Tanit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tanit (homonymie).
Poids carré en plomb portant le signe de Tanit à gauche, musée du Louvre

Tanit ou Tinnit[1] est une déesse punique et libyque chargée selon les croyances berbères et carthaginoises, de veiller à la fertilité, aux naissances et à la croissance. Elle est la déesse tutélaire de la ville de Serepta et son culte prit de l'ampleur à Carthage où elle était nommée Oum. Elle était la parèdre du dieu Ba'al Hammon. Le nom exact de Tanit retrouvé est Tinnit[2]. Le nom de la Déesse est suivi de péné Baal (littéralement « face de Baal ») après environ 400 av. J.-C., ainsi que Tinit[3] ou Tinêt. Tanit a été interprétée par les Romains comme une forme particulière de Junon : Iuno Caelestis vite devenue Caelestis. Selon certaines sources, Didon reine de Carthage serait un avatar de Tinnit.

En Tunisie encore actuellement, la coutume veut qu'on invoque Oumouk tangou ou encore Omek tannou (la Mère Tangou ou Tannou en arabe tunisien) les années de sécheresse, pour apporter la pluie ; de même qu'on parle de cultures "Baali" (ba'li) pour dire cultures non irriguées, sans doute pour dire qu'elles dépendent uniquement du dieu Ba'al Hammon[4].

Signe de Tanit

Le signe de Tanit pourrait être un symbole représentant une personne priant, les bras levés vers le ciel. Il peut avoir une signification apotropaïque. On le retrouve très fréquemment sur les stèles carthaginoises. Denis Lépée propose une théorie étonnante sur l'influence du signe de Tanit dans l'architecture des grands lieux de pouvoir[5].

Certains voient dans la croix d'Agadez (symbole touareg du Niger) la préservation du signe de Tanit. Tanit est assimilée à Astarté chez les Phéniciens, Ishtar chez les Babyloniens, Innana chez les Sumériens, Vénus chez les Romains, Aphrodite chez les Grecs, Isis chez les Égyptiens, Anaïtis chez les Libyens, Dercéto chez les Syriens, et Mylitta chez les Chaldéens d'Assyrie.

Représentations dans l'art[modifier | modifier le code]

Tanit est l'une des 1 038 femmes dont le nom figure sur le socle de l'œuvre contemporaine The Dinner Party de Judy Chicago. Elle y est associée à la déesse Ishtar, troisième convive de l'aile I de la table[6].

À la télévision, la série télévisée américaine Stargate SG-1 lui rend hommage en donnant son nom à un seigneur Goa'uld dont la première apparition se fait dans l'épisode 4 Destins croisés de la saison 4.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cahiers de Byrsa, Musée Lavigerie (lire en ligne)
  2. Bernadette Cailler, Carthage ou la flamme du brasier: mémoire et échos chez Virgile, Senghor, Mellah, Ghachem, Augustin, Ammi, Broch et Glissant, Rodopi, (ISBN 9042022019, lire en ligne)
  3. En berbère « Tinit » signifie : la femme enceinte, qui couve.
  4. « En vidéo : Ommek Tangou appelée à la rescousse pour la pluie à Hammamet », Turess,‎ (lire en ligne)
  5. Denis Lépée, L'Ordre du Monde, Timée-Editions, 2007
  6. Musée de Brooklyn - Tanit

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :