Masmouda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Masmouda ou Imasmouden (en berbère : Imasmuden) forment l'un des trois grands groupes berbères (avec les Zénètes et les Sanhadja). Il s'agit d'une grande confédération originaire du Haut Atlas marocain et des régions qui l'entourent[1]. Ils sont les fondateurs des dynasties almohade et hafside.

Parmi les grandes tribus faisant partie de cette confédération, on retrouve les Berghouata, les Ida Outanane, les Ghumaras, les Hintata, les Tinmelel, les Fetouaka, les Aït Baâmrane, les Hergha, les Genfisa, les Seksiwa, les Gedmiwa, les Hezerdja, les Ourika, les Guerouane, les Beni M'tir[2], les Hezmira, les Regraga, les Haha, les Chiadma, les Banou Maghus, les Glaoua et plusieurs autres, dont les noms n'ont pas été précisés par les auteurs de l'époque[2].

Selon Ibn Khaldoun, les Masmouda seraient issus de la branche des branis ou berr[3] ; Elle serait, selon lui, l'une des plus grandes tribus berbères[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Masmoudas s'installèrent dans de vastes régions du Maroc et étaient largement sédentaires et pratiquaient l'agriculture. La résidence de l'aristocratie Masmouda était Aghmat, dans le Haut Atlas. À partir du xe siècle, les tribus berbères des groupes Sanhadja et Zénète ont envahi les terres des Masmouda, suivies à partir du xiie siècle par les bédouins arabes (voir Banou Hilal).

Ibn Toumert a uni les tribus Masmouda au début du xiie siècle et a fondé le mouvement almohade, qui a par la suite unifié l'ensemble de l'Ifriqiya et de l'Andalousie[4]. Après la chute des Almohades, cependant, le particularisme des peuples Masmouda a prévalu une once plus, à la suite de laquelle ils ont perdu leur importance politique.

Sous-tribus[modifier | modifier le code]

L'auteur du livre "Mafakhir al-Barbar" (se traduit à peu près comme : La gloire des Berbères), cite les sous-tribus des Masmouda comme suit[5] :

  • Hhaha
  • Regraga
  • Ourika
  • Hezmira
  • Guedmiwa
  • Henfisa
  • Hezerga
  • Doukkala
  • Hentata (ou Hintata)
  • Beni Magus
  • Tehlawa

Références[modifier | modifier le code]

  1. Auteur inconnu 1312, p. 77.
  2. a et b Taghbaloute Aziz, Le Fellah Marocain: l'exemple d'une tribu berbere: les Beni M'Tir ; du XIXe Siecle jusqu'a a nos jours, Université de Saint-Etienne, (ISBN 9782862720319, lire en ligne), p. 85
  3. a et b Ibn Khaldoun (trad. William Mac Guckin de Slane), Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, tr. par le baron de Slane, , 650 p. (lire en ligne), p. 124
  4. (en) Harold D. Nelson, Morocco, a country study, Washington D.C, The American University, (lire en ligne), p. 14
  5. Auteur inconnu 1312, p. 172.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auteur inconnu, Mafakhir Al-Barbar, Université Hassan II de Casablanca, Abdelkader Boubaya,

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]