Tacfarinas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tacfarinas (homonymie).
Tacfarinas
ⵜⴰⴽⴼⴰⵔⵉⵏ
Surnom Tacfarinois ; « Homme de Takfarin »
Naissance
Thagaste, Afrique Proconsulaire (actuelle Souk Ahras, Algérie)
Décès 24
Auzea, Royaume de Maurétanie (actuelle Sour El Ghozlane, Algérie)
Origine Berbère (Musulames)
Allégeance Empire romain avant désertion
Arme Cavalerie numide
Conflits Révolte de Tacfarinas

Tacfarinas (en berbère: Takfarin / ⵜⴰⴽⴼⴰⵔⵉⵏ) est un ancien soldat romain, déserteur, puis chef de guerre de la première moitié du Ier siècle apr. J.-C., révolté contre l'Empire romain sous le règne de l'empereur Tibère pendant 7 ans, il infligea d'amères défaites aux légions romaines d'ifriqiya, et déstabilisa la province pendant une très longue période.

Il naît à Thubursicu Numidarum (auj. Khemissa), au sud de l'actuelle Souk Ahras, en Algérie (alors appelée Thagaste)[1], et meurt, encerclé par les forces romaines à Pomaria, actuelle Tlemcen, en Algérie.

Bien que la motivation personnelle de Tacfarinas soit inconnue, il est probable que l'occupation romaine sous Auguste des pâturages traditionnels des musulames, un peuple berbère, et l'interdiction d'accès de ces dernier fut un facteur déterminant.

La guerre a duré environ 7 ans (17-24 après J.-C.) et a engagé quatre proconsuls (gouverneurs) successifs de la province d'Afrique (en actuelle Tunisie). Cette petite partie de l'empire, était économiquement essentielle pour l'Empire romain, car source de la majeure partie de l'approvisionnement en céréales de Rome. Tacfarinas n'estompa jamais sa révolte. En 24, il est finalement repéré et tué à la suite d'une longue traque.

Il est peu probable que les Romains furent encore en danger d'être chassés de la province lors de révolte, bien que, dans au moins deux périodes, les forces de Tacfarinas dépassaient numériquement les garnisons romaine. L'incapacité des forces légèrement armées de Tacfarina à vaincre les romains dans des batailles rangées ou à assaillir des points fortifiés romains l'empêchait d'obtenir des victoires décisives. Néanmoins, les raids à grande échelle de Tacfarinas ont causé une grave perturbation de la production céréalière de la province, qui à son tour a menacé le désordre civil à Rome.

La conséquence directe de la guerre a été la prise de l'ensemble du plateau tunisien pour l'impôt foncier, et sa conversion à la culture du blé. Les musulames et d'autres nomades étaient vraisemblablement exclus de façon permanente de ce qui était leur pâturage d'été et forcés de mener une existence plus appauvrie dans les montagnes de l'Aurès et la zone aride. La guerre a probablement scellé le sort à long terme du royaume client de Maurétanie, qui a été annexé en 44 par l'empereur Claude.

Contexte[modifier | modifier le code]

Berbères d'Afrique du nord[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, les indigènes d'Afrique du nord (actuelle Libye, Tunisie, Algérie et le Maroc) appartenaient tous à la nation berbérophone. Les Romains appelaient ces peuples, de l'est à l'ouest, Libyae (Libyens). Afridi (en Tunisie, d'où provient probablement le nom Afrique), Numide (à l'est de l'Algérie) et Maurii (à l'ouest de l'Algérie, et du Maroc), dont dérive le nom maures.

Au nord des montagnes de l'Atlas, la terre était fertile et bien arrosée (il y a des preuves que la pluviométrie était plus lourde qu'aujourd'hui et que le désert n'avait pas empiéter jusqu'au nord). Les berbères vivant dans la zone fertile étaient en grande partie sédentaires.

