Indo-Européens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Indo-Européens[note 1] est le nom donné aux locuteurs de l'indo-européen, dont est partiellement issu un ensemble de peuples d'Eurasie anciens ou modernes[1]. Parmi les peuples anciens appartenant au groupe indo-européen, on peut citer les Celtes, les Germains, les Hittites, les Italiques, les Tokhariens et les Thraces[2]. Les peuples modernes qui appartiennent au groupe linguistique indo-européen sont les peuples d'Europe de l'Ouest, les peuples baltes, les Indiens (Dravidiens exclus), les peuples iraniens, les Grecs modernes, les différents peuples slaves modernes, les Albanais — ceux-ci proviennent historiquement, entre autres, des Illyriens —, les Arméniens[3].

L'hypothèse des Indo-Européens a été élaborée au XIXe siècle à partir des travaux de grammaire comparée ayant débouché sur le constat d'une parenté entre de nombreuses langues dites indo-européennes, qui remontent à une langue, l’indo-européen commun, partiellement reconstituée[4]. Même si pendant longtemps aucune culture archéologique n'a pu leur être attribuée avec certitude de manière directe, on peut, sur la base des découvertes génétiques et archéologiques modernes, avancer que la zone géographique de la culture Yamna serait le berceau de cette population indo-européenne « originelle ». En 2015, deux études de paléogénétique confirment qu'une migration très importante s'est produite depuis la steppe pontique (culture Yamna) vers le centre de l'Europe, puis les autres parties de l'Europe à partir de [5],[6],[7]. En 2019, une étude réalisé à l'université de Harvard montre que les descendants de la population Yamna se sont déplacés jusqu'en Asie centrale, puis dans la zone Iran/Inde : elle prouve qu'il y a aujourd'hui une forte correspondance entre l'héritage génétique de la culture Yamna et la pratique d'une langue indo-européenne [8].

Description de l'hypothèse d'une population indo-européenne[modifier | modifier le code]

Carte représentant la localisation de la culture de la céramique cordée profondément marquée génétiquement par l'arrivée de la culture Yamna.

La population qui parlait le proto-indo-européen n'a pas laissé de traces archéologiques ou de documents historiques qu'on pourrait lui attribuer de manière directe : l'existence des Indo-Européens comme peuple est donc une hypothèse au second degré[9]. Pendant longtemps, le principal indice pour affirmer l'existence des Proto-Indo-Européens était les ressemblances entre les différentes langues appartenant au groupe indo-européen (anatolien, tokharien, langues italo-celtiques, langues indo-iraniennes)[10]. La découverte de ressemblances entre les mots et les similitudes de la grammaire (conjugaison, déclinaison, nombre de cas grammaticaux) ne permettent pas néanmoins de déduire la localisation du ou des points de départ d'un groupe de locuteurs du proto-indo-européen[11].

Les recherches archéologiques menées depuis les années 1960 et les résultats de tests génétiques ont cependant contribué à fournir la base archéologiques et paléo-génétique servant à établir l'existence d'une population proto-indo-européenne avec sa culture matérielle propre, sa langue, son système social et symbolique, puis son expansion dans l'espace eurasiatique[12] [13]. À partir d'indices nombreux et concordants portant sur des éléments culturels (langue), matériels (culture matérielle) et paléogénétiques, on peut avancer de manière très vraisemblable que la culture Yamna serait la région d'origine de la population proto-indo-européenne[14],[15].

La linguistique aux origines de la découverte des Indo-Européens[modifier | modifier le code]

Dès la fin du XVIe siècle, des savants constatent certaines ressemblances dans les langues européennes avec le persan ou le sanskrit[16]. Dans les années 1640, deux professeurs de l'université de Leyde, Marcus Zuerius van Boxhorn[17] et Claude Saumaise[18], développent chacun la thèse selon laquelle toutes ces langues descendraient d'un ancêtre commun, qu'ils baptisent le « scythique »[19]. Toutefois, c'est au début du XIXe siècle que l'étude de la question connaît un tournant méthodologique. En particulier, le Danois Rasmus Rask[20] et l'Allemand Franz Bopp[21] mènent chacun des études plus approfondies et plus systématiques qui portent notamment sur les parentés structurelles et morphologiques entre les différentes langues[22].

Franz Bopp, l'un des pères des études indo-européennes.

La phase « classique » du comparatisme indo-européen va donc de la Grammaire comparée[23] (1833-1849) de Franz Bopp au Compendium[24] d'August Schleicher (1861), jusqu'aux années 1880, où commence la publication du Grundriss der vergleichenden Grammatik der indogermanischen Sprachen[25] de Karl Brugmann [26].

Ces premières recherches linguistiques se sont accompagnées de travaux de nature anthropologiques qui visaient à reconstruire une identité ethnique, culturelle et religieuse de cette population[27]. En effet, outre les langues indo-européennes, de nombreux autres indices religieux, culturels, traditionnels, anthropologiques, et même certains savoir-faire techniques, suggèrent l'existence d'un ancien peuple « indo-européen » qui se serait répandu avec sa langue, ses connaissances propres, son identité ethnoculturelle avant de se différencier géographiquement et de subir des influences diverses dans ses différentes régions d’expansion[28],[29].

Une langue spécifique[modifier | modifier le code]

Les preuves linguistiques justifiant l'hypothèse d'un groupe de locuteurs indo-européens sont essentiellement au nombre de trois :

  • Le vocabulaire commun et les racines communes sont nombreux et concernent notamment les nombres, les parties du corps, les membres de la familles et les pronoms[30].
  • La phonologie qui se caractérise par des phonèmes comparables et par des évolutions phonologiques dont on peut rendre compte par des lois phonétiques identiques. Les alternances vocaliques au niveau des verbes et des noms communs sont comparables[31].
  • L'indo-européen tel qu'on peut le reconstruire est une langue flexionnelle (avec des déclinaisons) et avec un système verbal. Cela la distingue des langues agglutinantes (langues asiatiques par exemple) et la singularise au sein de l'ensemble des langues présentes en Eurasie[32].

Ces points communs apparaissent néanmoins uniquement au travers d'une comparaison de langues attestées et pour lesquelles le nombre de textes existants et l'ancienneté de ces textes varie beaucoup[33]. Les langues germanique, indo-aryenne (dont le sanskrit), italo-celtique (dont le latin), le grec ancien sont parmi les mieux documentées[34].

Les raisons qui amènent à penser que le proto-indo-européen constitue une langue spécifique et non pas le résultat d'une hybridation de plusieurs langues sont décrites par Laurent Sagart : « Il est maintenant bien établi que les langues contiennent des matériaux divers, dont la résistance à l’emprunt (c’est-à-dire au transfert entre langues en contact) varie de façon spectaculaire. Pour schématiser, le vocabulaire dit “culturel” (noms d’artefacts, de métaux, termes techniques, religieux ou philosophiques, légaux, économiques, poids et mesures etc.) s’emprunte extrêmement souvent : toute situation de contact entre langues inclut au minimum ce genre d’emprunts. Les changements dans l’ordre des mots (par exemple entre le verbe et son sujet) induits par contact ne sont pas rares ; au nombre des éléments rarement empruntés, on compte le vocabulaire dit “de base” — il s’agit de notions communes à toutes les langues, en particulier les pronoms personnels je-tu, les nombres 1-2-3, les noms de parties du corps telles que main-œil-tête, certains verbes tels que manger-mourir-aller. Quant à ce que les linguistes appellent la “morphologie flexionnelle” (pour l’indo-européen, les déclinaisons des noms et des adjectifs, ainsi que les conjugaisons des verbes) elle ne s’emprunte qu’extrêmement rarement : je n’en connais qu’une poignée de cas décrits dans la littérature[35]. »

Indices paléogénétiques[modifier | modifier le code]

Les recherches les plus récentes ont montré en outre la répartition d'éléments génétiques communs sur un vaste espace qui s'étend du nord de l'Inde, de l'Iran jusque dans la partie occidentale de l'Europe, ce qui confirme d'un point de vue scientifique l'existence d'une population commune dont l'ADN a été diffusée sur une aire qui correspond à l'aire de diffusion des langues indo-européennes[36].

Les chercheurs Pellard, Sagart et Jacques[37] exposent ainsi le consensus dont bénéficie les preuves ADN : « (...) Cette migration des steppes vers l’Europe, décrite par Anthony[38], fait consensus et a été largement confirmée par des recherches en paléogénétique [39]; Allentoft et al. 2015). L’hypothèse d’une migration de la steppe pontique vers l’Inde a également été corroborée par une autre équipe indépendante de spécialistes de l’ADN ancien [40]. »

Modalités de diffusion des Indo-Européens[modifier | modifier le code]

Premières formulations de l'hypothèse kourgane[modifier | modifier le code]

Bijoux et parure de dents et d'os de la culture Yamna. Musée de l'Hermitage à Saint-Petersbourg

La thèse aujourd'hui la plus communément admise[41] est l'hypothèse kourgane ou l'hypothèse de la steppe pontique, qui est la première à combiner données linguistiques, archéologiques et paléogénétiques. Cette hypothèse représente le consensus scientifique à ce jour[42], et la plupart des linguistes s'accordent à dire que les mots « roue », « char », « cheval », « mouton », « vache », « lait » et « laine » peuvent être attribués aux locuteurs de la culture Yamna qui ont émigré en Europe depuis la steppe caspienne[43],[44].

Au sujet de cette thèse, Thomas Olander[note 2] avance : « On peut dire que plusieurs faits plaident en faveur de l'hypothèse de la steppe, et que, pour le moment, pas tellement de choses parlent contre elle : un foyer d'origine dans la steppe pontique s'accorde bien avec la ramification de l'arbre généalogique indo-européen, avec les limitations chronologiques imposées par le vocabulaire indo-européen et avec l'essentiel des preuves moins directes. »[45].

Émise par l'archéologue américaine d'origine lituanienne Marija Gimbutas[46], elle consiste à identifier les Indo-Européens avec les porteurs de la culture des kourganes dans la steppe pontique Marija Gimbutas [47] . Selon elle, « l'expansion à partir de l'Europe centrale et en direction de l'Ouest, du Sud et du Sud-Est fut d'une énorme importance pour l'élaboration ethnique de l'Europe » [48].

