Philippsbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Philippsburg.
Philippsbourg
Vue du village et de la vallée du Falkensteinerbach
Vue du village et de la vallée du Falkensteinerbach
Blason de Philippsbourg
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Bitche
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Mathieu Muller
2014-2020
Code postal 57230
Code commune 57541
Démographie
Population
municipale
615 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 02″ N 7° 34′ 05″ E / 48.9838888889, 7.56805555556 ()48° 59′ 02″ Nord 7° 34′ 05″ Est / 48.9838888889, 7.56805555556 ()  
Altitude Min. 205 m – Max. 510 m
Superficie 23,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Philippsbourg

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Philippsbourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Philippsbourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Philippsbourg

Philippsbourg est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine. Le village fait partie du Pays de Bitche, du Parc naturel régional des Vosges du Nord et du bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au cœur du pays couvert, dans un paysage accidenté parsemé de pointements de grès, le village de Philippsbourg s'est développé le long de la route de Bitche à Haguenau, juste aux confins de l'Alsace. Le village et ses écarts se situent principalement dans la vallée du Falkensteinerbach, ouvrant le Pays de Bitche vers l'Alsace. Le cours d'eau aux rives escarpées s'étire à travers la grande forêt domaniale de Bannstein.

Village-rue caractéristique, Philippsbourg est dominé par la haute silhouette de l'église protestante. Le village conserve encore quelques maisons anciennes, dont une très longue ferme de 1812.

Philippsbourg est situé à 7 km de Niederbronn-les-Bains et à 16 km de Bitche.

La gare la plus proche de Philippsbourg est aujourd'hui la gare de Niederbronn qui se trouve à 7 km du bourg. En effet, la ligne de Bitche à Niederbronn, qui passe par Philippsbourg, est exploitée par autocars.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les écarts du village sont nombreux, réduits à quelques rares maisons :

Vue du village au début du XXe siècle

Les hameaux de Netzelhof, de Katzenthal et de Schweizerhof sont probablement construits avant 1767.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Le village doit son nom au comte Philippe IV de Hanau Lichtenberg, qui y fait construire un château en 1606[1].
  • Philippsburg en 1606, Philipsbourg en 1793.
  • Phillipsburch en francique lorrain. Philippsburg en allemand.

Contrairement à ce qu'on lit parfois, Philippsbourg, comme Baerenthal, relève encore du domaine des dialectes franciques du moyen allemand et non pas de l'alémanique. Bien que le vocalisme de son dialecte rappelle déjà le dialecte alémanique du Bas-Rhin, Philippsbourg est situé à l'ouest de la ligne d'isoglosse P/PF (on y dit par exemple "Kopp", tête, et "Appel", pomme, et non pas "Kopf" et "Apfel" comme dans les dialectes de l'allemand supérieur).

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Die Zigiener (Zigeuner) = les tziganes[1], en 1793 les tziganes sont obligés de se faire inscrire et ils élisent domicile aux villages de Bärenthal et Philippsbourg, où grâce aux grands bois et à la proximité des frontières, ils espèraient pouvoir maintenir leur type de vie.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'annexe de Lieschbach marque la limite entre les provinces de la Gaule belgique et de la Germanie. Le territoire fait alors partie de la seigneurie de Falkenstein qui est vendue en 1564 aux comtes de Hanau-Lichtenberg. Le village doit son nom au comte Philippe IV de Hanau-Lichtenberg qui y fait construire un château en 1606, situé sur la rive droite du Falkensteinerbach, au nord-ouest de l'agglomération actuelle.

En 1606, Charles III de Lorraine, seigneur de Bitche, renonce à ses droits sur le territoire en faveur des Hanau-Lichtenberg qui le réunissent à leur bailliage de Lemberg, près de Pirmasens. En 1633, le château est détruit par les troupes impériales et lorraines. Au pied du château en ruines se développe le village de Philippsbourg, qui passe en 1736, avec la seigneurie de Hanau-Lichtenberg, au landgrave de Hesse-Darmstadt.

Le village est réuni à la France durant la Révolution (en 1793).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le village est évacué le 1er septembre 1939 à Saint-Simeux et Sonneville en Charente, la mairie s'y étant repliée. Le village est bombardé en septembre 1944 et de janvier à mars 1945. Il est libéré par les Américains le 17 mars 1945.

