Mécleuves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mécleuves
Frontigny
Lanceumont
Église Notre-Dame.
Église Notre-Dame.
Blason de MécleuvesFrontignyLanceumont
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Metz-Campagne
Canton Verny
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Metz Métropole
Maire
Mandat
Michel Tournaire
2014-2020
Code postal 57245
Code commune 57454
Démographie
Population
municipale
1 166 hab. (2011)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 36″ N 6° 16′ 15″ E / 49.0433, 6.2708 ()49° 02′ 36″ Nord 6° 16′ 15″ Est / 49.0433, 6.2708 ()  
Altitude Min. 192 m – Max. 292 m
Superficie 12,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Mécleuves
Frontigny
Lanceumont

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Mécleuves
Frontigny
Lanceumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mécleuves
Frontigny
Lanceumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mécleuves
Frontigny
Lanceumont
Liens
Site web http://mecleuves.valstpierre.fr[1]

Mécleuves est une commune française située dans le département de la Moselle en Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon certains, le nom originel du village serait MARCLUVIUS VILLA (propriété de Marcus). Pour d'autres, l'origine viendrait du vieux français MAAR signifiant étang et du latin CLIVUS, lieu de pente.

  • Marcluvia (XIIe siècle); Macleve (1128); Maicleve (1137); Moesclive (1307); Mascluve (XVe siècle); Mesclive (1404); Mesclives (1493); Mescluves (1470); Mescleiuve (xvie siècle); Mescluve (1529); Mesclaives, Mesclevia, Mescluives (1544); Mesleuve (XVIIe siècle); Moscleuve (XVIIe siècle); Mescleuve-en-Saunoy (1756)[2].
  • Mekleven (1915–1918), Klöwern (1940–1944).
  • En Lorrain : Mékieuf[2].

Frontigny[modifier | modifier le code]

  • Frontenney (1128), Frontennei (1137), Frontignei (1320), Frontigney (1404), Frontegney (XVe siècle)[2].
  • En Lorrain : Frontni[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Mécleuves fut un fief de justice haute, moyenne et base mouvant du roi de France et appartenant au chapitre de la cathédrale de Metz. Elle faisait partie autrefois des TROIS-EVECHES, bailliage et coutume de Metz. Mécleuves a fait partie du Canton de Goin en 1720 puis à celui de solgne sous l'organisation de l'an III, enfin depuis 1802, dans celui de Verny. Avant la fusion, Frontigny était un fief mouvant du roi de France, appartenant au chapitre de la cathédrale de Metz. La proximité de la voie romaine Metz-Strasbourg via Delme rendit le site de Mécleuves accessible depuis fort longtemps et de nombreux vestiges gallo-romains disséminés sur l'ensemble du ban communal fut découverts. Le plus important fut mis au jour en 1957 au lieu-dit la Chassenotte. Mesurant 170 sur 100 mètres, c'était une résidence de maître partiellement calcinée. Souvenir d'un passé mouvementé et violent. Le Moyen Âge ne fut pas une période de tout repos. La situation privilégiée de Mécleuves (12 km de Metz) avait aussi ses inconvénients. Principales dates :

  • 1430 : Le Duc de Lorraine passe dans la région et détruit toutes les récoltes
  • 1482 : Le Duc de Créhange met Mécleuves à feu et à sang
  • 1490 : Le Duc de Lorraine détruit la place forte du lieu-dit aujourd'hui disparu de CAMA
  • 1492 : La Horgne est réduite en cendres par un dénommé Blaise. Le 1er août 1492, "Blaise boutit le feu à Mescluve et fut tout brulée" (Jacomin Husson).
  • XVIe et XVIIe siècles : sorcellerie, famine, peste, ravages de la guerre… avec la guerre des 30 ans qui a été la plus cruelle et meurtrière de toutes. Proche de l'actuel lotissement du Lanceumont, une fosse commune avait été creusée pour y ensevelir les personnes décédées de mort suspecte (épidémie…)
  • Jusqu'en 1789 : hégémonie de l'église : Mécleuves dépendait de l'autorité temporelle de l'évêque qui ne manquait par de prélever diverses impositions en nature et en espèces : la dîme, le droit de banvin, la part sur les gros fruits, le cens, les redevances partériennes. Une table de pierre érigée à l'entrée de la rue du Mont servait de lieu de perception.
  • 1811, le 28 décembre, par décret impérial, la commune de Frontigny est rattachée à celle de Mécleuves pour cause de mauvaise gestion.
  • 1814 : village envahi par un régiment de cosaques.
  • 1826 : 2 sœurs de la maternité de Metz fondent un établissement de charité à Frontigny
  • 1828 : Le roi Charles X venant de Metz, s'arrête au cheval rouge alors relais de la poste pour y changer son attelage. L'abbé Renault le salua et le roi lui remit 5 pièces de 20 francs pour ses pauvres.
  • 1852 : le 15 novembre : inauguration du chemin de fer et de la ligne Metz-Sarrebruck, très fréquentée. C'est aussi la fin des diligences et des « postes-relais » (Cheval brun à la ferme d'Alger, cheval rouge à la Horgne, cheval blanc près de solgne...). L'ère nouvelle de la mécanisation et de l'industrie débute…
  • 8 décembre 1957 : bénédiction de la nouvelle église, 15 prêtres officient autour de l'autel
  • 1928 : début de l'électrification du village. Délibérément, Mécleuves prend le chemin de la modernité
  • 1970 : mise en place des installations d'assainissement liées à la construction de la plupart des lotissements et du Groupe scolaire au Lanceumont. La population passe de 243 à 1073 habitants faisant d'elle la 3e commune du Canton.
  • 1990 : Elle se dote d'une nouvelle mairie et d'un foyer socio-éducatif
  • 2000 : Création d'une bibliothèque à Frontigny