Gimbutas a défini et introduit le terme « culture kourgane » en 1956 avec l'intention d'introduire un « terme plus large » qui combinerait la culture de Sredny Stog II, la culture Yamna et la culture de la céramique cordée, horizons (couvrant le IVe au IIIe millénaire dans une grande partie de l'Europe de l'Est et du Nord). [49] Le modèle d'une « culture kourgane » rassemble les différentes cultures de l'âge du cuivre et du début de l'âge du bronze (Ve au IIIe millénaire av. J.-C.) de la steppe pontique-caspienne pour justifier leur identification comme un culture archéologique ou un horizon culturel unique, basé sur des similitudes entre eux.

Les cultures que Gimbutas considérait comme faisant partie de la « culture kourgane » sont les cultures archéologiques suivantes :

David Anthony a repris les travaux de Gimbutas. Selon lui, cette culture du Néolithique située dans la steppe pontique, dans la partie sud de l'aire entre Volga et fleuves de l'Oural, se distingue par la domestication précoce du cheval[50], ce qui en ferait un acteur privilégié d'invasions[51].

Résultats de la paléogénétique à l'appui de l'hypothèse kourgane[modifier | modifier le code]

Carte montrant la présence de l'haplogroupe R1b (notamment l'haplogroupe R1b-M269) qui se trouve historiquement d'abord au sein de la culture Yamna dans la steppe pontique et qui est présent aujourd'hui entre 60 et 100 % dans les populations d'Europe de l'Ouest.

Les études de paléogénétiques qui ont définitivement confirmé l'hypothèse kourgane sont les suivantes [52] : celle menée par Haack et alii[53] et celle menée par Allentoft et alii[7]. L'étude de Haack et de Allentoft toutes deux publiées en 2015 prouvent que l'ADN des membres de la culture Yamna est largement présente dans l'ADN des Européens actuels (entre 30 et 60 %)[54]. Ces études contribuent à démontrer de manière convergente que l'aire de diffusion des langues indo-européennes et les traces génétiques de la population d'origine Yamna sont identiques. En d'autres termes, les locuteurs des langues indo-européennes sont identiques avec les populations héritières d'haplogroupes qui viennent des Yamna même si la distribution de ces haplogroupes peut varier en fonction des groupes considérés[55].

L'étude de Haak[56] considérée comme un tournant majeur dans l'étude de la préhistoire européenne[57] arrive à la conclusion que les populations venant de la steppe pontique sont rentrées en contact avec les populations du néolithique européen il y a ∼4 500 ans et ont partiellement remplacées celles-ci : ceci explique que les populations du Néolithique récent en Allemagne ont au moins 75 % de leur capital génétique qui vient des Yamna, documentant une migration massive au cœur de l'Europe depuis sa périphérie orientale. Cette ascendance des Yamna est à l'origine de la présence de l'haplogroupe R1a et R1b qui sont les plus courants dans les populations européennes aujourd'hui[56].

Selon Morten E. Allentoft et alii, auteur d'une des études majeures dans le domaine de la paléogénétique, l'âge du bronze de l'Eurasie (environ 3000-1000 avant J.-C.) était une période de changements culturels majeurs. Cependant, il y a débat selon eux sur la question de savoir si ces changements résultaient de la circulation des idées ou des migrations humaines, facilitant aussi potentiellement la diffusion des langues et de certains traits phénotypiques. L'équipe autour de Allentoft a étudié cette question en utilisant de nouvelles méthodes améliorées pour séquencer les génomes à faible couverture de plus de 101 corps retrouvés en Eurasie. Ils arrivent à la conclusion à partir de leur étude génétique que l'âge du bronze était une période hautement dynamique impliquant des migrations et des remplacements de population à grande échelle, responsables de façonner des parties importantes de la structure démographique actuelle en Europe et en Asie. Leurs résultats sont cohérents avec la propagation hypothétique des langues indo-européennes au cours de l'âge du bronze ancien. Ils considèrent aussi que la pigmentation de la peau claire chez les Européens était déjà présente à haute fréquence à l'âge du bronze, mais pas la tolérance au lactose, indiquant une apparition plus récente de la sélection positive sur la tolérance au lactose qu'on ne le pensait auparavant[7].

Plusieurs études sont venues développer et confirmer les premiers résultats. Narasimhan et alii[40] en 2019 a démontré que l'héritage génétique de la population de la culture yamna était distribuée sur l'ensemble de l'espace eurasiatique. L'étude de Narasimhan constitue la première étude systématique paléogénétique de l'ADN des populations préhistoriques européennes et asiatique. Elle intègre ainsi l'étude de populations à l'âge de bronze en Europe et en Inde. Elle a été publiée en 2015 et elle confirme l'hypothèse kourgane[40]. Une migration très importante s'est produite depuis le steppe pontique vers le centre de l'Europe pautour de , en particulier de la culture Yamna vers le centre de l'Europe, ce qui a donné la naissance de la culture de la céramique cordée.

D'autres études viennent préciser l'étendue de ces migrations. En 2018, David Reich et son équipe montrent qu'une migration massive survenue il y a environ 4 500 ans (vers ) depuis le continent vers la Grande-Bretagne introduit la culture campaniforme dans l'île. La propagation du complexe campaniforme est associée au remplacement d'environ 90 % du patrimoine génétique existant en quelques centaines d'années. Selon cette étude, cette migration se produit dans le prolongement de l'expansion vers l'ouest qui avait amené l'ascendance liée à la Culture Yamna en Europe centrale et du nord au cours des siècles précédents[58].

Reconstruction de l'expansion des Indo-Européens[modifier | modifier le code]

L'expansion de la culture Yamna telle qu'on peut la reconstruire aurait été impossible sans la domestication du cheval. Celle-ci est devenue réalité au sein de la culture de Botaï, une culture du Néolithique final, qui s'est épanouie dans le Nord-Kazakhstan au IVe millénaire av. J.‑C. Les membres de la culture Botaï ne sont pas les ancêtres des représentants de la culture de Yamna, mais par la domestication du cheval, ils ont permis indirectement l'expansion de la culture Yamna. La culture de Botaï est à ce jour la plus ancienne culture où la domestication du cheval soit attestée[59].

Un « tarpan reconstitué » (ou Konik), en 2004, qui ressemble aux premiers chevaux domestiqués par les membres de la culture Botaï.

La domestication du cheval a eu un effet très large sur les cultures de la steppe[60]. L'existence du mors est un signe d'apparition de l'équitation et la datation des mors avec des signes d'usure donne des indices sur la date de l'apparition de l'équitation[61]. La présence de chevaux domestiques dans les cultures de la steppe a été un indice important pour le développement l'hypothèse kourgane par Marija Gimbutas[62]. Selon Anthony, l'équitation pourrait être apparue dès [63] et les artefacts de chevaux apparaissent en plus grande quantité après [63] L'équitation a considérablement augmenté la mobilité des éleveurs, permettant de plus grands troupeaux, mais a également conduit à un accroissement des conflits en raison du besoin de pâturages supplémentaires[64].

Les trois vagues supposées d'expansion de la culture Yamna[modifier | modifier le code]

Les extensions et reflux successifs de ces tombeaux en Europe, des langues indo-européennes et de la domestication des chevaux laissent supposer que trois vagues de migrations successives ont eu lieu[65].

L'évolution de la culture de Yamna se traduit par la disparition des établissements à long terme entre le Don et l'Oural et les brèves périodes d'utilisation des kourganes qui commencent à apparaître profondément dans la steppe pontique entre les principales vallées fluviales[66]. La culture Yamna sous sa première forme s'est répandue rapidement à travers la steppe pontique entre ca. 3400 et 3200 avant notre ère[67]. Selon Anthony, « la propagation de l'horizon des Yamna était l'expression matérielle de la propagation de la culture proto-indo-européenne tardive à travers la steppe pontique [68]. » Anthony note en outre que « l'horizon des Yamna est l'expression archéologique visible d'un ajustement social à une forte mobilité — l'invention de l'infrastructure politique pour gérer des troupeaux plus importants à partir de maisons mobiles basé dans la steppe pontique [69]. » La culture Yamna (3300-2500 avant notre ère)[70] est originaire de la région du Don-Volga[71], où elle était précédée[72] par la culture de Khvalynsk de la Moyenne Volga (4700-3800 avant notre ère[73]) et sur le Don de la culture Repine (vers 3950-3300 avant notre ère[74]). La poterie tardive de ces deux cultures se distinguent à peine de la poterie Yamna ancienne[75]. La culture d'Afanasievo, à l'ouest des montagnes de l'Altaï, à l'extrême est de la steppe pontique, était, selon Anthony, une émanation de la culture Repin[76]. Des études de paléogénétique publiées depuis 2015 portant sur des tombes de la culture d'Afanasievo révèlent toutefois que les génomes de cette population sont remarquablement identiques à ceux de la culture Yamna, contemporaine à plusieurs milliers de kilomètres de là. Ceci oblige à considérer désormais que la culture d'Afanasievo est directement issue d'une migration d'un groupe de la culture de Yamna [77],[78].

La deuxième vague prendra place un millénaire plus tard (vers -3300). La culture Yamna a dû s'adapter à un changement climatique entre 3500 et 3000 avant notre ère. La steppe pontique est devenue plus sèche et plus fraîche, les troupeaux ont dû être déplacés fréquemment pour les nourrir suffisamment, ce qui a été rendu possible par l'utilisation de chariots et de l'équitation, conduisant à « une nouvelle forme de pastoralisme plus mobile »[79]. Selon Anthony, elle s'est accompagnée de nouvelles règles et institutions sociales pour réguler les migrations locales dans la steppe pontique, créant une nouvelle conscience sociale d'une culture particulière et qui l'amène à se percevoir comme distincte des autres cultures[70]. La moitié de l'Europe est alors touchée : Allemagne du Sud et de l'Est, Europe centrale, Sud de la Russie. Ces nouveaux arrivants diffusent forme primitive d'indo-européen, antérieure aux reconstitutions effectuées par les méthodes comparatistes, et d'où est issue la branche précoce de l'anatolien qui s'est déjà séparé du proto-indo-européen[80][81]. L'arrivée de ces nouvelles populations se caractérise par le développement d'une nouvelle culture matérielle, la culture de la céramique cordée. Cette installation de populations yamna est documentée également par les preuves paléogénétiques : l’ascendance Yamna représente d'après les résultats de Haak ainsi 73 % l'ADN des squelettes de la culture de la céramique cordée en Allemagne. La partie orientale (Volga-Oural-Caucase du Nord) de la culture yamna était plus mobile que la partie Ouest (Sud Bug-bas Don), plus orientée vers l'agriculture[82]. La partie orientale était davantage orientée vers l'intégration des hommes, et la partie ouest était plus inclusive pour les femmes amenant à l'intégration de ces dernières au sein des groupes Yamna ou à majorité Yamna[83]. La partie Est avait également un plus grand nombre d'hommes enterrés dans les kourganes, et ses divinités étaient centrées sur les hommes[84]. Selon Olsen, Olender et Kristiansen "(...) il est démontré que la migration du peuple Yamna de la steppe pontique vers l'Europe a conduit à la formation d'une culture hybride, créée dans l'interaction entre les pasteurs migrateurs et les groupes néolithiques indigènes [...] Dans la foulée de ce changement dans les composantes génétiques, nous observons des changements majeurs dans les coutumes funéraires et l'armement, et des preuves linguistiques d'un substrat de la terminologie agricole dans la langue indo-européenne des migrants qui sera plus tard connue sous le nom de proto-germanique[85]."

