Berbères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Amazighs)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tifinagh in Tifinagh.svg Cette page contient des caractères tifinaghs. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne les Berbères en tant que peuple. Pour le groupe de langues parlées par les Berbères, voir Langues berbères.
Berbères
Description de cette image, également commentée ci-après

Populations significatives par région
Drapeau du Maroc Maroc 15 000 000 - 20 000 000[1],[2],
Drapeau de l'Algérie Algérie 12 000 000 - 15 000 000[1],[3],
Drapeau de la France France + 2 000 000[4]
Drapeau du Niger Niger 1 620 000[5]
Drapeau du Mali Mali 850 000[6]
Drapeau de la Mauritanie Mauritanie 2 883 000[7],[8]
Drapeau de la Libye Libye 607 000[9]
Drapeau de la Belgique Belgique 500 000[10]
Drapeau de la Tunisie Tunisie ≈ 50 000[11]
Drapeau de l'Égypte Égypte 50 000[12]
Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso 25 000[13]
Drapeau des États-Unis États-Unis 3 000[14]
Drapeau du Canada Canada 25 885[15]
Drapeau d’Israël Israël 3 500[16]
Population totale c. 38 000 000
Autres
Régions d’origine Afrique du Nord
Langues Tamazight
Religions Islam (Sunnisme, Ibadisme, Soufisme) majoritaire, minorités chrétiennes, juives et adepte de la religion traditionnelle berbère
Ethnies liées Chaouis, Chleuhs, Chenouis, Infusen, Kabyles, Mozabites, Rifains, Touaregs, Zayanes, Zenagas, Guanches.

Les Berbères (en berbère: pl. ⵉⵎⴰⵣⵉⵖⴻⵏ /Imaziɣen/, sg. ⴰⵎⴰⵣⵉⵖ /Amaziɣ/[17]) sont un groupe ethnique autochtone d'Afrique du Nord. Connus dans l'Antiquité sous les noms de Libyens, Mazices, Maures, Gétules, Garamantes ou encore Numides. Ils sont répartis dans une zone s'étendant de l'océan Atlantique à l'oasis de Siwa en Égypte, et de la mer Méditerranée au fleuve Niger en Afrique de l'Ouest. Historiquement, ils parlaient des langues berbères, qui forment ensemble, la branche berbère de la famille afro-asiatique.

Aujourd'hui, la majeure partie des Berbères vivent en Afrique du Nord, on les retrouve au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye, au Niger, au Mali, en Mauritanie, au Burkina Faso, en Égypte, mais aussi aux Îles Canaries[18]. De grandes diasporas vivent en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie, au Canada et dans d'autres pays d'Europe[19],[20].

De nos jours la majorité des Berbères sont musulmans sunnites[21], mais il existe aussi des Berbères ibadites (dans le Mzab), juifs[22] et chrétiens[23]. L'identité berbère est généralement plus large que la langue et l'ethnicité et englobe toute l'histoire et la géographie de l'Afrique du Nord. Les Berbères ne sont pas une ethnie entièrement homogène, et ils englobent un éventail de sociétés et d'ascendances. Les forces unificatrices pour le peuple berbère peuvent être leur langue commune, ou une identification collective au patrimoine et l'histoire berbère.

Il y aurait environ 28 à 38 millions de berbérophones en Afrique du Nord[1],[24]. Le nombre de Berbères ethniques (y compris non-berbérophones) est beaucoup plus élevé, car beaucoup de Berbères ne parlent plus le berbère, mais l'arabe maghrébin. La grande majorité de la population d'Afrique du Nord est d'origine berbère, bien qu'en raison de l'arabisation, beaucoup de berbères ethniques s'identifient comme des berbères arabisés[25],[26].

Les Berbères s'appellent eux-mêmes Imazighen (sing : Amazigh)[19], qui qualifie les hommes libres ou les hommes nobles. Ce terme serait lié au nom antique des Mazices, ethnonyme relevé par les auteurs de langue latine, et sa variante Maxyes, terme relevé par Hérodote[27].

Liminaire[modifier | modifier le code]

Le plus connu des royaumes berbères est la Numidie. De nombreux rois berbères ont régné dans différentes régions d'Afrique du Nord, tels que Gaïa, Syphax, Massinissa, Juba Ier et Juba II, mais aussi des reines, telles que Kahina, Sophonisbe et Tin Hinan. On peut aussi parler de la Libye antique ainsi que des tribus connues telles que les Libous, ou les Mâchaouach, et les XXIIe et XXIIIe dynasties égyptiennes, qui en sont issues. Il y eut aussi des expansions berbères à travers le sud du Sahara, la plus récente étant celle des Touaregs et la plus ancienne celle des Capsiens.

Plus réduites, les zones berbérophones actuelles sont inégalement réparties, majoritairement au Maroc et en Algérie ainsi que dans une moindre mesure en Libye, Tunisie et Égypte. Les langues berbères forment une branche de la famille des langues afro-asiatiques. Autrefois, leur alphabet servait à écrire le libyque, dont l'alphabet, appelé « tifinagh » a continué à être utilisé par les Touaregs et fait preuve aujourd'hui d'un regain d'intérêt auprès des berbérophones.

Les Berbères constituent donc une mosaïque de peuples de l'Égypte au Maroc, se caractérisant par des relations linguistiques, culturelles et ethniques. On distingue plusieurs formes de langues berbères : Chleuh, Chaoui, Soussi, Rifain, Kabyle, Chenoui, Mozabite, Nafusi, Touareg… sont les plus importantes variétés de la langue berbère. À travers l’histoire, les Berbères et leurs langues ont connu des influences romaines, puniques, arabes, turques ou encore françaises, ce qui fait que de nos jours, sont appelés officiellement « berbères », les ethnies d'Afrique du Nord parlant, se considérant et se réclamant berbères.

Cependant le terme berbère est un exonyme qui n'est pas forcément reconnu par certains berbères qui lui préfèrent les variantes du terme Amazigh (pl. Imazighen).

Selon Charles-Robert Ageron, « dans l’usage courant, qui continue la tradition arabe, on appelle Berbères l’ensemble des populations du Maghreb »[28].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Berbère dérive d'un terme de l'égyptien ancien qui signifie « étranger » ou des variations de celui-ci. L'exonyme a été adopté plus tard par les Grecs, avec une connotation similaire. Parmi ses attestations écrites les plus anciennes, Berbère apparaît en tant que ethnonyme dans Le Périple de la mer Érythrée, au Ier siècle[29].

En dépit de ces premiers manuscrits, certains savants modernes ont soutenu que le terme n'est apparu que vers dans les écrits des généalogistes arabes[30], Maurice Lenoir postant une date d'apparition au VIIIe ou au IXe siècle[31].

Les Berbères sont les Mauri cités dans la Chronique de 754 lors de la conquête musulmane de la péninsule Ibérique, pour devenir depuis le XIe siècle, le terme Moros (en espagnol, et Maures en français) sur les chartes et les chroniques des royaumes ibériques chrétiens en expansion pour se référer aux andalous, nord-africains, et les musulmans en général.

Pour l'historien Abraham Isaac Laredo[32] le nom Amazigh pourrait être dérivé du nom de l'ancêtre Mezeg qui est la traduction de l'ancêtre biblique Dedan, fils de Shéba dans le Targoum. Selon Léo l'Africain, Amazigh signifiait « homme libre », bien que cela soit contesté, parce qu'il n'y a pas de racine de M-Z-Gh qui signifie « libre » dans les langues berbères modernes. De plus, « Am- » est un préfixe signifiant « un homme, celui qui est [...] ». Par conséquent, la racine requise pour vérifier cet endonyme serait (a)zigh, « libre », ce qui manque cependant aussi dans le lexique tamazight, mais peut être lié à aze « fort », Tizzit « bravoure », ou jeghegh « être brave, être courageux »[33].

En outre, ce terme a aussi une connotation avec le mot touareg Amajegh, qui signifie « noble »[34],[35]. Le terme Amazigh est commun au Maroc, en particulier chez les locuteurs du rifain et du shilah de l'Atlas central, en 1980[36], mais ailleurs dans la patrie berbère, un terme local plus particulier, comme Kabyle ou Chaoui, est plus souvent utilisé en Algérie[37].

Les Égyptiens, les Grecs, les Romains et les Byzantins ont mentionné diverses tribus avec des noms similaires vivant dans la Libye antique, dans les zones où les Berbères ont été plus tard identifiés. Les noms tribaux postérieurs diffèrent des sources classiques, mais sont probablement encore liés au Berbère moderne. Parmi eux, la tribu Mâchaouach représente la première ainsi identifiée sur le terrain. Pour les savants, ce serait la même tribu appelée quelques siècles plus tard en grec Mazyes par Hécatée de Milet, et Maxyes par Hérodote, alors qu'elle a été appelée Mazaces et Mazax dans les sources latines, et serait liée aux derniers Massylii et Masaesyli. Tous ces noms sont similaires, et peut-être sont des représentations étrangères du nom utilisé par les Berbères pour s’appeler eux-mêmes, en général, Imazighen.

Origines[modifier | modifier le code]

Le Medracen, à Batna, est un mausolée numide, l'un des plus anciens monuments de l'actuelle Algérie ()

La question de l’origine des Berbères s’est posée tout au long de l’histoire de l’Afrique du Nord. Elle a suscité d’énormes débats et d’innombrables théories. Aujourd'hui, la plupart des auteurs pensent qu’ils sont les descendants d’une population autochtone apparue in situ en Afrique du Nord, de culture paléolithique Ibéro-maurusienne (-16 000 ans), puis mésolithique capsienne. D’autres les considèrent issus de populations orientales originaires du Levant et ayant migré dans cette région durant la transition néolithique (- 9 500 - 7 000 ans)[38].

Recherches pré-modernes[modifier | modifier le code]

Selon les récits de l'Antiquité, notamment Hérodote (v. ) dans son écrit L'Enquête (en grec ancien: Ἱστορίαι / Historíai), relatant les informations collectées pendant ses voyages en Afrique du Nord, les Libyens (terme générique pour Nord-Africains) se disaient descendre des Troyens. Il les plaçait dans la partie septentrionale de l'Afrique, dans les montagnes de l’Atlas (Enquête, IV, 184-185)[39]. Par ailleurs, toujours selon Hérodote, le terme de « Maxies » était utilisé par les Berbères pour se dénommer. Hérodote compte parmi eux les « Atlantes »[40].

Salluste n’hésite pas à remonter les siècles pour rechercher les origines des Berbères ; il va même jusqu’à interroger les ouvrages en langue punique en possession du roi Hiempsal II ou les écrits même de ce souverain numide[41].

Diodore de Sicile aussi a consacré plusieurs paragraphes de son Livre Trois (LIV-LV) à un peuple d’« Atlantes » qu’il situe « à l’'extrémité de l'Afrique » et qu’il présente comme « arrivé à un assez haut degré de puissance et de civilisation ». Il place leur histoire aux temps légendaires de la mythologie et y voit l’origine de nombreux dieux ; par ailleurs ces « Atlantes » doivent faire face à leurs « voisins » les « Gorgones » et sont vaincus par les « Amazones ». Pour Maurice Euzennat, même si l’on peut rapporter phonétiquement les noms grecs d’« Amazones » et de « Gorgones » aux mots Imazighen et Garamantes, ce voisinage des « Atlantes » avec les « Gorgones » et les « Amazones » montre surtout que l’on est dans le domaine de la légende, dans une description de peuples irréels, loin d’une connaissance véritable de l’extrémité ouest de l’Afrique[42].

Au Moyen Âge, les thèses s'appuient sur des récits bibliques et sur des références historiques comme Ibn Khaldoun : elles donnent alors à ce peuple une origine chamitique.

Aux XIXe et XXe siècles, plusieurs auteurs lui attribuèrent une origine européenne et nordique.

Recherches modernes[modifier | modifier le code]

Actuellement, plusieurs études – génétiques, anthropologiques et linguistiques – sont menées : des datations au carbone 14 sur d'anciens fossiles, des tests génétiques sur les populations modernes, mais aussi sur des ossements, et enfin des études comparatives entre la langue berbère avec les autres langues sont les moyens utilisés. Ces études génétiques ainsi que les écrits d'historiens tels que Gabriel Camps et Charles-André Julien tendent à prouver que les Nord-Africains actuels (arabophones comme berbérophones) descendent essentiellement des Berbères.

Selon les études génétiques[modifier | modifier le code]

Population Nb A/B E(xE1b1b1) E1b1b1 E1b1b1a E1b1b1b E1b1b1c F K G I J1 J2 R1a R1b-M269 Autres Études
1 Algérie/Oran 102 0 7,9 % 0 5,9 % 45,1 % 0 0 0 0 0 22,5 % 4,9 % 1 % 11,8 % 1 % Robino et al. (2008)[43]
2 Algérie/Alger 35 0 2,9 % 0 11,4 % 42,9 % 0 11,8 % 2,9 % 0 0 22,9 % 5,7 % 0 0 0 Arredi et al. (2004)[44]
3 Algérie/Tizi Ouzou 19 0 0 0 0 47,4 % 10,5 % 10,5 % 0 0 0 15,8 % 0 0 15,8 % 0 Arredi et al. (2004)
4 Tunisie/Tunis 148 0 2 % 3,4 % 5,4 % 37,8 % 2,7 % 4,7 % 0,7 % 0 0 32,4 % 3,4 % 0,7 % 6,1 % 0,7 % Arredi et al. (2004)
5 Tunisie 52 0 0 9,6 % 15,4 % 32,7 % 0 1,9 % 1,9 % 0 0 34,6 % 3,8 % 0 0 0 Onofri et al. (2008)
6 Tunisie/Berbères de Bou Omrane 40 0 5 % 0 5 % 87,5 % 0 2,5 % 0 0 0 0 0 0 0 0 Ennafaa et al. (2011)[45]
7 Tunisie/Berbères de Bou Saad 40 0 0 0 0 92,5 % 0 0 0 0 0 5 % 0 0 0 2,5 % Ennafaa et al. (2011)
8 Tunisie/Arabes de Jerba 46 2,2 % 0 0 15,2 % 60,9 % 4,3 % 0 0 0 0 8,7 % 2,2 % 4,3 % 2,2 % 0 Ennafaa et al. (2011)
9 Tunisie/Berbères de Jerba 47 0 0 0 17 % 76,6 % 0 4,25 % 2,1 % 0 0 0 0 0 0 0 Ennafaa et al. (2011)
10 Tunisie/Berbères de Chenini–Douiret 27 0 0 0 0 100 % 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Karima Fadhlaoui-Zid et al. (2011)[46]
11 Tunisie/Berbères de Sened 35 0 0 0 0 65,7 % 0 2,9 % 0 0 0 31,4 % 0 0 0 0 Karima Fadhlaoui-Zid et al. (2011)
12 Tunisie/Berbères de Jradou 32 0 0 0 0 100 % 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Karima Fadhlaoui-Zid et al. (2011)
13 Tunisie/Zaghouan 32 0 0 0 3,1 % 40,6 % 0 9,4 % 0 0 0 43,8 % 3,1 % 0 0 0 Karima Fadhlaoui-Zid et al. (2011)
14 Tunisie/Tunis 33 0 0 3,0 % 6,0 % 54,5 % 3,0 % 6,0 % 0 3,0 % 0 24,2 % 0 0 0 0 Karima Fadhlaoui-Zid et al. (2011)
15 Maroc 221 0 6,4 % 4,1 % 6,8 % 65 % 0 0,9 % 1,8 % 0,9 % 0,5 % 5 % 4,1 % 0 4,1 % 0 Fregel et al. (2009)
16 Maroc 51 3,9 % 5,9 % 5,9 % 5,9 % 54,9 % 0 0 0 0 0 19,60 % 0 0 3,9 % 0 Onofri et al. (2008)
17 Maroc/Amizmiz Valley 33 3 % 6,1 % 0 3 % 84,8 % 3 % 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Alvarez et al. (2009)
18 Sahrawi 89 0 20,2 % 0 0 59,6 % 0 0 0 0 0 20,2 % 0 0 0 0 Fregel et al. (2009)
Les migrations humaines suivant l'ADNmt

Le chromosome Y est transmis de père en fils, l'étude des polymorphismes présents permet de suivre la lignée patrilinéaire – directe – d'une famille, d'une ethnie ou d'une espèce.

La majorité des haplogroupes masculin des Nord-Africains berbérophones et arabophones sont E1b1b (40 % à 80 %)[47], et J (20 % à 40 %) d'origine majoritairement néolithique[48]. L'haplogroupe R1b (M269), présent surtout en Europe de l'Ouest arrive ensuite avec des fréquences entre 0 et 15 % selon les régions. Un sous-groupe particulier de l'haplogroupe E1b1b, l'haplogroupe E1b1b1b caractérisé par le marqueur M81, est très fréquent chez les Berbères et voit sa fréquence décroître d'ouest en est[49]. Son origine est l'haplogroupe E1b1b de l'est qui date de 10 000 ans[50].

L'ADN mitochondrial étant exclusivement transmis par les femmes à leurs enfants, son étude génétique permet de suivre la lignée matrilinéaire – directe – d'une famille, d'une ethnie ou d'une espèce. La majorité des Berbères ont un ADN mitochondrial d'origine ouest-eurasienne[51]. La lignée maternelle directe des Berbères la plus ancienne date du paléolithique (30 000 ans avant notre ère) représentée par l'haplogroupe U6 (d'origine ouest-eurasienne)[52]. Cet haplogroupe est spécifique aux Berbères et sa fréquence s'accroît quand on va à l'ouest. Selon une étude génétique réalisée en 2010, les populations d'Afrique du Nord descendent en partie, du côté maternel, de migrants de la péninsule ibérique arrivés il y a environ 8 000–9 000 ans[53].

L'ADN autosomal permet de déterminer l'affinité génétique de certaines populations humaines par rapport à d'autres. À l'exception des Touaregs, la majorité des Berbères sont génétiquement plus proches des Européens et des Moyen-Orientaux que des autres populations humaines – les Touaregs se situant dans une position intermédiaire entre les populations subsahariennes et le reste des Berbères[54],[55].

D'après une étude de Adams et al., réalisée en 2008, sur un échantillon de 1 140 mâles originaires de la péninsule ibérique, et des îles baléares, ces populations ont une proportion moyennement élevée d'ascendance provenant d'ancêtres maghrébins (10,6 %), et juifs séfarades (19,8 %)[56].

Une nouvelle étude parue en 2012 utilisant 730 000 polymorphisme nucléotidique de l'ADN autosomal montre une différence entre les populations nord-africaines, celles du Proche-Orient et sub-saharienne[57]. Les populations nord-africaines possèdent ainsi un haplotype distinctif dont l’apparition a été estimé entre 18 000 et 38 000 ans lors d'une divergence puis d'une isolation[58].

Les populations nord-africaines sont complètement distinctes des Africains subsahariens, basé sur des attributs culturels, linguistiques et phénotypiques[58]. La présence d'ADN européen chez les Nord-Africains tels que les Marocains ou les Algériens varie atteignant au maximum 25 % et est semblable aux populations méditerranéenne d’Europe du Sud comme les Basques et les Toscans utilisés dans cette étude.

Anthropologie[modifier | modifier le code]

Mechta el Arbi a été trouvé près de Constantine

Au Paléolithique, vivait l'homme de Taforalt et celui d'Afalou, tous deux de type « cromagnoïde »[59]. Des tests génétiques sur les squelettes de Taforalt ont confirmé l'origine ouest-eurasienne de ce type anthropologique[60].

Au Néolithique, selon M.C. Chamla, l'Afalou est remplacé par le Capsien de type « méditerranoïde » venant de l'est de la Tunisie. La culture capsienne est souvent décrite comme proto-berbère[61].

Linguistique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Langues berbères.

Les langues berbères appartiennent à la famille des langues chamito-sémitiques (langues sémitiques, amharique, copte, langues tchadiques…).

La majorité des linguistes sont arrivés à la conclusion que l’afro-asiatique vient d’Afrique orientale[62],[63]. Le proto-afrasien (afro-asiatique) remonte à 10 000 ans selon certains et 17 000 ans selon d’autres[64].

Synthèse[modifier | modifier le code]

Une synthèse des différents travaux scientifiques décrits ci-dessus sur l’origine des Berbères (portant sur des dessins et écrits rupestres, des sites archéologiques, sur la linguistique berbère et sur les études génétiques) a été faite par Bernard Lugan (1946-), historien français spécialiste de l’Afrique ; Il indique que l’origine des Berbères est désormais connue et que bien des écrits au sujet de leur origine sont dépassés. Il précise qu'il y a environ 20 000 ans une population située entre les actuelles Érythrée et Éthiopie (Afrique de l'Est ou Afrique orientale) s'est scindée en trois groupes : l'un de ces groupes a remonté le Nil puis s'est dirigé vers les pays du Maghreb qu'il pénètre par l'est. Ce groupe laisse une trace de son passage à Gafsa, ville d'actuelle Tunisie, d'où vient le nom de culture capsienne. Ce groupe dit des Protoberbères, ancêtres des actuels Berbères, rencontre en arrivant dans le Maghreb le Mechta el arbi (ou Homme de Cro-Magnon du Maghreb décrit par Gabriel Camps[65]). Cette synthèse recoupe et prolonge les travaux des chercheurs Émile-Félix Gautier (1864-1940) et Gabriel Camps (1927-2002) qui décrivent les berbères Zénètes comme étant des chameliers nomades venus de l'est.

Récits de l'Antiquité et du Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Selon Salluste[modifier | modifier le code]

Un Libyen ancien peint sur la tombe de Séthi Ier

Salluste consacra les chapitres XVII et XIX de son ouvrage Bellum Iugurthinum à une digression sur le pays de l'Afrique du Nord et ses habitants, d'après les traditions numides et les livres puniques du roi Hiempsal II. Après une description du pays – limites, climat, faune et flore –, l'historien présente les Gétules et les Libyens comme les premiers habitants de l'Afrique, « rudes, grossiers, nourris de la chair des fauves, mangeant de l'herbe comme des bêtes ». Le demi-dieu Hercule mourut en Espagne selon la « croyance africaine », et son armée composée de divers peuples se démantela. Les Mèdes, les Perses, les Arméniens de son armée passèrent par bateau en Afrique et s'établirent sur la côte[66].

Les Perses s'établirent à l'ouest, « plus près de l'Océan », habitant dans les coques renversées de leurs bateaux, faute de matériel de construction. Ils s'allièrent par mariage avec les Gétules. Conduits à se déplacer sans cesse, ils se donnèrent le nom de « Nomades » (Numides)[67]. Salluste tient pour preuve de ce récit les habitations des paysans numides, rappelant celles des coques renversées de l'armée d'Hercule.

Les Mèdes et les Arméniens s'unirent aux Libyens. Ils « bâtirent des places fortes » et « pratiquaient des échanges commerciaux avec l'Espagne ». Altérant le nom des Mèdes, les Libyens indigènes se seraient mis à les appeler Maures. Par la suite, les Perses et les Gétules grandirent en puissance et s'installèrent à l'ouest de Carthage sous le nom de Numides. Enfin, ils annexèrent la Libye. La presque totalité du nord de l'Afrique fut annexée par les Numides, « les vaincus se fondirent avec les vainqueurs, qui leur donnèrent leur nom de Numides ».

Selon Hérodote[modifier | modifier le code]

Hérodote (-) dit que les Maxyes — un peuple Berbère — prétendent descendre des Troyens[68]. Il est a noté que d'après la tradition grecque, les Maxyes ne sont pas les seuls habitants de la Libye antique qui seraient venus du bassin égéen au temps de la guerre de Troie[69].

Selon Ibn Khaldoun[modifier | modifier le code]

Statue d'Ibn Khaldoun à Tunis ; il a consacré sa vie à l'étude de l'histoire des Berbères.

Ibn Khaldoun (1332-1406) fait remonter l'origine des Berbères à Mazigh fils de Canaan. D'après lui, ils descendent de Canaan, fils de Cham. Faisant une étude comparative des différents généalogistes arabes et berbères existant bien avant lui, il en tire sa propre analyse sur l'origine des Berbères. Dans son livre sur l'Histoire des Berbères, il cite presque tous les travaux déjà faits sur la généalogie ancienne[70]. Il désigne deux grandes familles : Madghis et Barnis[70],[71].

À propos de ces traditions, Yves Modéran a fait observer[72] :

« Issue d’un genre littéraire spécifique, le récit mythique et généalogique, l’évocation d’un ancien mouvement des Berbères de l’est vers l’ouest, explicitement rapportée à l’ensemble de ce peuple, et non à telle ou telle tribu connue à l’époque byzantine, est toujours repoussée par les auteurs arabes dans des temps extrêmement éloignés, définis par une chronologie biblique (ou coranique, si l’on préfère). Et elle s’avère surtout, dans presque tous les cas connus, reprise de traditions juives ou chrétiennes bien antérieures au Bas-Empire romain, avec seulement des corrections destinées à actualiser le mythe et à le rendre ainsi fonctionnel, capable de fournir des explications aux hommes du Moyen Âge sur la situation des Berbères de leur propre époque »

XIXe-XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le premier auteur à avoir évoqué l'origine nordique des Berbères fut Thomas Shaw dans son ouvrage Travels or Observations Relating to Several Parts of Barbary and the Levant publié en 1738. Selon lui, les Berbères blonds descendaient des Vandales de Genséric, retirés dans les montagnes après qu'ils eurent été défaits par Bélisaire. Un siècle plus tard, un autre texte fondateur de l'origine nordique des Berbères fut l'article de Laurent-Charles Féraud intitulé Monuments dits celtiques dans la province de Constantine et publié en 1863 où il suggérait que les Berbères blonds descendaient des Gaulois mercenaires de Rome, à cause de la présence des dolmens en Algérie. Par la suite, le docteur Lucien Bertholon, qui consacra sa vie à l'anthropologie berbère, même s'il n'en continuait pas moins à affirmer l'origine nordique des Berbères, en fit les descendants des peuples égéens[73].

Contrairement à ces auteurs, l'anthropologue italien Giuseppe Sergi ne pensait pas que les Berbères provenaient du nord, mais au contraire, que les Nordiques provenaient du sud. Pour Sergi, il existait une race méditerranéenne, originaire d'Afrique, dont était issue la race nordique; cette race méditerranéenne étant elle-même issue des Chamites, qui occupaient le Nord de l'Afrique[74].

Les théories de l'origine nordique de Berbères furent reprises, dans la première moitié du XXe siècle, par certains auteurs allemands. Ainsi Hans Günther[75], raciologue du Troisième Reich, ou encore Alfred Rosenberg, théoricien du nazisme considéraient les Berbères comme descendants des peuples aryens atlanto-nordiques[76].

Pour Henri Vallois écrivant en 1944, il était également certain que les « Berbères blonds » appartenaient à la race nordique[77].

Dans un ouvrage de 1882 consacré à la forme des crânes humains, Armand de Quatrefages et Ernest Hamy assimilaient l’homme de Cro-Magnon aux Basques, aux Chaouis, Kabyles et aux Guanches[78].

Groupes ethniques[modifier | modifier le code]

Les Berbères sont dispersés en plusieurs groupes ethniques en Afrique du Nord.

Lenguas bereberes.png

Répartition des populations berbérophones en Afrique du Nord.

         Rifains          Chenouis
         Zayanes          Kabyles
         Chleuhs          Chaouis
         Zenagas          Infusen
         Touareg          Berbères des Oasis

Principaux groupes ethniques berbérophones[modifier | modifier le code]

En Libye, les berbérophones constituent à peu près 10 % de la population presque tous concentrés à l'ouest (excepté ceux d'Aoudjila et de Djaraboud)[80].

Principaux groupes ethniques « non-berbérophones » d'origine berbère[modifier | modifier le code]

Principaux groupes ethniques — totalement ou en grande majorité — « non-berbérophones » mais historiquement berbère ou d'origine berbère :

note : Les études de la génétique matérialiste[82],[83], ainsi que les études historiques et sociolinguistiques[84],[85] confirment l'origine berbère de la majorité des Nord-Africains arabophones. L'arabisation de ces populations s'est prolongée de la conquête islamique au VIIe siècle jusqu'au XXe siècle.
Les parlers arabes maghrébins demeurent fortement influencés par la langue berbère.

Berbères au pluriel[modifier | modifier le code]

Plusieurs nations sont venues partager le mode de vie des Berbères. Selon Salluste, les Maures faisaient partie de l'armée d'Hercule venus d'Espagne[86] composé de Perses, d'Arméniens, et de Mèdes[87]. Ils se sont mêlés aux populations autochtones Gétules du Maghreb actuel. Ils se sont installés dans les montagnes du Maroc et aux Aurès en Algérie et en Libye. Il s'ensuit plusieurs ethnies qui se sont fondues dans les tribus berbères comme les Phéniciens, les Vandales, les Juifs, les Byzantins, les Romains, les Arabes, les peuples d'Afrique, les Européens, les Turcs, etc.[88],[89].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des Berbères.

La région du Maghreb, aurait été habitée par des Berbères depuis au moins [90]. Des peintures rupestres locales, datées de douze millénaires auparavant, ont été découvertes dans la région de Tassili n'Ajjer, dans le sud de l'Algérie. D'autres d'art rupestre ont été observées à Tadrart Acacus dans le désert libyen. Une société néolithique, marquée par la domestication et l'agriculture vivrière, s'est développée dans la région saharienne et méditerranéenne (le Maghreb) de l'Afrique du Nord entre et Ce type de vie, richement représenté dans les peintures rupestres du Tassili n'Ajjer du sud-est algérien, a prédominé au Maghreb jusqu'à la période classique. Des scripts préhistoriques en Tifinagh ont également été trouvés dans la région d'Oran[91]. Au cours de l'ère pré-romaine, plusieurs états indépendants successifs (Massyles et Massæsyles) existaient avant que le roi Massinissa unifie le peuple de Numidie.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Localisation du noyau à l’origine de la culture capsienne.

La préhistoire se définissant comme les époques précédant l'invention ou l'usage de l'écriture, de la production de documents écrits transmettant la mémoire aux générations à venir, la préhistoire des peuples berbères à l'ouest de la vallée du Nil se recoupe avec une grande partie de l'histoire de l'Égypte ancienne. Dans les textes égyptiens, ces peuples, libyens, apparaissent sous les noms de Libou, Tehenou, Temehou, Mâchaouach[92].

Un chef Mâchaouach monta sur le trône d'Égypte en tant que Sheshonq Ier, fondant la XXIIe dynastie égyptienne. De ce côté, il est donc possible de dire que les Berbères entrent dans l'histoire. Selon l'historien Bernard Lugan, « la génétique montre que l'ancienne Égypte était en partie, et même largement berbère »[93].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Libye antique et Civilisation carthaginoise.
Extension du territoire carthaginois avant la première guerre punique vers

Les Libyens (Berbères), formés de plusieurs confédérations telles que les Gétules, les Garamantes[94], les Atlantes, etc., dispersés dans le vaste territoire de la Libye antique (Maghreb actuel) depuis les temps anciens, vont connaître des relations culturelles et politiques avec l'Égypte ancienne, les Phéniciens (de ces échanges verra le jour la grande civilisation carthaginoise), la Grèce antique, l'Empire romain, etc. Le monument Madracen, datant de [95], appartiendrait donc à la grande archéologie méditerranéenne de l'époque hellénistique manifestant un goût archaïsant, mais aussi une très bonne connaissance du vocabulaire architectural le plus récent comme en témoigne la présence d'une gorge égyptienne[96]. Mais le monument pose un gigantesque problème qui demeure non résolu[97].

Durant la période de prédominance des Phéniciens en Méditerranée, plusieurs villes portuaires sont érigées dont Carthage.

Buste du roi berbère Massinissa, fondateur du royaume de Numidie (vers ).

La première guerre punique se déclenche par la suite. Massinissa forme le premier État dont le nom est la Numidie. Plusieurs guerres puniques se déclenchent en Afrique du Nord pendant l'Antiquité. Durant l'ère pré-romaine, plusieurs États indépendants se succédèrent (Massæsyles, Massyles, Maurétanie, etc.). Plusieurs provinces connues sous les noms : la province d’Afrique correspondait au territoire naturel de Carthage et la côte ouest de la Libye (l’Africa Vetus et de l’Africa Nova, sera divisée par Dioclétien en trois : la Tripolitaine, la Byzacène et l'Afrique proconsulaire résiduelle, aussi appelée Zeugitane.), la Numidie, la Maurétanie désigne le territoire des Maures dans l'Antiquité. Il s'étendait sur le nord-ouest et centre de l'actuelle Algérie, et une partie du nord marocain actuel.

Le roi Massinissa[98] unifie la Numidie[99],[100]. Il fonde la capitale Cirta. Au cours de la deuxième guerre punique, les Massaesyles, commandés par Syphax, sont alliés à Carthage, tandis que les Massyles, commandés par Massinissa, s'allient à Rome, après avoir été spoliés par Syphax. À la fin de la guerre, les Romains attribuent tout le territoire numide à Massinissa. Son nouveau territoire entoure désormais celui de Carthage, sauf du côté de la mer.

L'empire romain au IIIe siècle.

