Littérature berbère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'expression littérature berbère (ou littérature nord-africaine) comprend, dans son acception la plus large, toutes les manifestations littéraires, écrites ou orales, qui sont l'œuvre des Nord-Africains non seulement dans leur langue autochtone — le berbère —, mais aussi dans les langues qui s'y sont succédé au cours des siècles, et en particulier le punique, le latin et l'arabe. Dans un sens plus restreint, sa définition peut se limiter aux œuvres littéraires en berbère, mais cela poserait des problèmes pour cataloguer de nombreux auteurs comme Mouloud Mammeri, Taos Amrouche et d'autres, qui se sont exprimés aussi bien en berbère que dans d'autres langues.

Il est de toute manière impropre de parler d'une seule littérature pour un territoire aussi vaste et un champ temporel aussi étendu, au point que la plus grande spécialiste contemporaine du sujet, Paulette Galand-Pernet, intitule son travail de synthèse Littératures berbères (1998), un titre qui sous-entend la multiplicité des traditions, contextes et genres qui peuvent se rencontrer sur tout le territoire nord-africain. C'est pour cette raison que l'on traitera ici du cadre global de ces formes littéraires, en renvoyant, par des analyses plus ponctuelles, aux "littératures" particulières et aux "genres" littéraires particuliers.

Littérature antique[modifier | modifier le code]

Littérature en berbère[modifier | modifier le code]

Bien qu'il ne nous soit parvenu aucun texte antique en langue berbère, de nombreuses inscriptions ont été retrouvées : celles publiées dans les recueils de Jean-Baptiste Chabot (1940-1941, provenant principalement de Tunisie, d'Algérie et de Libye) et de Lionel Galand (1966, Maroc).

L'inscription connue la plus longue est un texte bilingue numidico-punique que Micipsa, roi de la Numidie, fit inscrire sur le mausolée dédié à son père, Massinissa, et érigé à Dougga en 138 av. J.-C.. Son importance est considérable sur les plans historique et juridique, puisqu'il permet de connaître les principaux titres et fonctions municipaux des villes numides de ce temps.

Littérature en punique[modifier | modifier le code]

Il est très probable que, durant la période de la colonisation punique de l'Afrique du Nord, la langue de Carthage — diffusée surtout dans les villes — a été utilisée par des auteurs Nord-africains pour composer des œuvres littéraires. L'importance du punique, comme langue littéraire et de culture, était, en effet, encore très significative à l'époque d'Augustin d'Hippone (354-430) qui le connaissait et qui citait de temps en temps, dans ses œuvres, des mots ou des expressions dans cet idiome.

Aucun texte en punique est parvenu jusqu'à nos jours, mais un signe explicite tendant à prouver l'existence d'œuvres de caractère historique provient de Salluste, qui affirme tirer ses informations sur l'histoire la plus antique de l'Afrique du Nord de quelques « livres puniques » (ex libris Punicis), œuvres d'érudits locaux (cultores eius terrae) mais aussi provenant du roi Hiempsal II.

« Sed qui mortales initio Africam habuerint quique postea accesserint aut quo modo inter se permixti sint, quamquam ab ea fama, quae plerosque obtinet, diuersum est, tamen, uti ex libris Punicis, qui regis Hiempsalis dicebantur, interpretatum nobis est utique rem sese habere cultores eius terrae putant, quam paucissimis dicam. Ceterum fides eius rei penes auctores erit. »
Salluste, Bellum Jugurthinum 17,7 (trad. Vermondo Brugnatelli)

« Mais maintenant je dirai très sommairement quels hommes ont habité l'Afrique dès le début, quels sont ceux qui y sont venus ensuite, et quel mélange s'est effectué, même si cela sera différent de ce qu'on a coutume de penser, car il m'a été expliqués des livres puniques qu'on disait être du roi Hiempsal, dont l'opinion s'accorde avec celle des experts du pays, mais la véracité de ces dires reste de la responsabilité de leurs auteurs. »

L'importance du punique comme langue écrite fut telle que le nom punicae (litterae) fut probablement aussi employé pour désigner la même écriture autochtone (qui ne descend probablement pas de l'alphabet punique). Telle est du moins l'opinion de la majorité des spécialistes, qui font remonter le nom actuel de cet alphabet, tifinaghe, au mot latin punica.