Poteries de la culture de la céramique cordée exposées au Museum für Vor- und Frühgeschichte (Berlin). env 2500 avant notre ère

Ce n'est qu'à partir de la troisième vague (vers -2800), de plus grande extension que la précédente, qu'ont dû commencer à se fixer les premières langues proprement indo-européennes, différenciées les unes des autres. D'un côté les langues italo-celtiques qui apparaissent vers l'ouest par le Danube alors que le grec apparaît plus au sud, et d'un autre côté les langues proto-baltes et proto-slaves (aire thraco-cimmérienne), longtemps séparées par les Carpates, et qui, à partir du Dniepr, se développent vers le nord-ouest, contrairement aux langues indo-iraniennes qui iront occuper l'aire sud-est[80].

Ces nomades pasteurs ont introduit leur culture matérielle auprès des populations locales à travers une nouvelle langue connue sous le nom de proto-indo-européen. Cependant, tous les mots dans les langues européennes ne sont pas d'origine proto-indo-européenne. Il existe des mots qui doivent avoir été incorporés dans les langues indo-européennes issus de cultures ou de substrats locaux. Ainsi, selon une étude publiée en 2017 dans l'American Journal of Archaeology par l'archéologue Rune Iversen et le linguiste Guus Kroonen de l'université de Copenhague, l'un de ces échanges aurait eu lieu dans le sud de la Scandinavie, vers 2800 av. J.-C. : « Les vestiges archéologiques nous apprennent qu'entre 2800 et 2600 avant J.-C., deux cultures très différentes coexistaient dans le sud de la Scandinavie : la culture néolithique locale connue sous le nom de culture des gobelets à entonnoir avec ses céramiques en forme d'entonnoir et ses pratiques funéraires collectives et la culture des tombes individuelles influencée par la culture Yamna. La culture à entonnoir a finalement été remplacée par la culture des tombes individuelles, mais la transition a pris des centaines d'années dans la partie orientale du sud de la Scandinavie, et les deux cultures ont dû s'influencer mutuellement pendant cette période. » Selon, Iversen et Kroonen, il peut être démontré que le dialecte indo-européen qui s'est finalement développé en proto-germanique a adopté la terminologie d'une langue non-indo-européenne, y compris des noms pour la flore et la faune locales et d'importantes plantes domestiquées[86]. Depuis au moins les années 1980, il est également établi que les langues balto-slaves présentent un certain substrat ouralien, même si de nombreux détails font encore l'objet de controverses[87],[88].

Représentation de la diffusion de la culture Yamna.

Hypothèses sur la culture matérielle et sur la société des Indo-Européens[modifier | modifier le code]

Culture matérielle et société[modifier | modifier le code]

On peut tenter de reconstruire la culture des Proto-Indo-Européens en s'appuyant notamment sur les fouilles effectuées dans les plaines pontiques, sur le vocabulaire reconstruit du proto-indo-européen et sur des connaissances plus générales relatives à la découverte de la roue et à la domestication du cheval[89].

Les principaux vestiges de cette civilisation, des tombeaux, dits kourganes (anglais : pit-graves), indiquent qu'il s'agit d'une société patriarcale et très hiérarchisée. En effet, ces kourganes sont des tombes collectives, ce qui laisse supposer une immolation des proches (femmes et serviteurs) en cas de décès du maître, pratique retrouvée aussi bien dans l'Inde des brahmanes que chez les Mérovingiens[90]. La construction éponyme de kourganes (tombes à monticules) n'est qu'un facteur parmi d'autres.

Tombe yamna, oblast de Volgograd.

Les Proto-Indo-Européens étaient des éleveurs-cultivateurs qui avaient intégré la découverte de l'élevage venant d'Anatolie. Selon Anthony, plusieurs éléments caractérisent la culture proto-indo-européenne : tout d'abord la présence du vocabulaire lié à la laine (wool en anglais, *Hwel- or *Hwol- en proto-indo-européen)[91]. L'usage de la laine apparaît entre -4000 et -3500 avant J.C. Ceci implique la maîtrise de technique de filage et de l'élevage d'ovins. À partir de leur vocabulaire, on peut aussi avancer que les Proto-Indo-Européens élevaient des bovins, des cochons, des ovins, qu'ils vivaient dans des maisons accueillant des familles étendues[92].

Le deuxième élément caractéristique de la culture proto-indo-européenne est la domestication du cheval, l'usage de la roue et de chars à bœuf. Le proto-indo-européen contient au moins cinq mots qui se réfèrent à la roue, ce qui témoigne de l'importance de cet objet dans la culture proto-indo-européenne[93]. On retrouve plus de 2 500 chariots dans la zone des plaines pontiques et de la mer Noire et la mer Caspienne entre -3500 et -3000 avant J.-C., région appartenant à l'espace de la culture kurgane[94]. La maîtrise du cheval qui se retrouve notamment chez les Hittites et l'usage de chariots à bœuf permettra la diffusion de la culture Yamna sur l'espace eurasien[89].

En s'appuyant sur les travaux comparatistes de Dumézil, on peut supposer que la société proto-indo-européenne se caractérisait par une idéologie trifonctionnelle structurée autour de trois fonctions ou groupes sociaux :

  • la « fonction sacrée » qui regroupe ceux qui prient, qui détiennent la connaissance (les prêtres) ;
  • la « fonction militaire » qui regroupe ceux qui combattent, qui dominent militairement (les guerriers, la noblesse) ;
  • la « fonction productive » qui regroupe ceux qui travaillent, qui produisent les richesses (agriculteurs, artisans, commerçants, etc.)[95].

Néanmoins, en raison du faible degré de différenciation sociale dans la société Yamna, Anthony avance que ces trois fonctions pouvaient aussi correspondre à trois stades dans la vie des membres de ce groupe. En outre, l'ambiguïté des personnages guerriers dans la mythologie des peuples indo-européens, protecteurs, mais aussi guerries incontrolables (Hercule, Indra, Thor) remet en cause l'idée d'une supériorité sociale des guerriers chez les Proto-Indo-Européens[96].

Les ADN yamna retrouvées chez les populations indo-européennes de l'âge de Bronze sont exclusivement masculine, ce qui prouve que les membres du groupe yamna ont supplanté les hommes des cultures locales dans le processus de reproduction (par exclusion de l'accès aux femmes du groupe ? Par soumission à un rang social subalterne ? par massacre de masses des mâles du groupe ?)[97]. Néanmoins, ces découvertes n'expliquent pas la diffusion du proto-indo-européen, ce qui oblige de passer à des modèles qui rendent compte de cette diffusion au sein des sociétés locales. Un modèle possible consiste à partir des phénomènes de domination verticale par lesquels les proto-indo-européen ont recruté de nouvelles élites qui ont adopté la langue proto-indo-européenne au travers par exemple de cérémonie d'intégration au sein du groupe dominant de langue proto-indo-européenne[98].

Reconstruction de la mythologie indo-européenne[modifier | modifier le code]

C'est essentiellement par l'étude des récits mythologiques et des institutions sociales des peuples indo-européens que les spécialistes, linguistes, comparatistes et philologues se sont penchés sur la vision du monde que cet héritage transmettait, notamment pour l'organisation sociale avec les travaux de Georges Dumézil, les institutions (Émile Benveniste). Néanmoins, les reconstructions du système mental et culturel des proto-indo-européens est beaucoup plus difficile comme l'indique Dumézil en raison des évolutions très significatives de certains systèmes mythologiques qui ont été profondément influencés par des cultures locales qui ont imprégné la culture proto-indo-européenne[99]. Les hypothèses relatives à la mythologie ou à la culture des Proto-Indo-Européens demeurent ainsi plus fragiles que pour d'autres domaines d'études des proto-indo-européen[100].

Paul Thieme, Bernfried Schlerath, Jaan Puhvel, Calvert Watkins, Marcello Durante, Enrico Campanile, et Wolfgang Meid ont contribué avec Rüdiger Schmitt[101]ont étudié le rôle du poète et de la poésie comme source de transmission des récits et des mythes. Selon Rüdiger Schmitt et Calvert Watkins[102], la fonction sociale de la poésie et du poète à l'époque proto-indo-européenne consistent en une activité verbale, artistiquement élaborée, mais dirigée vers un but concret plus ou moins immédiat. La fonction du poète indo-européen était d'être le gardien et le transmetteur de la tradition ancestrale et un protecteur de la mémoire collective. De la précision du mot découle un autre corollaire : la préservation du mot est centrale. Les poètes disent la même chose de la même manière quand le même message est répété et redit et ils doivent transmettre le souvenir de la communauté[103].

Dumézil, quant à lui, insiste sur les trois fonctions présentes au sein des récits et mythes des peuples indo-européens et à partir desquels il tente de reconstruire un système mythologique commun venant des proto-Indo-Européens[104] :

  • La première fonction, dite fonction sacerdotale, est liée au sacré.
Aussi nommée fonction souveraine, on la retrouve avec les druides celtes, la classe des brahmanes hindous, ou encore les flamines romains. Cette fonction correspond aux divinités liées à la magie d'une part, à la justice et au contrat d'autre part. Son symbole parmi les vivants est une tête d'homme, parmi les objets une coupe. Mal exercée, cette fonction tombe dans la folie[105].
  • La deuxième fonction, dite fonction guerrière, est liée à la défense du peuple.
On peut la considérer comme regroupant ce que l'on appellerait la noblesse d'épée, représentée, par exemple, par les guerriers et les soldats. On retrouve cette fonction dans plusieurs cultures indo-européennes. Par exemple dans la seconde classe dans l'hindouisme : les kshatriyas (aussi râjanya). C'est au sein de cette fonction que l'on retrouve aussi le principe du Chef, du roi, du râja. Cette fonction correspond aussi aux divinités liées à la force physique dans la culture romaine et grecque (Ares) d'une part, au commandement, à la victoire et à la sagesse d'autre part (Athéna). Son symbole parmi les vivants est une tête de cheval, parmi les objets, l'égide, une arme merveilleuse.
  • La troisième fonction, dite fonction productrice, est liée à la fécondité. Elle regroupe les agriculteurs, éleveurs, artisans, et les commerçants. Elle correspond à la troisième classe de l'hindouisme : les vaisya (aussi ârya), et aux divinités liées à la paix, à la beauté physique, aux récoltes, aux troupeaux, à la prospérité, à la richesse et au grand nombre, à l'amour et la sensualité. Son symbole parmi les vivants est une tête de taureau, parmi les objets un outil agricole.