En revanche, sur les franges méridionales existaient des tribus qui menaient une existence semi-nomade. En vivant des troupeaux de bétail, de moutons et de chèvres, ils pratiquaient la transhumance. Ils ont passé les étés sur le plateau central de la Tunisie et les montagnes Aurès du nord-est de l'Algérie où il y avait un bon pâturage. En hiver, ils vivaient autour des Chott, une série de grands lacs salés sur les franges méridionales du désert de la province romaine. En hiver, cette région contenait de l'eau douce abondante sous la forme de torrents saisonniers des montagnes d'Aurès au nord. Ces tribus comprenaient les Gétules, Musulames et Garamantes, ainsi que des éléments nomades maurii[2].

Les tribus nomades[modifier | modifier le code]

Le plateau tunisien était également la région traditionnelle de pâturage d'été des musulames semi-nomades et des gétules. L'empiétement romain dans cette région a été source d'un conflit prolongé et amère entre les nomades et Rome pendant le règne d'Auguste. Ses proconsuls en Afrique ont dirigé une série de campagnes contre eux: les campagnes sont enregistrées en 21, 19, 15, 3 et 6 après J.C., certaines longues toutefois pour gagner le triomphe de leurs généraux. Après l'année 6, aucune opération majeure n'est enregistrée, mais le conflit s'est transformé en une résistance de guérilla chronique de bas niveau à la domination romaine. C'est dans ce contexte de conflit que Tacfarinas a grandi[3].

Cependant, la relation des tribus du désert avec les romains n'était pas exclusivement hostile. L'autre côté de la médaille est que beaucoup d'indigènes se sont portés volontaires pour servir dans l'armée romaine, à la fois dans les unités auxiliaires et les unités irrégulières auxiliaires foedirati. D'après Philippe Richardot, les maures ont d'avantage mis leurs qualités combattantes au service de Rome qu'ils ne l'ont combattue. Il y a toujours eu des indigènes dans l'armée romaine, auxiliaires d'abord, puis légionnaires, à la fin du IIe siècle, 93 % des soldats de la IIIe légion Auguste étaient d'origine berbère.

L'armée prévoyait une carrière bien rémunérée qui donnait lieu à la nature martiale des tribus, qui était très appréciée par les romains. La cavalerie numide (Equites Numidarum ou Maurorum), qui a joué un rôle de premier plan dans les armées romaines depuis la seconde guerre Punique était considérée comme la meilleure cavalerie légère du monde romain. Le cavalier numide était très mobile, monté, petit mais agile et sans bride, selle ou étriers, la retenant par une corde lâche autour du cou et la dirigeant par des mouvements de jambes et des commandes vocales. Non armé, il était protégé par un petit bouclier en cuir rond. Son arme consistait en plusieurs javelots[4],[5]. Exceptionnellement rapide et manœuvrable, la cavalerie numide harcèlerait l'ennemi par des attaques frappées, entraînant et perdant des volées de javelots, puis se dispersant et reculant plus vite que n'importe quelle cavalerie adverse pouvait poursuivre. Ils étaient parfaitement adaptés au scoutisme, au harcèlement, à l'embuscade et à la poursuite[6]. Les soldats à pied mobiles étaient également principalement des infanterie légère, en s'appuyant sur la vitesse et la maniabilité[7]. Cependant, les soldats à terre numides et les guerriers montés étaient vulnérables dans des combats d'ordre étroit avec les troupes romaines, qui portaient principalement des armures métalliques.

Comme lors de la guerre de Jugurtha, de Firmus ou Gildon, il s’avérera que l'appui des indigènes fut indispensable dans le maintien de l'ordre et la sécurité dans cette partie du royaume.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carte de l'empire romain sous Hadrien montrant l'emplacement des anciennes tribus berbères, Mauri, Musulamii et Garamantes. Les trois ont été engagés dans un conflit avec Rome pendant le règne d'Auguste. Tacfarinas a pu obtenir l'appui substantiels de ces trois tribus lors de son insurrection.

Peu de choses sont connues sur la famille, ou la jeunesse de Tacfarinas, sauf qu'il était probablement un membre de la tribu des Musulames, apparemment ni royal, ni noble de naissance[8]. Quand il a atteint l'âge de l'armée (c'est-à-dire environ 20 ans), il s'est engagé dans un régiment d'auxiliaires romains. Il n'est pas clair s'il s'est porté volontaire ou s'il a été recruté, ou s'il s'est joint à un régiment de cavalerie ou d'infanterie[9]. Il a servi pendant un certain nombre d'années[10].

