Académie berbère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Académie Berbère (fr)
Agraw imaziɣen (kab)
Nom original Académie Berbère
Fondation
Discipline Langue berbère
Objectifs éclosion et à l’éveil des consciences pour la reconnaissance de l’identité et de la culture amazighes, notamment en Kabylie.
Pays France
Ville Paris
Langue kabyle. tamazight
Devise « ma ulac tamaziɣt, ulac, ulac »

rendu en tifinagh: « ⵎⴰ ⵓⵍⴰⴽ ⵝⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ, ⵓⵍⴰⴽ ⵓⵍⴰⴽ »

ou en français : « quand il n'y a pas d'amazigh, il n'y a rien, vraiment rien »

Fondateur Abdelkader Rahmani,
Mohand Said Hanouz,
Naroun Amar,
Khelifati Med Amokrane,
Taous Amrouche,
Mohand Arab Bessaoud
Jacques Bénet
Président Mohand Said Hanouz
Secrétaire général Hamici Hamid
Président d'honneur Youssef Achour
Membres inconnu
Affiliation Académie Kabylie de Montréal

L’Académie berbère (en kabyle : Agraw imaziɣen) était une association culturelle basée à Paris et vouée aux cultures berbères; elle est dissoute depuis.

Amokrane, Taous Amrouche, Mohand Arab Bessaoud qui sera parrainé par Jacques Bénet.

À partir des années 1968/70, le bureau de cette académie comprenait :

  • un président : Mohand Said Hanouz, professeur de pharmacologie et écrivain ;
  • un vice-président : Youssef Achour, ancien sous-préfet et sénateur ;
  • un secrétaire général : Hamici Hamid, animateur de la chaîne de radio kabyle ;
  • une trésorière : Mme Mina Charlette.

Mohand Arab Bessaoud assurait les fonctions de secrétaire de l’association[1]. Le travail de l'Académie berbère a contribué à l’éclosion et à l’éveil des consciences pour la reconnaissance de l’identité et de la culture amazighes, notamment en Algérie. L'association sera finalement dissoute en 1978, à la suite de pressions du gouvernement algérien sur la France[2].

Travaux[modifier | modifier le code]

Le drapeau berbère, créé par l'Académie berbère

L’Académie berbère proposa un alphabet standard sur la base des tifinagh diffusés en Algérie, dans le but de faire revivre une écriture vieille de plusieurs millénaires, et de transcrire l'ensemble des dialectes berbères.

Périodiquement, et souvent en tifinagh, elle publiait la revue Imazighen.

L'Académie berbère est également à l'origine de la création du drapeau berbère.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mohand Arab Bessaoud, De petites gens pour une grande cause, ou l'Histoire de l'Académie berbère (1966-1978), Alger, Imprimerie de l'Artisan, (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]