Langue indo-européenne[modifier | modifier le code]

A partir d'une étude comparée des langues qui appartiennent au groupe des langues indo-européennes, les linguistes ont reconstruit la grammaire vraisemblable de l'indo-européen. L'étude de la langue indo-européenne n'est pas connue de manière directe. Elle est reconstruite à partir des langues indo-européennes sur la base des documents épigraphiques, littéraires ou religieux disponibles. Cette documentation est néanmoins très inégale car certaines langues indo-européennes sont très bien documentées et connues depuis longtemps (latin, grec ancien, sankrit) alors que d'autres langues indo-européennes sont connues de manière beaucoup plus tardive et fragmentaire (tokharien, langues anatoliennes)[106].

Méthode pour reconstruire la langue indo-européenne[modifier | modifier le code]

Pour reconstruire l'indo-européen, les linguistes reconstruisent les différentes branches qui se sont séparées au cours du temps. Les linguistes partent du principe que les langues indo-européennes ont connu une série de divisions. Le premier sous-groupe linguistique qui s'est séparé de l'indo-européen commun est l'anatolien à l'origine des langues anatoliennes[107].

Or, si des éléments grammaticaux se retrouvent au sein des langues anatoliennes et des autres langues indo-européennes, les linguistiques considèrent alors que les éléments communs entre les langues anatoliennes et les autres langues indo-européennes se trouvaient déjà au sein de l'indo-européen[108]. Dans ce qui suit, l'article présente ainsi l'indo-européen en exposant l'indo-européen tel qu'on peut le reconstruire à partir de langues écrites attestées. Ceci n'exclut pas néanmoins le fait que l'indo-européen tel que les linguistes le reconstruisent ait pu posséder des variations liées à la géographie, aux différences sociales ou à des usages spécifiques. Les datations proposées pour décrire l'apparition des différentes langues-indo-européennes[109] :

  • séparation entre le proto-indo-européen commun et l'anatolien en -4000 avant J.-C.[110] ;
  • séparation entre le proto-indo-européen commun et le tokharien entre -3700 et -3300 avant J.-C.[111] ;
  • séparation entre le proto-indo-européen commun et l'italo-celtique en -3000 avant J.-C. (période concomitante avec l'apparition de la culture de la céramique cordée)[112] ;
  • séparation entre le proto-indo-européen commun et du proto-arménien et du grec ancien en -2500 avant J.-C.[113] ;
  • apparition du proto-indo-iranien, du proto-balto-slave et du proto-germanique en -2000 avant J.-C.[114].

Caractéristiques du proto-indo-européen[modifier | modifier le code]

L'indo-européen tel que les linguistiques le reconstruisent se caractérise de manière fondamentale par le fait qu'il est une langue flexionnelle. Cela veut dire que l'indo-européen possède un système de verbe avec des conjugaisons et des noms communs avec des déclinaisons. En tant que langue flexionnelle, l'indo-européen se distingue ainsi de manière fondamentale des langues agglutinantes comme les langues asiatiques par exemple[106].

Les noms communs[modifier | modifier le code]

Les substantifs indo-européens sont déclinés suivant huit ou neuf cas. Il y a peut-être un cas directif, ou allatif[115]. Aux cas directs (nominatif, vocatif et accusatif), les désinences divergent entre les genres animés et le neutre alors qu'aux autres cas, dits obliques, elles servent à tous les genres[116].

Les langues européennes possèdent les traits communs au niveau grammatical et phonologique par les traits suivants. Au niveau du genre grammatical, le proto-indo-européen ne possédait pas de distinction de genre entre masculin, féminin et neutre. Les spécialistes estimaient qu'il s'agit d'une dérivation d'un système plus ancien fonctionnant sur une distinction entre l'animé et l'inanimé, ce dernier étant à l'origine du neutre. La découverte du hittite-nésique a confirmé cette hypothèse, l'ancien système y ayant été conservé. Il existe en effet dans les langues anatoliennes le genus commune (animés) et genus neutrum (inanimés).

Les racines indo-européennes étant principalement fondées sur des consonnes autour desquelles s'articule une (ou plusieurs) voyelle alternante. Les langues indo-européennes connaissent ainsi des alternances vocaliques très fréquentes. Le phénomène d'alternance vocalique est un des aspects distinctifs du proto-indo-européen. L'alternance vocalique, ou apophonie, est une variation d'une voyelle qui change, se modifie en *o, *e ou disparaît (Ø, aucune voyelle). Ils trouvent un écho dans les langues indo-européennes modernes, où ils en sont venus à refléter des catégories grammaticales.

Le système verbal[modifier | modifier le code]

Hypothèses alternatives à la théorie majoritaire[modifier | modifier le code]

Il a existé tout au long de l'histoire des études sur les proto-indo-européens une multitude d'hypothèses et de modèles visant à déterminer le foyer originel des Proto-Indo-Européens. Les deux thèses dominantes ont été historiquement l'hypothèse kurgane, aujourd'hui confirmée par les travaux de paléogénomique, et l'hypothèse anatolienne, aujourd'hui abandonnée[117]. Hormis l'hypothèse anatolienne défendue encore récemment par plusieurs chercheurs, les autres hypothèses jouent dans la recherche proto-historique un rôle relativement mineur de nos jours[118],[119].

L'hypothèse anatolienne[modifier | modifier le code]

Cette hypothèse, développée par Colin Renfrew, situe le foyer originel des Indo-Européens en Anatolie (actuelle Turquie), dans la zone où le blé pousse toujours à l'état sauvage. Colin Renfrew[120] soutient que la diffusion des langues indo-européennes faisait partie intégrante de la diffusion de l'agriculture à travers l'Europe dans une «vague d'avancée» démographique depuis l'Anatolie. Le modèle révisé de Renfrew suite à plusieurs critiques[121] plaide toujours en faveur d'un mouvement des populations agricoles d'Anatolie vers la mer Égée et les Balkans s'étendant à travers l'Europe centrale le long du drainage du Danube (le Linearbandkeramik) et aussi autour de la partie occidentale de la mer Noire où il apportait l'agriculture et les langues indo-européennes dans la steppe pontique. Le nord et les périphéries atlantiques de l'Europe ne sont pas tant considérées comme des zones de colonisation des migrants que comme des zones d'acculturation locale à la nouvelle économie. Les Indo-Européens auraient été à l'origine de la culture du blé. Depuis ce berceau, l'expansion indo-européenne se serait faite à partir d'environ 8000 av. J.-C., de manière pacifique, soutenue par l'explosion démographique que permet l'agriculture, qui aurait submergé les populations environnantes de chasseurs-cueilleurs mésolithiques, peut-être cinquante fois moins nombreux, à raison d'une trentaine de kilomètres par génération.

Les premiers à quitter le berceau auraient pris la direction du Caucase (Arméniens) et de l'Asie centrale (Tokhariens), puis une seconde vague aurait traversé la mer Égée pour se répandre en Europe (Grecs, Thraces Illyriens, Italiques, Celtes, Germains, Slaves), avant qu'une fraction installée dans la steppe pontique ne prenne le chemin de l'Iran et de l'Inde, donnant naissance aux peuples scythe, sarmate, perse, mède, et à tous les peuples de l'Inde du Nord parlant des langues cousines ou nièces du sanskrit.

Cette hypothèse de la migration d'un peuple paysan a trouvé peu d'échos chez les linguistes et les comparatistes car elle rend difficilement explicable la présence de nombreuses langues non-indo-européennes en Anatolie. De plus, le refus de tenir compte des indications du vocabulaire pose des problèmes insurmontables pour cette hypothèse. Ainsi, par exemple, le substantif désignant le cheval est présent dans les différentes langues indo-européennes alors que Renfrew fait venir les Indo-Européens d'une région où le cheval a été introduit beaucoup plus tard[121].

L’archéologue Colin Renfrew, pendant longtemps l’opposant principal de l’hypothèse steppique, a récemment accepté la réalité de migrations de populations parlant une ou des langues indo-européennes depuis la steppe pontique jusqu’au nord-ouest de l’Europe (Renfrew 2017)[122].

L'hypothèse balkanique[modifier | modifier le code]

En 1998, Renfrew s'est rallié à la proposition d'Igor Diakonov (en) qui suggérait en 1985 le Sud-Est de l'Europe comme berceau des Indo-Européens au Néolithique[123],[124]. La région balkano-danubienne a en effet l'avantage d'être le centre des différentes voies d'une immigration progressive des Indo-Européens. Kalevi Wiik (en) est aussi un des tenants de cette théorie[125]. Les premières manifestations du Gravettien[126], précurseur des microlithes du Magdalénien qui se généralisent au Mésolithique, proviennent de cette région avec le site de Kozarnika (Kozarnikien), qui semble également le berceau de l'haplogroupe I du chromosome Y[127].

