Ranguevaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ranguevaux
Église Saint-Jean-Baptiste.
Église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Ouest
Canton Hayange
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Val de Fensch
Maire
Mandat
Philippe Greiner
2014-2020
Code postal 57700
Code commune 57562
Démographie
Population
municipale
767 hab. (2011)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 54″ N 6° 03′ 23″ E / 49.2983, 6.056449° 17′ 54″ Nord 6° 03′ 23″ Est / 49.2983, 6.0564  
Altitude Min. 205 m – Max. 356 m
Superficie 10,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Ranguevaux

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Ranguevaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ranguevaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ranguevaux

Ranguevaux est une commune française située dans le département de la Moselle. En patois local, Ranguevaux se dit et s'écrit "Ranconval". Une place de Metz porte le nom de "Henry de Ranconval".

Contrairement aux autres localités de la Vallée de la Fensch, Ranguevaux a su garder le calme et le cadre rural d'antant.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique Radinc/Radinco(n) + vallem[1]. Signifie "val de Ranco".
  • Ranconveaux (1238), Ranconval (1275), Ranconvaul (1281), Ranconville (1328), Ranconwaulx (XVe siècle), Ranconalz (1444), Rangueval (1544), Raconval (1681), Ranguevaux (1793). Rangwall pendant l'annexion allemande.
  • En lorrain roman: Ranconvau[2] ou Ranconval, en francique lorrain: Rankler et Rankel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ranguevaux a été détaché de Hayange en 1987.

  • En 1817, Ranguevaux, village de l'ancienne province du Barrois, avait pour annexe les fermes de Longecoste, Moraux et Bellevue. À cette époque, il y avait 637 habitants répartis dans 93 maisons.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989   Philippe Greiner DVD  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 767 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
489 559 575 609 808 800 880 866 875
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
821 830 859 880 902 848 808 814 767
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
858 886 828 750 2 754 814 791 788 761
1990 1999 2006 2011 - - - - -
752 799 786 767 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Site Sainte-Neige.
  • Eperon barré du Bois des Chênes.
  • La Place de la République récemment rénovée, était à l’origine un rond-point avec pour centre une croix.
  • La fontaine « de la gueule du loup », fait couler l’eau de la source de Ranguevaux. Cette eau est potable à sa sortie.
  • Le ruisseau de Ranguevaux,le Krebsbach (ruisseau des écrevisses) notamment appelé le « Royo » en ancien Ranguevallois, traverse tout le village pour se jeter dans la Fensch, affluent de la Moselle.
  • La Croix cassée
  • Lefond champ de berger

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Barthélémy de Ranguevaux dispose en son sein, de pierre des carrières taillées datant du XIIe siècle,construite en 1847 : saint Nicolas XVe siècle, saint Hubert à la chasse XVe siècle, Christ de pitié XVIe siècle

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ranguevaux est la patrie des fameux tailleurs de pierre et maçons du 15ème : Henri de Ranconval, maître-d'œuvre de la Porte des Allemands, son fils Hannes bâtit la flèche de la cathédrale 1482, Claude le Masson.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2 - Ernest Nègre
  2. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011