Ayyur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ayyur
Divinité de la mythologie berbère
Image illustrative de l’article Ayyur
Caractéristiques
Fonction principale Déesse lunaire de la fécondité
Lieu d'origine Libye antique[1]
Période d'origine Antiquité berbère
Région de culte Libye antique[1]
Symboles
Astre Lune

Ayyur (en tifinagh : ⴰⵢⵢⵓⵔ[2]) est une divinité lunaire adorée par les Berbères durant les temps anciens. Le nom ayyur signifie littéralement « la lune » dans les langues berbères. Le nom désigne aussi le mois lunaire[3].

Hérodote a écrit au Ve siècle av. J.-C. que les Berbères sacrifiaient au soleil et à la lune[4]. En outre, Ibn Khaldoun rapporte qu'à l'époque de l'invasion arabe de leur territoire, « ceux des Berbères qui n'avaient pas été convertis au judaïsme ou à la foi chrétienne adoraient le soleil et la lune, ainsi que les statues de divinités »[5]. Le nom Ayyur apparaît dans plusieurs inscriptions laissées par les Berbères de l'Antiquité.

Chez tous les Berbères, la lune est associée à la fécondité, à la culture, à la beauté, au féminin et à l’humidité, symbolisme confirmé par l'étude des légendes et des rites berbères. Chez les Touaregs, le lien avec l’eau et la fécondité est encore plus explicite comme en atteste un rituel relevé dans le Hoggar, au début du XXe siècle, par Charles de Foucauld à l’occasion de la nouvelle lune[6].

Malgré ces attributs largement féminins, Ayyur demeure une entité ambiguë, tantôt décrite comme féminine ou masculine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Mythologie berbère : Ayyur et Tiziri et Itige, Cultes du Soleil et de la Lune chez les Libyques », sur elmesmar.fr, (consulté le ).
  2. « Dictionnaire général de la langue amazighe informatisé », sur tal.ircam.ma, Institut royal de la culture amazighe (consulté le ) : rechercher « ⴰⵢⵢⵓⵔ » ou « ayyur ».
  3. Chaker 2008, § 1.
  4. Majdi 2009, p. 174.
  5. Jean Servier, Les Berbères, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », (1re éd. 1990) (ISBN 978-2-13-079523-0, lire en ligne)
  6. Chaker 2008, § 8.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • S. Chaker, « Lune », dans Encyclopédie berbère, vol. 28-29 : Kirtēsii-Lutte, Édisud, (DOI 10.4000/encyclopedieberbere.368), p. 4444-4447
  • Hassan Majdi, Le Culte des saints et les pèlerinages des Juifs au Maroc ? (thèse de doctorat), Université Paris 8, (lire en ligne), chap. V (« Les références et les fondements historiques du phénomène hagiographique au Maroc »), p. 174-175