Hypothèse de la culture des gobelets en entonnoir[modifier | modifier le code]

Cette hypothèse, défendue par Hermann Hirt a été reprise par Carl-Heinz Boettcher. Pour Boettcher, le mouvement des populations qui aboutit à la formation du peuple indo-européen commence dès la fin du Paléolithique, lorsque le réchauffement du climat permet aux chasseurs de rennes de suivre le gibier dans la partie Nord de l'Europe, débarrassée des glaces. Ils sont à l'origine de la culture proto-germanique de Hambourg (13500 ans à ), des groupes proto-celtiques à Federmesser (12000 ans à ) et de la culture proto-slave du Swidérien (11000 ans à ). Dans ces régions, ils font la connaissance des phénomènes boréaux qui marqueront leurs mythes[128]. Ces groupes de chasseurs pêcheurs sont à la base de la culture de Maglemose (environ 9000 à ), de la culture sauveterrienne (environ 9500 à ) et de la culture de Komornica (environ 8500 à ). La remontée du niveau des mers en Europe du Nord entraîne la submersion de certains territoires occupés par les Maglemosiens (Doggerland) et les repousse vers le Sud. Les héritiers de cette culture créent les cultures d'Ertebölle et d'Ellerbek[129]. Boettcher compare leurs activités à celles des vikings quelques siècles plus tard. Il décrit une société guerrière qui développe le compagnonnage, qui se livre au commerce et à la piraterie en remontant les cours d'eau des contrées occupées par des agriculteurs qu'ils rançonnent d'abord puis soumettent ensuite en devenant leurs chefs. Ils constituent avec eux une nouvelle culture, celle des gobelets en entonnoir (-4 200 à -2 600 ans) qui constitue selon lui l'habitat originel des Indo-Européens, ce qui expliquerait les mythes de « guerres de fondation » étudiés par Georges Dumézil (Enlèvement des Sabines à Rome, guerre entre les Ases et les Vanes de la mythologie nord-germanique...) qui montrent l'union d'un groupe de guerriers avec ses chefs à un groupe de « producteurs ». La première culture indo-européenne serait ainsi issue de la néolithisation de la culture d'Ertebölle et de la soumission de formes récentes de la culture de la céramique linéaire[130]. A l'opposé de ces théories, les études génétiques montrent que les populations de la culture des vases à entonnoir représentent un mélange de chasseurs-cueilleurs mésolithiques et d’agriculteurs néolithiques, les populations néolithiques danubiennes constituant le fond génétique commun à toutes les populations du centre-nord et du centre-est de l'Europe à cette époque[131].

Plus tard, la culture des sépultures à ocre (territoire de Dniepr-Donets) aurait été l'habitat originel des Indo-Iraniens, les Celtes, Italiques, Slaves, Germains et Baltes provenant de la culture de la céramique cordée, la culture de Baden étant quant à elle le berceau géographique des Grecs et des Hittites.

Hypothèse de la continuité paléolithique[modifier | modifier le code]

Entre les années 1950/1960 et les années 2000, les thèses relatives à des migrations de populations subissent un relatif discrédit. Beaucoup de chercheurs avançaient qu'on pouvait expliquer de manière plus économique les changements de mode de vie et de culture matériels par des évolutions internes aux sociétés proto-historiques plus que par un afflux de groupes externes. Résumée sous la formule « pots, not people » c'est-à-dire « des pots, pas des gens », ce paradigme consistait à s'intéresser aux raisons internes des changements matériels sans intégrer les changements de population. Dans le contexte de l'étude des phénomènes relatifs aux Indo-Européens, une telle approche consistait alors à défendre l'idée d'une continuité des populations sans afflux externe[132].

Ceci explique en partie l'apparition de la théorie de la continuité paléolithique, développée par le linguiste italien Mario Alinei qui présuppose ainsi une évolution continue des populations européennes depuis le paléolithique récent[133]. Les cultures se seraient engendrées au fil des temps sans apport extérieur impliquant une rupture dans l'évolution, qu'aucune recherche archéologique ne confirmerait. L'anthropologue allemand Lothar Kilian penchait aussi pour une origine européenne des Indo-Européens datant du Paléolithique, toutefois avec quelques distinctions[134]. Alinei est l'auteur de la théorie de la continuité paléolithique, controversée dans les milieux universitaires, qui suggère que la différenciation linguistique entre les langues d'Europe est non postérieure mais antérieure au Néolithique. Il va jusqu'à remettre implicitement en doute l'existence ou, en tout cas, l'importance, d'une famille de langues indo-européennes. Il déclare notamment : « Plus important est le fait que Renfrew a montré que des termes néolithiques communs à de nombreuses langues indo-européennes peuvent être considérés comme des mots d'emprunt. »

Une thèse proche est soutenue par le préhistorien Marcel Otte qui avance : « Les Indo-Européens sont arrivés en Europe avec Cro-Magnon » et pour lequel « aucune vague migratoire ne peut expliquer la gigantesque extension des Indo-Européens. » Ainsi, depuis les cultures de transition, consécutives à l'expansion d'une vague d'un nouveau type d'hommes, l'Aurignacien (et encore plus sûrement le Gravettien qui lui succède), « cette culture radicalement différente », élimine les cultures antérieures en quelques milliers d'années (35 000-30 000 ans) en étant homogène dans tous ses aspects[135].

Néanmoins, cette thèse ne connaît pas une diffusion très large au sein du monde universitaire et elle a été abandonnée face aux découvertes paléogénétiques qui démontrent l'arrivée d'une population externe et elle n'est généralement pas évoquée dans les travaux sur les hypothèses relatives aux Proto-Indo-Européens[136].

Hypothèse d'une hybridation de langues à l'origine du proto-indo-européen[modifier | modifier le code]

Le linguiste Nikolaï Troubetskoï[137] voyait dans la famille des langues indo-européennes un ensemble d'isoglosses typologiques ne présupposant pas forcément l'existence d'une langue-mère, ou les migrations d'un peuple porteur de cette langue et de sa culture. Nikolaï Troubetskoï dans les années 1930 ou le linguiste italien Vittore Pisani dans les années 1960 et 1970 ont remis en cause l'existence d'un indo-européen commun et d'une communauté linguistique[138]. Troubetskoï écrit ainsi en 1939 : « L'hypothèse d'un indo-européen primitif n'est pas totalement impossible. Mais elle n'est nullement nécessaire, et on peut très bien s'en passer »[137]. Il avance que les ressemblances entre les langues indo-européennes pourraient s'expliquer par le contact, sans toutefois présenter de données ni développer son argumentation. Cette hypothèse a été rejetée par Benveniste, selon lequel les critères typologiques de Troubetskoï pour définir la famille indo-européenne mèneraient à inclure dans cette famille des langues comme le takelma, une langue isolée d'Amérique du Nord[139].

Thomas Pellard, chercheur au CNRS, critique néanmoins cette hypothèse : « l’hypothèse de Troubetzkoy est grotesque, n’a jamais convaincu personne, et a été clairement réfutée (...) ; l’article de Troubetzkoy serait aujourd’hui rejeté par n’importe quelle revue scientifique sérieuse »[140].