En , à la mort de Massinissa, Scipion Émilien partage la Numidie entre les trois fils du roi. De même, Rome oblige Micipsa, dernier fils de Massinissa, à partager sa part entre ses deux fils et le fils naturel de son frère, Jugurtha. Ce dernier, voulant restaurer l'unité du royaume, fait assassiner ses cousins, et, en , se rebelle contre Rome à qui il va infliger de sévères défaites au cours d'une guerre longue et difficile qui durera de à . Incapables de remporter une victoire militaire, les Romains usent de traîtrise pour le capturer. En , à la faveur d'un guet-apens, Jugurtha est livré par Bocchus, son beau-père et jusque-là son allié, à Sylla qui avait soudoyé l'entourage de ce dernier. La Numidie est partagée : sa partie occidentale est attribuée à Bocchus, roi de Maurétanie, le reste est laissé sous l'autorité d'un roi vassal de Rome.

En 42 de notre ère, les Romains parviennent à devenir maîtres de la totalité du Maghreb. Sous l'instigation de ces derniers, le territoire est divisé en provinces. Par la suite, les Vandales et les Byzantins envahiront une partie du Maghreb actuel.

La Numidie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Numidie et Maurétanie.
Carte représentant le royaume de Syphax (Massæsyles) et Gaïa (massyles) en , avant leur unification par Massinissa.
Maurétanie tingitane (à l'ouest), Maurétanie césarienne (au centre-ouest), Numidie (au centre-est), Africa (à l'est) et la Gétulie, provinces romaines au Ier siècle de notre ère.

Au IIIe siècle av. J.-C., l'Afrique du Nord était divisée en trois royaumes berbères : celui des Maures[101] avec le royaume de Maurétanie qui s'étend de l'Atlantique au fleuve Moulouya, au centre celui des Massæsyles, entre le Mulucha et la rivière Amsaga, sur lequel règne le roi Syphax et enfin, à l'est près de Carthage, le royaume des Massyles, entre la rivière Ampsaga (Oued-el-Kebir) et les territoires de Carthage.

Carte du royaume de Numidie à son extension maximale, vers 150 av. J.-C.

Les Masaesyles et les Massyles s'affrontèrent, en à la fin de la deuxième guerre punique, à la suite de laquelle Massinissa, chef des Massyles, contribua de façon décisive à la victoire de l'Empire romain sur Carthage, Massinissa parvint dès lors à unifier la Numidie qui s'étendit alors du fleuve Moulouya à l'ouest jusqu'à la Cyrénaïque à l'est. Il réussit sous sa conduite à préserver l'indépendance de son royaume en jouant habilement de la rivalité régionale qui prévalait à l'époque, tout en lui garantissant une prospérité économique certaine, grâce au remarquable développement de l'agriculture et de l'élevage. Sur le plan de l'organisation politique, Massinissa plaça à la tête de chaque province un gouverneur et à la tête de chaque tribu un « Amokrane » (le chef). Son conseil, formé de dix personnes, le seconda efficacement dans sa politique et son administration générale. Au nombre de ces dix conseillers, il avait trois de ses fils : Micipsa qui le suppléait en plusieurs affaires, Gulussa, chargé de la conduite des armées et Mastanabal chargé du trésor royal. Il mit en circulation une monnaie frappée à son effigie, « avec des traits réguliers, un œil largement ouvert sous un sourcil assez épais, des cheveux abondants et bouclés, une barbe allongée et bien taillée ». Le règne de Massinissa prit fin lorsqu'il mourut en

Face est du mausolée royal de Maurétanie, surnommé tombeau de la Chrétienne, construit probablement entre Bocchus Ier à Juba II, et (Tipaza en Algérie)
Site de Sauma, tombeau de Massinissa à Constantine en Algérie,

Ainsi après la mort du grand roi fondateur, une crise de succession, vue d'un bon œil par Rome se produisit et qui plaça la Numidie dans des troubles politiques. Micipsa, fils de Massinissa succédera au trône de son père. Durant son règne, il fit envoyer le très populaire Jugurtha, petit-fils de Massinissa, comme représentant en Ibérie pour l'éloigner du pouvoir. Micipsa nomme Gulussa vice-roi et ministre de la Guerre et Mastanabal vice-roi et ministre de la Justice. Après le bref règne de Micipsa, ses deux fils Adherbal et Hiempsal finissent par détruire tout le travail d'unification de Massinissa en divisant la Numidie de nouveau en Numidie orientale et occidentale. La crise politique encore larvée à ce stade entre Rome et la Numidie, finit par se déclarer officiellement lorsque Jugurtha, le très populaire petit-fils de Massinissa revient en Numidie et se saisit du pouvoir par la force en , en s'attaquant aux petits-fils de Massinissa (tuant Hiempsal et expulsant Adherbal qui s'enfuit à Rome) pour réunifier la Numidie et la remettre sur le chemin de la stabilité et du développement.

Guerre de Jugurtha[modifier | modifier le code]

Article connexe : Guerre de Jugurtha.
Monnaie à l'effigie de Jugurtha.

Rome qui ne voit pas d'un bon œil cette réunification, se met alors à chercher des problèmes politiques à Jugurtha, en lui demandant de s'expliquer sur sa prise de pouvoir violente et l'expulsion d'Adherbal qui se réfugia chez eux. Jugurtha aurait répliqué dans son entourage qu'il est une chose qu'il avait apprise des Romains lors de son séjour en Ibérie : « Roma est urbs venalia » (trad. « Rome est une ville à acheter »), faisant ainsi référence à l'étendue de la corruption chez les officiels romains. C'est ainsi que Jugurtha se résout à acheter un répit en offrant de l'argent à des membres de la classe politique romaine pour les corrompre. Rome accepte alors de le laisser régner, mais seulement à condition que la Numidie reste divisée. Elle lui offre la reconnaissance diplomatique sur la Numidie occidentale, à condition de remettre Adherbal sur le trône en Numidie orientale. Jugurtha accepta dans un premier temps l'offre de Rome. Cependant, son intention de restaurer la Numidie unifiée demeure forte, ce qui le conduisit incessamment à envahir en la Numidie orientale, réunifiant ainsi de nouveau la Numidie. Au passage il fit exécuter plusieurs hommes d'affaires romains opérant en Numidie orientale. Le gouvernement romain, furieux d'un tel développement, est sur le point de lui déclarer la guerre, lorsque Jugurtha réussit une nouvelle fois avec grande habileté à corrompre les responsables en place à Rome. Cela a pour conséquence d'atténuer l'animosité qui s'était emparée de la classe politique romaine à son encontre, et même de lui procurer un traité de paix avantageux. Toutefois, ce traité sera aussitôt remis en cause, après les profonds changements que connut la classe dirigeante romaine ; excédé, Jugurtha fit exécuter Adherbal en réponse à cet acte. La classe politique romaine se déchaîne alors et finit par demander l'invasion de la Numidie. Rome envoie alors le consul Metellus en Numidie à la tête de plusieurs légions pour punir Jugurtha et le déposer. Jugurtha parvint avec intelligence à résister durant des années, en combinant des manœuvres militaires face aux Romains et politiques avec son voisin de l'ouest, le roi Bocchus Ier de Maurétanie. L'adjoint du consul Metellus, Gaius Marius, entrevoyant une opportunité, retourne à Rome pour se plaindre de l'inefficacité suspecte de son chef et demande à être élu consul à sa place, ce qu'il obtint. C'est alors que Gaius Marius envoie son questeur, Lucius Cornelius Sulla, en mission en Maurétanie pour négocier l'aide de Bocchus Ier. Bocchus accepte alors de trahir Jugurtha, et aide les Romains à le capturer dans un guet-apens. Jugurtha est alors envoyé à la fameuse prison de Tullianum. Il fut exécuté tout de suite après la tradition du triomphe romain en à la prison de Tullianum. Dès lors, la Numidie est partagée : sa partie occidentale est attribuée à Bocchus, roi de Maurétanie, le reste est laissé sous l'autorité d'un roi vassal de Rome.

Statue du roi berbère Juba II - Maison dite du Roi - 25-23 av. J.-C. - Vollubilis (Maroc).

La situation perdure jusqu'à la guerre civile entre Jules César et Pompée. Juba Ier, partisan de Pompée, perd son royaume en après la défaite de Thapsus contre César. César accorde à Sittius un territoire vaste autour de Cirta (Constantine). La Numidie devient alors la province d’Africa nova, jusqu'à ce qu'Auguste réunisse les deux provinces en un seul ensemble, l'Afrique proconsulaire. Cette dernière est dirigée par un proconsul, qui conduisit un moment l'armée d'Afrique. Auguste rend son royaume à Juba II, fils du précédent, après la bataille d'Actium (). En , Juba II reçoit le trône de Maurétanie, et la Numidie est partagée entre la Maurétanie et la province d'Afrique. La partie intégrée à la province d'Afrique en constitue une région et, en théorie, n'a pas d'autonomie administrative, puisqu'elle dépend du proconsul assisté de légats.

Par la suite, les Romains pénètrent dans le Maghreb actuel vers le début de notre ère. Sous Rome, le territoire fut divisé en provinces :

Lambèse fut la première capitale romaine, par la suite Timgad va être construite au temps de Trajan. L'agriculture se développe grâce à la plantation de plusieurs milliers d'oliviers pour faire de l'huile d'olive en Algérie. La civilisation berbère est à son apogée, plusieurs grandes villes sont construites au nord au sud dans le désert. La nationalité romaine est offerte aux Berbères, cela facilite l'intégration de certains nomades au monde romain[102]. Plusieurs mariages mixtes entre Romains et Berbères naturalisés sont célébrés dans les grandes villes. La pratique des cultes berbères est représentée dans les fresques romaines. De même, les jeux romains sont source de distraction et de joie pour la plupart des Berbères. De plus, les bains publics étaient un luxe pour tout le monde. À Timgad, région chaouie, il y avait vingt-sept bains[103]. Il n'y avait pas de remparts autour des villes pour faciliter les relations entre les Berbères et les Romains. Les arts sont développés par les artisans berbères (la céramique, la poterie, etc.). Plusieurs amphithéâtres sont construits. Le théâtre de Timgad pouvait contenir 4 000 personnes de l'Aurès. La population globale de l'Aurès était estimée entre huit à dix-mille habitants, pendant les premières années de l'Empire romain en Afrique du Nord[103].

Ruines romaines de Timgad (actuelle Wilaya de Batna, Algérie), et vue sur l'Arc de Trajan.
Apulée, écrivain romain, auteur de Métamorphoses, est d'origine berbère, de Madauros (actuelle Aurès).

Les populations se rebellent de nombreuses fois surtout les Zénètes, vers le début du Ier siècle. Les Maghraouas auraient été très nombreux dans les environs d'Icosium (Alger) et Ptolémée de Maurétanie devait les contenir.Ptolémée de Maurétanie, fera transférer une partie des Maghraoua vers le chlef[104]. Cela provoque une succession d'actions militaires de Rome, soldées parfois par de graves défaites romaines.

Les alentours de Tlemcen auraient été composés des royaumes Gétules dans l'antiquité. Ils auraient vécu dans cette partie du Maghreb[105]. Plusieurs rois Gétules purent contrebalancer l'Empire Romain. L'exemple du héros Tacfarinas, Vers , Tacfarinas qui soulève tous les tribus Gétules[106]. Tacfarinas mourut à Pomaria (Tlemcen actuellement)[107]. En effet, sept ans durant, Tacfarinas résiste aux Romains, malgré Tibère qui transfère une seconde légion pour appuyer la troisième légion Auguste (seule ensuite). Dès , Caligula confie la conduite de la région de Numidie à un représentant personnel – « légat de l'empereur » – chargé de commander la troisième légion Auguste. C'est ainsi qu'il met fin à une exception politique : celle d'une armée importante placée sous les ordres d'un proconsul et non d'un légat. Le Sénat perd la dernière légion qui était sous ses ordres. Bien que toujours officiellement intégrée à la province d'Afrique proconsulaire, la Numidie en constitue une région à part, placée sous l'autorité de son légat qui dirige la troisième légion Auguste et ne rend de compte qu'à l'empereur. C'est une province de fait, mais non de droit, statut relativement unique dans l'empire. Après 193, sous Septime Sévère, la Numidie est officiellement détachée de la province d'Afrique et constitue une province à part entière, gouvernée par un légat impérial. Sous Dioclétien, elle constitue une simple province dans la réorganisation tétrarchique, puis est brièvement divisée en deux : Numidie militaire et Numidie cirtéenne.

À l'époque du Bas-Empire romain, les Levathae (Luwata) se révèlent tellement agressifs que les Romains font élever un limes pour les contenir. Après la crise économique que vécut la grande cité romaine de Leptis Magna, la ville connut plusieurs razzias de la part des populations locales.

De 256 à 640, christianisme, invasion vandale[modifier | modifier le code]

Saint Augustin d'origine berbère, il est l’un des principaux Pères de l’Église latine et l’un des 33 Docteurs de l'Église.
Portrait du philosophe et théologien saint Augustin.
Les Invasions barbares (100-500).

De nombreuses tribus berbères se convertissent au judaïsme. Certains auteurs pensent que les Juifs d'Afrique du Nord sont en grande partie des Berbères judaïsés. Le christianisme a pu ensuite se développer sur ce terreau juif.

Le christianisme apparaît vers l'an 256, et durant le siècle suivant, les populations des villes côtières algériennes, ainsi qu'une minorité de la population dans les campagnes se convertissent à la nouvelle religion.

En 313, les crises politiques et économiques poussent les populations à une nouvelle révolte qui sera encore une fois Amazigh. Mais cette fois la révolte est religieuse et politique. En effet, le donatisme (du nom de l'évêque Donatus) s'est développée en Algérie, à Baghaï, dans les Aurès et en Tunisie : ses partisans refusent la réintégration dans l'Église des clercs ayant apostasié lors des persécutions du début du siècle[108]. Le donatisme quittera rapidement le champ religieux pour devenir une opposition politique à Rome. En effet, les donatistes récusent la politique religieuse de Constantin Ier, le premier empereur romain chrétien, et, exigeant la séparation de l'État et de la religion, finissent par déclarer l'empereur comme étant le diable en personne. Ils rejettent aussi le rite romain.

"Triomphe de Neptune et Amphitrite", mosaïque romaine de Cirta (actuelle Constantine en Algérie), ca. 315-325.

Dès lors, Constantin envoie ses troupes les réduire au silence, dans ce qui est considéré comme la première persécution de chrétiens par d'autres chrétiens[109]. La répression ne fait qu'accroître le soutien populaire des donatistes; en 321 les légions romaines se retirent.

Toutefois vers l'an 340, l'idéologie donatiste donne naissance à une secte populaire, celle des « circoncellions », (ceux qui encerclent les fermes). Les donatistes, à l'instar des autres chrétiens, célébrant les martyrs, les circoncellions, ouvriers agricoles, deviennent des radicaux qui, considérant le martyre comme la plus grande vertu chrétienne, abandonnent toutes les autres valeurs (Humilité, Charité, Agape, etc.). Leur but étant de mourir au combat, les circoncellions, munis de matraques de bois, - ils refusent de porter des armes en fer en vertu du précepte évangélique : « Qui a vécu par l'épée, périra par l'épée » - attaquent les voyageurs, cernent puis rançonnent les exploitations agricoles (d'où leur nom), tuant, violant, volant les stocks, exigeant l'affranchissement des esclaves. Lorsqu'ils n'arrivent pas à se faire tuer, ils se suicident en sautant du haut d'une falaise. Ce dérapage du culte donatiste noircit encore plus leur réputation à Rome.

La cavalerie maure du général Lusius Quietus, sur la colonne Trajane, exposé au Museo della Civiltà Romana, Rome.

Mouvement social autant que religieux, la secte des circoncellions, violemment réprimée, finit par disparaître vers le IVe siècle.

L'apogée de l'Empire romain d'Orient avec les conquêtes de Justinien.

En 395 l'Empire romain faisant face à de sérieux problèmes internes, qui réduisent le contrôle qu’exerce Rome sur l’Afrique du Nord, les donatistes, essaient de dominer la scène politique et religieuse. L'empereur les déclare hérétiques en 409 et leur enjoint de restituer toutes les églises en leur possession en Afrique du Nord. Il envoie plusieurs légions qui sont d'une férocité terrible envers les responsables religieux du culte, et parfois même envers la population locale. Saint Augustin, évêque catholique d'Hippone (actuellement Annaba), essaie de calmer la violence de l'administration romaine, en plaidant pour un traitement plus humain des donatistes. Malgré les appels pressants de plusieurs parties, les donatistes disparurent presque complètement de la scène religieuse, seule une minuscule communauté survivant dans la clandestinité jusqu’au VIe siècle[110].