Concernant le nom des habitants : Il n'y a pas si longtemps, les habitants de Mécleuves étaient appelés (ou plutôt qualifiés) de « Biancs bastons ». cela fait référence au bâton blanc, attribut de la sorcellerie le plus puissant. Il était d'une essence très dure, percé de bout en bout et contenait une tige d'acier magnétisée. Il n'était ni peint, ni sculpté mais blanc, sauf en ces 2 extrémités teinté de rouge et de bleu. La raison en est que ce paisible village avait la réputation d'héberger des personnes s'adonnant à la magie noire. Le plus souvent, elles puisaient leur savoir occulte dans de vieux grimoires vendus sous le manteau par des colporteurs venus la plupart du temps de Belgique.

Frontigny qui faisait partie du canton de Pange est réuni à Mécleuves par décret du 28 décembre 1811[3]. http://mecleuves.valstpierre.fr/index.php/decouverte/historique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1980 mars 1995 Charles-Etienne Rémy    
mars 1995 1997 Pierre François   créateur et président de Communauté de Communes du Val Saint-Pierre
1997   Michel Tournaire   président de la Communauté de Communes du Val Saint-Pierre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]


En 2011, la commune comptait 1 166 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
217 263 270 385 500 498 480 476 423
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
422 429 404 394 385 377 383 362 291
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
287 257 279 235 245 244 280 553 1 029
1990 1999 2006 2008 2011 - - - -
1 073 1 011 1 138 1 174 1 166 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Passage d'une voie romaine ; vestiges d'une villa (vases, céramiques).

Édifice religieux[6][modifier | modifier le code]

L'église de Mécleuves est dédiée à la vierge Marie, dans le mystère de la nativité. Cette fête est célébrée depuis le VIIe siècle le 8 septembre. En 1018, le comté de Metz fut donné au chapitre de la cathédrale de Metz par l'empereur Henri II alors que son beau-frère Thierry II de Luxembourg en était l'évêque.
En toute vraisemblance, ce n'est qu'à partir de cette date qu'il fut projeté d'ériger une église dans la paroisse et que le clergé séculier vint prendre le relais des moines évangélisateurs.
De cette primitive église, érigée au même endroit que l'édifice actuel, il ne subsiste rien sinon un diptyque de pierre sculpté de style roman enchâssé dans le mur gauche de l'église actuelle. Ce diptyque nous permet de dater sa construction vers la fin du XIe siècle.
De la seconde église de style gothique flamboyant, réalisée entre 1440 et 1470, ne subsiste que le chœur. Le restant de cet édifice fut démoli en 1856 pour raison de vétusté.
De nombreuses similitudes existent entre cette seconde église avec l'église de Fèves et la chapelle de Rabas (commune de St Hubert), également dédiées à la vierge Marie.
En 1857, la majeure partie de l'église est refaite, surtout la nef. La bénédiction a lieu le 8 décembre de la même année.
En août 1917, les autorités allemandes confisquent 2 cloches : la grosse et la moyenne.
En 1940, lors de la débâcle, le toit du clocher est abattu puis reconstruit.
En 1944, lors de l'avance Américaine, il est de nouveau abattu, les cloches détruites. Elles seront remplacées le 14 novembre 1954.
En 1976, l'église fait peau neuve. Le chœur est rénové, des vitraux et des nouveaux bancs sont posés. Lors des travaux de soubassement, une quantité impressionnante d'ossements humains sont trouvés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/verny/mecleuves.html
  2. a, b, c et d Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  3. Louis Emmanuel de Chastellux, Le territoire du département de la Moselle : histoire et statistique, Maline, 1860, 232 p., p. 219
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. http://mecleuves.valstpierre.fr/index.php/decouverte/historique