Littérature en latin[modifier | modifier le code]

Amour et Psyché

De nombreux auteurs nord-africains composèrent des œuvres littéraires en langue latine. On pourra retenir les principaux :

Parmi tous ces auteurs, Apulée surtout se montre particulièrement attaché à ses propres origines africaines, en revendiquant avec fierté d'être "semi-numide et semi-gétule". Le conte d'Amour et Psyché est particulièrement remarquable, raconté par lui dans le roman L'Âne d'or. Ce conte, au-delà des nombreuses et évidentes références à la mythologie gréco-latine, est sûrement basé sur une origine indigène, et encore aujourd'hui, en différentes parties d'Afrique du Nord, il existe de nombreux contes de littérature orale qui reportent l'histoire de la fillette emportée au ciel par un mystérieux époux, puis ramenée à terre à cause de sa curiosité et par la faute de ses proches (L'oiseau de la tempête et le Bourgeon d'or en Kabylie, Ahmed U Namir au Maroc : dans cette dernière version on parle d'un beau et jeune époux et d'une mystérieuse créature féminine). Une histoire quasi-équivalente est par ailleurs présente dans le folklore kabyle, où elle se traduit par une narration très proche de celle d'Apulée: la jeune fille est ici septième fille d'un paysan, l'époux le fils de Tseriel, personnage ambigu du folklore kabyle qui selon les histoires peut aussi bien être rapprochée d'une ogresse que d'une aide bienveillante envers le héros. On voit ainsi qu'au-delà des particularités religieuses qui teintent le texte d'Apulée, il s'inspire d'un texte indigène qui a étrangement persisté jusqu'à nos jours.

Même Saint Augustin, qui affiche aussi sa culture latine et, au besoin, carthaginoise (la culture « haute » des villes : le berbère était la langue des campagnes où vivaient ses adversaires, donatistes et circoncellions), ne réussit pas à cacher ses origines africaines. Une de ses propositions étymologiques ne peut s'expliquer qu'à partir de la langue berbère :

« Interpretatur autem Israel "uidens Deum" »
(Saint Augustin, La Cité de Dieu XVI.39)

« D'autre part, Israël signifie "quelqu'un qui voit (a vu) Dieu" »

Cette affirmation ne s'explique qu'avec le berbère, dans lequel le verbe izra signifie « a vu, connaît ».

En outre, comme l'a souligné Mouloud Mammeri (1986), quelques images qu'il a citées, "manifestement peu familières à la prose latine", trouvent par contre encore aujourd'hui d'étroites ressemblances dans les maximes de la littérature orale berbère. Les expressions relevées sont :

« Sicut enim animus facit decus in corpore, sic Deus in animo »
(Saint Augustin, Tractatus XXXII.3)

« En effet la beauté du corps est l'âme, la beauté de l'âme est Dieu »

« Pretium tritici, nummus tuus; pretium fundi, argentum tuum; pretium margaritae, aurum tuum; pretium caritatis, tu. »
(Saint Augustin, Sermo XXXIV.7)

« La valeur du blé est ton argent, la valeur du champ est ton argent, la valeur de la perle ton or, la valeur de la charité, (c'est) toi. »

qui trouvent des parallèles en expressions typiques des compositions traditionnelles berbères, comme :

« Ccbaḥa n tmeṭṭut d lewlad / ccbaḥa n tmekwḥelt d zznad / ccbaḥa n wexxam d lbab / ccbaḥa n ddunit d leḥbab
ou :
Ccbaḥa n tmeṭṭut d zzrir / ccbaḥa n tmeɣra d zzhir / ccbaḥa n tmekwḥelt d ddkir
 »

("Le nozze di Tanina" in Mouloud Mammeri, Poèmes kabyles anciens, Paris 1980, p.236 et 238)

« Le beau de la femme sont les fils / le beau du fusil est la détente / le beau de la maison est la porte / le beau de la vie sont les amis

Le beau de la femme sont ses perles / le beau de la fête est son animation / le beau du fusil est son acier »

Traditions littéraires écrites (à partir du Moyen Âge)[modifier | modifier le code]

Durant le Moyen Âge se développe une littérature berbère, surtout dans deux aires de l'Afrique du Nord : dans la partie centr-orientale, le monde des communautés ibadites (surtout en Algérie, Libye et Tunisie) ; et dans la partie occidentale, un peu dans tout le Maroc, où une tradition écrite se perpétuera sans interruption jusqu'à nos jours.