Quelques années plus tard, en 430, c'est tout l'Empire romain qui se retire de l'Afrique du Nord sous la pression des Vandales et des Alains, autre peuple indo-européen, venus avec eux et originaires des steppes du sud de la Russie. Le , Saint Augustin, l'un des derniers symboles de l'intégration de la population berbère au sein de l'Empire romain, trouve la mort durant le siège d'Hippone par les Vandales[111]. Cependant les Berbères sous le règne de Cabaon réussissent à défaire les Vandales et s'emparer des Aurès puis portèrent un coup dur à une armée vandale à l'époque du roi vandale Thrasamund, qui mourut après avoir occupé le trône pendant vingt-sept ans ; « les Vandales prirent la fuite, et les Maures, s'élançant hors de leur retranchement, en tuèrent un grand nombre, en firent beaucoup prisonniers, et de cette nombreuse armée il ne retourna dans leur pays qu'un fort petit nombre de soldats »[112].

Les attaques de plus en plus fréquentes des Berbères et l'énergie de l'empereur byzantin Justinien et de son général Bélisaire, provoquent la chute rapide du royaume vandale.

En 544, les Byzantins exerceront un pouvoir juste dans la province de Constantine et dans l'Ifriqiya. Cependant, l'émergence d'insurrection berbère contre les Byzantins provoque l'organisation de plusieurs États puissants les Djerawa, les Banou Ifren, les Maghraouas, les Awarbas, et les Zénètes[113].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Conquête musulmane[modifier | modifier le code]

Carte représentant les royaumes romano-berbères dans les années 600, de gauche à droite ; le royaume d'Altava, le royaume de l'Ouarsenis, le royaume du Hodna, le royaume de l'Aurès, le royaume de Nemencha, le royaume de Capsus, le royaume de Dorsale et le royaume de Cabaon.

La première expédition musulmane sur l'Ifriqiya est lancée en 647. En 661, une deuxième offensive se termine par la prise de Bizerte. La troisième, menée en 670 par Oqba Ibn Nafi, est décisive : ce dernier fonde la ville de Kairouan au cours de la même année[114] et cette ville devient la base des expéditions contre le nord et l’ouest du Maghreb. L’invasion complète manque d’échouer avec la mort d’Ibn Nafi en 683[115]. Envoyé en 693 avec une puissante armée arabe, le général ghassanide Hassan Ibn Numan réussit à vaincre l’exarque et à prendre Carthage[116] en 695. Seuls résistent certains Berbères dirigés par la Kahena[116]. Les Byzantins, profitant de leur supériorité navale, débarquent une armée qui s’empare de Carthage en 696 pendant que la Kahena remporte une bataille contre les Arabes en 697[116]. Ces derniers, au prix d’un nouvel effort, finissent cependant par reprendre définitivement Carthage en 698 et par vaincre et tuer la Kahena[115].

Contrairement aux précédents envahisseurs, les Arabes ne se contentent pas d’occuper la côte et entreprennent de conquérir l’intérieur du pays. Après avoir résisté, les Berbères se convertissent à l'Islam[115], ils sont enrôlés dans l'armée Omeyyade pour calmer les révoltes, et c'est alors que le général Tariq ibn Ziyad s'en va à la conquête de la péninsule ibérique, à la tête d'une armée de 12 000 hommes composés essentiellement de Berbères fraîchement convertis. Des centres de formation religieuse s’organisent alors, comme à Kairouan, au sein des nouveaux ribats. On ne saurait toutefois estimer l’ampleur de ce mouvement d’adhésion à l’islam. D’ailleurs, refusant l’assimilation, nombreux sont ceux qui rejettent la religion dominante et adhèrent au kharidjisme, hérésie née en Orient et proclamant l’égalité de tous les musulmans sans distinction d'origine ou de classe[117]. En 740, les Berbères de l'actuel Maroc lancent la grande révolte berbère, échaudés par des prédicateurs Sufrites Kharijites, une secte musulmane qui a embrassé une doctrine représentant l'égalitarisme total en opposition à l'aristocratie des Quraych qui s'était accentuée sous le califat omeyyade, qui tente de leur imposer le statut du dhimmi, qui se traduit notamment par l'imposition de lourdes taxes. Les rebelles ont élu Maysara al-Matghari pour mener leur révolte, et ont réussi à prendre le contrôle de presque tout ce qui est maintenant le Maroc, inspirant à de nouvelles rébellions au Maghreb et à al-Andalus. Lors de la bataille de Bagdoura, les rebelles berbères ont annihilé une armée particulièrement forte envoyée par le calife omeyyade de Syrie. Les Omeyyade n’ont pu échapper à la catastrophe qu’à la suite des dissensions internes qui ont scindé en deux les armées berbères. Ces dernières furent battues séparément non loin de Kairouan dans les localités d’al-Qarn et d’al-Asnam en 742[118]. Le Maroc et l'ouest Algérien est au main des armées berbères, et les omeyyades en sont expulsés, mais l'est de l'Ifriqiya (actuelle Tunisie) reste une province omeyyade jusqu’en 750, quand la lutte entre Omeyyades et Abbassides voit ces derniers l’emporter[117]. De 767 à 776, les kharidjites berbères sous le commandement d’Abou Qurra s’emparent de tout le territoire, mais ils se retirent finalement dans leur royaume de Tlemcen, après avoir tué Omar ibn Hafs, surnommé Hezarmerd, dirigeant de la Tunisie à cette époque[119].

Les Fatimides au Maghreb de 909 à 973.

En 800, le calife abbasside Haroun ar-Rachid délègue son pouvoir en Ifriqiya à l’émir Ibrahim ibn Al-Aghlab[120] et lui donne le droit de transmettre ses fonctions par voie héréditaire[121]. Al-Aghlab établit la dynastie des Aghlabides, qui règne durant un siècle sur le Maghreb central et oriental. Le territoire bénéficie d’une indépendance formelle tout en reconnaissant la souveraineté abbasside[121]. La Tunisie devient un foyer culturel important avec le rayonnement de Kairouan et de sa Grande mosquée, un centre intellectuel de haute renommée[122]. À la fin du règne de Ziadet Allah Ier (817-838), Tunis devient la capitale de l’émirat jusqu’en 909[123].

Appuyée par les tribus Kutama qui forment une armée fanatisée, l’action du prosélyte ismaélien Abu Abd Allah ach-Chi'i entraîne la disparition de l’émirat en une quinzaine d’années (893-909). En , Ubayd Allah al-Mahdi se proclame calife et fonde la dynastie des Fatimides, qui déclare usurpateurs les califes omeyyades et abbassides ralliés au sunnisme. L’État fatimide s’impose progressivement sur toute l’Afrique du Nord en contrôlant les routes caravanières et le commerce avec l’Afrique subsaharienne. En 945, Abu Yazid, de la grande tribu des Banou Ifren, organise sans succès une grande révolte berbère pour chasser les Fatimides. Le troisième calife, Ismâ`îl al-Mansûr, transfère alors la capitale à Kairouan et s’empare de la Sicile[124] en 948. Lorsque la dynastie fatimide déplace sa base vers l’est en 972, trois ans après la conquête finale de la région, et sans abandonner pour autant sa suzeraineté sur l’Ifriqiya, le calife Al-Muizz li-Dîn Allah confie à Bologhine ibn Ziri — fondateur de la dynastie des Zirides — le soin de gouverner la province en son nom. Les Zirides prennent peu à peu leur indépendance vis-à-vis du calife fatimide[124], ce qui culmine avec la rupture avec ce suzerain devenu lointain et inaugure l’ère de l’émancipation berbère[125]. L’envoi depuis l’Égypte de tribus arabes nomades sur l’Ifriqiya marque la réplique des Fatimides à cette trahison[125]. Les Hilaliens suivis des Banu Sulaym — dont le nombre total est estimé à 50 000 guerriers et 200 000 bédouins[125] — se mettent en route après que de véritables titres de propriété leur ont été distribués au nom du calife fatimide. Kairouan résiste pendant cinq ans avant d’être occupée et pillée. Le souverain se réfugie alors à Mahdia en 1057 tandis que les nomades continuent de se répandre en direction de l’Algérie, la vallée de la Medjerda restant la seule route fréquentée par les marchands[125]. Ayant échoué dans sa tentative pour s’établir dans la Sicile reprise par les Normands, la dynastie ziride s’efforce sans succès pendant 90 ans de récupérer une partie de son territoire pour organiser des expéditions de piraterie et s’enrichir grâce au commerce maritime.

Les historiens arabes sont unanimes à considérer cette migration comme l’événement le plus décisif du Moyen Âge maghrébin, caractérisé par une progression diffuse de familles entières qui a rompu l’équilibre traditionnel entre nomades et sédentaires berbères[125]. Les conséquences sociales et ethniques marquent ainsi définitivement l’histoire du Maghreb avec un métissage de la population. Depuis la seconde moitié du VIIe siècle, la langue arabe demeurait l’apanage des élites citadines et des gens de cour. Avec l'Hilaliens, les dialectes berbères sont plus ou moins influencés par l’arabisation, à commencer par ceux de l’Ifriqiya orientale[125].

Dynasties et grandes formations berbères[modifier | modifier le code]

Selon Ibn Khaldoun, les Berbères se divisent en deux branches, les deux sont issues de leur ancêtre Mazighe. Les deux branches Botr et Barnès se seraient elles-mêmes subdivisées en tribus et auraient Medracen comme ancêtre ; chaque région du Maghreb étant constituée de plusieurs tribus. Les grandes tribus ou peuples berbères sont Sanhadja, Houaras, Zénètes, Masmoudas, Koutama, Awarba, Berghouata, Zouaouas, etc. Chaque tribu est décomposée en des sous-tribus, ayant une indépendance territoriale et décisionnelle[126],[127]

Plusieurs dynasties berbères ont émergé pendant le Moyen Âge au Maghreb, au Soudan, en Al-Andalus, en Italie, Au Mali, au Niger, au Sénégal, en Égypte, au Portugal, etc. Ibn Khaldoun fait un tableau résumant celles au Maghreb dont les dynasties berbères Zirides, Ifren, Maghraouas, Almoravide, Hammadides, Almohade, Mérinide, Abdalwadides, Wattassides, Meknassa, Hafsides, etc[128]. De plus, plusieurs chefs arabes et perses avaient des épouses berbères comme Idris, Ibn Rustom, etc. Ce qui donnera par la suite les dynasties Idrissides, Rostémides, etc.

Les Almohades ont contribué à l'unification religieuse du Maghreb, les élites berbérophones ayant longtemps encouragé son arabisation pour des raisons religieuses[129]. En revanche, lors de la dynastie des Zianides de Tlemcen, l'identité et la langue berbère étaient le centre d'intérêt du roi Yaghmoracen Ibn Zyan[130].

Les conflits berbères[modifier | modifier le code]

Pendant l'Antiquité, les Berbères se disputaient le pouvoir. Massinissa et Syphax s'affrontèrent lors de la deuxième guerre punique. Le premier avait la Numidie occidentale et le deuxième la Numidie orientale. Massinissa gagne la bataille, mais le fils de Syphax, Vermina, reprend la guerre contre Massinissa. Massinissa était allié des Romains et Vermina était avec les Carthaginois. Vermina demande la rémission à Rome. À la fin, Massinissa réussit à unifier la Numidie. Après Micipsa, une lutte interne entre les petits-fils de Massinisa se déclenche pour la succession. Jugurtha tue Adherbal pour la prise du pouvoir de la Numidie. Jugurtha rompt avec les Romains. Mais Bocchus, beau-père de Jugurtha, capture et livre Jugurtha aux Romains.

Carte d'extension minimale de diverses tribus Zénètes entre le xe siècle et xie siècle, dont une partie est des Ifrenides.

Au Moyen Âge, l'une des plus puissantes tribus berbères était celle des Banou Ifren[70] après avoir servi la reine Dihya[70]. En 745, ces derniers choisissent le dogme sufrite (kharidjite) et désignent Abou Qurra comme calife. Ce dernier sera à la tête d'une armée composée de 350 000 cavaliers berbères. Il reprend le Maghreb aux deux puissantes dynasties (les Omeyyades et les Abbassides), revient à Tlemcen après qu'Yazid-Ibn-Haten a brisé la coalition berbère. Le premier conflit important berbère au VIIIe siècle survient alors, raconté par Ibn Khaldoun, historien du XIVe siècle[131]. Les Banou Ifren avaient 40 000 cavaliers dans cette guerre[réf. nécessaire]. Abou Qurra a pu unir tous les Berbères[132].

Par la suite, les Berbères se sont divisés en deux parties distinctes l'une de l'autre[133]. Cette division a créé un grand conflit entre les Sanhadjas et les Zénètes qui a débuté au Maghreb avant d'être transposé en Andalus. Les Sanhadja (chiite) ont attaqué les Zénètes kharidjites (Banou Ifren, Maghraoua, etc.), créant une séparation territoriale entre les deux tribus berbères[70]. Les Zénètes furent ainsi amenés à se déplacer vers l'ouest du Maghreb et au sud devant la poussée des Zirides (tribu des Sanhadja, chiite)[133]. Cependant, plusieurs tribus des Banou Ifren et des Maghraouas se sont ralliées aux Fatimides dans ce conflit complexe[134], qui n'est ni de religion ni de « race », d'après Yves Lacoste et al.[134]. D'autre part, plusieurs Fatimides ont changé de camp pour s'engager du côté des Omeyyades[70]. Au contraire, selon le dictionnaire de Michel Mourre, le pouvoir et la religion seraient les sources des conflits des Berbères[135].

Les Sanhadja se divisent pour former deux dynasties distinctes : les Zirides (chiite) et les Hammadides (sunnite). Les Zénètes, eux aussi sont divisés sur la question de pouvoir, trois dynasties sont formées Banou Ifren, Maghraoua et Meknassa. Une lutte acharnée au pouvoir des tribus zénètes est signalée par Ibn Khaldoun.

Les deux cofondateurs des Almohades firent leur rencontre non loin de Béjaïa pour l'unification de l'Ifriqiya. Béjaïa redevint une place commerciale, scientifique et culturelle prospère sous les Hafsides du XIIIe au XVe siècles.

Ensuite survient le deuxième plus important conflit entre les Almoravides (tribu des Sanhadja) et sunnite Malékites et les Zénètes. Après la défaite des Zénètes à l'ouest du Maghreb par les Almoravides, les Zénètes qui restent en vie et minoritaires par rapport aux Sanhadjas sont confrontés dans une guerre contre une alliance Hammadides-Hilaliens[136].

Tour Hassan à Rabat, construite en 1196 par les Almohades.

Les Almohades (qui signifie unificateur, les Almohades s'opposent au malékisme) défont les Almoravides, tribu des Sanhadja. Les Almohades étaient composés des Masmouda. Le fondateur du mouvement religieux est Ibn Toumert de la tribu Masmouda ; son disciple Abd al-Mumin de la tribu Zénète prit la tète des Masmouda et deviendra le premier calife Almohade. Un premier conflit apparait dans la grande famille des Masmoudas, les Almohades détruisent les Berghouata. Puis, un deuxième conflit surgit entre deux fractions des Masmouda, ce qui provoque une guerre entre les Almohades et les Hafsides[70]. Après le massacre des Zénètes vers le XIe siècle, et à la suite du déclin des Almohades, trois dynasties zénètes vont surgir au Maghreb et en Al-Andalus (les Hafsides, les Zianides et les Mérinides)[70].

Les deux dernières dynasties berbères zénètes se font la guerre, les Zianides contre les Mérinides (ils adoptent un nouveau malékisme)[137]. Les Mérinides sont refoulés au Maroc actuel par les Banou Ifren qui reprennent Tlemcen grâce aux Hafside] en 1437[138], une trentaine d'années après la promulgation de la Charte d'Ajarif (1405), qui détaille notamment la qisas (vengeance) et la diya (compensation financière) prévue par le droit musulman[139].

Les Mérinides prennent la Tunisie et font tomber les Hafsides. En effet, Abou el Hassen souverain Mérinides de Constantine et de Béjaïa s'empare de la Tunisie, Ibrahim abou Fadhel sera le souverain de la Tunisie, mais l'histoire ne révèlera pas tous les noms des souverains mérinides en Tunisie[140].

Les dynasties berbères sont achevées par l'arrivée des Espagnols et des Ottomans. Depuis ces conflits, les Berbères sont séparés dans leur profond, ce qui a mené à la création de plusieurs tribus qui n'ont aucun lien commun ni dans la langue, ni dans la tradition, ni dans l'espace géographique, ni dans la religion, ni dans les mœurs, etc., au Maghreb, en Al-Andalus, au Sahel africain[141].

Le conflit entre Sanhadja et Zénètes est le plus important dans l'histoire des Berbères et a été révélé par tous les historiens du Moyen Âge et contemporains (Ibn Khaldoun, Ibn Hazm, Émile Félix Gautier, Gabriel Camps, Rachid Bellil, etc.). Du coup, quelques historiens comme Émile Félix Gautier et Gabriel Camps entre autres, tirent des conclusions et des thèses de ce conflit majeur. Ces thèses seront contredites par certains historiens contemporains comme Rachid Bellil, Benabou, Potiron, etc. Ces derniers rejoignent l'approche historique d'Ibn Khaldoun[142].