L'archéologue Jean-Paul Demoule avance que l'existence d'un foyer unique des Indo-Européens repose sur des postulats non démontrés selon lui[141]. Il souligne dans un essai Mais où sont passés les Indo-Européens ?, ce qu'il estime être les faiblesses notamment au plan archéologique des deux principales thèses contemporaines, l'hypothèse anatolienne et l'hypothèse kourgane[142],[143]. Les thèses de Demoule ont été réfutées par les linguistes[144].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cet article parle de manière indifférente des Indo-Européens ou des Proto-Indo-Européens : ces deux termes désignent néanmoins la même population.
  2. Olander est un des membres du projet scientifique international danois qui a étudié la paléogénétique des restes des populations européennes de l'âge de Bronze. Il s'agit d'un projet mené à l'Université de Copenhagen, The Homeland: In the footprints of the early Indo-Europeans, URL: https://rootsofeurope.ku.dk/english/research/homeland .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mallory et Adams 2006, p. 2.
  2. Mallory et Adams 2006, p. 13.
  3. Mallory et Adams 2006, p. 1 et sq., 13 et sq.
  4. Olsen, Olander et Kristiansen 2019, p. 3 et sq.
  5. (en) Ann Gibbons, « Revolution in human evolution », Science, vol. 349, no 6246,‎ , p. 362-366
  6. W. Haak, I. Lazaridis, N. Patterson, N. Rohland, S. Mallick, B. Llamas, G. Brandt, S. Nordenfelt, E. Harney, K. Stewardson, Q. Fu, A. Mittnik, E. Bánffy, C. Economou, M. Francken, S. Friederich, R. G. Pena, F. Hallgren, V. Khartanovich, A. Khokhlov, M. Kunst, P. Kuznetsov, H. Meller, O. Mochalov, V. Moiseyev, N. Nicklisch, S. L. Pichler, R. Risch, M. A. Rojo Guerra et C. Roth, « Massive migration from the steppe was a source for Indo-European languages in Europe », Nature, vol. 522, no 7555, 2015, p. 207–211 (PMID 25731166, PMCID 5048219, DOI 10.1038/nature14317, Bibcode 2015Natur.522..207H, arXiv 1502.02783
  7. a b et c Allentoft, M., Sikora, M., Sjögren, K. et al. Population genomics of Bronze Age Eurasia. Nature 522, 167–172 (2015). https://doi.org/10.1038/nature14507
  8. Narasimhan VM, Patterson N, Moorjani P, et al., « The formation of human populations in South and Central Asia », Science, 2019 ; 365(6457):eaat7487. doi:10.1126/science.aat7487
  9. Mallory et Adams 2006, p. 12.
  10. (en) B.A. Olsen, T. Olander et K. Kristiansen, Tracing the indo-europeans: new evidence from archaeology and historical linguistics, Oxbow Books, , p. 7.
  11. Mallory et Adams 2006, p. 106.
  12. Mallory et Adams 2006, p. 14 sqq..
  13. Olsen, Olander et Kristiansen 2019, p. 2.
  14. (en) B.A. Olsen, T. Olander et K. Kristiansen, Tracing the indo-europeans: new evidence from archaeology and historical linguistics, Oxbow Books, , p. 3.
  15. (en) Kristian Kristiansen, Morten E. Allentoft, Karin M. Frei, Rune Iversen, Niels N. Johannsen, Guus Kroonen, Łukasz Pospieszny, T. Douglas Price, Simon Rasmussen, Karl-Göran Sjögren, Martin Sikora et Eske Willerslev, « Re-theorising mobility and the formation of culture and language among the Corded Ware Culture in Europe », Antiquity, vol. 91, no 356,‎ , p. 334‑347 (p. 335.
  16. Mallory et Adams 2006, p. 4.
  17. (nl) Marcus Zuerius van Boxhorn, Antwoord van Marcus Zuerius van Boxhorn, gegeven op de Vraaghen, hem voorgestelt over de Bediedinge van de afgodinne Nehalennia, onlancx uytghegeven, in welcke de ghemeine herkomste van der Griecken, Romeinen ende Duytschen Tale uyt den Scythen duydelijck bewesen, ende verscheiden Oudheden van dese Volckeren grondelijck ontdekt ende verklaert worden, Leyde, Willem Christiaens vander Boxe, 1647, 112 p.
  18. (la) Claude de Saumaise, De hellenestica commentarius contraversiam de lingua hellenestica decidens et plenissime pertractans origines et dialectos graecae linguae, Leyde, éd. Ioannis Maire, 1643.
  19. Bernard Sergent, Les Indo-européens. Histoire, langues, mythes, Paris, Payot, 1996, p. 22.
  20. (da) Rasmus Rask, Undersøgelse om det gamle Nordiske eller Islandske Sprogs Oprindelse, Copenhague, Gyldendal, 1818.
  21. (de) Franz Bopp, Über das Conjugationssystem der Sanskritsprache in Vergleichung mit jenem der griechischen, lateinischen, persischen und germanischen Sprache, Francfort-sur-le-Main, Andreäische Buchhandlung, 1816.
  22. Sergent, op. cit., p. 27-29.
  23. Franz Bopp, Grammaire comparée des langues sanscrite, zend, grecque, latine, lithuanienne, slave, gothique, et allemande, trad. par Michel Bréal, 1866 ; version allemande : Vergleichende Grammatik des Sanskrit, Zend, Griechischen, Lateinischen, Litauischen, Gotischen und Deutschen, 6 vol., Berlin, 1833–52 ; 3e éd. 1868–71, en 3 vol.
  24. (de) August Schleicher, Compendium der vergleichenden Grammatik der indogermanischen Sprachen, 2 vol., Weimar, H. Böhlau, 1861–2.
  25. (de) Karl Brugmann, Grundriß der vergleichenden Grammatik der indogermanischen Sprachen, 5 vol., Strasbourg, Trübner, 1886–1893.
  26. Mallory et Adams 2006, p. 7.
  27. Mallory et Adams 2006, p. 424.
  28. Lebedynsky 2009, chapitres IV, V, VI.
  29. (en) Kristian Kristiansen, Morten E. Allentoft, Karin M. Frei, Rune Iversen, Niels N. Johannsen, Guus Kroonen, Łukasz Pospieszny, T. Douglas Price, Simon Rasmussen, Karl-Göran Sjögren, Martin Sikora et Eske Willerslev, « Re-theorising mobility and the formation of culture and language among the Corded Ware Culture in Europe », Antiquity, vol. 91, no 356,‎ , p. 334‑347.
  30. Mallory et Adams 2006, p. 5.
  31. Mallory et Adams 2006, p. 54.
  32. Mallory et Adams 2006, p. 56 et sq.
  33. Mallory et Adams 2006, p. 12 sqq..
  34. Mallory et Adams 2006, p. 13 sq..
  35. Laurent Sagart, « Jean-Paul Demoule, l’indo-européen et la linguistique historique. À propos de l’ouvrage “Mais où sont passés les Indo-Européens ?” », in Sino-Tibetan-Austronesian, 17 mars 2018.
  36. Narasimhan VM, Patterson N, Moorjani P, et al. The formation of human populations in South and Central Asia. Science. 2019;365(6457):eaat7487. doi:10.1126/science.aat7487 p. 8
  37. Thomas Pellard, Laurent Sagart, Guillaume Jacques, « L'indo-européen n'est pas un mythe », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, Peeters Publishers, 2018, 113 (1), p. 79−102 ⟨10.2143/BSL.113.1.3285465⟩, p. 13 sq. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01871582/document
  38. Anthony 2008, p. 361-368.
  39. W. Haak, I. Lazaridis, N. Patterson, N. Rohland, S. Mallick, B. Llamas, G. Brandt, S. Nordenfelt, E. Harney, K. Stewardson, Q. Fu, A. Mittnik, E. Bánffy, C. Economou, M. Francken, S. Friederich, R. G. Pena, F. Hallgren, V. Khartanovich, A. Khokhlov, M. Kunst, P. Kuznetsov, H. Meller, O. Mochalov, V. Moiseyev, N. Nicklisch, S. L. Pichler, R. Risch, M. A. Rojo Guerra et C. Roth, « Massive migration from the steppe was a source for Indo-European languages in Europe », Nature, vol. 522, no 7555, 2015, p. 207–211 (PMID 25731166, PMCID 5048219, DOI 10.1038/nature14317, Bibcode 2015Natur.522..207H, arXiv 1502.02783)
  40. a b et c Narasimhan VM, Patterson N, Moorjani P, et al. The formation of human populations in South and Central Asia. Science. 2019;365(6457):eaat7487. doi:10.1126/science.aat7487
  41. (en) Ph. Strazny (éd.), Dictionary of Historical and Comparative Linguistics, Routledge, 2000, p. 163 : « The single most popular proposal is the Pontic steppes (see the Kurgan hypothesis)… »
  42. Olsen B.A., T. Olander, et K. Kristiansen (dir.), Tracing the Indo-Europeans: new evidence from archaeology and historical linguistics, Pb., Philadelphia, Oxbow Books, 2019, p. 7 sqq. ; Asya Pereltsvaig et Martin W. Lewis, The Indo-European controversy: facts and fallacies in historical linguistics, Cambridge, United Kingdom, Cambridge University Press, 2015, p. 182 ; Anthony & Ringe, Anthony, D.W. & D.A. Ringe. 2015. The Indo-European homeland from linguistic and archaeological perspectives. Annual Review of Linguistics 1. 199–219, 2015, p. 207
  43. (en) « Scandinavia's earliest farmers exchanged terminology with Indo-Europeans », sciencedaily.com, 29 septembre 2017.
  44. (en) Rune Iversen, Guus Kroonen. « Talking Neolithic: Linguistic and Archaeological Perspectives on How Indo-European Was Implemented in Southern Scandinavia », American Journal of Archaeology, 2017, 121 (4): 511.
  45. (en) Olsen B.A., T. Olander, et K. Kristiansen (dir.), Tracing the Indo-Europeans: new evidence from archaeology and historical linguistics, Pb., Philadelphia, Oxbow Books, 2019, p. 28
  46. (de) Harald Haarmann, Die Indoeuropäer : Herkunft, Sprachen, Kulturen, Munich, C. H. Beck, , 25 p.
  47. « Remarks on the ethnogenesis of the Indo-Europeans in Europe », dans Ethnogenese europäischer Völker, sous la direction de W. Bernhard et A. Kandler-Palsson, Stuttgart – New York, Gustav Fische, 1986, p. 9 et s.
  48. Marija Gimbutas, Die Ethnogenese der europäischen Indogermanen, Innsbruck, Institut für Sprachwissenschaft der Universität Innsbruck, 1992, p. 25
  49. Gimbutas (1970) p. 156 : « Le nom “culture kourgane” (la culture Barrow) a été introduit par l'auteur en 1956 comme un terme plus large pour remplacer et « tombes en fosse » (russe « Yamnaïa »), noms utilisés par les savants soviétiques pour la culture dans l'est de l'Ukraine et dans le sud de la Russie, et culture des haches de combat, culture des tombes à ocre, la culture des tombes individuelles et autres noms donnés aux complexes caractérisés par des éléments de kourgane apparition qui s'est formée dans diverses parties de l'Europe. »
  50. Anthony 2008, p. 59 et sq.
  51. Bernard Sergent, Les Indo-Européens, Payot, coll. « Bibliothèque scientifique », , « Chap. VIII ».
  52. Modèle:Efins Olsen B.A., T. Olander, et K. Kristiansen (dir.), 2019, p. 2. : "However, the definite confirmation of the steppe hypothesis came from a different quarter: two revolutionary genetic studies, published independently in Nature in 2015 (Allentoft et al. 2015 and Haak et al. 2015), showed that prehistoric Europe underwent two successive waves of migration, one from Anatolia consistent with the introduction of agriculture, and a later influx from the Pontic–Caspian steppes which without any reasonable doubt pinpoints the archaeological Yamnaya complex as the cradle of Core Indo-European languages (i.e. excluding the Anatolian branch)".
  53. W. Haak, I. Lazaridis, N. Patterson, N. Rohland, S. Mallick, B. Llamas, G. Brandt, S. Nordenfelt, E. Harney, K. Stewardson, Q. Fu, A. Mittnik, E. Bánffy, C. Economou, M. Francken, S. Friederich, R. G. Pena, F. Hallgren, V. Khartanovich, A. Khokhlov, M. Kunst, P. Kuznetsov, H. Meller, O. Mochalov, V. Moiseyev, N. Nicklisch, S. L. Pichler, R. Risch, M. A. Rojo Guerra et C. Roth, « Massive migration from the steppe was a source for Indo-European languages in Europe », Nature, vol. 522, no 7555, 2015, p. 207–211 (PMID 25731166, PMCID 5048219, DOI 10.1038/nature14317, Bibcode 2015Natur.522..207H, arXiv 1502.02783)
  54. B.A. Olsen, T. Olander et K. Kristiansen, Tracing the indo-europeans: new evidence from archaeology and historical linguistics, Oxbow Books, 2019, p. 26
  55. B.A. Olsen, T. Olander et K. Kristiansen, Tracing the indo-europeans: new evidence from archaeology and historical linguistics, Oxbow Books, 2019, p. 27.
  56. a et b (en) W. Haak et al., « Massive migration from the steppes is à source for Indo-European langages in Europe », Nature,‎ (lire en ligne [PDF])
  57. (en) Ann Gibbons, « Revolution in human evolution », Science, vol. 349,‎ , p. 362-366
  58. (en) Iñigo Olalde, Selina Brace et al., « The Beaker phenomenon and the genomic transformation of northwest Europe », Nature, vol. 555,‎ , p. 190–196 (lire en ligne) Accès payant
  59. (en) A. K. Outram, N. A. Stear, R. Bendrey et al., « The Earliest Horse Harnessing and Milking », Science, nos 323/5919,‎ , p. 1332-1335 (DOI 10.1126/science.1168594)
  60. Anthony 2008, p. 193-201.
  61. Anthony 2008, p. 201-213.
  62. Anthony 2008, p. 214.
  63. a et b Anthony 2008, p. 221.
  64. Anthony 2008, p. 222.
  65. Anthony, 2007, p. 125 sqq.
  66. Anthony 2008, p. 303-304.
  67. Anthony 2008, p. 321.
  68. Anthony 2008, p. 301-302.
  69. Anthony 2008, p. 303.
  70. a et b Anthony 2008, p. 300.
  71. Anthony 2008, p. 300, 317–320.
  72. Anthony 2008, p. 317-320.
  73. Anthony 2008, p. 182.
  74. Anthony 2008, p. 275.
  75. Anthony 2008, p. 274-277, 317–320.
  76. Anthony 2008, p. 307-311.
  77. (en) Allentoft et al, Population genomics of Bronze Age Eurasia, nature.com, 2015,
  78. (en) Clémence Hollard et al., New genetic evidence of affinities and discontinuities between bronze age Siberian populations, onlinelibrary.wiley.com, 14 juin 2018
  79. Anthony 2008, p. 300, 336.
  80. a et b Lebedynsky 2009.
  81. Anthony, 2007, chapitre 14, p. 340 sqq.
  82. Anthony 2008, p. 304.
  83. Anthony 2008, p. 305.
  84. Anthony 2008, p. 329.
  85. (en) Olsen B.A., T. Olander, et K. Kristiansen (dir.), 2019, p. 3. Voir aussi Kristiansen et al., 2018
  86. (en) Rune Iversen et Guus Kroonen, Talking Neolithic: Linguistic and Archaeological Perspectives on How Indo-European Was Implemented in Southern Scandinavia, American Journal of Archaeology, 2017, 121 (4): 511
  87. (en) Sarah Grey Thomason, Language Contact, Edinburgh University Press, 2001
  88. (en) Petri Kallio, « Languages in the Prehistoric Baltic Sea Region », Alfred Bammesberger & Theo Vennemann (eds.), Languages in Prehistoric Europe, pp. 227-244. Heidelberg., 2003
  89. a et b Anthony 2008, p. 63 et sq.
  90. Martinet 1986, p. 51 sq..
  91. Anthony 2008, p. 60 et sq.
  92. Anthony 2008, p. 91 et sq.
  93. Anthony 2008, p. 63.
  94. Anthony 2008, p. 73 et sq.
  95. Mythe et Épopée
  96. Anthony 2008, p. 92.
  97. Narasimhan VM, Patterson N, Moorjani P, et al. The formation of human populations in South and Central Asia. Science. 2019;365(6457):eaat7487. doi:10.1126/science.aat7487 W. Haak, I. Lazaridis, N. Patterson, N. Rohland, S. Mallick, B. Llamas, G. Brandt, S. Nordenfelt, E. Harney, K. Stewardson, Q. Fu, A. Mittnik, E. Bánffy, C. Economou, M. Francken, S. Friederich, R. G. Pena, F. Hallgren, V. Khartanovich, A. Khokhlov, M. Kunst, P. Kuznetsov, H. Meller, O. Mochalov, V. Moiseyev, N. Nicklisch, S. L. Pichler, R. Risch, M. A. Rojo Guerra et C. Roth, « Massive migration from the steppe was a source for Indo-European languages in Europe », Nature, vol. 522, no 7555, 2015, p. 207–211 (PMID 25731166, PMCID 5048219, DOI 10.1038/nature14317, Bibcode 2015Natur.522..207H, arXiv 1502.02783) Allentoft, M., Sikora, M., Sjögren, K. et al. Population genomics of Bronze Age Eurasia. Nature 522, 167–172 (2015). https://doi.org/10.1038/nature14507
  98. Anthony 2008, p. 118.
  99. Entretiens avec Didier Eribon, Gallimard, coll. Folio, 1987, p. 15 sqq. ;
  100. Mallory et Adams 2006, p. 423.
  101. Dichtung und Dichtersprache in indogermanischer Zeit,
  102. Calvert Watkins, How to kill a dragon: aspects of Indo-European poetics, New York, Oxford University Press, 1995, 613 p.
  103. (en) M. L. West, Indo-European poetry and myth, Oxford ; New York, Oxford University Press, 2007, 525 p., p. 5
  104. Georges Dumézil, Mythes et Dieux des Indo-Européens, p. 19 sqq.
  105. Georges Dumézil, Mythes et Dieux des Indo-Européens p. 25 sqq.
  106. a et b Mallory et Adams 2006, p. 6.
  107. (en) David Anthony, The Horse, the Wheel, and Language : How Bronze-Age Riders from the Eurasian Steppes Shaped the Modern World, Princeton, Princeton University Press, 2008, 721 p. (ISBN 978-0-691-05887-0 et 0-691-05887-3), p. 43
  108. Don Ringe, Tandy Warnow, et Ann Taylor, « Indo‐European and Computational Cladistics », Transactions of the Philological Society, mars 2002, vol. 100, nᵒ 1, p. 59‑129.
  109. Anthony, 2007, p. 57 sqq.
  110. Anthony, 2007, p. 57 sqq.
  111. Anthony, 2007, p. 57 sqq.
  112. Anthony, 2007, p. 57 sqq.
  113. Anthony, 2007, p. 57 sqq.
  114. Néanmoins, il est possible selon Anthony (p. 57) que le proto-germanique vienne du même groupe de langues que l'italo-celtique.
  115. (en) B. W. Fortson, Indo-European Language and Culture, éd. Blackwell Publishing, 2004, p. 102 sqq.
  116. Mallory et Adams 2006, p. 56.
  117. Olsen B.A., T. Olander, et K. Kristiansen, 2019, p. 12
  118. Mallory et Adams 2006, p. 442.
  119. Asya Pereltsvaig et Martin W. Lewis, 2015, p. 39.
  120. Colin Renfrew, 1987. Archaeology and Language. London: Jonathan Cape.
  121. a et b Colin RENFREW, 1999. Time depth, convergence theory, and innovation in Proto-Indo-European: ‘Old Europe’ as a PIElinguistic area. In: Journal of Indo-European Studies 27: 257–293.
  122. Thomas Pellard, Laurent Sagart, Guillaume Jacques, « L'indo-européen n'est pas un mythe », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, Peeters Publishers, 2018, 113 (1), p. 79-102. ⟨10.2143/BSL.113.1.3285465⟩. ⟨hal-01871582⟩
  123. (en) D. D'Iakonov, I. M., “On the Original Home of the Speakers of Indo-European.”, Journal of Indo-European Studies. Volume 13, 1985, p. 92
  124. (en) Colin Renfrew, The Tarim Basin, Tocharian, and Indo-European Origins—A View from the West, Journal of Indo-European Studies, Monograph #26, vol.1, 1998
  125. (en) Indo-European in Southeast Europe, Dienekes Pontikos, 2 mai 2008
  126. Marcel Otte, « Les Indo-Européens sont arrivés en Europe avec Cro-Magnon », in Daniel Le Bris (dir.), Aires linguistique Aires culturelles. Étude de concordances en Europe occidentale : Zones Manche et Atlantique CRBC/UBO, Brest, 2012, p. 19-51 [texte intégral]
  127. « Haplogroupe I1 (Y-ADN) », sur Eupedia (consulté le 5 août 2020).
  128. Boettcher 1999, p. 28.
  129. Boettcher 1999, p. 68.
  130. Boettcher 1999, p. 148.
  131. (en) I. Stolarek et al., Goth migration induced changes in the matrilineal genetic structure of the central-east European population, Scientific Reports, volume 9, numéro article: 6737, 2019
  132. Adams, W Y; Gerven, D P V; Levy, R S (October 1978). "The Retreat from Migrationism". Annual Review of Anthropology. 7: 483–532. doi:10.1146/annurev.an.07.100178.002411.
  133. (it) Mario Alinei, Origini delle lingue d’Europa, Bologne, éd. Il Mulino, 1996-2000, (2 volumes).
  134. (de) Lothar Kilian, Zum Ursprung der Indogermanen: Forschungen aus Linguistik, Prähistorie und Anthropologie, Habelt, 1983, 178 pages
  135. Marcel Otte, « Les Indo-Européens sont arrivés en Europe avec Cro-Magnon », dans Daniel Le Bris (dir.), Aires linguistique Aires culturelles. Étude de concordances en Europe occidentale : Zones Manche et Atlantique, Brest, CRBC/UBO, (lire en ligne), p. 19-51.
  136. (en) Mallory, James P. ,The homelands of the Indo-Europeans. In Blench, Roger; Spriggs, Matthew (eds.). Archaeology and Language. I: Theoretical and Methodological Orientations. London: Routledge, 1997, p. 106.
  137. a et b (de) N.S. Troubetskoï, Gedanken über das indogermanenproblem, Acta linguista 1, 1939, p. 81-89
  138. L'arrivée des Indo-Européens en Europe, Jacques Freu, Bulletin de l'Association Guillaume Budé, Année 1989, Volume 1, Numéro 1, p. 3-41
  139. Émile Benveniste, Problèmes de linguistíque générale, t. I, Paris, Gallimard, (1re éd. 1966) (ISBN 978-2-07-029338-4, OCLC 871621, lire en ligne), p. 107-114.
  140. Thomas Pellard, « Anachronismes, consensus et hypothèse indo-européenne », Cipanglossia, 28 octobre 2019, https://cipanglo.hypotheses.org/1551.
  141. Jean-Paul Demoule, "Les Indo-Européens, un mythe sur mesure", La Recherche, Avril 1998.
  142. (en) Gérard Fussman, « Mais où sont passés les Indo-Européens? Le mythe d’origine de l’Occident », Journal of Indo European Studies, vol. 43, nos 3-4,‎
  143. Jean-Loïc Le Quellec, « Mais où sont passés les Indo-Européens ? - Le mythe d’origine de l’Occident », Science et pseudo-sciences,‎ (lire en ligne)
  144. Asya Pereltsvaig et Martin W. Lewis, The Indo-European Controversy. Facts and Fallacies in Historical Linguistics, Cambridge University Press, 2015, p. 37 sqq.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage généralistes et exposés de la littérature scientifique[modifier | modifier le code]

