Cirta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Localisation de Cirta dans l'Afrique romaine

Cirta est une cité antique berbère numide qui correspond au cœur historique de la ville de Constantine en Algérie. Dès le IIIe siècle av. J.-C. capitale des Numides massaessyles elle est conquise en 203 av. J.-C. par leurs rivaux les Numides massyles menés par Massinissa qui en fait la capitale du royaume de Numidie. Plus tard lors de la conquête romaine elle devient la capitale de la province romaine de Numidia cirtensis. Au IVe siècle, elle est restaurée par l'Empereur Constantin elle prend le nom de Constantina, et devient la capitale de la province de Numidia Constantina et le siège d'un consul romain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon Gabriel Camps le nom aurait une origine punique, même si la ville n'a pas été fondé par les Phéniciens[1]. Cependant sur les monnaies à légende néopunique retrouvées on lit l'inscription « KRTN » (Kirthan) avec un kaph. Or le terme phénicien « QRT » (Qart) débute par un qoph. Ainsi le nom de la ville serait peut-être d'origine berbère[2]. Selon une autre hypothèse, le nom de Cirta proviendrait du nom berbère « tissirt » (meule) vu l'abondance de la culture du blé dans la région[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Numidie en 220 av. J-C ; partagée entre les zones d'influences massaesyles et massyles
Article détaillé : Numidie.

La région de Cirta a été très tôt occupée par l’homme puisqu’une importante série de galets aménagés d’âge villafranchien a été trouvée sur le plateau de Mansourah. La première mention de Cirta remonte au IIIe siècle av. J.-C. ; elle est la capitale du roi massyle Syphax.

Il est défait en 204/203 av. J.-C. par le roi massyle Massinissa. Ce dernier, ménage son alliance avec Rome. Durant son long règne et celui de ses successeurs, principalement Micipsa (148-117), Cirta, de façon similaire aux grandes cités hellénistiques, prospère et acquiert un embellissement architectural. La ville était ceinte de remparts et depuis Syphax, Cirta disposait d’un palais occupé et embelli par ses successeurs et Micipsa y ajoute de beaux édifices.

Les revenus sont tirés des ventes de céréales dont la Numidie, à l’instar de l’Africa, commence a être productrice et exportatrice. La frappe régulière de monnaies, certes en bronze, en est l’illustration. À la fin du IIe siècle avant J.-C, Cirta aurait même eu une autonomie monétaire avec des magistrats ordonnant les émissions : leurs noms, BDMLQRT et HNA, figurent sur les monnaies.

L’ouverture au monde méditerranéen en Numidie et dans la capitale Cirta, de nombreux étrangers qui font de la cité une ville cosmopolite. Les souverains numides ont été les propagateurs de la langue punique dans leur royaume au point que la société de Cirta est profondément punicisée. Cirta est une ville influencée par la culture punico-grecque[2].

Pièce de monnaie numide représentant Massinissa.

Fondée par les Phéniciens vers le VIe siècle av. J.-C., la ville aurait été bâtie au bord d'une falaise pour la rendre plus facile à défendre[4] , sur le modèle des villes phéniciennes du littoral, bâties sur des presqu'îles pour les rendre défendables (Jijel ou Collo par exemple).

La plupart des historiens la situent sur le site de l'actuelle ville de Constantine dans l'Algérie actuelle. Pour certains chercheurs, Cirta serait à l'emplacement de la ville du Kef, dans le nord de la Tunisie. Cette controverse est connue sous le nom de problème de Cirta.

Après le déclin du pouvoir carthaginois, Cirta devient, dès le IIIe siècle av. J.-C., la capitale orientale du royaume berbère massyle. Après la mort du roi Gaïa, son rival Syphax s'en empare avec l'appui des Carthaginois. Il y règne aux côtés de son épouse, Sophonisbe, jusqu'en 203 av. J.-C., date à laquelle il est vaincu par l'armée romaine de Scipion l'Africain et capturé par Massinissa, le fils de Gaïa. Ce dernier en fait sa capitale, et Cirta est embellie par les souverains Numides qui s’y succèdent.

La victoire de César à Thapsus en février 46 av. J.-C. est déterminante : la Numidie est annexée et Cirta est léguée au « condottiere » campanien Publius Sittius, en reconnaissance de son appui décisif. Avec Rusicade (Skikda), Chullu (Collo) et Milève (Mila), Cirta forme une principauté autonome : la Colonia Cirta Sittianorum.

Incorporée à l'Afrique nouvelle (Africa Nova), elle devient la Colonia Iulia Cirta Iuvenalis Honos Virtus.

Au IIe siècle, la cité de Cirta a un statut atypique : une confédération de cités et de villes moyennes est regroupée autour d’elle pour former la Respublica IV coloniarum cirtensium.

Cirta conserve le trésor commun et gère les autres villes par l’entremise de préfets.

Après la réforme dioclétiennne, la confédération cesse d’être active, et la ville conserve sa prééminence en devenant capitale de la Numidie du Nord (Numidie Cirtéenne).

Détruite au début de IVe siècle, Cirta est reconstruite par Constantin Ier, qui en fait la capitale de la Numidie sous le nom de Civitas Constantina Cirtensium.

