Zouara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zouara
Multiple photos of the Coastal city of Zuwarah.jpg
Géographie
Pays
Ville
Capitale de
Altitude
0 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Démographie
Population
80 310 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut
Ville portuaire (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation sur la carte de Libye
voir sur la carte de Libye
Red pog.svg
Un jardin public de Zouara

Zouara (en berbère : Tamurt n Wat Willul ⵜⴰⵎⵓⵔⵜ ⵏ ⵡⴰⵜ ⵡⵉⵍⵍⵓⵍ) est une ville portuaire de Libye, à 60 kilomètres de la frontière tunisienne, qui compte 45 000 habitants, chef-lieu de la chabiyat de An Nouqat al Khams. Sa population parle le berbère de Zouara.

Histoire[modifier | modifier le code]

Citée par l'Itinéraire d'Antonin sous le nom de Casae Aniciorum, du temps des Romains.

L'endroit a été mentionné pour la première fois par Léon l'Africain (XVe ou XVIe siècle).

La ville était un poste-frontière italien du temps de la colonisation italienne (1911-1943).

Zouara s'est soulevée pendant la révolte libyenne de 2011.

Pendant la deuxième guerre civile libyenne, la ville est gérée par une milice amazighe et les autorités locales mènent une politique d'autogestion. Elle prend le parti du gouvernement de Tripoli contre le gouvernement de Tobrouk et le général Haftar, par hostilité à son nationalisme arabe. Elle se rallie ensuite au Gouvernement d'union nationale. La ville est également un lieu de passage des migrants et des djihadistes étrangers contre lesquels les autorités locales tentent de lutter[1],[2]

Économie[modifier | modifier le code]

Zouara est une ville portuaire qui exporte des dattes, des céréales, cultivées dans la région et vit de la pêche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mathieu Galtier, A Zouara, les Libyens édictent leurs propres lois, Libération, 7 avril 2016.
  2. Frédéric Bobin, A Zouara, la révolution silencieuse des Berbères libyens, Le Monde, 19 octobre 2016.