Conflit avec Rome[modifier | modifier le code]

Tacite écrit (Annales, II, 52) : « Cette même année (17) la guerre commença en Afrique. Les insurgés avaient comme chef un Numide nommé Tacfarinas, C’était un Numide, déserteur des armées romaines, où il avait servi comme auxiliaire. Il réunit d’abord, pour le vol et le butin, des bandes vagabondes, accoutumées au brigandage : bientôt il sut les discipliner, les ranger sous le drapeau, les distribuer en compagnies ; enfin, de chef d’aventuriers, il devint général des Musulames. ».

Vers l'an 17, Tacfarinas soulève les populations Gétules[11]. Tacfarinas avait servi dans les troupes romaines avant de déserter pour prendre la tête des populations révoltées qu'il disciplina et organisa en armée régulière. Face au mécontentement des populations semi-nomades administrées par les Romains, Tacfarinas fédéra les populations numides et libyques (Cinithiens) ainsi que leurs voisins maures qui avaient pour chef Mazippa, contre l'armée romaine. L'insurrection s'étendit de la petite Syrte à l'est jusqu'en Maurétanie à l'Ouest. Ces peuples voyaient d'un très mauvais œil la tentative de maîtrise des populations nomades par les romains. Ces derniers essayaient d'une part de les contrôler et, d'autre part, d'implanter des sédentaires sur le parcours des nomades et semi-nomades, ce qui avait pour conséquence le refoulement de ces populations vers le Sahara.

La guerre, fondée sur la tactique du harcèlement (guerilla), dura sept ans et illustre les nombreuses révoltes berbères qui eurent lieu durant l'époque romaine. Impuissants à y mettre fin et à se saisir du général berbère, les romains usèrent, comme de coutume, d'artifices afin de créer des dissensions parmi les tribus révoltées en promettant des concessions de terres. C'est finalement le proconsul Cornelius Dolabella qui terminera la guerre en assiégeant le fortin de Tacfarinas, situé à Auzia (à l'Est de Sour El-Ghozlane) vraisemblablement en l'an 24 apr. J.-C.

Règne de Camillus (15–17)[modifier | modifier le code]

Pendant son mandat de service militaire, Tacfarinas a déserté. Rassemblant autour de lui une bande de maraudeurs, il a effectué de nombreux raids mineurs sur le territoire romain. En utilisant son expérience dans l'armée romaine, il a organisé son armée toujours croissante en unités distinctes, au point qu'il commanda une force d'armée efficace. Un tournant politique pour Tacfarinas est venu lorsque les différents clans Musulamii l'ont accepté comme leur chef primordial[10].

Par la suite, Tacfarinas a rapidement gagné le soutien de certains des maurii, voisins occidentaux des musulames, dont un nombre important a été mené par un chef appelé Mazippa, vraisemblablement un rebelle contre le roi de Maurétanie, Juba II. La tribu Cinithii qui vivait sur le territoire romain du sud de la Tunisie l'a également rejoint. Alors que Tacfarinas formait une division d'hommes spécialement sélectionnés en une force de style romaine, Mazippa a mené ses cavaliers traditionnels mauri légèrement armés dans des raids dévastateurs sur les territoires occupés par les romains.