  • Olsen B.A., T. Olander, et K. Kristiansen (dir.), Tracing the indo-europeans: new evidence from archaeology and historical linguistics, Pb., Philadelphia, Oxbow Books, 2019.
  • (en) J. P. Mallory et Douglas Q. Adams, The Oxford introduction to Proto Indo European and the Proto Indo European world, New York, Oxford University Press, , 731 p.
  • David W. Anthony and Don Ringe, The Indo-European Homeland from Linguistic and Archaeological Perspectives, Annual Review of Linguistics 2015 1:1, 199-219. URL : https://www.annualreviews.org/doi/pdf/10.1146/annurev-linguist-030514-124812#article-denial . Cet article présente de manière synthétique les résultats des recherches sur les proto-indo-européens.
  • (en) David Anthony, The Horse, the Wheel, and Language : How Bronze-Age Riders from the Eurasian Steppes Shaped the Modern World, Princeton, Princeton University Press, , 721 p. (ISBN 978-0-691-05887-0 et 0-691-05887-3)
  • (de) Carl-Heinz Boettcher, Der Ursprung Europas : Die Wiege des Westens vor 6000 Jahren, Röhrig, , 482 p. (ISBN 3-86110-200-5)
  • Jean-Paul Demoule, Mais où sont passés les Indo-Européens ? : Le mythe d'origine de l'Occident, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La Librairie du XXIe siècle », , 742 p. (ISBN 978-2-02-029691-5) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Russell D. Gray et Quentin D. Atkinson, « Language-tree divergence times support the Anatolian theory of Indo-European origin », Nature, no 426,‎ , p. 435-439
  • (de) Harald Haarmann, Die Indoeuropäer : Herkunft, Sprachen, Kulturen, Munich, C. H. Beck, , 128 p. (ISBN 978-3-406-60682-3, lire en ligne)
  • Jean Haudry, Les Indo-Européens, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », (1re éd. 1981), 127 p. (ISBN 2-13-037090-X)
  • Iaroslav Lebedynsky, Les Indo-Européens : Faits, débats, solutions, Paris, Errance, , 221 p. (ISBN 978-2-87772-396-1)
  • James Patrick Mallory, À la recherche des Indo-européens : langue, archéologie, mythe, Paris, Seuil, 1998 (édition française), 358 p. (ISBN 978-2-02-014390-5 et 2-02-014390-9)
  • André Martinet, Des steppes aux océans : l'indo-européen et les Indo-européens, Paris, Payot,
  • (en) Asya Pereltsvaig et Martin W. Lewis, The Indo-European Controversy : Facts and Fallacies in Historical Linguistics, Cambridge University Press, 2015
  • (en) Indo-Europeans in the Fourth and Third Millennia : Proceedings of the Conference Held Feb 4-5, 1980 in Austin, Tx (Lin), sous la direction d'Edgar C. Polomé, Ann Arbor (MI), Karoma, 1982 (ISBN 0897200411)
  • Colin Renfrew, L'énigme indo-européenne : Archéologie et langage, Paris, Flammarion, coll. « Champs Flammarion », 1990 (édition française), 399 p. (ISBN 978-2-08-081303-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article (Compte rendu critique par plusieurs spécialistes dans Topoi no 2, 1992. [lire en ligne])
  • Bernard Sergent, Les Indo-Européens : Histoire, langues, mythes, Paris, Payot, , 536 p. (ISBN 2-228-88956-3)
  • Bernard Sergent, « Penser - et mal penser - les Indo-Européens », dans Annales. Économies, sociétés, civilisations, 37e année, no 4, 1982, p. 669-681.[lire en ligne]

