Berghouata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Territoire des Berghouata (Tamesna), en bleu

Les Barghawata (ou Berghouata) sont une confédération tribale berbère, rassemblant des tribus principalement masmoudiennes qui établit un royaume indépendant s'étendant sur la région de la Tamesna entre 744 et 1058, sous l'égide de Tarif al-Matghari.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les Berghoutas désignent plusieurs tribus berbères sous les ordres de Saleh ben Thryf, qui prétendait être prophète et vint fixer sa résidence à Tamesna. Il est originaire de Bernatha, forteresse de la province de Sidonia en Andalousie. Ses premiers disciples furent appelés Bernathy, dont les arabes firent Berghouaty d'où le nom de Berghouata.

Religion[modifier | modifier le code]

Saleh ben Tarif se prétendait prophète et prit le nom de Saleh El Moumenyne (vertueux parmi les croyants).

Le Royaume de Barghawata développa une religion inspirée à la culture juive. On croit même qu’ils avaient leur propre Coran en Berbère ayant 80 sourates sous le règne de Salih Ibn Tarif. Ce dernier s'était autoproclamé prophète puis le dernier Mahdi et avait proclamé que Jésus était son compagnon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Peu de détails historiques sont connus sur Barghawata. La plupart des sources historiques sont largement postérieures à leurs règnes présentant parfois des contradictions voire des confusions dans le contexte historique. Pourtant, une tradition a apparu plus vraisemblable. Elle nous vient de Cordoue en Espagne dont son auteur est l’ambassadeur de Barghawata Abou Salih Zammour, aux environs de la moitié du xe siècle

Elle était rapportée par Al Bakri, Ibn Hazm et Ibn Khaldoun, pourtant leurs interprétations comprenaient quelques divergences selon leurs points de vue. Les Barghawatas étaient alliés de la secte des Kharidjites qui embrassèrent une doctrine d’égalitarisme en opposition à celle des Qoraychites qui était essentiellement aristocratique, le règne des Omeyyades en fut plus tard la preuve.Ils combattirent avec Maysara lors de Grande révolte berbère mais après la défaite des Kharidjites à Kairouan, Tunisie en 741, les Barghawatas au Maroc font une retraite dans la région de Tamesna, lieu où ils fonderont après leur royaume.

Doctrine de Salih[modifier | modifier le code]

La « doctrine de Sâlih » cherchait sa justification dans le « Sâlih el Mouminin » mentionné dans le Coran (sourate LXVI, verset 4) et consistait à reconnaitre la mission divine de tous les prophètes et celle de Sâlih lui-même. Cette nouvelle religion s'est ainsi construite sur une base ressemblant à l'Islam mais avec de nombreuses altérations et avec un ancrage berbère et local:

  • Le Coran, que Salih composa en berbère, comprenait quatre-vingts sourates, ayant pour la plupart comme titre le nom d’un prophète.
  • Le jeûne se faisait pendant le mois de Redjeb à la place de ramadan. Passer un certain jour de la semaine à jeun était aussi prévu.
  • l’aumône était la dîme (10%) de tous les grains.

la prière se faisait cinq fois par jour et cinq fois par nuit (La manière de faire les ablutions était également définie. Il n’y avait ni appel (ad’an) ni introduction à la prière (iqâmah))

Allahu akbar se prononçaient A esm en Iakoch(au nom de Dieu), puis Mokkor Iakoch (Dieu est grand).

A la fin de la prière, ils prononçaient dans leur langue cette formule : « Dieu est au-dessus de nous ; rien de ce qui est sur la terre et au ciel ne lui est caché ». Ils répétaient ensuite en berbère : Moqqor Iakoch(Dieu grand) ; autant de fois Ihan (Ian)Iakoch (Dieu est un) et Our d’am Iakoch (personne comme Dieu).

Comme dans la religion de Ha-Mim, l'œuf, la tête de tout animal et le poisson non-égorgé et vidé étaient proscrits.

Quant au mariage, il n'y avait pas de limite de nombre de femmes mais il était interdit aux fidèles d’épouser des femmes musulmanes ou de donner leurs filles à des Musulmans.

Par ailleurs, la salive de leur prophète attirait les bénédictions divines et était considérée comme un remède infaillible (croyance qui persiste encore dans certains marabouts). Enfin, ils étaient très intéressés par l'astronomie.

Chute du royaume[modifier | modifier le code]

Berghouata dominera sur Tamesna pendant plus de trois siècles, entre 744 et 1058. A la succession de Salih Ibn Tarif, Ilyas Ibn Salih, Younous (842-888) et Abou Ghoufaïl (888-913) la position du royaume tribal a été consolidée et des missions étaient envoyées régulièrement aux tribus voisines. Ayant initialement de bonnes relations diplomatiques avec le Calife de Cordoue, ces dernières furent arrêtées à la fin du Xe siècle avec le règne des Omeyyades. Deux incursions Omeyyades, ainsi que des attaques des Fatimides avaient mis en péril la stabilité de Berghouata. Depuis le XIe siècle une intense guérilla éclata avec des fractions des Banou Ifrane. La position précaire de Berghouata ne l'empêcha pas de se défendre vaillamment contre les attaques des Almoravides dont le leader spirituel des Almoravides, Abdallah Ibn Yassine, mourut au combat vers 1059 lors d'une bataille con l'émirat de Tamesna, ce dernier considéré comme hérétique par les Almoravides. Ce n’est seulement qu’en 1059 que Berghouata a été éliminée par les Almohades comme une entité politique et religieuse.[réf. nécessaire]

Rois de Barghawata[modifier | modifier le code]

  • Tarif al-Matghari
  • Salih ibn Tarif
  • Ilyas ibn Salih
  • Younous ibn Ilyas
  • Abou Ghafir Muhammad
  • Abou al-Ansar Abdoullah
  • Abou Mansour Issa

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ulrich Haarmann, Geschichte der Arabischen Welt. C.H. Beck München, 2001.
  • John Iskander, Devout Heretics: The Barghawata in Maghribi Historiography, in The Journal of North African Studies Volume 12, 2007, pages 37–53.
  • Stephan und Nandy Ronart, Lexikon der Arabischen Welt. Artemis Verlag, 1972.
  • Mohammed Talbi, Hérésie, acculturation et nationalisme des berbères Bargawata, in Premier congrès des cultures Méditerranéennes d'influence arabo-berbère, Alger 1973,217-233.
  • Roudh El kartas ecrit à la cour de Fes en 1326

Liens externes[modifier | modifier le code]