En 17, le gouverneur romain d'Afrique, Marcus Furius Camillus était dans un dilemme. La menace pour sa province était maintenant beaucoup plus grave que les incursions habituelles de la frontière par les tribus du désert. Mais alors que Tacfarinas s'appuyait sur des raids frappés, il avait peu de réaction. Bien que ses propres forces (la III Legio et au moins le même nombre d'auxiliaires, totalisant environ 10 000 hommes) soient maintenant largement dépassées par les partisans de Tacfarinas, Camillus a décidé de canaliser les avantages des soldats romains en matière d'armure et de formation en proposant a Tacfarinas une bataille rangée décisive. À cette fin, il a conduit sur un champ la plus grande partie de sa force, la légion fut placée au centre, les cohortes légères et deux ailes de cavalerie sur les flancs. Tacfarinas, trop confiant, convaincu que, avec ses forces, supérieures en nombre, son armée nouvellement modélisée, combinant les meilleurs éléments de guerre romains et numides, était égale au défi. Ses hommes ont rencontrés les romains - et ont été complètement mis en déroute. Juba II semble avoir participé à cette victoire car il frappe, en 18 ap JC, des monnaies en souvenir de ce fait d'armes. Tacfarinas a fui dans le désert avec les restes brisés de son armée et Camillus a reçu des honneurs triomphaux. Tacite ne donne aucun détail sur la façon dont cela a été accompli, ou sur le déroulement de la bataille, mais les événements postérieurs suggèrent que la ligne numide a probablement été brisée par la charge d'infanterie légionnaire[12]. Ce qui est plausible, car une partie des armées de Tacfarinas était formée de maures, d'excellent cavaliers, mais qui ne pouvaient supporter le choc des boucliers et des épées romaines, les maures sont un ennemi très mobile qui se refuse au corps à corps ou les romains auraient l'avantage, une bataille rangée n'aurait pu être remportée par les forces légèrement armées de Tacfarinas.

Règne d'Apronius (18–20)[modifier | modifier le code]

Les Romains se sont trompés s'ils croyaient que cette bataille était la dernière de Tacfarinas. Ce dernier a été un adversaire élastique et résolu. Pour les 7 années suivantes, il a mené une guerre dévastatrice contre la province romaine. Mais aucun des deux côtés n'a pu marquer une victoire décisive. Les Romains, pour leur part, ont longtemps été incapables d'éradiquer leur ennemi en raison de la mobilité extraordinaire des Numides, et de la capacité de Tacfarinas a gagner le soutien de nombreuses populations du désert et même des numides plus sédentaires sur le territoire romain. Tacfarinas ne pouvait pas vaincre les Romains dans des opérations militaires conventionnelles telles que les batailles rangées et les sièges de campagne. Les Romains, pour leur part, ne pouvaient pas éradiquer un ennemi aussi mobile, en dépit de sérieuses défaites infligées sur lui, Tacfarina jouissait de la dernière occasion pour disparaître dans le désert ou les montagnes, au-delà de la portée des Romains. En attendant, les raids de Tacfarinas ont infligé des dommages économiques massifs sur la province. Il est probable que l'augmentation des prix des céréales à Rome au cours de cette période ont été causés par l'insurrection de Tacfarinas[13]. Ceux-ci ont menacé l'empereur avec un désordre civil dans la ville de Rome elle-même: Tacite enregistre des émeutes en signe de protestation contre les prix des céréales en 19[14].

En 18, Camillus fut remplacé par Lucius Apronius comme proconsul d'Afrique. Tacfarinas a lancé une série de raids sur le territoire romain, détruisant les villages qu'il avait mis à sac, et disparaissant dans le désert avant que les forces romaines ne puissent intervenir. Enhardi de succès, Tacfarinas a tenté une opération de siège conventionnelle. Ses hommes ont entouré un fort romain stratégique sur la rivière Pagyda (localisation incertaine) détenue par une cohorte de la III legio Augusta. Son commandant, Decrius (vraisemblablement le centurion le plus âgé de la cohorte - le pilus avant ou le centurion du «front avant») «a jugé honteux que les légionnaires romains soient restés assis assiégés par une foule de déserteurs et de vagabonds», rapporte Tacite. Decrius a commandé une sortie. Ses troupes ont tenté d'attaquer les assiégeants, mais ont été rapidement contraints de se retirer car surpassés numériquement. Decrius, maudissant ses porteurs de ne pas tenir leurs positions, a crié à ses hommes de le suivre. Bien que frappé par des flèches dans un œil et dans plusieurs autres endroits, il se précipita vers l'ennemi. Mais ses hommes se sont retirés dans le fort alors que leur commandant était en train de se battre[15]. Il était interdit aux soldats romains de se retirer devant un ennemi, à moins d'avoir reçu l'ordre par leur commandant. La III Legio a été encerclée et battue par les forces de Tacfarinas[a 1].

