Fleury (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleury.
Fleury
Rue Gérard Mansion en Fleury
Rue Gérard Mansion en Fleury
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Metz-Campagne
Canton Verny
Intercommunalité Communauté de communes du Vernois
Maire
Mandat
Jean-Paul Eckenfelder
2014-2020
Code postal 57420
Code commune 57218
Démographie
Gentilé Fleuriens[1]
Population
municipale
1 029 hab. (2011)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 29″ N 6° 11′ 44″ E / 49.0414, 6.1956 ()49° 02′ 29″ Nord 6° 11′ 44″ Est / 49.0414, 6.1956 ()  
Altitude Min. 170 m – Max. 237 m
Superficie 9,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Fleury

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Fleury

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fleury

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fleury
Liens
Site web fleury.fr

Fleury est une commune française située dans le département de la Moselle en Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village situé en hauteur des rives de la Seille, sur un plateau boisé. Polyculture, céréales, vignes et élevage de bovins. La surface du village est de 971 hectares.

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Fleury trouve son origine dans le latin.

Les différents noms
Noms Dates
Floriacum-Floria (propriété de Florius) 706
Floreiacum 875
Florey 962
Flury 1144
Fleury 1329
Flurei,Flerei 1395
Flerey 1404
Flery 1496
Fleurey 1514
Flairey,Flori 1521
Fleuri,Fieuri 1544
Fleury 1869
Flöringen 1871
Fleury 1945

Histoire[modifier | modifier le code]

Village du Saulnois qui dépendait de la province des Trois-Évêchés, il fut détruit en 1352 par l'armée de Marie de Blois, régente de Lorraine. Domaine partagé en deux bans : celui de l'abbaye Sainte-Glossinde de Metz et celui de l'hôpital Saint-Nicolas de Metz. En 2013, le village est jumelé à Lussac les Églises. En février 1490, René II Duc de Lorraine en guerre contre Metz fit établir son quartier général à Sainte Ruffine, d’où il envoya des coureurs porter la destruction et des incendies dans les campagnes du pays Messin : tous les villages depuis Pouilly et Verny jusqu'à Lacquenexy en passant par Fleury furent brulés. En septembre 1944, l'église est détruite par un bombardement américain qui visait un émetteur allemand.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1907 Auguste Piedmont    
1908 1933 Paul Antoine    
1934 1945 Auguste Lefevre    
septembre 1945 octobre 1947 Alphonse Glanois    
octobre 1947 mars 1959 Émile Bastien    
mars 1959 juin 1995 Lucien Albert    
mars 1995   Jean-Paul Eckenfelder    
avril 2014   Jean-Paul Eckenfelder    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 029 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
331 345 361 398 356 382 458 450 409
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
371 367 365 354 362 352 371 368 312
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
334 341 312 300 317 355 459 750 902
1990 1999 2006 2011 - - - - -
926 1 132 1 061 1 029 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Jumelage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Passage d'une voie romaine.
  • Vestiges gallo-romains : fragments de stèles.
  • Ferme ancienne, reconstruite XVIIIe siècle  : 3 puits, une fontaine, tour-porche avec niche et statue XIVe siècle
  • Traces du châtelet Saint-Nicolas.
  • Moulin de Fleury sur la Seille.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église de 1767, détruite en 1944 ; nouvelle église Notre-Dame de la Nativité construite en 1962 par Georges-Henri Pingusson. Les briques de verre de l’église ont été remplacées en 2009[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.genealogie-metz-moselle.fr/verny/fleury.html
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. Le Républicain lorrain, Fleury. Réception de chantier à l'église, p. 23, 9 août 2009.