Influence des Berbères en Afrique de l'Ouest et en Al-Andalus[modifier | modifier le code]

Carte de l'Empire songhaï, fondé par le chef berbère Za el-Ayamen.
Carte historique de la péninsule Ibérique présentant l'époque des taïfas et les petits royaumes chrétiens émergents. Les taïfas de Tolède, Ronda, Alpuente, Arcos, Carmona, Grenade, Morón, Ceuta, d'Algésiras étaient berbères.

La dynastie songhaï des Dia, fut fondée à Koukia au XIe siècle, résultat d'un métissage entre Berbères dirigés par le chef berbère Za el-Ayamen[143], et les sonhrais. Plus tard la dynastie des dia fondera le royaume sonhrais de Gao, au niveau du fleuve Niger, qui sera vassale de l'Empire du Ghana créé par les soninkés, puis l'Empire du Mali. Durant le XVe siècle, les sonhrais, après plusieurs conquêtes militaires, supplante l'Empire du Mali, et le royaume sonhrais de Gao devient un empire, sous la dynastie des Si, du conquérant Sonni Ali Ber, qui se verra succéder par la dynastie des Askia d'origine soninkés, fondée par Askia Mohammed Touré, avec la ville de Gao pour capital. Il s'étend sur plus ou moins le Niger, le Mali et une partie du Nigeria actuel. L'empire s'effondre à la fin du XVIe siècle, à la suite de la bataille de Tondibi.

Les Zirides prennent le Sud de l'Italie avec l'aide des Fatimides et une partie de l'Égypte. Les Berbères avaient des États indépendants en Al-Andalus à l'époque des taïfas. L'Al-Andalus est prise par les Almoravides et ensuite par les Almohades et à la fin par les Mérinides.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

De 1400 à 1900[modifier | modifier le code]

Pendant la période de 1400 à 1500, l'effondrement des dernières dynasties berbères englobe les deux territoires l'Andalousie et le l'Afrique du Nord, au centre et à l'ouest. Les Espagnols et les Portugais reprennent leurs territoires et envahissent le Maghreb. Ensuite, les Ottomans chassent les Espagnols et prennent l'Algérie, la Tunisie et la Libye. Quelques Berbères se replient dans les montagnes et demeurent isolés surtout dans les régions de l'Aurès (le pays des Chaouis), ou en Kabylie et au Sahara. Le Maroc résiste grâce à l'émergence des Saadiens puis de la dynastie alaouite qui fondent l'Empire chérifien et résistent à la fois aux attaques hispano-portugaises et aux tentatives d'invasion ottomanes. Les Espagnols s'emparent du Sahara occidental, du Rif et de quelques villes dont (Sidi Ifni). Le Rif engage guerre pour se libérer de la tutelle espagnole avec Abdelkrim al-Khattabi.

Les Français attaquent les Ottomans et prennent l'Algérie, la Tunisie. La Libye est conquise par les Italiens. Plusieurs Berbères, tels que Lalla Fatma N'Soumer, Cheikh El Mokrani, Cheikh Bouamama, etc., se révoltent et organisent plusieurs guerres pour reprendre leurs territoires.

La France déploie tout dans l'industrialisation et dans la construction des villes digne de la civilisation moderne, mais les zones montagneuses et les zones rurales sont épargnées. Plusieurs Européens viennent pour investir et pour exploiter les richesses. L'Algérie française devient le « grenier de l'Europe ».

Les confréries berbères et le mouvement des saints berbères entre 1500 et 1900[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Tariqa et Zaouïa (édifice religieux).

Plusieurs Berbères notamment du Sud ont créé des confréries musulmanes dont le but d'aider la population après le déchirement des dynasties berbères. Leur apport était éducatif en premier. Plusieurs monuments, ksours, mosquées, etc., ont été construits dans les différentes régions du Maghreb. Les principaux chefs avaient la notoriété de Saint et ils étaient pour la plupart des hommes de connaissance et de savoir. Ces chefs ont écrit plusieurs livres qui ont été conservés à nos jours. L'instruction du Coran était importante surtout dans le Sud. L'organisation de cérémonie avait un rôle important dans la consolidation des règles de vie entre les différentes communautés. Les Zaouïas avaient un rôle juridique important au sein des populations pour le règlement des crises.

Les Ottomans devaient négocier avec les chefs de confrérie. Par la suite, l'Armée française a trouvé des difficultés à contrôler les mouvements dirigés principalement par les confréries.

Contemporain[modifier | modifier le code]

De 1900 à 2000[modifier | modifier le code]

Article connexe : Berbérisme.

Après la colonisation française, italienne, espagnole, etc., les Berbères se voient marginalisés, occupés, exploités par des forces étrangères. Ce qui fait qu'un vaste mouvement de révoltes s'enchaine par les années dans tous les territoires du Maghreb. Par la suite après la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis imposent aux Européens de se retirer de tous les colonies dans le plan Marshall[réf. nécessaire]. Après quelques années tous les pays se libèrent progressivement.

Le drapeau berbère, adopté en 1998 par le Congrès mondial amazigh.

Actuellement, la plupart des Berbères sont sédentaires. Ils se désignent d'abord par leur ethnie régionale et par leur parler berbère : en Algérie, on trouve les Chaouis, les Kabyles, les Mozabites, les Touaregs, les Beni Snous, les Chenouis, les habitants du Ouarsenis (Banou Ifren et Maghraouas), etc.). Au Maroc, on trouve les Rifains, les Chleuhs, les Béni-Snassen, les Awraba, les Zayanes, etc. En Libye, on trouve les Yafran, etc. En Tunisie, il y a les habitants de Djerba, etc. En Espagne, il y a les habitants des Îles Canaries. Plusieurs ethnies d'origine berbères parlent l'arabe et ne s'identifient pas aux régions cités. L'ensemble des ethnies berbères est appelé par Imazighen (le pluriel d’Amazigh), et l'espace géographique nord-africain par Tamazgha.

Plusieurs monuments historiques témoignent de la grandeur de l'art architectural chez les Berbères au Maghreb et en Al-Andalus. Plusieurs villes et monuments au Maghreb et en Al-Andalus sont considérés comme patrimoine mondial. La culture et la langue berbère ont survécu depuis les grandes conquêtes vandales, romaines, byzantines, arabes (VIIe siècle) jusqu'à l'occupation française, en passant par la présence ottomane (à l'exception notable du Maroc). À partir de 1881, en Kabylie, l'administration française attribuera des patronymes arabes aux populations qui, jusqu'à cette époque, portaient encore pour certains des noms à consonance latine[144].

Ainsi, certains tiennent la colonisation française pour responsable en grande partie de l'arabisation de l'Afrique du Nord à l'instar de l'historien Eugène Guernier qui affirme, en 1950, que la France « facilite la diffusion de la civilisation arabe, par la langue, par la loi et par la foi musulmanes »[145]. La culture berbère reste vivante en Algérie et au Maroc, qui comprennent une grande partie des Berbères. Elle est aussi présente en Libye et en Tunisie et dans une grande partie du SaharaTouaregs en Algérie, au Burkina Faso, au Mali et au Niger.

En 1980 éclatent les manifestations du Printemps berbère, au cours desquelles les berbérophones de Kabylie réclament l'officialisation de leur langue. En 1988, l'ouverture démocratique donna une forte impulsion à la revendication berbériste avec la création du « Mouvement culturel berbère »[146].

À la suite de la « grève du cartable » dans les années 1994 et 1995, dans laquelle des élèves kabyles boycottèrent les écoles pour contester le monolithisme linguistique et culturel de l'arabe, en 1996, une réforme de la Constitution algérienne fait officiellement de l'amazighité, aux côtés de l'islam et de l'arabité, l'une des composantes fondamentales de l'identité nationale. Parallèlement, les autorités fondent un Haut Commissariat à l'amazighité.

En 1998, de très violentes émeutes suivirent l’assassinat du chanteur Lounès Matoub. À partir de là, le climat devint insurrectionnel. Au mois d’, de violentes émeutes secouèrent la Kabylie à la suite de la mort d’un lycéen prénommé Massinissa, abattu par la gendarmerie à Béni Douala. Le , les Kabyles marchèrent sur Alger avant d’être réprimés par la police[146].

En 2000, la chaîne Berbère Télévision commence à émettre ses ondes de Paris.

Au Printemps noir au , des émeutes éclatent en Kabylie, réclamant notamment l'officialisation de la langue berbère. Le , le roi Mohammed VI du Maroc crée un Institut royal de la culture amazigh (IRCAM) pour promouvoir la culture berbère. Le , le roi Mohammed VI du Maroc propose une nouvelle constitution pour le Royaume du Maroc avec notamment l'élévation du berbère au rang de deuxième langue officielle du pays.

À partir d', les revendications berbéristes se calment avec la reconnaissance du Tamazigh comme langue nationale algérienne[146].

La résistance berbère face à la colonisation[modifier | modifier le code]

Les Berbères ont eu un rôle fondamental pour l'indépendance durant la colonisation, de nombreuses insurrections ont été menées par des Berbères dans tous les pays du Maghreb. Ils y ont mené une vive résistance parfois qualifiée de « farouche »[147],[148],[149].

Mohamed El Mokrani, l'un des chefs des révoltes survenues en Algérie, pendant la conquête française, après la réédition de l'émir Abdelkader.
Krim Belkacem, chef historique du Front de libération nationale durant la guerre d'indépendance algérienne. Il signera l'acte d'indépendance de l'Algérie en bas des accords d'Évian, en tant que plus gradé des anciens maquisards.
  • Algérie : De nombreux soulèvements ont été menés pour contrer la colonisation française, l'émir Abdelkader a lutté pendant 15 ans, après avoir déclaré la guerre à la France en 1832, il fait sa réédition en 1847. En , des tribus de Grande-Kabylie se rendent, la capture de la maraboute Lalla Fatma N'Soumer met un terme à la résistance mais les Kabyles se soulèveront plusieurs fois encore jusqu’au début des années 1870. En 1871, un notable kabyle, Mohand Amokrane, surnommé Cheikh El Mokrani, est rétrogradé au titre de bachagha pour avoir soutenu la révolte du Cheikh Bouaquaz, un proche de son père, en 1864-1865. S'ensuit une insurrection. Le mouvement soulève 250 tribus, près du tiers de la population algérienne. Les insurgés sont contraints à la reddition après l’attaque des Français. Ils sont arrêtés à l’Alma le , et le le bachagha Mokrani meurt au combat près de l’oued Soufflat. Les troupes françaises (vingt colonnes) marchent sur Dellys et Draâ El Mizan. Le cheikh El Haddad et ses fils se rendent le , après la bataille d'Icheriden. L’insurrection ne prend fin qu’après la capture de Boumezrag El Mokrani, le . La répression fut très sévère et se traduisit, une fois matée l'insurrection, par des internements de Kabyles et des déportations en Nouvelle-Calédonie (on parle des « Algériens du Pacifique »), mais aussi par d'importantes confiscations de terres, qui ensuite ont obligé de nombreux Kabyles à s'expatrier. En 1954, le Mouvement nationaliste algérien se mobilise et déclenche par la suite la révolution algérienne. Les Berbères seront au premier plan dans la guerre d'Algérie. De nombreux chefs kabyles et chaouis ont œuvré et lutté pour l'indépendance du pays dont les plus célèbres sont Mostefa Ben Boulaïd, Larbi Ben M'hidi, Abane Ramdane, Krim Belkacem, Didouche Mourad, Hocine Aït Ahmed, Ferhat Abbas, Amirouche Aït Hamouda, Belkacem Radjef.
  • Maroc : Le mouvement de résistance s'est illustré lors de la guerre du Rif menée par Abdelkrim al-Khattabi, qui est une guerre coloniale qui opposa les tribus berbères du rif aux armées françaises et espagnoles, de 1921 à 1926. Les deux armées européennes agissaient officiellement en vertu des accords du protectorat passés par le sultan du Maroc, Moulay Abd al-Hafid, avec la France et avec l'Espagne, la guerre atteint son apogée lors de la bataille d'Anoual durant laquelle le général espagnol Manuel Fernández Silvestre se suicide après la défaite et la perte de 14 000 de ses hommes. Cette bataille reste un symbole de la lutte anticolonialiste. D'autres insurrections eut lieu dans le Rif menées par Mohamed Ameziane ou encore El Raisuni. Dans le sud du pays, les tribus berbères se sont soulevées sous la direction du chef Mouha ou Hammou Zayani ou encore Assou Oubasslam.
  • Libye : La lutte contre la colonisation italienne est d'abord menée par Omar al-Mokhtar, surnommé « Cheikh des militants », un chef musulman libyen d'origine berbère qui organisa la lutte armée contre la colonisation italienne au début du XXe siècle. D'autres leaders nationalistes tels que Suleyman Al Baruni, originaire du Djebel Nefoussa, ont pris part à la résistance armée.

Diaspora[modifier | modifier le code]

Les Berbères sont également largement représentés dans les populations issues de l'immigration en Europe, notamment en France et aux Pays-Bas[150], en Belgique, en Espagne, mais aussi aux États-Unis et au Canada.

En France les berbérophones représentent 25 % des immigrés algériens et 16 % des immigrés marocains[151].

Selon les conclusions d'un colloque « Pour une histoire sociale du berbère en France », sous la direction de Salem Chaker tenu en octobre 2004 à l'Institut national des langues et civilisations orientales: « On peut raisonnablement estimer la proportion de berbérophones à 35 % de l'ensemble de la population originaire d'Afrique du Nord établie en France (quel que soit son statut juridique). Si l'on retient une fourchette de 4 à 5 millions de personnes d'origine maghrébine, on aboutit à un total de 1,5 à 2 millions de berbérophones en France.» Rifains (Maroc) et Kabyles (Algérie) sont largement majoritaires. « Il existe bien sûr des berbérophones issus d'autres pays (Tunisie, Libye et pays du Sahel), mais leur nombre reste peu significatif (de quelques centaines à quelques milliers de personnes) »[152].

Selon Belkacem Lounes, Président du Congrès mondial amazigh, : « L'immigration berbère en France est l'une des plus anciennes puisqu'elle remonte à la fin du XIXe siècle. Elle répondait à la fois aux besoins de mobilisation des soldats en période de guerre (Première et Seconde Guerres mondiales) et au déficit de main-d'œuvre, notamment dans les secteurs de l'industrie et du BTP. On estime actuellement l'immigration berbère à environ deux millions d'individus, contribuant en toute discrétion à l'épanouissement économique, scientifique, artistique et sportif de la France. Il est utile de rappeler par exemple que Édith Piaf, Marcel Mouloudji, Daniel Prévost, Isabelle Adjani, Yasmine Bleeth, Zidane et bien d'autres personnalités de tous horizons, sont le fruit de cet apport berbère »[153].

Religion[modifier | modifier le code]

Broche penannulaire traditionnelle berbère, une coutume datant de l'ère pré-abrahamique.

Dans l'Antiquité, le peuple berbère a adhéré à la religion berbère traditionnelle, avant l'arrivée des religions abrahamiques en Afrique du Nord. Cette religion traditionnelle mettait fortement l'accent sur le culte des ancêtres, le polythéisme et l'animisme. Beaucoup de croyances berbères anciennes ont été développées localement, tandis que d'autres ont été influencées au fil du temps par le contact avec d'autres religions méditerranéennes traditionnelles (telles que la religion égyptienne) ou empruntées à la religion punique, au judaïsme, à la mythologie ibérique et à la religion hellénistique. L'influence la plus récente est venue de l'Islam, et de la religion arabe pré-islamique pendant la période médiévale. Certaines des anciennes croyances berbères existent encore aujourd'hui subtilement dans la culture et la tradition populaires berbères.

En tant qu'héritage de l'expansion de l'Islam, les Berbères sont maintenant majoritairement des musulmans sunnites. Les berbères mozabites du Mzab et les berbères libyens de Nafusi et de Zuwarah sont principalement des adeptes de l'école musulmane ibadite.

Jusqu'aux années 1960, il y avait aussi une importante minorité juive berbère au Maroc[154], mais l'émigration (principalement vers Israël et la France) réduisit considérablement leur nombre à seulement quelques centaines d'individus.

Cultes berbères[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Croyances berbères et Africa (divinité).

Pendant l'Antiquité, les cultes berbères étaient pratiqués librement au début de la présence romaine. Au musée de Timgad, plusieurs fresques représentent les divers cultes berbères.