Quand Apronius a été informé de l'incident, il a ordonné à sa cohorte d'être décimée pour lâchetée. Cette forme ancienne, extrême et rarement utilisée de punition militaire exigeait chaque dixième homme de l'unité (c'est-à-dire environ 50 hommes dans ce cas), choisis par lot, d'être battus à mort devant leurs camarades. Tacfarinas entreprend alors une tactique de guérilla contre les Romains, mais après quelques succès, il est de nouveau battu et repoussé dans le désert[a 2]. La pénalité sauvage "a évidemment eu un effet salutaire", selon Tacite: au prochain fort attaquer par Tacfarinas, Thala (Thala, en Tunisie, le site d'une victoire romaine contre ancien leader rebelle numide, Jugurtha, environ 120 ans avant), la garnison de 500 anciens vétérans âgés a battu les assaillants[16].

Le revers à Thala a impressionné Tacfarinas la difficulté de mener des opérations conventionnelles contre les Romains. Il est donc retourné à la tactique de la guérilla, en retrait avant l'avancée des Romains, puis en attaquant leurs lignes d'approvisionnement à l'arrière. Les Romains étaient bientôt épuisés et frustrés, incapables de réagir efficacement. Finalement, cependant, le volume total de pillage que Tacfarinas avait pris l'obligea à adopter une base plus stable, près de la côte méditerranéenne, dans le marécage de Maurétanie. Ici, il a été surpris par une colonne volante de cavalerie auxiliaire et des légionnaires spéciaux légers sous le propre fils du proconsul, Lucius Apronius Caesianus (vraisemblablement le tribunus militum laticlavius de la Legio III Augusta). Tacfarinas a été forcée de fuir dans les montagnes d'Aurès, abandonnant la plus grande partie de son butin. Pour ce résultat, Apronius a également reçu des honneurs triomphaux[17].

Règne de Blaesus (21-23)[modifier | modifier le code]

À ce stade, Tacfarinas a envoyé une ambassade à Rome pour offrir la paix en retour de la terre dans la province pour lui-même et ses partisans. Il est douteux que cela implique un désir des hommes de Tacfarinas de devenir des agriculteurs sédentaires. Plus probablement, ils ont simplement cherché à restaurer l'accès à leurs pâturages traditionnels. Si ses demandes n'étaient pas accordées, Tacfarinas a prévenu qu'il allait faire une guerre sans fin contre les romains. Bien que ce soit probablement une offre sérieuse, Tibère était indigné. Il considérait comme la hauteur de l'impudence qu'un homme qu'il considère comme un déserteur et un brigand devrait exiger des termes comme un chef d'état étranger. L'offre a été rejetée et Tacfarinas a repris les hostilités. Tibère exige maintenant que le Sénat nomme un général spécialement expérimenté à commander en Afrique afin que Tacfarinas puisse être battu une fois pour toutes. L'homme choisi par Tibère était Quintus Junius Blaesus, un vétéran qui, en tant que gouverneur de Pannonie, avait échappé à son lynchage par ses troupes dans les grandes mutineries qui ont éclaté lors de l'avènement de Tibère en 14. Blaesus devait sa sélection à son neveu, Séjan, le commandant de la garde prétorienne de Tibère et lui confiait son confiant bras droit. Pour sa tâche, Tibère a donné à Blaesus une légion supplémentaire (la IX Hispana, transférée de Pannonie au Danube) et ses régiments d'auxiliaires rattachés, doublant la force romaine totale en Afrique à environ 20 000 hommes. Il a également autorisé Blaesus à offrir un pardon général aux associés de Tacfarinas qui se sont rendus - mais pas à Tacfarinas lui-même, qui devait être capturé ou tué à tout prix.

