Rustroff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rustroff
Église Saint-Martin.
Église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Est
Canton Sierck-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Frontières
Maire
Mandat
Jérôme Develle
2014-2020
Code postal 57480
Code commune 57604
Démographie
Population
municipale
577 hab. (2011)
Densité 179 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 38″ N 6° 22′ 23″ E / 49.4439, 6.373149° 26′ 38″ Nord 6° 22′ 23″ Est / 49.4439, 6.3731  
Altitude Min. 147 m – Max. 358 m
Superficie 3,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Rustroff

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Rustroff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rustroff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rustroff

Rustroff est une commune française située dans le département de la Moselle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ecarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Buchwäldchen (ou Buchwaeldchen)
  • Milchen
  • Sengen

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Ruchensdorpht (1145), Rukesdorph (1157), Rukestorp et Rukestroff (1158), Ristorff (1328), Rustorff (1594), Rusdorff (1686), Ruestroff (XVIIIe siècle), Rurdorff et Rusdorff (1756)[1], Rustroff (1793), Rüsdorf (1871-1918).
  • En francique lorrain : Réischtroff et Réischdrëf.

Sobriquets[modifier | modifier le code]

  • Di Réischtrowwer Këddern (les matous de Rustroff).

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien domaine des ducs de Lorraine. En 1486, le comte de Linange fit construire un couvent de religieuses du tiers ordre de Saint-François, supprimé à la Révolution. Qui a ensuite servi de succursale aux religieuses de Sainte-Chrétienne de Metz (Pensionnat de Sainte-Chrétienne de 1832 à 1975).
Rattaché à la ville de Sierck par décret du 19 mars 1811, redevint une commune en 1880.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2001 François Licht    
mars 2001   Gérard Hennequin    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 577 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1880 1885 1890 1895 1900 1905
281 284 339 491 544 469 488 474 488
1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
508 486 505 476 443 405 684 595 570
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 -
510 466 550 513 551 567 544 577 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Sépultures avec mobilier du Hallstatt final.
  • Lavoir où coule de l'eau potable.
  • Belvédère en macadam avec observatoire.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Martin, chœur limite XIIIe siècle XIVe siècle. Porte d'entrée sur façade occidentale 1re moitié XIVe siècle. Chapelles Saint-Éloi et Notre-Dame et sa sacristie et armoire eucharistique sur pan nord du chœur XVe siècle. Nef reconstruite en 1865 et 1866. Clocher reconstruit en 1870. Sacristie du chœur agrandie en 1891. Armoiries de René Ier d'Anjou et d'Isabelle Ire de Lorraine. Marques de tâcheron, retable rhénanXVIe siècle, pietà XVIe siècle ; pèlerinage.
  • Couvent de Franciscaines, fondé en 1486, confirmé par le pape Léon X en 1514, reconstruit après l'incendie de 1667. Église et bâtiment principal XVIIIe siècle. Confisqué et vendu en 1792, racheté en 1832 par les religieuses de Sainte-Chrétienne de Metz et transformé en pensionnat. Vers 1860 le bâtiment principal a été exhaussé d'un étage. Propriété privée depuis 1980

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Un passage du Duc de Lorraine ainsi que de son confrère Étienne du Luxembourg s'est effectué en 1452 dans ce petit village. Celui-ci est resté en mémoire par le biais d'une stèle mise a la sortie du petit hameau.[réf. nécessaire] François-Louis Fleck 100ème évêque de Metz était aumônier au pensionnat des filles à Rustroff.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. Martin Heintz: Jean Engel (1876-1960), artiste-peintrepdf sur irevues.inist.fr.