Rostémides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rostémides
ar-Roustoumiyoune

الرستميون ar

767909

Description de l'image  Historical map of algeria.svg.
Informations générales
Statut Monarchie, Imamat
Capitale Tahert
Langue langues berbères et arabe
Religion Islam kharidjite ibadite (dogme de la dynastie) ;
autres courants musulmans ;
christianisme et judaïsme
Imams
(1er) 767-788 Ibn Rustom
(Der) 906-909 al-Yaqzân

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Les Rostémides, Rustamides ou Banû Rustam[note 1] sont une dynastie ibadite ayant gouverné dans le Maghreb central[1],[2] depuis Tahert (prés de l’actuelle Tiaret en Algérie)[2],[3].

Au VIIIe siècle et IXe siècle, trois dynasties s'installent au Maghreb : les Aghlabides sunnites de Kairouan, les Idrissides chiites de Fès et les Rostémides kharidjites de Tahert[4]. Ibn Rustom, l'ancêtre de la dynastie est reconnu « Imam »[note 2] par les ibadites du Maghreb, il fonde l’État de Tahert[5]. Un État théocratique réputé pour le puritanisme de ses dirigeants, le commerce florissant[6], son rayonnement culturel ainsi que sa tolérance religieuse[7],[3]. La dynastie prend fin en 909, après la destruction de sa capitale par des Kutamas conduits par un missionnaire fatimide[8].

Origine[modifier | modifier le code]

L'ancêtre éponyme de la dynastie, Rostam Farrokhzad, était un général commandant les armées perses lors de la bataille d'al-Qadisiyya (636) où il fut vaincu. Un guerrier arabe réussit à capturer et à tuer Rostam lui-même[9][réf. à confirmer]. Ouvrant ainsi la porte à la conquête musulmane de la Perse.

Abd al-Rahmân Ibn Rustom, kharidjite d'origine perse s'installe en Tripolitaine et s'empare de Kairouan en 758[10]. Il crée un État ibadite englobant l'Ifriqiya[10]. En 760, il est attaqué et vaincu par le gouverneur d’Égypte. Il abandonne l'Ifriqiya aux armées arabes et se réfugie dans l'Ouest algérien où il fonde Tahert en 761 qui devient la capitale du royaume rostémide[10]. Ses successeurs instaurent un pouvoir dynastique héréditaire[2], même si ils étaient élus par les sages de la communauté[6].

Territoire[modifier | modifier le code]

Les Rostémides ont régné sur une large partie du Maghreb central jusqu’à l’avènement des Fatimides[2]. Ibn Rustom est reconnu « Imam » par les ibadites du Maghreb. De fait, le pouvoir de la dynastie s'étendait sur un vaste territoire allant des monts de Tlemcen en Algérie à Tripoli en Libye sur plus de 1300 km dans les steppes[5], en passant par plusieurs oasis dans le Sud algérien[10]. Cependant, il est difficile de définir avec précision ses limites territoriales. Le pouvoir rostémide est peu structuré et reste à forte connotation tribale[2]. Des régions à dominante ibadite comme le Tripolitaine reconnait au moins nominalement l’autorité de l’Imam[2]. D'autres régions leur échappent : la région de Tlemcen sous Abou Qurra, ainsi qu'une partie de l'Oranie sous les Banu Sulayman et le Constantinois de la Méditerranée au mont Belezma au IXe siècle[5].

Enfin pour cause des alliances matrimoniales avec l'Émirat de Sijilmassa, certains chroniqueurs ont considéré que cet Émirat est une province de l’État de Tahert[11]. D’autres chroniqueurs de la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle[note 3] ont évoqué un découpage paradoxale du royaume, en raison de l’aridité du climat dans ses parties steppiques et sahariennes[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la conquête musulmane du Maghreb, les berbères se révoltent contre le régime omeyyade, ses révoltes s’associent au milieu du VIIIe siècle au dogme kharidjite qui les séduit par son puritanisme et son message égalitaire et gagnent une bonne partie du Maghreb[13]. Ainsi, les premiers États musulmans en Afrique du Nord étaient kharidjites[11]. Dans le Maghreb central, Abou Qurra, chef de la tribu des Ifren fonde le royaume sufrite de Tlemcen[1]. Mais l'entité kharidjite la plus importante est celle des Rostémides[14].

Après d’être expulsé de l’Ifriqiya[13], Ibn Rustom s’installe à Tahert puis il est reconnu « Imam » par les ibadites du Maghreb[5]. Il entretien des liens étroits avec les autres entités kharidjites du Maghreb[5]. Ainsi le siège de Tobna (dans le Hodna) de 767 est mené par une coalition entre les ibadites de Tahert et du djebel Nefoussa et les sufrites de Tlemcen[15]. Ibn Rustom marie également une de ses filles au souverain kharidjite de Sijilmassa[16].