  • En berbère la lune et le dieu lunaire portent le même nom : Ayyur. Hérodote mentionne que les Berbères antiques vénéraient la lune et le soleil, auxquels ils offraient des sacrifices : « Les sacrifices des nomades se font de cette manière : ils commencent par couper l'oreille de la victime (cela leur tient lieu de prémices), et la jettent sur le faîte de leurs maisons ; cela fait, ils lui tordent le cou : ils n'en immolent qu'au Soleil et à la Lune. Tous les Libyens font des sacrifices à ces deux divinités »[155]. D'autres auteurs attestent ce culte, ainsi que des graffitis, comme un « Solo Deo Invicto » relevé à Thagaste[156].
  • Ifri, déesse de la guerre, très influente en Afrique du Nord, était considérée comme la protectrice des marchands et figurait à ce titre sur les pièces de monnaie berbères. Pline l'Ancien écrit qu'en Afrique, personne ne prenait de décision sans invoquer Africa (en latin : Ifri). Après la conquête romaine, elle figurait toujours sur les pièces.
As d'Hadrien (136), représentant sur l'avers Africa, portant une dépouille d'éléphant, tenant un scorpion et une corne d'abondance, un modius de blé à ses pieds.
Mosaïque de la Domus Africa de Thysdrus

Afrique ou Africa provient de Ifren[157], Ifri est une divinité berbère[158], le pluriel est Ifren[159]. La traduction ou l'emprunt latin nous donne Africa (Afrique) qui a été une déesse berbère avant la conquête des Romains. Dea Africa signifie déesse Africa et représente un symbole à l'époque romaine. Et aussi Ifri désigne les populations locales des Afers. Ifru symbolise les rites dans les cavernes pour protéger les commerçants. La grotte non loin de Constantine à Guechguech et la pièce de monnaie romaine indiquent le mythe de la protection[160]. Ifru était une déesse solaire et en même titre un dieu des cavernes et protecteur du foyer, etc[161]. Ifru est une sorte de Vesta berbère.

  • Gurzil (ou Agurzil) est une divinité à la tête de taureau, fils d'Ammon. Corippe mentionne un certain Laguatan (la tribu des Luwata et sont Zénète), grand prêtre de Gurzil, combattant les Byzantins, qui l'auraient tué alors qu'il tentait de s'enfuir avec les icônes de Gurzil[162]. Parmi les ruines de Ghirza, en Libye, se trouve un temple qui est peut-être dédié à Gurzil — d'où par ailleurs pourrait provenir le nom de la cité.
  • Pendant la Numidie, à N'Gaous dans les Aurès, plusieurs stèles africaines (Molchornor, « sacrifice d'un agneau »[163] ou stèles de Saturne avec mention d'un sacrifice particulier)[164] ont été trouvées par les chercheurs et signalées par les historiens.

Culture berbère[modifier | modifier le code]

Une famille berbère traversant un gué avec son bétail (Algérie, 1890)
Le village berbère d'Aït-ben-Haddou, au sud de Télouet, Maroc.

Traditionnellement, les hommes s’occupent du bétail. Ils migrent en suivant le cycle naturel des pâturages, et en recherchant des sources d’eau et des abris. Ils sont ainsi assurés d’une abondance de laine, de coton et de plantes pour la teinture. De leur côté, les femmes s'occupent des biens de la famille et confectionnent les objets artisanaux — tout d’abord pour leur usage personnel, et ensuite pour la vente dans les souks de leur localité.

Fantasia à Beni Drar, dans la région de Oujda, au Maroc.

Les tribus berbères tissent des tapis berbères ou kilims. Les tapisseries traditionnelles conservent l’apparence et le caractère distinct de la région d'origine de chaque tribu, qui possède en effet son propre répertoire de dessins. Le tissage d’armure toile est représenté par une grande variété de bandes, et plus rarement par des motifs géométriques, tels les triangles et le losange. Les décorations additionnelles, comme les paillettes ou les franges, sont typiquement des tissés berbères du Maroc.

Le mode de vie nomade ou semi-nomade des Berbères convient très bien au tissage des kilims. Les us et coutumes diffèrent d'une région à une autre[165].

Tapis de Kabylie (Algérie).
Artisanat berbère au Maroc, dans un point de vente de la médina de Fès.

La structure sociale des Berbères est tribale. Un chef est désigné pour diriger la tribu ou la confédération. Au Moyen Âge, plusieurs femmes ont eu le pouvoir de gouverner comme la Kahina dans les Aurès (où vivent actuellement les Chaouis). Il y a eu plusieurs chefs ou reines berbères comme Tin Hinan au Hoggar, Chemci (elle est issue de la grande tribu des Aït Iraten de la Kabylie), Fatma Tazoughert dans les Aurès. Lalla Fatma N'Soumer était une femme berbère de la région kabyle qui a combattu les Français.

La majorité des tribus berbères ont actuellement des hommes comme chef de clan. En Algérie, la plateforme d'el Kseur en Kabylie (le Gouvernement algérien et les Arouchs (tribu) Kabyles se sont convenus à cette plateforme) donne le droit aux tribus d'émettre des sanctions pécuniaires à l'encontre des délinquants. Dans les régions des chaouis, les chefs de tribus décrètent des sanctions contre les hors-la-loi[166].

Les Touaregs ont un chef à la tête de leur tribu, qui est appelé « Amenokal », ou « Tamenokalt » si c'est une femme, à l'image de Tin Hinan, qui fut reine et tamenokalt. La société touarègue est très hiérarchisée et matrilinéaire, la transmission du lignage se faisant traditionnellement non pas par le père mais par la mère[167],[168].

Les Mozabites, berbères du Mzab, sont régis par les chefs spirituels du Ibadisme. Les mozabites ont une vie communautaire. Lors de la crise de Berriane, les notables de chaque tribu ont réglé le problème et ils ont entamé des pourparlers pour arrêter la crise entre Malékite et Ibadite[169]. Dans les mariages, c'est l'homme qui choisit la femme, et souvent, c'est la famille qui décide, tout dépend de la tribu. En revanche, chez les Touaregs, c'est la femme qui choisit son futur époux. De nos jours les rites de mariage sont différents pour chaque tribu, les familles sont soit matriarcales soit patriarcales.

Croyances[modifier | modifier le code]

Tatouage[modifier | modifier le code]

De tous temps, le tatouage a fait partie de la culture berbère. Dans l'Antiquité déjà, les peintures murales retrouvées dans la tombe du roi Sethi Ier en Égypte montrent des Libyens (Berbères anciens) arborant des tatouages[170]. Le tatouage peut avoir plusieurs fonctions chez les Berbères, il peut être lié à des rites magico-religieux hérités de la religion libyque (religion berbère ancestrale), mais peut aussi avoir une fonction médicale ou curative, ou simplement avoir un rôle esthétique. Les croyances ancestrales liées au tatouage sont toujours ancrées dans les campagnes et intégrées dans les croyances et coutumes chez les berbères. De nos jours les femmes dessinent encore parfois, sur le front de leurs enfants, un point ou une croix en se servant du noir de fumée pour conjurer le sort (si un événement néfaste se produit le même jour que la naissance d'un enfant, par exemple)[171].

Chez les Berbères, le tatouage est considéré comme un langage entre l'humain et les esprits. Le tatouage au henné est actuellement une représentation ornementale, lors d'un mariage ou d'évènements heureux, mais il a déjà eu un sens magique primitif. Les femmes berbères non voilées se mariaient en se maquillant au mascara, en se tatouant au henné, et en se parant de bijoux en cuivre pour être belles et désirables, ou pour exprimer un sentiment. Lors de la mort du mari par exemple, la femme berbère pouvait porter un tatouage sur le menton (barbichette), et une chaînette reliant chaque oreille, symbolisant la barbe du mari.

Le tatouage berbère remonte à la Préhistoire et servait notamment aux tribus berbères à s'identifier à travers des dessins géométriques sur le corps (tribus libyennes)[172]. Ayant connu la conquête romaine et la christianisation, les Berbères restent attachés à certaines traditions profondément ancrées. Les vieux Berbères parlent encore de « l'ancienne voie des ancêtres » et conservent aujourd'hui le signe de croix, présent notamment sur les selles des chevaux, et le tatouage en forme de croix sur le front[173].

Le mascara, découvert par les Français lors de la colonisation de l'Algérie, existait dans les hauts plateaux occupés par les Berbères. Ceux-ci l'utilisaient contre le trachome et pour atténuer la luminosité du désert. Les femmes l'utilisaient en outre comme maquillage et pour conjurer les mauvais sorts; les hommes l'utilisaient également à des fins guerrières, en se grimant[174].

Festivals[modifier | modifier le code]

Plusieurs rites de fantasia sont organisés au Maghreb. Le cheval est important chez les Berbères. Le barbe est un cheval berbère. Les Zénètes étaient des experts dans la manière de monter un cheval (la jineta).

Culture[modifier | modifier le code]

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

Le Maghreb abrite aujourd'hui de vastes populations berbères, qui constituent la principale ascendance autochtone de la région[182],[183],[184],[185],[186],[187],[188]. La présence ethnique sémitique dans la région est principalement due aux mouvements migratoires phéniciens, et juifs, durant l'antiquité, qui se sont mélangés avec les populations berbères locales[189],[190]. Cependant, la majorité des Berbères arabisés, en particulier au Maroc et en Algérie, revendiquent un héritage arabe; c'est une conséquence du nationalisme arabe du début du xxe siècle.

Concernant les populations restantes qui parlent une langue berbère au Maghreb, elles représentent de 50 % à 60 % de la population marocaine et de 15 % à 35 % de la population algérienne, en plus de plus petites communautés en Libye et en Tunisie et de très petits groupes en Égypte et en Mauritanie.

En dehors du Maghreb, les Touaregs au Mali, au Niger et au Burkina Faso comptent une population de quelque 850 000, 1 620 000[191] et 50 000, bien que les Touaregs soient des Berbères au mode de vie pastoraliste traditionnellement nomade. Ce sont les principaux habitants du vaste désert du Sahara[192],[193].

Le nombre de berbérophones est difficile à évaluer en l'absence de recensements linguistiques fiables. On entend par berbérophones ceux qui ont le berbère pour langue maternelle.

  • Au Maroc, on y parle principalement le tachelhit dans le Haut-Atlas, l'Anti-Atlas et le Souss, le tamazight dans le Moyen Atlas et le tarifit dans la région du Rif, ainsi que des parlers au nombre de locuteurs et à l'aire linguistique plus restreints. Les mouvements d'exode rural du XXe siècle ont fait que beaucoup de berbérophones se sont également établis dans les grandes villes. Selon des estimations, on compte de 10 à 12 millions de berbérophones, soit environ 40 % de la population[194],[195], et d'après le recensement de 2014, le nombre de locuteurs en tachelhit, tamazight et tarifit cumulés est de 26 %[196].
  • En Algérie, on compte environ 25 % de berbérophones — selon le professeur Salem Chaker, de l'INALCO et 7 millions selon Frédéric Deroche[194],[195]. Les Kabyles en constituent le groupe le plus nombreux, suivis des Chaouis[197]. Le berbère est aussi parlé dans la vallée du Mzab où l'on parle le Mozabite ainsi que dans la Dahra (Algérie) où l'on parle le Chenoui.
  • En France, les berbérophones représentent 28 % des immigrés d'origine algérienne et 21,5 % des immigrés d'origine marocaine selon les sources[195],[198].
  • En Afrique saharienne (Niger, Mali, Burkina Faso), les Touaregs représentent environ 3 millions de berbérophones[199].
  • En Libye, Aujourd'hui, entre 4 %[200] et 10 %[80] de la population libyenne parle berbère, essentiellement concentré à l'ouest du pays.
  • En Tunisie, 78 000 habitants ont le berbère en tant que langue maternelle, soit à peine 0,8 % de la population totale[201].
  • En Mauritanie, un dialecte berbère le zenaga a survécu mais est en voie d'extinction.
  • En Égypte, on compte environ 30 000 locuteurs du berbère[202].

