Libyque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Libyque
Langues filles Langues berbères
Région Libye antique, Afrique du Nord
Statut officiel
Langue officielle langues dérivées : tamazight ou amazighe
Maroc (2011)
Algérie (2016)
Libye (2020)[1].
Codes de langue
ISO 639-3 nxm
IETF nxm

Le libyque est un ensemble de langues autrefois parlées par les populations libyques de Libye antique et desquelles descendent les langues berbères modernes.

Les mots Libyques liés à l'élevage et à l'agriculture, suggèrent un développement de ce langage dès le Néolithique.

Langue[modifier | modifier le code]

Le libyque est aussi appelé paléo-berbère. Existent de même les appellations berbère ancien[réf. nécessaire] et libyque ancien[2].

Cette langue est attestée au moins jusqu'à la fin de la période romaine, avec par exemple les inscriptions, datant de 201, sur les parois du fort de Bu Njem, au sud-est de la Medjadja, ou les signes gravés sur un vase à Tiddis au IVe siècle[réf. nécessaire].
Cette persistance s'explique sans doute par le fait que les Romains ont eu du mal à comprendre et à parler le libyque. Pline l'Ancien évoque des « noms imprononçables par d'autres bouches que celles des indigènes »[3].
Pour cette période tardive, on parle de néo-libyque afin de marquer l'évolution de la langue, notamment sous l'influence punique[réf. nécessaire].

Parentés[modifier | modifier le code]

Le libyque fait partie de l'ancien groupe linguistique des langues chamito-sémitiques.

Le professeur Chaker, dans une publication de 2006, le rattache à la culture du Natoufien à l'origine des langues chamito-sémitiques (afro-asiatiques)[réf. nécessaire].

Certains l'ont rapproché de la langue basque[4].

Influences[modifier | modifier le code]

Certains mots libyques seraient passés dans le grec ancien, par exemple le nom de l'habillement des statues d'Athéna ; Hérodote (Melpomène, livre 4, 189) dit[5] :

« Les Grecs ont emprunté des Libyennes l'habillement et l'égide des statues d'Athéna, excepté que l'habit des Libyennes est de peau, et que les franges de leurs égides ne sont pas des serpents, mais des bandes minces de cuir : le reste de l'habillement est le même. Le nom de ce vêtement prouve que l'habit des statues d'Athéna vient de Libye. Les femmes de ce pays portent en effet, par-dessus leurs habits, des peaux de chèvres sans poil, garnies de franges et teintes en rouge. Les Grecs ont pris leurs égides de ces vêtements de peaux de chèvres. »

Écriture[modifier | modifier le code]

Inscription bilingue (punique à gauche et libyque à droite) de Thugga

Le libyque utilisait un alphabet consonantique, ancêtre du tifinagh actuel que les Touaregs ont conservé[6] et dont une variante est officiellement utilisée en Algérie et au Maroc.

Les inscriptions libyques qui nous sont parvenues sont principalement funéraires et privées mais il existe quelques inscriptions publiques bilingues punico-libyques (comme à Thugga) et libyco-latines[réf. nécessaire].

On ne connaît aucune trace de littérature ; le libyque était essentiellement basé sur les traditions orales[réf. nécessaire].

Malgré les quelques traces bilingues et les filiations potentielles avec les langues actuelles, les spécialistes n'ont déchiffré cette langue que partiellement, à savoir la forme orientale, probablement influencée par le punique. La forme occidentale, qui comporte treize lettres supplémentaires, serait plus primitive[réf. nécessaire].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Lionel Galand, Le berbère et l'onomastique libyque, in L'onomastique latine, Paris, 1977, p. 299-304.
  • 2006 : René Rebuffat, Aires sémantiques des principaux mots libyques, in MEFRA 118/1, 2006, p. 267-295.
  • 2015 : Dominique Casajus, L'alphabet touareg, Paris, CNRS Éditions, 2015, 223 pages (il contient plusieurs chapitres sur le libyque), (ISBN 2-7177-2023-5).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Linguistique

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://amazigh24.com/la-langue-amazighe-officialisee-en-libye#:~:text=Le%20Parlement%20Libyen%20(Chambre%20des,langue%20m%C3%A8re%20amazighe%20(tamazight).
  2. H. Iglesias, La parenté de la langue berbère et du basque : nouvelle approche, (lire en ligne), page 1, note 2
  3. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, V, 1.
  4. H. Iglesias, La parenté de la langue berbère et du basque : nouvelle approche, (lire en ligne)
  5. « Hérodote : livre IV : Melpomène (bilingue) », sur remacle.org (consulté le 25 mars 2021).
  6. http://www.mondeberbere.com/, L'évolution de Tifinagh.