La dynastie rostémide est la seconde après celle de l'émirat de Cordoue à se rendre indépendante du califat abbasside, malgré les pressions diplomatiques et militaires ainsi que les pertes de territoires[17],[18]. Les Rostémides ont manœuvré entre les deux dynasties voisines : les Idrissides de Fès et les Aghlabides de Kairouan pour préserver leur pouvoir[8]. Il parvient également à conclure une alliance avec les Omeyyades de Cordoue[19]. Les deux dynasties étaient opposées aux Aghlabides, restés fidèles aux Abbassides[2]. Ils conclurent un traité de paix avec Kairouan suite à l’offensive abbasside (772-787) et ils cohabitaient sans heurtes avec les Idrissides qui ne manifestaient pas de menaces[8]. Des conflits éclatent avec les Nafusis et des tensions ont existé entre les nomades Zénètes et les sédentaires[8].

En 909, Tahert est ruinée par l'attaque des berbères montagnards Kutama conduits par le missionnaire propagandiste « dâ`i » fatimide Abu Abd Allah ach-Chi'i. La ville est détruite et ses habitants sont massacrés ou exilés[8].

Société et culture[modifier | modifier le code]

La période rostémide est marquée par ses lettrées. Tahert était un foyer culturel, ses bibliothèques renfermaient d’exégèse coranique et des manuscrits de médecine et d’astronomie. Les Rostémides étaient en contact avec les milieux savants d’Al-Andalus[7]. Dans ses relations avec l’Afrique noire, elle était également un foyer principal de diffusion de l’islam, dont les enseignements sont véhiculés par les marchands et missionnaires ibadites[2].

La société était composée par des groupes sociaux différents : agriculteurs des Aurès, nomades Zénètes, citadins et commerçants[14]. Tahert était une cité religieuse mais cosmopolite, elle accueillait des commerçants et des réfugiés d’Orient. La dynastie se caractérisait par tolérance religieuse, les ibadites cohabitaient avec les mutazilites et les sunnites[14]. Il existait un quartier chrétien, al-kanisa (l’église en arabe) à Tahert[7]. Les imams étaient réputés pour leur puritanisme et leur sens politique : ils aurait dormis sur un simple coussin et mené une vie retirée[6]. Le cinquième imam aurait fabriqué des grands plats pour distribuer la nourriture à son peuple[7].

L’urbanisme de Tahert est caractérisé par son aspect éclaté. La ville est constituée par la juxtaposition de quartiers communautaires (d’habitants originaires de Kairouan, Kufa ou Bassora) ou tribaux[2]. Ils ne subsistent aujourd’hui que quelques ruines de la cité, qui aurait abrité des riches demeures à patio et une citadelle où résidait l’imam. Les vestiges trouvés attestent l’existence d’un artisanat local simple qui témoigne l’austérité des Rostémides[7]. Les ruines de Sedrata constituent le prolongement de l’art et de l’architecture des Rostémides. Une mosquée couverte de coupoles ovales juxtaposées et plusieurs ensembles résidentiels ont été découverts. L’art de Sédrata est caractérisé par sa décoration simple en plâtre ou des inscriptions en kufique[2].

Économie[modifier | modifier le code]

Tahert était une riche cité commerçante située sur l'itinéraire trans-maghrébin est-ouest, dans une zone de contacte entre le Tell et les éleveurs et nomades des Hauts plateaux et du sud[6]. On échangeait : le blé, les tissus, les laines, les moutons, les dattes, les abricots et les dromadaires[6]. Elle était également un relais capital du commerce transsaharien qui concernait l’or et les esclaves africains et impliquée dans le commerce avec d’autres parties du monde musulman. Elle disposait d’un marché des Radhanites, marchands juifs qui ont constitué un réseau commercial dont les activités s’étendaient depuis l’Asie jusqu’au Maghreb et l’Europe du Sud-Ouest[2]. Bien que les Rostémides n’ont entretenu que peu de relations avec le monde méditerranéen[2], les produits du Sud sont redistribués par voie maritime[6], ils avaient des rapports continus avec Al-Andalous[2].

L’agriculture était prospère, les souverains rostémides ont édifié des bâtiments agricoles et ont organisé l’irrigation[5]. Tahert disposait de nombreux moulins et de vergers, elle était située dans une zone céréalière prospère. On y trouve également l’élevage des chevaux et de bétail[5].

Déclin[modifier | modifier le code]

L’histoire du royaume était marquée par des conflits religieux qui ont engendré des crises de pouvoir et du schisme entre ibadites et autres courants kharidjites comme les Nekkarites[7]. D'autres conflits ont éclaté avec les nafusis pourtant considéré comme le « sable » des Rostémides[7]. D’autres contradictions sociales ont émergé, les notables et les clercs ont constitué une aristocratie, ce qui est opposé à l’égalitarisme des imams ibadites[14]. Miné de l’intérieure par ses controverses religieuses et endormi dans sa prospérité, l’État rostémide succombe aux premières attaques fatimides[14].