Personnalités berbères notables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jacques Leclerc, « Les Berbères en Afrique du Nord », Cefan,‎ (lire en ligne)
  2. (en) World Directory of Minorities and Indigenous Peoples, « Morocco - Berber », Minority Rights Group,‎ (lire en ligne)
  3. (en) World Directory of Minorities and Indigenous Peoples, « Algeria - Berbers », Minority Rights Group,‎ (lire en ligne)
  4. Ministère de la Culture, « Les langues de France : un patrimoine méconnu une réalité vivante », Documentation administrative,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  5. (en) Central intelligence Agency, « Africa : Niger », The World Factbook,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Central intelligence Agency, « Africa : Mali », The World Factbook,‎ (lire en ligne)
  7. Scholastic Library Publishing, Lands and Peoples: Africa, Grolier, (ISBN 0717280241, lire en ligne), p. 135; Moors 80% of population of 3,460,000
  8. Joshua Project, « Tuareg, Tamasheq in Mauritania »
  9. (en) « Libye : information sur la situation des Amazighs (Berbères) et le traitement qui leur est réservé par la société et le gouvernement depuis la chute de Mouammar Kadhafi (septembre 2011-octobre 2012) », Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa,‎ (lire en ligne)
  10. Nicolas Truong, « Au cœur des réseaux djihadistes européens, le passé douloureux du Rif marocain », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  11. (en-GB) BBC News, « Q&A: The Berbers », One-Minute World News,‎ (lire en ligne)
  12. (en) « Tuareg, Tamasheq in Burkina Faso », Joshua Project,‎ (lire en ligne)
  13. (en) Simply Human, « Siwa : The last Berber of Egypt », Points of View,‎ (lire en ligne)
  14. (en) « 2011 National Household Survey: Data tables », NHS Data tables, série 99-010-X2011028,‎ (lire en ligne)
  15. (en) « Enquête nationale auprès des ménages de 2011 : Tableaux de données », Statistique Canada,‎ (lire en ligne)
  16. Moshe Shokeid: The Dual Heritage: Immigrants from the Atlas Mountains in an Israeli Village. Manchester University Press, 1971.
  17. Chaker, S., « Amaziɣ (le/un Berbère) », Encyclopédie berbère, no 4,‎ (ISSN 1015-7344, lire en ligne)
  18. Josué Ramos-Martín, « L’identité amazighe aux Canaries : l’historiographie des origines1 », L'Année du Maghreb, no 10,‎ , p. 143–162 (ISSN 1952-8108, DOI 10.4000/anneemaghreb.2056, lire en ligne)
  19. a et b (en) Peter Prengaman, « Morocco's Berbers Battle to Keep From Losing Their Culture / Arab minority forces majority to abandon native language », Chronicle Foreign Service,‎ (lire en ligne)
  20. (en) « Berbers: The Proud Raiders », People and Beliefs,‎ (lire en ligne)
  21. (en) Michael Brett, « Berber », Encyclopedia Britannica,‎ (lire en ligne)
  22. Les Juifs berbères du Haut-Atlas et de l’Anti Atlas : Vêtements, bijoux et lieux de culte, Inalco, Paris, Lacnad (lire en ligne)
  23. « Algérie, Situation de la communauté catholique », sur ofpra.gouv.fr,
  24. (en) L. Danver, M.E. Sharpe, Native Peoples of the World: An Encyclopedia, édition Steven, , p. 23
  25. (en) Central Intelligence Agency, « Ethnic Groups », The World Factbook,‎ (lire en ligne)
  26. (en) Tore Kjeilen, « Berbers », Peoples, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  27. Chaker, S., « Amaziɣ (le/un Berbère) », Encyclopédie berbère, no 4,‎ (ISSN 1015-7344, lire en ligne)
  28. Charles-Robert Ageron, Lionel Galand et Paulette Galand-Pernet, Berbères, Encyclopædia Universalis, 2010 [lire en ligne].
  29. Wilfred Harvey Schoff, The Periplus of the Erythraean Sea: Travel and Trade in the Indian Ocean by a Merchant of the First Century, Longmans, Green, (lire en ligne), p. 56
  30. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale. Traduite de l'arabe par William Mac Guckin de Slane. vol. 4. Imprimerie du Gouvernement, Alger 1852-1856.
  31. Compte-rendu de la 2e Journée doctorale Africa Antiqua, 18 juin 2004, Historiographie de l'Afrique du Nord, Université Paris-Denis Diderot
  32. (es) Abraham Isaac Laredo, Bereberes y Hebreos en Marruecos: sus orígenes, según las leyendas, tradiciones y fuentes hebraicas antiguas, Instituto de Estudios Africanos, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, (lire en ligne)
  33. Ghoubeïd Alojali, Lexique Touareg-Francais, , p. 83
  34. (en) M. Brett; E. W. B. Fentress, The Berbers, Blackwell Publishing, , p. 5-6
  35. Bruce Maddy-Weitzman, « Ethno-politics and globalisation in North Africa: The berber culture movement », The Journal of North African Studies, vol. 11, no 1,‎ , p. 71–84 (ISSN 1362-9387, DOI 10.1080/13629380500409917, lire en ligne)
  36. Salem Chaker, Encyclopédie berbère, vol. 4, Éditions Peeters, (ISBN 2857442823, lire en ligne), p. 562–568
  37. Mohand Akli Haddadou, Le guide de la culture berbère, Paris Méditerranée, , 13-14 p.
  38. Sabir et al, Les dermatoglyphes digitaux et les groupes sanguins ABO, Rhésus et Kell dans une population Berbère du Haut Atlas de Marrakech, Antropo, (lire en ligne), p. 211-221
  39. Jean-Pierre Picot, Le testament de Gabès: L'invasion de la mer (1905), ultime roman de Jules Verne : essai et documents, Presses Univ de Bordeaux, (ISBN 9782867813566, lire en ligne), p. 40
  40. « Les Atlantes sont le dernier peuple qu’Hérodote puisse nommer en Afrique en allant vers l’Ouest » : à ce titre ils témoignent, selon François Hartog, de l'importance de la nomination et de l’énumération dans son œuvre, les catalogues de noms de l’historien rappelant les énumérations des rhapsodes ; voir François Hartog, Le miroir d'Hérodote, Paris (1980), 2001, p. 378 et 506
  41. G. Camps et S. Chaker, Encyclopédie berbère, Éditions Peeters, (ISBN 274490452X, lire en ligne), p. 3975–3979
  42. Maurice Euzennat, CRAI, 1993, 137-2, p. 539 remarques formulées à l'occasion de la communication de Jehan Desanges, « Diodore de Sicile et les Éthiopiens d'Occident » Lire en ligne
  43. (en) Robino C, Crobu F, Di Gaetano C, et al., « Analysis of Y-chromosomal SNP haplogroups and STR haplotypes in an Algerian population sample », International Journal of Legal Medicine, vol. 122, no 3,‎ , p. 251–5 (PMID 17909833, DOI 10.1007/s00414-007-0203-5)
  44. (en) Arredi B, Poloni ES, Paracchini S, et al., « A predominantly neolithic origin for Y-chromosomal DNA variation in North Africa », American Journal of Human Genetics, vol. 75, no 2,‎ , p. 338–45 (PMID 15202071, PMCID 1216069, DOI 10.1086/423147)
  45. Hajer Ennafaa, Rosa Fregel, Houssein Khodjet-El-Khil et Ana M. González, « Mitochondrial DNA and Y-chromosome microstructure in Tunisia », Journal of Human Genetics, vol. 56, no 10,‎ , p. 734–741 (ISSN 1435-232X, PMID 21833004, DOI 10.1038/jhg.2011.92, lire en ligne)
  46. (en) Karima Fadhlaoui-Zid, Begoña Martinez-Cruz, Houssein Khodjet-el-khil et Isabel Mendizabal, « Genetic structure of Tunisian ethnic groups revealed by paternal lineages », American Journal of Physical Anthropology, vol. 146, no 2,‎ , p. 271–280 (ISSN 1096-8644, DOI 10.1002/ajpa.21581, lire en ligne)
  47. (en) Ornella Semino, Chiara Magri, Giorgia Benuzzi, Alice A. Lin, Nadia Al-Zahery, Vincenza Battaglia, Liliana Maccioni, Costas Triantaphyllidis, Peidong Shen, Peter J. Oefner, Lev A. Zhivotovsky, Roy King, Antonio Torroni, L. Luca Cavalli-Sforza, Peter A. Underhill, and A. Silvana Santachiara-Benerecetti, « Origin, Diffusion, and Differentiation of Y-Chromosome Haplogroups E and J: Inferences on the Neolithization of Europe and Later Migratory Events in the Mediterranean Area », Stanford,‎ , p. 1023-1034 (lire en ligne)
  48. (en) Arredi et al., Neolithic Y Diversity in North Africa
  49. (en) Cruciani et al., Phylogeography of the Y-Chromosome Haplogroup E3b : « La distribution des chromosomes E-M81 en Afrique correspond étroitement à l'aire de répartition actuelle des populations de langue berbère sur le continent, ce qui suggère un parallélisme étroit entre groupes ethnie-haplogroupes: en Afrique du Nord-Ouest »
  50. Barbara Arredi, Estella S. Poloni, Silvia Paracchini et Tatiana Zerjal, « A Predominantly Neolithic Origin for Y-Chromosomal DNA Variation in North Africa », American Journal of Human Genetics, vol. 75, no 2,‎ , p. 338–345 (ISSN 0002-9297, PMID 15202071, PMCID PMC1216069, lire en ligne)
  51. (en) Vincent Macaulay, Martin Richards, Eileen Hickey, Emilce Vega, Fulvio Cruciani, Valentina Guida, Rosaria Scozzari, Batsheva Bonne´-Tamir, Bryan Sykes, Antonio Torroni, « The Emerging Tree of West Eurasian mtDNAs: A Synthesis of Control-Region Sequences and RFLPs », gla,‎ , p. 232-249 (lire en ligne)
  52. Nicole Maca-Meyer, Ana M. González, José Pestano et Carlos Flores, « Mitochondrial DNA transit between West Asia and North Africa inferred from U6 phylogeography », BMC genetics, vol. 4,‎ , p. 15 (ISSN 1471-2156, PMID 14563219, DOI 10.1186/1471-2156-4-15, lire en ligne)
  53. Claudio Ottoni, Giuseppina Primativo, Baharak Hooshiar Kashani et Alessandro Achilli, « Mitochondrial Haplogroup H1 in North Africa: An Early Holocene Arrival from Iberia », PLOS ONE, vol. 5, no 10,‎ , e13378 (ISSN 1932-6203, DOI 10.1371/journal.pone.0013378, lire en ligne)
  54. Clotilde Coudray, Evelyne Guitard, Morgane Gibert, André Sevin, Georges Larrouy, Jean-Michel Dugoujon, « Diversité génétique (allotypie GM et STRs) des populations Berbères et peuplement du nord de l’Afrique », Antropo,‎ , p. 75-84 (lire en ligne)
  55. (en) David Comas, Francesc Calafell, Noufissa Benchemsi, Ahmed Helal, Gerard Lefranc, Mark Stoneking, Mark A. Batzer, Jaume Bertranpetit, Antti Sajantila, « Alu insertion polymorphisms in NW Africa and the Iberian Peninsula: evidence for a strong genetic boundary through the Gibraltar Straits », Springer-Verlag,‎ , p. 312-319 (DOI 10.1007/s004390000370, lire en ligne)
  56. (en) Adams et al., « The Genetic Legacy of Religious Diversity and Intolerance: Paternal Lineages of Christians, Jews, and Muslims in the Iberian Peninsula », The American Journal of Human Genetics, vol. 83,‎ , p. 725 (DOI 10.1016/j.ajhg.2008.11.007, lire en ligne)
  57. Brenna M. Henn, Laura R. Botigué, Simon Gravel et Wei Wang, « Genomic Ancestry of North Africans Supports Back-to-Africa Migrations », PLOS Genetics, vol. 8, no 1,‎ , e1002397 (ISSN 1553-7404, DOI 10.1371/journal.pgen.1002397, lire en ligne)
  58. a et b Brenna M. Henn, Laura R. Botigué, Simon Gravel et Wei Wang, « Genomic Ancestry of North Africans Supports Back-to-Africa Migrations », PLOS Genetics, vol. 8, no 1,‎ , e1002397 (ISSN 1553-7404, DOI 10.1371/journal.pgen.1002397, lire en ligne)
  59. Olivier Dutour, « Extension saharienne du type anthropologique de Mechta-Aflou », Laboratoire de Géologie du Quaternaire du CNRS,‎ (lire en ligne)
  60. Diversité mitochondriale de la population de Tafouralt (12 000 ans BP - Maroc) : une approche génétique à l'étude du peuplement de l'Afrique du Nord
  61. Larrouy, G., La place de l'Anthropobiologie dans l'étude du peuplement Berbère. Affirmations, contradictions, conclusions. Antropo, 7, 1-10 (2004).
  62. (en) Christopher Ehret, S. O. Y. Keita et Paul Newman, « The Origins of Afroasiatic », Science, vol. 306, no 5702,‎ , p. 1680–1680 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 15576591, DOI 10.1126/science.306.5702.1680c, lire en ligne)
  63. Daniel F. Mc Call, « The Afroasiatic Language Phylum: African in Origin, or Asian? », Current Anthropology, vol. 39, no 1,‎ , p. 139–144 (DOI 10.1086/204702, lire en ligne)
  64. Malika Hachid, « La plus ancienne écriture de l'Afrique du Nord, le lybique, a plus de 3000 ans d'âge », Aux origines de tifinagh,‎ (lire en ligne)
  65. Gabriel Camps, Ernest Gellner, « L'origine des Berbères », Islam : société et communauté. Anthropologies du Mahgreb, les Cahiers C.R.E.S.M, Paris, CNRS,‎ (lire en ligne)
  66. Claude-Alain Saby, 1854. Un voyage en Algérie et en Libye, Lulu.com, (ISBN 9781326831745, lire en ligne), p. 103
  67. Salluste et Beauzée, Les Histoires de Salluste, Chez Amable Leroy, , 342 p. (lire en ligne), p. 149
  68. Hérodote (trad. Larcher), Histoire d ́Hérodote, Charpentier, (lire en ligne), p. 384
  69. Jean Bérard, « Nouvelles notes sur la légende de la diaspora troyenne. », Revue des Études Grecques, vol. 57, no 269,‎ , p. 71–86 (DOI 10.3406/reg.1944.3017, lire en ligne)
  70. a, b, c, d, e, f, g et h Abd Al-Rahman Ibn Mohammad Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de L'Afrique Septentrionale, Nabu Press, , 538 p. (ISBN 978-1293758526)
  71. Société historique algérienne, Revue africaine, (lire en ligne), p. 265-266
  72. Yves Modéran, « Mythe et histoire aux derniers temps de l'Afrique antique : à propos d'un texte d'Ibn Khaldûn, ABSTRACT », Revue historique, no 618,‎ , p. 315–341 (ISSN 0035-3264, DOI 10.3917/rhis.012.0315, lire en ligne)
  73. Lucien Bertholon, Les premiers colons de souche européenne dans l'Afrique du Nord, in Revue tunisienne, IV, 1897, p. 416-424.
  74. Giuseppe Sergi, The mediterranean race: a study of the origine of European peoples, Londres, Scott, 1901.
  75. Hans Günther : « Chez les Berbères, en particulier chez les Kabyles, les Berbères du Rif au Maroc, à Enfida, et avant tout parmi les tribus des Chawias dans le massif des Aurès, on constate un apport de la race nordique, ou bien plutôt nordique et falique, que l'on peut attribuer à des invasions préhistoriques. Dans cette région, les blonds représentent, semble-t-il, un cinquième à un tiers de la population. », Hans Günther, Les Peuples de l'Europe (1927), éd. Éditions du Lore, 2006, p. 174.
  76. « Les Berbères, dont une partie conservent encore la peau claire et souvent même les yeux bleus, ne remontent pas aux raids ultérieurs des Vandales, mais bien à la très ancienne vague atlanto-nordique. De nombreux chasseurs chaouis, kabyles, par exemple, sont aujourd'hui encore irréfutablement d'origine nordique », Alfred Rosenberg, Le Mythe du vingtième siècle (1930), Deterna, 2005, (ISBN 2913044212), p. 38.
  77. Henri Vallois, Les Races humaines, PUF, (1re éd. 1976), p. 38 :

    « il est maintenant certain qu'ils appartiennent à la race nordique »

  78. Crania Ethnica, de Armand de Quatrefages et Ernest Hamy (2 volumes, 100 planches, 1875-82).
  79. http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/afrique/maroc.htm
  80. a et b Yidir Plantade, « A Tripoli, les Berbères réclament leur place dans la Libye nouvelle », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  81. Le Correspondant, p. 580
  82. E. Gómez-Casado, P. del Moral, J. Martínez-Laso et A. García-Gómez, « HLA genes in Arabic-speaking Moroccans: close relatedness to Berbers and Iberians », Tissue Antigens, vol. 55, no 3,‎ , p. 239–249 (ISSN 0001-2815, PMID 10777099, lire en ligne)
  83. (en) A. Sanchez-Mazas, Prehistoric Iberia, Springer, Boston, MA, (ISBN 9781461369004 et 9781461542315, DOI 10.1007/978-1-4615-4231-5_4, lire en ligne), p. 65–77
  84. Simon Lévy, Repères pour une histoire linguistique du Maroc, dans E.D.N.A, vol.1 (1996), p. 127-137
  85. « Le substrat berbère de la culture maghrébine », Französish heute, Association des professeurs allemands enseignant le français,‎ (lire en ligne)
  86. Histoire de la décadence et la chute de l'Empire romain Edward Gibbon, Jean Alexandre C. Buchon
  87. L'Univers histoire et description de tous les peuples, Ferd Hoefer
  88. La Revue de Paris, Marc Le Goupils
  89. L'Algérie De Maurice Wahl, Augustin Bernard
  90. (en) Hsain Ilahiane, Historical Dictionary of the Berbers (Imazighen), , p. 112
  91. Richard J, Habib Estes, Tiliouine, The State of Social Progress of Islamic Societies: Social, Economic, Springer, , 115 p. (ISBN 9783319247724)
  92. (en) Muḥammad Jamāl al-Dīn Mukhtār et G. Mokhtar, Ancient Civilizations of Africa, vol. 2, J. Currey, (ISBN 9780852550922, lire en ligne), p. 239
  93. Bernard Lugan, Histoire des Berbères, des origines à nos jours. Un combat identitaire pluri-millénaire., Afrique Réelle, , p. 27
  94. G. Camps, Les Garamantes, conducteurs de chars et bâtisseurs dans le Fezzan antique, (lire en ligne)
  95. L'Algérie antique, Serge Lancel, éd Menges, p. 53l
  96. Thébert et Coarelli, p. 776
  97. Serge Lacel (préf. Mounir Bouchenaki, ill. Omar Daoud), L'Algérie antique de Massinissa à Saint Augustin, Menges, , 280 p. (ISBN 2856204317, EAN 978-2856204313), p. 53
  98. Karina Slimani-Direche, Histoire de l'émigration kabyle en France au XXe siècle: réalités culturelles et politiques et réappropriations identitaires, L'Harmattan, (ISBN 9782738457899, lire en ligne), p. 109
  99. Dialogues d'histoire ancienne De Université de Besançon, Centre de recherches d'histoire ancienne
  100. Maria Angels Roque, Les cultures du Maghreb, L'Harmattan, (ISBN 9782738444165, lire en ligne), p. 57-58
  101. Yves Modéran, Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle), Publications de l’École française de Rome, coll. « Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome », (ISBN 9782728310036, lire en ligne)
  102. Documentaire Timgad, la Rome africaine, réalisé par Serge Tignères.
  103. a et b Documentaire Timgad, la Rome africaine, Timgad, réalisateur Serge Tignères
  104. Journal asiatique, Société asiatique., (lire en ligne), p. 522
  105. Recueil des notices et mémoires de la Société archélologique de la province de Constantine, Alessi et Arnolet, (lire en ligne), p. 131
  106. Pierre Bodereau, La Capsa ancienne: la Gafsa moderne, A. Challamel, (lire en ligne), p. 187
  107. Mohand Tazerout, Histoire politique de l'Afrique du Nord, Éditions Subervie, (lire en ligne), p. 24
  108. Alessi et Arnolet, Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine, Société archéologique de la province de Constantine, 1873-1874, p. 2013
  109. Voir « Persecution and Donatist Identity in the Liber Genealogus », Alan Dearn, page 127, dans From Rome to Constantinople: studies in honour of Averil Cameron sous la direction de Hagit Amirav et Bas ter Haar Romeny, Peeters, 2007
  110. Vincent Serralda et André Huard, Le Berbère… lumière de l'Occident, Nouvelles Éditions Latines, (lire en ligne), p. 94
  111. Garry Wills, Saint Augustin, Les Éditions Fides, (lire en ligne), p. 202
  112. Procope de Césarée, Histoire de la guerre des vandales (lire en ligne), chap. VIII
  113. Chems Eddine Chitour, Algérie: le passé revisité, Casbah Éditions, (ISBN 9789961641002, lire en ligne), p. 212
  114. Yves Lacoste et Camille Lacoste-Dujardin, op. cit., p. 42
  115. a, b et c Michel Quitout, Parlons l’arabe tunisien : langue et culture, éd. L’Harmattan, Paris, 2002, p. 11 (ISBN 2747528863)
  116. a, b et c Ephrem-Isa Yousif, op. cit., p. 358
  117. a et b Yves Lacoste et Camille Lacoste-Dujardin, op. cit., p. 43
  118. F. Mahfoudh, Kairouan, vol. 27 : Encyclopédie berbère, (lire en ligne)
  119. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, traduit par le baron de Slane, éd. Berti, Alger, 2003 (ISBN 9782705336394)
  120. Michel Quitout, Parlons l’arabe tunisien : langue et culture, p. 12
  121. a et b Jacques Thiry, Le Sahara libyen dans l’Afrique du Nord médiévale, Louvain, Peeters Publishers, (ISBN 9789068317398, lire en ligne), p. 166
  122. Rafik Saïd, La politique culturelle en Tunisie, Paris, Unesco, (DOI SHC.69/XiX.7/F, lire en ligne), « Tunisie, terre de culture », p. 14
  123. Paul Sebag, Tunis : Histoire d’une ville, Paris, L’Harmattan, (ISBN 2738466109, lire en ligne), p. 87
  124. a et b Collectif, L’encyclopédie nomade 2006, éd. Larousse, Paris, 2005, p. 707 (ISBN 9782035202505)
  125. a, b, c, d, e et f François Decret, « Les invasions hilaliennes en Ifrîqiya », Clio,‎ (lire en ligne)
  126. Ibn Khaldūn et William MacGuckin baron de Slane, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique Septentrionale, Impr. du Gouvernement, (lire en ligne), p. 10
  127. Ibn Khaldūn et William MacGuckin baron de Slane, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique Septentrionale, Impr. du Gouvernement, (lire en ligne), p. 14
  128. Ibn Khaldūn et William MacGuckin baron de Slane, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique Septentrionale, Impr. du Gouvernement, (lire en ligne), p. 115
  129. Robert Bistolfi, Les langues de la Méditerranée, Harmattan, (ISBN 9782747538190, lire en ligne), p. 280
  130. Ibn Khaldoun, Le livre des exemples, vol. 1, Éd. Gallimard, Col. la Pléiade (ISBN 2-07-011425-2), p. 387
  131. Ibn Khaldoun, Histoire des berbères, partie Banou Ifren
  132. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, partie Banou Ifren
  133. a et b Rachid Bellil, Les oasis du Gourara (Sahara algérien), Peeters Publishers, (ISBN 9789042907218, lire en ligne), p. 73-74
  134. a et b Yves Lacoste, André Nouschi, André Prenant, L'Algérie, passé et présent : le cadre et les étapes de la constitution de l'Algérie actuelle, Éditions sociales, 1960, 462 pages
  135. Michel Mourre, Dictionnaire d'histoire universelle
  136. ʻAbd al-Raḥman b Muḥammad Ibn Khaldûn, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, tr. par le baron de Slane, (lire en ligne), p. 271
  137. Marrakech, demeures et jardins secrets De Narjess Ghachem-Benkirane, Philippe Saharoff, p. 36
  138. L'Univers: histoire et description de tous les peuples ..., F. Didot fréres, (lire en ligne), p. 205
  139. Jacques Meunié, « Le prix du sang chez les Berbères de l'Anti-Atlas », Comptes-rendus des séances de l'année... - Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 104, no 1,‎ , p. 323–326 (DOI 10.3406/crai.1960.11210, lire en ligne)
  140. L'Univers : histoire et description de tous les peuples… Publié par F. Didot frères, 1885. Notes sur l'article : ser.2 v.7. Page 174
  141. L'islamisation de l'Afrique du Nord. Les siècles obscurs du Maghreb, Émile Félix Gautier
  142. Rachid Bellil, Les Oasis du Gourara (Sahara algérien), p. 74-77
  143. Michel Mourre, Dictionnaire d'histoire universelle, Éditions universitaires, (lire en ligne)
  144. Colonel Jean Dumaurier, A.B.C.D., La Mémoire d'un peuple, 1999.
  145. Eugène Guernier, La Berbérie, l'Islam et la France, Éditions de l'Union française, (lire en ligne), p. 72 :

