au cœur des Vosges du Nord, le village de Meisenthal s'étend en pays couvert, dominé par l'écart de Schieresthal. Une série de bornes dressées en 1608 pour marquer la frontière entre le duché de Lorraine et le comté de Hanau-Lichtenberg, la Pierre des douze Apôtres et une colonne élevée sous l'Empire matérialisent encore aujourd'hui cette limite territoriale.

Le village, établi à l'intersection de plusieurs vallons, ne présente aucun parti cohérent. Des prairies ponctuent la forêt défrichée tardivement, les maisons non jointives semblent posées un peu au hasard, parfois à l'écart des axes de circulation. Une morphologie qu'on ne retrouve par ailleurs nulle part et qui s'explique par l'occupation récente du village et l'accroissement de la population verrerie à la fin du XVIIIe siècle. En contrebas de l'église de la Nativité de la Vierge, construite en 1811 et agrandie en 1871, les bâtiments de la verrerie sont regroupés autour des deux grandes cheminées.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Le hameau de Schieresthal.
  • Hützelhof, mentionné au XVIe siècle détruit au XVIIe.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Maizendhall (1751), Meysenthal (1771), Meisendhal (1793 et carte de Cassini), Meysenthal (1801).
  • Meisetal en francique lorrain[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue du village au début du XXe siècle.

Né au début du XVIIIe siècle de l'abandon, faute de combustible, de la verrerie de Soucht, le village est mentionné en 1704 avec sa verrerie, sous la forme Meisenbach, le ruisseau des mésanges, puis en 1711 sous sa forme actuelle, Meisenthal, la vallée des mésanges. Le village aurait été précédé par une première verrerie appelée Glasthal, installée au XVIe siècle et disparue au siècle suivant. L'activité de la verrerie cesse en 1969.

Cultes[modifier | modifier le code]

Du point de vue spirituel, le village est succursale de Soucht avant d'être érigé en paroisse de l'archiprêtré de Bitche en 1826.

L'église est construite en 1811, date portée par la clef de l'arc triomphal, à la suite de nombreuses requêtes des habitants depuis 1766, au vu de l'accroissement constant de la population lié au développement de la verrerie. L'église est agrandie en 1871 par la construction du transept et l'adjonction de la tour-clocher.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 mars 2001 Roger Boudinet    
mars 2001 mars 2008 Raymond Fuhrmann    
mars 2008 en cours Pascal Andres    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]


En 2011, la commune comptait 703 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
290 302 292 527 613 623 757 817 779
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
731 779 796 852 912 926 1 005 967 842
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
877 873 889 933 829 856 876 812 828
1990 1999 2005 2006 2010 2011 - - -
793 766 770 772 716 703 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Si la verrerie a cessé ses activités depuis 1969, il subsiste cependant deux fabriques de thermomètres et une miroiterie, ces petites industries expliquant pour une part l'importance de la population qui n'a pas cessé de croître depuis le début du XIXe siècle, passant de 405 habitants en 1817 à 735 en 1852 et comptant encore 828 habitants au recensement de 1982.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune compte deux monuments historiques :

  • Le Breitenstein ou « pierre des douze Apôtres », un monolithe supportant un calvaire. Il a été classé par journal officiel du 16 février 1930[4].
  • La maison du maître-verrier Martin Walter, construite en 1803 pour la famille du maître-verrier Martin Walter et son épouse Marie-Madeleine Franckhauser, à proximité de l'usine et élevée à flanc de coteau, se rattache à l'architecture du XVIIIe siècle par ses façades largement percées de fenêtres à linteau délardé en arc segmentaire, ses chaînes d'angle en pierre de taille et ses corniches fortement moulurées. On a mis à profit la déclivité du terrain pour ménager à l'arrière des caves, auxquelles on accède par des portes en plein cintre. Elle a été inscrite par arrêté du 27 février 1996[5].

Autres sites et monuments[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason Meisenthal.svg Les armoiries de la commune sont de gueules au gobelet de verre au naturel, chaussé d'hermines. Le nom de Meisenthal, considéré comme une déformation de Mäusenthal, on a symbolisé ce nom par les hermines, et le mot Thal (vallée) par la forme en V. Le gobelet et la couleur rouge rappellent l'industrie de la verrerie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Stephan Balkenhol, sculpteur, Académie des Beaux Arts de Karlsruhe-sur-Rhin (Allemagne)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Moulins et scieries du Pays de Bitche, Joël Beck, 1999.
  • Le Pays de Bitche, Joël Beck, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]