La destruction de Tahert est suivie par la fuite de population dans le désert. Les réfugiés s'établissent à Sedrata près d’Ouargla. Puis, ils atteignent le Mzab. Au xie siècle, ils battissent plusieurs villes dans la région : Ghardaïa, Melika, Beni Isguen, Bounoura et El Atteuf[20].

Dynastie rostémide[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. arabe : ar-rustamīūn / banū rustam, الرستميون / بنو رستم, Les Rostémides / Banû Rustam
  2. imâm, est utilisé par les Kharijites dans le sens de guide spirituel suprême de la communauté des croyants[1].
  3. Georges Marçais et Émile-Félix Gautier.
  4. `Abd al-Rahmân ben Rustam, en arabe : ʿabd al-raḥman ben rustam ben bahrām, عبد الرحمن بن رستم بن بهرام
  5. `Abd al-Wahhab, en arabe : ʿabd al-wahhāb ben ʿabd al-raḥman, عبد الوهاب بن عبد الرحمن, « serviteur du Généreux »
  6. Abû Sa`îd al-Aflah, en arabe : ʾabū saʿīd al-ʾaflaḥ ben ʿabd al-wahhāb, أبو سعید الأفلح بن عبد الوهاب ; Al-Aflah : « celui qui a la lèvre fendue ».
  7. Abû Bakr, en arabe : ʾabū bakr ben al-ʾaflaḥ, أبو بکر بن الأفلح
  8. Abû al-Yaqzan Muhammad, en arabe : ʾabū al-yaqḍān muḥammad ben al-ʾaflaḥ, أبو الیقضان محمد بن الأفلح
  9. Abû-Hatîm Yûsuf, en arabe : ʾabū al-ḥāṯim yūsuf ben muḥammad al-ḥakam, أبو حاتم یوسف بن محمد الحکم
  10. Yaqzan, en arabe : yaqḍān ben al-ʾaflaḥ, یعقوب بن الأفلح
  11. Ya`qûb, en arabe : yaʿqūb ben al-ʾaflaḥ, یعقوب بن الأفلح

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Julien 1994, p. 365.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Les Rustamides (761-909), sur le site qantara patrimoine méditerranéen.
  3. a et b (en)Rustamid kingdom, sur britannica.
  4. Meynier 2010, p. 24.
  5. a, b, c, d, e, f et g Meynier 2010, p. 29.
  6. a, b, c, d, e et f Meynier 2010, p. 30.
  7. a, b, c, d, e, f et g Meynier 2010, p. 31.
  8. a, b, c, d et e Meynier 2010, p. 32.
  9. Ibn Khaldoun, op.cit., vol. 1 (lire en ligne), « Coup d'œil sur l'histoire des Berbères... », p. 220
  10. a, b, c et d Jean Jolly, L'Afrique et son environnement européen et asiatique, Editions L'Harmattan, coll. « History »,‎ 2008, 167 p. (ISBN 229605773X), p. 39
  11. a et b L'utopie de l'islam: La religion contre l'État, Leïla Babès, Armand Colin, 2011 - 360 pages, p119.
  12. Julien 1994, p. 367.
  13. a et b Meynier 2010, p. 25.
  14. a, b, c, d et e Collectif coordonné par Hassan Ramaoun, L'Algérie : histoire, société et culture, Casbah Editions,‎ 2000, 351 p. (ISBN 9961-64-189-2), p. 38
  15. Meynier 2010, p. 27.
  16. Julien 1994, p. 374.
  17. Aline Laradji, La légende de Roland : De la genèse française à l'épuisement de la figure du héros en Italie, L'Harmattan,‎ 2008 (lire en ligne), p. 22
  18. V-Y Mudimbé, Jean Jolly, Brigitte Senut, L'Afrique et son environnement européen et asiatique, L'Harmattan,‎ 2008, 167 p. (ISBN 2-296-05773-X, lire en ligne), p. 48
  19. a et b Janine et Dominique Sourdel, op. cit., « Rostémides, 777-909 », p. 711-712
  20. C. Agabi, « Ibadites », in Encyclopédie berbère, 23 | Hiempsal – Icosium En ligne, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 24 novembre 2012.
  21. (ar) « الرستميون/بنو رستم, Les Rostémides / Banû Rustam »
  22. (en) Clifford Edmund Bosworth, op. cit., 389 p. (lire en ligne), « The Rustamids », p. 27-28. Les dates comportent de nombreuses divergences d'un auteur à l'autre. Celles retenues ici sont celle de cet ouvrage.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]