    « (…) au lieu de soutenir la civilisation berbère, la langue, la loi et la foi berbères, nous nous prêtons à leur disparition en facilitant la diffusion de la civilisation arabe, par la langue, par la loi et par la foi musulmanes.[…] L'islamisation et l'arabisation constituent les éléments de la plus grande victoire remportées par les Arabes au Maghreb. Ils constituent également la plus lourde faute de la France devant l'Histoire et devant elle-même »

  146. a, b et c Bernard Lugan, Histoire des Berbères, des origines à nos jours. Un combat identitaire pluri-millénaire., Afrique Réelle, , 204 p.
  147. (en) David Bensoussan, Il était une fois le Maroc : Témoignages du passé Judéo-Marocain, iUniverse, (ISBN 9781475926088, lire en ligne), p. 297
  148. L'Afrique française: bulletin mensuel du Comité l'Afrique française et du Comité du Maroc, Comité de l'Afrique française., (lire en ligne), p. 340
  149. Gilles Lafuente, La politique berbère de la France et le nationalisme marocain, Harmattan, (ISBN 9782738478689, lire en ligne), p. 116
  150. Thérèse Delpech, Le Retour de la barbarie au xxie siècle, Hachette, , p. 194 :

    « Environ six millions de citoyens français sont d'origine berbère (Kabyle ou Berbères arabisés) à la 1re ou 2e génération. »

  151. Alexandra Filhon (préf. Alain Blum), Langues d’ici et d’ailleurs…, INED, (ISBN 978-2-7332-0164-0, lire en ligne)
  152. Salem Chaker, « Histoire sociale des langues de France », Le colloque du lancement du projet HSLF à l'INALCO, Paris,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  153. Belkacem Lounes, Président du Congrès mondial Amazigh in « Berbères, libres et fiers de l'être », Le Figaro, 27 juin 2003, p. 27-28
  154. (en) Daniel J. Schroeter, « La découverte des Juifs Berbères », Berberworld,‎ (lire en ligne)
  155. Hérodote, Histoire, IV, 188.
  156. James Hastings, The Encyclopedia of Religion & Ethics, 1926, 4e partie, p. 508.
  157. (en) JSTOR:The Berbers la relation entre Africa et Ifren
  158. Archives des missions scientifiques et littéraires de France Commission des missions scientifiques et littéraires, France
  159. Mots de Edmond Rostand
  160. Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique, historique du département de Constantine, Arnolet, 1878
  161. Les cultes païens dans l'Empire romain, Jules Toutain, page 416, p. 635 et p. 636
  162. John Morris, Arnold Hugh Martin Jones, John Robert, The prosopography of the later Roman Empire, p. 612
  163. L'Univers phénicien. De Michel Gras, Pierre Rouillard, Javier Teixidor. Collaborateur Pierre Rouillard, Javier Teixidor. Publié par Arthaud, 1989. (ISBN 2-7003-0732-1). Page 178
  164. De Ségolène Demougin, École pratique des hautes études (France). Section des sciences historiques et philologiques. Publié par Droz, 2006. (ISBN 2-600-01099-8). Page 92
  165. ABC amazigh. Une expérience éditoriale en Algérie, 1996-2001 une expérience, Smaïl Medjeber
  166. Elwaten, Hassan Moali, le 31 août 2008, Honneur à la tribu
  167. H. Claudot-Hawad, Honneur et politique. Les choix stratégiques des Touaregs pendant la colonisation française (lire en ligne)
  168. H. Claudot-Hawad, « Koceila, Koseyla, Koseylata », Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte, Aix-en-Provence, Edisud, 2008, p. 4264-4269 (lire en ligne)
  169. Elwaten, Salima Tlemçani, 18 juin 2008,
  170. G. Camps, « Avertissement », Encyclopédie berbère, 1 | Abadir – Acridophagie, Aix-en-Provence, Edisud, 1984, p. 6-48 (lire en ligne)
  171. Béjot, Étude sur le tatouage en Algérie, Paris, Hespéris, (lire en ligne), p. 25
  172. Taghbaloute Aziz, Fellah marocain, Saint-Étienne, Université de Saint-Étienne, (ISBN 2862720313 et 9782862720319), p. 35 – 37
  173. Joseph Variot, Les pères blancs ou Missionnaires d'Alger, Lille, imp. de Desclée, de Brouwer et Cie, , p. 176-177
  174. Groupe d'études et de recherches en dermato-allergologie, Progrès en Dermato-Allergologie, Strasbourg, John Libbey Eurotext, (ISBN 2742007857), p. 88
  175. https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/1503
  176. http://www.inumiden.com/jeux-traditionnels-chaouis-ghan-ou-irer-n-yasghoun/
  177. http://www.inumiden.com/takourth-le-sport-national-berbere/
  178. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6540849h
  179. http://www.inumiden.com/category/artculture/peinturesculpture/
  180. http://www.inumiden.com/danse-femmes-chaouies-noblesse-authenticite/
  181. http://www.inumiden.com/category/artculture/cinematheatre/
  182. Chiara Turchi, Loredana Buscemi, Erika Giacchino et Valerio Onofri, « Polymorphisms of mtDNA control region in Tunisian and Moroccan populations: an enrichment of forensic mtDNA databases with Northern Africa data », Forensic Science International. Genetics, vol. 3, no 3,‎ , p. 166–172 (ISSN 1878-0326, PMID 19414164, DOI 10.1016/j.fsigen.2009.01.014, lire en ligne)
  183. (en) « Africa: Algeria », The World Factbook, Central Intelligence Agency,‎ (lire en ligne)
  184. Barbara Arredi, Estella S. Poloni, Silvia Paracchini, Tatiana Zerjal, M. Fathallah Dahmani, Mohamed Makrelouf, L. Pascali Vincenzo, Andrea Novelletto et Chris Tyler-Smith, « A Predominantly Neolithic Origin for Y-Chromosomal DNA Variation in North Africa », Am. J. Hum. Genet., vol. 75, no 2,‎ , p. 338–45 (PMID 15202071, PMCID 1216069, DOI 10.1086/423147)
  185. Jamie Stokes, Encyclopedia of the Peoples of Africa and the Middle East: L to Z, Infobase Publishing, (lire en ligne), p. 21
  186. Willem Adriaan Veenhoven, Winifred Crum Ewing et Stichting Plurale Samenlevingen, Case studies on human rights and fundamental freedoms: a world survey, Volume 1, Martinus Nijhoff Publishers, (lire en ligne), p. 263
  187. Oxford Business Group, The Report: Algeria 2008, Oxford Business Group, (lire en ligne), p. 10
  188. Oxford Business Group, The Report: Algeria 2011, Oxford Business Group, (lire en ligne), p. 9
  189. « Identifying Genetic Traces of Historical Expansions: Phoenician Footprints in the Mediterranean », The American Journal of Human Genetics, vol. 83, no 5,‎ , p. 633–642 (ISSN 0002-9297, DOI 10.1016/j.ajhg.2008.10.012, lire en ligne)
  190. (en-US) John Noble Wilford, « Phoenicians Left Deep Genetic Mark, Study Shows », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  191. (en) « Africa: Mali », The World Factbook, Central Intelligence Agency,‎ (lire en ligne)
  192. « Q&A: Tuareg unrest », BBC,‎ (lire en ligne)
  193. « Who are the Tuareg? | Art of Being Tuareg: Sahara Nomads in a Modern World », sur africa.si.edu (consulté le 22 mai 2016)
  194. a et b Frédéric Deroche, Les peuples autochtones et leur relation originale à la terre: un questionnement pour l'ordre mondial, L'Harmattan, (ISBN 9782296055858, lire en ligne), p. 14
  195. a, b et c Salem Chaker, « La langue Berbère en France : Situation actuelle et perspectives du développement. », Le berbère en France, Paris, Inalco,‎ (lire en ligne)
  196. « Démographie - Maroc », Haut-Commissariat au plan. Pour atteindre les résultats, il faut sélectionner dans le menu à gauche « Langues locales utilisées » et « Maroc », puis cliquer sur « Afficher ».
  197. http://www.ethnologue.com/show_country.asp?name=dz dans ethnologue.com
  198. Michèle Tribalat, Patrick Simon et Benoît Riandey, De l'immigration à l'assimilation: enquête sur les populations d'origine étrangère en France, INED, (ISBN 9782707125439, lire en ligne), p. 34-35
  199. Les peuples autochtones et leur relation originale à la terre, de Frédéric Deroche, Frédéric Deroche, Julian Burger
  200. Jacques Leclerc article Libye in L'Aménagement linguistique dans le monde, 2005, article en ligne
  201. http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/afrique/tunisie.htm
  202. http://www.ethnologue.com/show_language.asp?code=siz dans ethnologue.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Travaux généraux[modifier | modifier le code]

Études spécialisées[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Camps, « L'origine des Berbères », Islam : société et communauté. Anthropologies du Mahgreb, Paris, CNRS,‎ (lire en ligne)
  • Fatima Cherfa-Turpin, La Condition juridique de la femme rurale en Kabylie, éditions Apopsix, Paris, 2010 (ISBN 978-2-35979-010-8)
  • Viviane Bettaïeb, La Tunisie numido-berbère vue du ciel, Éd Alif, les éditions de la Méditerranée - Tunis 2009
  • Hassine Fantar, Kerkouane, cité punique au pays berbère de Tamzerat - éd Alif, les éditions de la Méditerranée - Tunis 2007 - nouveau tirage enrichi
  • Salem Chaker, Études berbères et chamito-sémitiques, Paris [u.a.], Peeters, 2000 (ISBN 90-429-0826-2)
  • Alphonse Leguil, Contes berbères grivois du Haut-Atlas, Paris [u.a.], L'Harmattan, 2000 (ISBN 2-7384-9904-X)
  • Hélène Claudot-Hawad, Touaregs. Apprivoiser le désert, Paris : Gallimard, 2002. (Collection Découvertes Gallimard ; Cultures et société ; no 418)
  • Dominique Casajus, Gens de parole. Langage, poésie et politique en pays touareg, Paris, La Découverte, 2000
  • Paul Pandolfi, Les Touaregs de l'Ahaggar. Sahara algérien, Paris, Karthala, 1998
  • Paulette Galand-Pernet, Recueil de poèmes chleuhs, Paris, Klincksieck, 1972
  • Lionel Galand, Langue et littérature berbères. Vingt-cinq ans d'études, Paris, Éditions du CNRS, 1979
  • À la croisée des études libyco-berbères. Mélanges offerts à Paulette Galand-Pernet et Lionel Galand, Paris, Geuthner, 1993
  • Paulette Galand-Pernet, Littératures berbères. Des voix, des lettres, Paris, Presses universitaires de France, 1998
  • Lionel Galand, Études de linguistique berbère, Louvain/Paris, Peeters, 2002
  • Alphonse Leguil, Contes berbères de l'Atlas de Marrakech, Paris, L'Harmattan, 1988 (ISBN 2-7384-0163-5)
  • Raymond Féry, Médecin chez les Berbères, Versailles, éd. de l'Atlanthrope, 1986 (ISBN 2-86442-013-9)
  • Malika Hachid, Les Premiers Berbères - entre Méditerranée, Tassili et Nil, Aix-en-Provence, Édisud, 2000 (ISBN 2-7449-0227-6)
  • Youcef Allioui, Timsal, énigmes berbères de Kabylie - commentaire linguistique et ethnographique, Paris, éd. L'Harmattan, 1990 (ISBN 2-7384-0627-0)
  • Salem Chaker, Amaziɣ (le/un) Berbère - Linguistique berbère. Études de syntaxe et de diachronie, Paris, Peeters, 1995 (ISBN 2-87723-152-6)
  • Karima Direche-Slimani, Chrétiens de Kabylie, Saint-Denis, éd. Bouchene, 2004, (ISBN 2-912946-77-8)
  • Lucien Oulahbib, Le Monde arabe existe-t-il ?, Paris [u.a.], éditions de Paris, 2007, (ISBN 978-2-85162-214-3)
  • Maya Shatzmiller, Le Mythe d'origine berbère (aspects historiques et sociaux), dans Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, 1983, vol. 35, p. 145-156 [lire en ligne (page consultée le 15/2/2010)]
  • Mustapha El Qadéry, Nationalisme du mépris de Soi, Salé, Éd. Kalimate, (ISBN 9789954555217 et 9954555218, OCLC 863710587, présentation en ligne)
  • Malika Halbaoui, Contes des sages berbères, Paris, Seuil, 2016 (ISBN 978-2-02-121909-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Livres en ligne[modifier | modifier le code]

  • Jacques Hureiki, Essai sur l'origine des Touaregs, Karthala, , 766 p. (ISBN 9782811137700, lire en ligne)
  • Jean-Pierre Marin (préf. Jean Deleplanque), Au forgeron de Batna, Paris, L'Harmattan, coll. « Graveurs de mémoire », , 493 p. (ISBN 2747593118, OCLC 123475998, lire en ligne)
  • Ibn Khaldoun (trad. William MacGuckin baron de Slane), Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique Septentrionale, vol. 1, Imprimerie du Gouvernement, (lire en ligne)