Cultes[modifier | modifier le code]

Avant la Réforme, le territoire forme une annexe de la paroisse d'Obersteinbach, dans l'archiprêtré du Haut-Haguenau au diocèse de Strasbourg. En 1564, le comte Philippe IV de Hanau-Lichtenberg introduit la Réforme et Philippsbourg devient succursale de la paroisse protestante d'Offwiller jusqu'en 1700, date à laquelle le village est érigé en paroisse, avant de redevenir annexe de la paroisse protestante du village voisin de Baerenthal en 1739. L'église protestante est construite en 1912 par l'architecte allemand Arthur Kickton dans le style de l'architecture gothique de l'Allemagne du Sud. L'édifice possède un porche en façade et un toit à très forte pente, qui lui donnent un genre très pittoresque. Cette situation religieuse particulière explique l'absence de croix de chemin dans ces deux villages.

Pour les catholiques, le village est depuis 1804 une annexe de la paroisse d'Eguelshardt, au diocèse de Metz. La chapelle Notre-Dame-de-Lourdes est construite en 1905.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
19XX 19XX Robert Schmelck   Magistrat
mars 1983 juin 1995 Charles Martig    
juin 1995 mars 2008 Patrice Jacquel    
mars 2008 ...mars 2014 Jean-Paul Droval    
mars 2014 ... Mathieu MULLER app.UDI Attaché territorial
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 615 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1875 1880 1885 1890 1895 1900
293 237 229 598 600 619 601 546 571
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
550 552 513 485 480 507 508 540 517
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
524 503 468 504 531 539 615 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population a doublé entre 1800 et 1900. Elle est restée relativement stable depuis cette période et compte encore 531 habitants au recensement de 1999.

Entre 1810 et 1874, le village de Philippsbourg appartenait à la commune de Baerenthal.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château du Falkenstein, construit au début du XIIe siècle pour surveiller la vallée de la Zinsel.
  • Le château de Rothenbourg, datant du IXe siècle.
  • Les ruines du château du Helfenstein, déjà détruit en 1437.
  • Ancien château de Philippsbourg, construit dans la vallée en 1566 pour Philippe IV de Hanau-Lichtenberg, au lendemain de l'incendie qui ravagea le château du Falkenstein, dont il s'était rendu propriétaire en 1564, incendié en 1633, des armoiries et une rosace sculptée datée 1604, remployées dans une ferme, sont les derniers souvenirs du château ; armoiries de Hanau-Lichtenberg
  • Les bornes situées sur les bans de Philippsbourg et d'Eguelshardt, installées en 1606 pour délimiter les territoires des seigneurs de Lorraine et de Hanau-Lichtenberg, classées monument historique depuis le 9 avril 1929.
  • L'étang de Hanau, au bord duquel Goethe se plaisait à se promener.
  • Le sentier botanique et forestier qui permet de découvrir la lente évolution d'une tourbière et notamment la célèbre plante carnivore, la drosera.
  • La poterie, présentant les différents stades de la cuisson des objets
  • L'étang du Lieschbach, qui permet une promenade d'une heure dans un cadre agréable et préservé.
  • En bordure de la route de Niederbronn, isolée à quelques centaines de mètres seulement de l'Alsace, une ferme à pan-de-bois s'organise autour d'une cour fermée. Le logis illustre bien l'évolution de la mise en œuvre des bâtiments : la partie la plus ancienne, au fond de la cour, datée 1744, a un premier niveau en maçonnerie et un second niveau en colombage, tandis que l'aile en retour d'équerre ajoutée en 1836 a sa façade principale en moellon crépi, le pan-de-bois étant relégué à l'arrière. Dans la cour, un hangar est daté 1821 et porte le nom des propriétaires de l'époque.
  • Les innombrables sites rocheux, sauvages et isolés, de la Réserve Naturelle des Tourbières et des Rochers de Bitche ; exemples : Falkenberg, Rothenberg, Grande et Petite Têtes de Chien, Geierstein, Kandelfels, Erbsenfels, Waldeck, Kachler, Petit-Steinberg, Carlsfels, Schloesschen, Zwillingsfels, Hasselberg, Rothenfels, Sandkopf, Landersberg, Armsberg, Gauchsberg, Luchsfels, Philippsfels, Wildmannsfels...

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason de Philippsbourg

Les armoiries de la commune sont d'or aux trois chevrons de gueules accompagnés en pointe d'une lettre P du même.

Les armes et l'initiale sont ceux de Philippe IV de Hanau-Lichtenberg, qui est à l'origine de la construction en 1566 du château autour duquel s'est formé le village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Robert Schmelck, ancien maire de Philippsbourg, Premier Président honoraire de la Cour de cassation.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Philippsburg (Allemagne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les moulins et scieries du Pays de Bitche, Joël Beck, 1999.
  • Le Pays de Bitche 1900-1939, Joël Beck, 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Passé-Présent : La Moselle dévoilée N°6 (Juin-Juillet-Août 2012)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011