Littérature orientale (ibadite)[modifier | modifier le code]

Malheureusement, la littérature berbère de l'aire ibadite nous est parvenue presque entièrement en traduction, parce qu'à partir d'un certain moment s'est développé un mouvement tendant à traduire en arabe la grande quantité d'œuvres écrites à l'origine en berbère, presque exclusivement, semble-t-il, des œuvres à caractère religieux. En particulier, la 'aqida (catéchisme), encore aujourd'hui la base de l'enseignement religieux des ibadites, était à l'origine en berbère et a été traduite en arabe autour du IXe siècle de l'Hégire par Abu Hafs 'Amr b. Jami'a ou Jemia

Selon le Siyar de Chemmakhi, un seul auteur, Abu Sahl dit El Farsi (le persan, car rostémide du côté maternel) aurait composé en berbère douze livres de poésies (contenant des conseils, exhortations, mémoires et narrations historiques), que furent cependant détruits par des dissidents nekkarites. Pourtant, en regroupant les mémoires humaines, on aurait reconstitué un livre de 24 chapitres, par ailleurs aujourd'hui perdu.

Beaucoup de bibliothèques publiques et privées de l'Afrique du Nord sont toujours inexplorées, il n'est donc pas exclu de retrouver dans le futur quelque texte original réputé perdu. Pour l'instant, de toute cette littérature en berbère, subsistent seulement quelque vingtaine de phrases (pour la plupart des citations de poésies ou d'autres phrases mémorables), à l'intérieur d'œuvres pour le reste entièrement traduites en arabe. Des tels textes, pour la première fois déterminés par Tadeusz Lewicki (1934), ont ensuite été examinés par divers spécialistes, dont le dernier fut Ouahmi ould-Braham (1988).

Une œuvre qui semble ne pas être (entièrement) perdue et qui semble destinée à une prochaine publication est le commentaire à la Mudawana de Ibn Ghanem au Khorasani écrit en berbère par le cheikh Abu Zakaria de Yefren au IXe siècle de l'Hégire. Ce texte a été retrouvé par Motylinski qui s'apprêtait à le publier mais qui mourut prématurément et ne put pas porter à accomplissement ce travail. Il semble cependant que le manuscrit ne soit pas perdu et que sa publication soit en préparation. Jusqu'à présent il a été publié seulement un intéressant lexique (Bossoutrot 1900), composé par Messaoud b. Salah b. Abd el Aile, dans lequel sont rassemblés de nombreux termes des berbères (surtout du domaine religieux) qui apparaissent dans ce commentaire à la Mudawana et risquaient de ne plus être compris des berbères ibadites du XIXe siècle.

Littérature occidentale (marocaine)[modifier | modifier le code]

Première page d'un manuscrit en arabe de Muhammad Awzal (XVIIIe siècle, Maroc)

Récemment, on a commencé à connaître et à étudier la littérature écrite berbère du Maroc. Jusqu'à la fin des années 1980, on connaissait à peine quelques œuvres du plus célèbre auteur du XVIIIe siècle, Muhammad Awzal. En 1989, quelques spécialistes hollandais ont eu accès à la riche collection de manuscrits d'Arsène Roux conservées à Aix-en-Provence et ont amorcé des études systématiques non seulement sur les textes contenus là bas, mais même dans la bibliothèque universitaire de Leyde, dans la bibliothèque nationale de Paris et dans diverses bibliothèques, publiques et privées, du Maroc.

Depuis les travaux de Nico van den Boogert (en particulier 1997 et 1998), on a pris connaissance de la richesse et de l'antiquité de ce patrimoine littéraire.