Sous les Romains, Cirta prend le nom de Cirta Régina et abrite la résidence du gouverneur de la province, le dux. Le site particulièrement bien défendu sur trois côtés par les gorges du Rhummel, a été continuellement habité depuis l’Antiquité.

Elle fut le lieu d'un concile en 412.

La ville de Constantine est bâtie sur ce même site, ce qui explique le peu de vestiges puniques et numides laissés par cette cité par rapport à d’autres sites algériens.[réf. nécessaire]

Personnalités originaires de Cirta[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

Massinissa (Massinisse) dans La Carthaginoise d'Antoine de Montchrestien, v. 501-502 :

Ma Cirta est reconquise, et sur ses hauts Remparts

Flotent legers au vent mes vainqueurs estendarts ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gabriel Camps, « Les Numides et la civilisation punique », Antiquités africaines, vol. 14, no 1, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant, p. 43–53 (DOI 10.3406/antaf.1979.1016, lire en ligne)
  2. a et b S. Bertrandy, Encyclopédie berbère, Éditions Peeters, (ISBN 2857446969, lire en ligne), p. 1964–1977
  3. Mohand Akli Haddadou, Glossaire des termes employés dans la toponymie algérienne, Alger, ENAG Éditions, (ISBN 9789931000402), p. 247.
  4. http://algeriespot.com/2015/05/05/constantine-capitale-de-la-culture-arabe-2015-cirta-deuxieme-ville-punique-apres-carthage/
  5. Numide selon Anthony R. Birley, Septimius Severus, the African Emperor p109, Ed. Routledge, (ISBN 0-415-16591-1)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. L. Aggoun, Réfutation des thèses historicistes et affirmation des origines numides de la confédération cirtéenne, in Revue des sciences humaines n°30, décembre 2008, volume B, p.57-67.
  • Benseddik (Nacéra), « Lueurs cirtéennes », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, CLIII, 2005, pp. 249-260.
  • Benseddik (Nacéra), Cirta-Constantina et son territoire, Errance, Arles 2012.
  • Berthier (André), Juillet (Jacques) et Charlier (René), « Le Bellum Jugurthinum de Salluste et le problème de Cirta », Recueil de la Société d'Archéologie de Constantine, LXVII, 1950, pp. 1-104 (appendices, pp. 107-137).
  • Bertrandy (François), « La région de Constantine (Cirta) en Algérie (Ier s. av. J.-C. - Ier s. ap. J.-C.) », L'Information historique, LII, 1990, pp. 69-73.
  • Bertrandy (François), « Une dépendance de la Confédération cirtéenne, le castellum Zugal », Latomus, LI, 1992, pp. 101-109.
  • Beschaouch (Azedine), « Le territoire de Sicca Veneria (El-Kef), nouvelle Cirta, en Numidie proconsulaire (Tunisie) », Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, CXXV-1, 1981. pp. 105-122.
  • Briand-Ponsart (Claude), « Les relations de Cirta et de la Confédération cirtéenne avec le pouvoir pendant le Haut-Empire », Cahiers du Centre Gustave Glotz, XVII, 2006, pp. 105-122.
  • Duval (Yvette), « Le gouverneur de Numidie en sa capitale : Le lieu et les acteurs du procès de l'évêque de Cirta en 320 », Antiquité tardive. Revue internationale d'histoire et d'archéologie (IVe-VIIIe s.), VI, 1998, pp. 193-207.
  • Gascou (Jacques), « Pagus et Castellum dans la Confédération cirtéenne », Antiquités africaines, XIX, 1983, pp. 175-207.
  • Gascou (Jacques), « Les Magistratures de la Confédération cirtéenne », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, XVII, 1984, pp. 323-335.
  • Gascou (Jacques), « Sur le statut de quelques villes de Numidie et de Maurétanie Césarienne », Antiquités africaines, XL-XLI, 2004-2005, pp. 259-267.
  • Heurgon (Jacques), « Les origines campaniennes de la Confédération cirtéenne », Lybica, V, 1957, pp. 7-24.
  • Mommsen (Theodor), « Die Stadtverfassung Cirtas und der cirtensichen Kolonien », Hermes, I, 1866, p. 50.
  • Navarro (Francisco Javier), « P. Stertinius Quartus, governatore di Numidia ? », Epigraphica, LXI, 1999, pp. 67-79.
  • Seghiri (Ahmed), « La mosaïque du Retour de la Chasse découverte à Constantine », Les Cahiers de Tunisie. Revue de sciences humaines, 182, 2002, pp. 11-22.
  • Smadja (Elisabeth), « Note sur une monnaie de Cirta », Dialogues d'histoire ancienne, V, 1979, pp. 279-281.
  • Paul Veyne, « Contributio : Bénévent, Capone, Cirta », Latomus, XVIII, 1959, pp. 568-592.
  • Inscriptions latines de l'Algérie, Tome II : Inscriptions de la confédération cirtéenne, de Cuicul et de la tribu des Suburbures, Paris, éd. Champions, 1957, II-373 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]