Gaïa (roi)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gaïa (Numidie))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaïa (homonymie).

Gaïa
Titre
Roi massyle
Prédécesseur Zelalsan
Successeur Oezalcès
Biographie
Dynastie Massyles
Date de décès
Père Zelalsan
Enfants Massinissa, Massiva

Gaïa, ou Gala est un roi massyle qui règne jusqu'à sa mort en 207, pendant la deuxième guerre punique. Il est le père du futur roi numide Massinissa et le frère d'Oezalcès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le père de Massinissa et transmet à son fils, alors âgé de dix-sept ans, le commandement d'une armée qui vainc deux fois l'armée de son rival massæsyle, Syphax[1]. Il prend aux Carthaginois un territoire qui fait l'objet d'un différend diplomatique entre Massinissa et les Carthaginois. Après avoir été pris par Gaïa, le territoire est repris par Syphax, qui le cède à son beau-père, Hasdrubal ; mais après cela, Massinissa le reprend aux Carthaginois[2].

Gaïa meurt lorsque Massinissa se bat dans la péninsule ibérique et le trône, selon la coutume des Numides, passe à son frère , un homme d'un âge avancé ; avec sa mort, peu de temps après, le trône passe à son fils aîné, Capussa. Le trône est contesté par un certain Mazétule, qui est de sang royal et appartient à une famille qui a toujours été hostile à la famille dirigeante. Capussa est vaincu et tué avec ses partisans, et Mazétule installe sur le trône le jeune Lacumazès, le fils cadet de Oezalcès, et se place lui-même comme son régent. Mazétule, cherchant une alliance avec Carthage, épouse une nièce de Hannibal, veuve d'Oezalcès, envoie des messagers à Syphax et se prépare au combat contre Massinissa[3].

Référencement[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tite-Live 1864, p. XXIV, 49.
  2. Tite-Live 1864, p. XL, 17.
  3. Tite-Live 1864, p. XXIX, 29.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Camps, « Gaia », Encyclopédie berbère, no 19,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2018)