Une liste des sujets de cette littérature, ébauché par van den de Boogert (1997), comprend :

  • Des textes en poésie :
    • Des manuels de fiqh (jurisprudence islamique : parmi les auteurs, outre les plus remarquables Muhammad Awzal (1670-1748/9) et Aznag (m. 1597), on retient Dawud b. Abdallah al-Tamsawati (XVIIIe siècle), al-Hasan b. Brahim al-Arusi (époque indéterminée), al-Madani b. Muhammad al-Tughmawi (XIXe siècle), Ali b. Ahmmad al-Darqawi (m. 1910);
    • Nnasiha "Conseils" (textes d'instruction et d'exhortation), peut-être le genre le plus prolifique : outre les nombreux textes anonymes (parfois même importants, de centaines de vers), on retient les œuvres de Ahmad b. Abdarrahman al-Timli (1815/61909), Hasan b. Ahmad al-Timli (1814/51890/1), Abdarrahman b. Ibrahim al-Tighargharti (m. 1862/3), Ali b. Muhammad al-Garsifi (débuts XXe siècle ?), Muhammad b. Muhammad al-Hana'i (m. 1878) ;
    • Panégyriques (tulgha ou lmedh) à la gloire de Mahomet ou de personnages pieux : al-Bushikriyya de Muhammad b. Abdallah al-Bushikri (m. 1865/6) ; une célèbre traduction de la Burda « Poème du manteau » de al-Busiri faite par Abdallah b. Yahya al-Hamidi (XVIIIe siècle) ; un poème sur la célébration du mawlid "Naissance" du Prophète par le susnommé al-Madani b. Muhammad al-Tughmawi (XIXe siècle) ; outre de nombreuses autres compositions, parmi lesquelles se détachent diverses œuvres en éloge du fondateur de la confraternité de la Tidjaniya ;
    • Traditions du prophète : Beaucoup de traditions (hadith) furent traduites en berbère, et on en fit même des anthologies, dont les deux principales sont anonymes ; entre les textes dont l'auteur est connu on peut mentionner une traduction des Quarante traditions de al-Nawawi, faite par le susdit al-Madani b. Muhammad al-Tughmawi ;
    • Des textes de genres variés : règles de confréries, traductions de textes de mysticisme, textes d'alchimie et de divination (une est attribuée à al-Matugi, XVIe siècle, mais il semble d'époque plus tardive), poèmes de divers type : un en style "macaronique" qui mêle arabe et berbère, de al-Taghatini (m. 1669/70), quelques "poèmes alphabétiques" dans lesquels chaque vers commence par une lettre de l'alphabet, etc ;
    • Des textes de tradition orale évidente mis ensuite par écrit : histoires et légendes de propos religieux ; poésies sur l'usage et l'abus du thé, poésies relatives à des évènements historiques.
  • Des textes en prose :
    • Lexiques, dictionnaires, généralement utilisés pour permettre la consultation de textes en Arabe par des Berbères dont peu pratiquaient la langue. On en connait de nombreux, dont le plus ancien, œuvre de Ibn Tunart datant de 1145 et qui doit remonter à une tradition ancre plus ancienne. Pendant que l'édition de cet important texte est encore en cours, N. van den Boogert (1998) a déjà publié un lexique de al-Hilali (complété en 1665/6) et un autre, anonyme, du XVIIIe siècle ;
    • Commentaires d'œuvres de droit, dont le plus volumineux (« probablement plus long je teste écrit berbère existant » selon van den Boogert : plus de 1000 pages) et le commentaire de al-Hasan b. Mubarak al-Tammuddizti (1844-1899) à l'œuvre de Awzl al-Hawd, qui contient aussi beaucoup d'annotations pour rendre plus compréhensible ce texte écrit dans un "style archaïque" ;
    • Des traités de médecine : on en connait au moins deux, un attribué à Muhammad b. Ali al-Ba'qili (XVIe siècle) et un à Husayn b. Ali al-Shawshawi (m. 1493) ;
    • Des traductions de textes en prose, dont la plus célèbre est la traduction de la Sirat al-Nabi (Vie du Prophète) faite par Aballah b. Ali al-Darqawi en 1942 ;
    • Des lettres et des documents divers, dont il est difficile d'estimer le nombre et d'apprécier l'importance.