Études sur la localisation des Indo-Européens[modifier | modifier le code]

  • Gimbutas, « The Kurgan culture », dans Actes du viie congrès international des sciences préhistoriques, t. I, 1970, p. 483–487.
  • Gimbutas M. 1977. The first wave of Eurasian steppe pastoralists into Copper Age Europe. J. Indo-Eur. Stud. 5:277–338
  • (en) Marija Gimbutas, « The Indo-Europeans : Archeological Problems », American Anthropologist, vol. 65,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 11 juin 2018).

Mythologie[modifier | modifier le code]

Linguistique indo-européenne et manuels d'indo-européen[modifier | modifier le code]

  • Brugmann K. 1906. Grundriss der vergleichenden Grammatik der indogermanischen Sprachen. Strassburg, Trübner. 2nd ed. Ouvrage classique sur la grammaire comparée de l'indo-européen.
  • Carlos Quiles et Fernando López-Menchero, A grammar of modern Indo-European, 2012.
  • Klein J.S., B.D. Joseph, et M. Fritz (dir.), Handbook of comparative and historical Indo-European linguistics, Berlin ; Boston, De Gruyter Mouton, 2017.
  • Émile Benveniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Les Éditions de Minuit, (ISBN 978-2-7073-0050-8 et 978-2707300669)
  • (en) The Linguistic Roots of Europe : Origin and Development of European Languages, sous la direction de Robert Mailhammer, Theo Vennemann et Birgit Anette Olsen, Copenhague, Museum Tusculanum, 2015.
    • Marc Vander Linden, « An impossible dialogue? On the interface between archaeology, historical linguistics and comparative philology », p. 1–28.
    • Joseph Salmons, « Language shift and the Indo-Europeanization of Europe », p. 103–126.
  • Klein J.S., B.D. Joseph, et M. Fritz (dir.), Handbook of comparative and historical Indo-European linguistics, Berlin ; Boston, De Gruyter Mouton, 2017. Je peux aussi vous l'envoyer par mail.
  • R. S. P. Beekes et Michiel Arnoud Cor de Vaan, Comparative Indo-European linguistics: an introduction, 2nd ed., Amsterdam ; Philadelphia, John Benjamins Pub. Co, 2011, 415 p.
  • Kapović M. (dir.), The Indo-European languages, Second Edition., London ; New York, NY, Routledge, 2017, 630 p.
  • Benjamin W. Fortson, Indo-european language and culture: an introduction, 2nd ed., Chichester, U.K. ; Malden, MA, Wiley-Blackwell, 2010, 542 p.
  • Giacalone Ramat A. et P. Ramat (dir.), The Indo-European languages, London ; New York, Routledge, 1998, 526 p.
  • Kulikov L.I. et N. Lavidas (dir.), Proto-Indo-European syntax and its development, Amsterdam ; Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, 2015, 158 p.
  • Oswald J. L. Szemerényi, Introduction to Indo-European linguistics, 1. publ. in paperback., Oxford, Oxford Univ. Press, 1990, 352 p.
  • BUCK, C. D., 1949. A Dictionary of Selected Synonyms in the Principal Indo-European Languages (Chicago).
  • CLACKSON, J., 2007. Indo-European Linguistics, An Introduction (Cambridge).
  • COLLINGE, N.E., 1985. The Laws of Indo-European. (Amsterdam, Philadelphia).
  • MEILLET, A., 1937. Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes (8e éd., Paris).
  • MEILLET, A., VENDRYES, J., 1948. Traité de grammaire comparée des langues classiques (2e éd., Paris).
  • MEIER-BRÜGGER, M., 2002. Indogermanische Sprachwissenschaft (8. überarbeitete und ergänzte Auflage unter Mitarbeit von M. Fritz und M. Mayrhofer, Berlin, New-York).
  • POKORNY, J., 1959. Indogermanisches etymologisches Wörterbuch (Bern, München).
  • Don Ringe, Tandy Warnow, et Ann Taylor, « Indo‐European and Computational Cladistics », Transactions of the Philological Society, mars 2002, vol. 100, nᵒ 1, p. 59‑129.

Monographies complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Bergounioux, « ‘Aryen’, ‘indo-européen’, ‘sémite’ dans l'université française (1850-1914) », dans Histoire Épistémologie Langage, vol. 18, n⁰ 1, 1996, p. 109-126.
  • Gérard Fussman, Jean Kellens, Henri-Paul Francfort et Xavier Tremblay, Aryas, Aryens et Iraniens en Asie Centrale. : I : Grammaire comparée et grammaire historique : quelle réalité est reconstruite par la grammaire comparée? (Xavier Tremblay). II : Entre fantasme, science et politique (Gérard Fussman). III : Les Airiia ne sont plus des Aryas : ce sont déjà des Iraniens (Jean Kellens). IV : La civilisation de l'Oxus et les Indo-Iraniens et Indo-Aryens en Asie Centrale (Henri-Paul Francfort)., Paris, Collège de France, , 346 p. (ISBN 2-86803-072-6)
  • Merritt Ruhlen (trad. Pierre Bancel, préf. André Langaney), L'origine des langues : sur les traces de la langue mère [« The Origin of language: tracing the evolution of the mother tongue »], Paris, Belin, coll. « Débats », , 287 p. (ISBN 978-2-7011-1757-7)

Paléo-génétique[modifier | modifier le code]

  • Une des études de référence sur la paléogénétique de la culture Yamna et des proto-indo-européens : Narasimhan VM, Patterson N, Moorjani P, et al. The formation of human populations in South and Central Asia. Science. 2019;365(6457):eaat7487. doi:10.1126/science.aat7487
  • W. Haak, I. Lazaridis, N. Patterson, N. Rohland, S. Mallick, B. Llamas, G. Brandt, S. Nordenfelt, E. Harney, K. Stewardson, Q. Fu, A. Mittnik, E. Bánffy, C. Economou, M. Francken, S. Friederich, R. G. Pena, F. Hallgren, V. Khartanovich, A. Khokhlov, M. Kunst, P. Kuznetsov, H. Meller, O. Mochalov, V. Moiseyev, N. Nicklisch, S. L. Pichler, R. Risch, M. A. Rojo Guerra et C. Roth, « Massive migration from the steppe was a source for Indo-European languages in Europe », Nature, vol. 522, no 7555,‎ , p. 207–211 (PMID 25731166, PMCID 5048219, DOI 10.1038/nature14317, Bibcode 2015Natur.522..207H, arXiv 1502.02783)
  • Allentoft, M., Sikora, M., Sjögren, K. et al. Population genomics of Bronze Age Eurasia. Nature 522, 167–172 (2015). https://doi.org/10.1038/nature14507
  • Eppie R. Jones, « Upper Palaeolithic genomes reveal deep roots of modern Eurasians », Nature (revue),‎ (DOI 10.1038/ncomms9912, lire en ligne)
  • Iosif Lazaridis, « Ancient human genomes suggest three ancestral populations for present-day Europeans », Nature (revue), vol. 513,‎ , p. 409–413 (DOI 10.1038/nature13673, lire en ligne)
  • David Reich, Who We Are and How We Got Here: Ancient DNA and the New Science of the Human Past, Oxford University Press, 2018.
  • (en) Peter de Barros Damgaard, Nina Marchi, Simon Rasmussen et Michaël Peyrot, « 137 ancient human genomes from across the Eurasian steppes », Nature, vol. 557, no 7705,‎ , p. 369–374 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/s41586-018-0094-2, lire en ligne, consulté le 24 juin 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sociétés savantes d'études indo-européanistes[modifier | modifier le code]

  • Société française d'études indo-européennes. Société savante qui rassemble des chercheurs qui travaillent sur les proto-Indo-Européens et sur les sociétés indo-européennes. Leur site contient de nombreux articles, videos et des informations sur les études indo-européanistes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Émissions et articles de vulgarisation sur les Indo-Européens[modifier | modifier le code]

Exposés universitaires sur les résultats récents de la recherche indo-européaniste[modifier | modifier le code]

Débats sur l'hypothèse de Demoule[modifier | modifier le code]