Littérature traditionnelle (principalement orale)[modifier | modifier le code]

La littérature traditionnelle parvenue jusqu'à nous a été transmise presque exclusivement que par la voie orale, même s'il y a, surtout entre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle, des exemples de sa fixation dans l'écriture, même indépendamment de la pression de la culture coloniale européenne. Cette littérature comprend des productions de genres divers, soit en de vers qui. La grande diffusion de la poésie dans la littérature orale s'explique pas, entre autres, avec la valeur d'aide mnémonique fournie par les vers, unité modulaire avec un rythme déterminé et avec des divers types de rimes et assonances, qui permettent au celui qui les récite de mieux retenir des textes même d'une certaine longueur.

De manière analogue, même dans les récits a souvent été déterminée une division de vers en "séquences narratives" mémorisées (it)le quali ogni recitatore provvedeva poi a fornire un testo di volta in volta nuovo per la forma ma codificato per quanto riguarda il contenuto (sur ces aspects du récit berbère on peut voir M. Kossmann 2000:11 ss., Y. Allioui 2001-2, vol I, p. 16 ss. /56 ss. et P. Galand-Pernet 1998:62).

Bien que l'habitude à traiter des textes écrits, typique de la littérature "occidentale", risque de faire considérer de moindre valeur les littératures orales, il ne faut pas oublier que même dans un contexte de l'oralité comme les Berbères, il y a eu une conscience de l'importance du patrimoine littéraire et il a toujours existé des figures dédiées à la conservation et à la transmission de ce patrimoine. L'exemple le plus typique est celui des imusnawen de la Kabylie (sing. amusnaw, du verbe ssen "savoir": "celui qui detient la tamusni, la connaissance"). Chaque village, chaque tribu avait son amusnaw, et lui faisait retenir une grande quantité de poèmes anciens et modernes, il connaissait les lois coutumières, les généalogies des familles et l'histoire du pays, etc. Lorsque l'amusnaw se faisait vieux, il se chargeait de trouver un jeune homme possédant une bonne mémoire à qui transmettre, petit à petit, son propre savoir, pour ne pas interrompre la "chaîne" des imusnawen.

Dans d'autres régions également, il y a toujours existé des figures de références pour la conservation et la transmission du patrimoine littéraire. Outre les chanteurs et conteurs "professionnels" qui existaient un peu partout (on se rappelle notamment les figures des rrwayes dans le sud du Maroc, des imedyazen dans le centre du Maroc, des idebbalen et des imeddahen en Kabylie), il est intéressant, dans le tuareg, la figure de l'énalbad, une sorte de « secrétaire » des poètes les plus importants, que l'on chargeait d'apprendre et de transmettre de la manière la plus correcte les poésies composées par ces derniers.

Littérature récente[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Mougin (dir.) et Karen Haddad-Wotling (dir.), « Littérature berbère », dans Dictionnaire mondial des littératures, Paris, Larousse, , 1017 p. (lire en ligne), p. 135-139
  • Malika Halbaoui, Contes des sages berbères, Paris, Seuil, 2016 (ISBN 978-2-02-121909-8)
  • Henri Basset, Essai sur la littérature des Berbères, Alger, J. Carbonnel, 1920 (rist. Paris, Ibis Press, 2001 Préface de Ahmed Boukous, (ISBN 2-910728-21-8)
  • Lamara Bougchiche, Langues et littératures berbères des origines à nos jours. Bibliographie internationale et systématique, Paris, Ibis Press, 1997 (ISBN 2-910728-02-1)
  • Abdellah Bounfour, Salem Chaker, Littérature berbère. Dossier préparé par A.B. et S.Ch., "Études littéraires africaines", no 21 (2006), Editions Karthala (93 p.) (ISBN 2-84586-795-6)
  • Paulette Galand-Pernet, Littératures berbères. Des voix des lettres, Paris, Presses Universitaires de France - PUF, 1998 (ISBN 2-13-049518-4)
  • Abdellah Bounfour, Introduction à la littérature berbère. 1- La poésie, Paris-Louvain, Peeters, 1999. (ISBN 90-429-0731-2)
  • François Dell, Mohamed Elmedlaoui, Poetic Meter and Musical Form in Tashlhiyt Berber Songs, Köln, Köppe, 2008. (ISBN 978-3-89645-398-3)
  • Hassan Jouad, "Mètres et rythmes da la poésie orale en berbère marocain. La composante rythmique", Cahiers de Poétique Comparée 12 (1986), p. 103-127.
  • Mohand Akli Salhi, "Éléments de métrique kabyle : étude sur la poésie de Si Mha Oumhand", Anadi (Tizi Ouzou) n° 2 (1997), p. 73-90.
  • Dominique Casajus, "La diction poétique touarègue. Quelques remarques", Études berbères et chamito-sémitiques. Mélanges offerts à Karl-G. Prasse, volume dirigé par S. Chaker, et A. Zaborski., Peeters (Ed.) (2000), p. 85-94.
  • Paulette Galand-Pernet, "A propos d'une langue littéraire berbère du Maroc : la koïné des Chleuhs", in Verhandlungen des 2. Internationalen Dialektologenkongresses Marburg/Lahn 5-10 Sept. 1965, Wiesbaden, Steiner, 1967, p. 260-267.
  • Paulette Galand-Pernet, Recueil de poèmes chleuhs. I- Chants de trouveurs, Paris, Klincksieck, 1972. (ISBN 2-252-01415-6)
  • Abdallah El Mountassir, Amarg. Chants et poésie amazighs (Sud-Ouest du Maroc), Paris, L'Harmattan, 2004. (ISBN 2-7475-6245-X)
  • Hans Stumme, Dichtkunst und Gedichte der Schluh, Leipzig, Hinrich, 1895.
  • Arsène Roux, Abdallah Bounfour, Poésie populaire berbère, Paris, CNRS, 1990. (ISBN 2-222-04390-5)
  • Si Amar ou Saïd Boulifa, Recueil de poésies kabyles. Texte zouaoua traduit, annoté et précédé d'une étude sur la femme kabyle et d'une notice sur le chant kabyle (airs de musique), Algeri, Tipographie Adolphe Jourdan, 1904, 555 pp. (2. edizione Algeri-Parigi, Awal, 1990)
  • Adolphe Hanoteau, Poésies Populaires de la Kabylie du Jurjura, Paris, Imp. Imperiale, 1867. testo pdf sito gallica.bnf.fr
  • Mouloud Mammeri, Les Isefra de Si Mohand ou M'hand, texte berbère et traduction, Paris, La Découverte, 1987 (ISBN 978-2-7071-1315-3).
  • Mouloud Mammeri, Poèmes kabyles anciens, textes berbères et français, Paris, Maspéro, 1980 (ISBN 978-2-7071-1150-0); Paris, La Découverte, 2001
  • Mouloud Mammeri, Yenna-yas Ccix Muhand - Le Cheikh Mohand a dit, Alger, Laphomic, 1989.
  • Youssef Nacib, Anthologie de la Poésie kabyle, Alger, Ed. Andalouses, 1993.
  • Malek Ouary, Poèmes et chants de Kabylie, Paris, Bouchene, 2002. (ISBN 2-912946-37-9)
  • Mouloud Mammeri, L'ahellil du Gourara, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, 1984.
  • Youcef Allioui, Contes kabyles - Timucuha, Paris (L'Harmattan) 2001-2 3 voll. (ISBN 2-7475-1551-6); (ISBN 2-7475-0483-2); (ISBN 2-7475-3720-X)
  • Fernand Bentolila (sotto la direzione di), Devinettes berbères, Paris (CILF), 1986, 3 voll.
  • Mohand Akli Salhi, "La nouvelle poésie kabyle", in: K.Naït-Zerrad, R.Vossen, D.Ibriszimow (eds.) Nouvelles études berbères, Köln, Köppe, 2004, p. 147–157 (ISBN 3-89645-387-4)
  • Mohand Akli Salhi, "Regard sur les conditions d'existence du roman kabyle", Studi Magrebini n.s. 4 (2006), p. 121–127

Liens externes[modifier | modifier le code]