Installé en Afrique, Blaesus a publié son offre d'amnistie, qui a réussi à attirer de nombreux alliés fatigués de Tacfarinas. Le nouveau proconsul a également utilisé des tactiques innovantes pour faire face à son ennemi insaisissable. Avec un contingent doublé, il a pu couvrir les différentes voies d'entrée de Tacfarinas dans la province, en divisant ses forces en trois divisions couvrant respectivement les secteurs ouest, central et sud. Il a construit un grand nombre de nouveaux forts (castella), beaucoup très petits, accueillant seulement un seul centurie de troupes (80 hommes). Ceux-ci ont été garnis toute l'année, par opposition a la saison précédente. De ce nombre, de petites unités hautement mobiles de troupes formées par le désert se disputent et maintiennent les bandes de Tacfarinas sous une pression constante[18]. Ce système, similaire aux blockhaus utilisés par les Britanniques pour supprimer l'insurrection des Boers lors de la seconde guerre des Boers, a pratiquement éteint les opérations de raid de Tacfarinas. La campagne de Blaesus a été couronnée de succès en 22, lorsque ses hommes ont capturé le frère de Tacfarinas. Après cela, Blaesus a retiré ses troupes des quartiers d'hiver normaux dans la province. Tiberius a accepté cela comme marquant la fin de la guerre. Il a accordé à Blaesus le rare privilège d'adopter le titre honorifique d'imperator («général victorieux»), la dernière fois que cela a été accordé à une personne en dehors de la maison impériale. Lorsque Blaésus est retourné à Rome à la fin de son mandat en 23, il a également reçu des honneurs triomphaux, le troisième prix de la guerre de Tacfarinas. L'empereur ordonna maintenant le retrait de la 9e légion d'Afrique, confiant qu'elle n'était plus nécessaire. Mais Tacite suggère que Blaesus et Tibèreétaient trop optimistes quant à la situation, étant donné que Tacfarinas lui-même était encore en liberté avec armée substantielle.

Bataille finale et mort de Tacfarinas[modifier | modifier le code]

Téboursouk (actuelle Tunisie), une des possibles location de l'ancienne Thubuscum, un fort romain qui fut assiégé par les berbères en 24 avant J-.C. C'était une ville avec une forte production de blé. Le conflit entre les demandes de l'agriculture romaine, et les droits traditionnels des pasteurs berbères fut la cause majeure de la révolte de Tacfarinas.

Quoi qu'il en soit, les Romains ont bientôt été désabusés de leur complaisance. Le nouveau proconsul, Publius Cornelius Dolabella, qui est arrivé à 24, a été confronté à une grave menace venue du désert comme l'avait été l'un de ses prédécesseurs. La grande force de Tacfarinas était qu'il y avait un approvisionnement inépuisable de futurs pillards parmi les tribus du désert. Donc, même s'il a perdu beaucoup de ses partisans lors de rencontres avec les romains, qu'il a souvent mené, il pouvait rapidement reconstituer ses armées de bandit. En outre, Tacfarinas a commencé à se présenter comme le chef d'une guerre de libération nationale. Il a utilisé la nouvelle du retrait de la moitié de la garnison romaine pour répandre des rumeurs selon lesquelles l'empire s'effondrait en raison des révoltes indigènes dans ses autres régions, obligeant les Romains à retirer leurs forces en Afrique. Il a prétendu que la garnison restante pouvait être battue, et la Numidie, par un effort concerté de tous les numides, pouvait être libérée en permanence. Sa propagande était très efficace. Il a été rejoint par un grand nombre de guerriers maurii qui ont tourné le dos a leur jeune roi pro-romain Ptolémée. En outre, de nombreux paysans libyco-phéniciens, la couche la plus pauvre de la société numide, ont abandonné leurs champs et ont rejoint les insurgés. Tacfarinas a également reçu une assistance « douteuse » du roi des Garamantes, qui, bien qu'officiellement allié à Rome, faisait de beaux bénéfices en tant que "créditeur" des pillages réalisés par Tacfarinas, il fit en sorte de laisser un nombre important de ses guerriers rejoindre les insurgés. Compte tenu de l'urgence, Dolabella aurait justifiée en urgence le retour de la IX Legio, mais il n'a pas osé affronter Tibère sur la sombre réalité de la situation en Afrique[17],[2].

Au début de l'an 24, Tacfarinas s'est senti assez fort pour assiéger le point fort romain de Thubuscum (Khamisa, en Algérie ou Teboursouk, en Tunisie). Dolabella assembla à la hâte toutes ses troupes disponibles et se précipita pour lever le siège. Toutefois, les numides se sont révélés incapables de résister à la charge d'infanterie romaine et ont été renvoyés lors du premier assaut, et ont fui vers l'ouest en Maurétanie. Dolabella s'est engagée dans un effort total pour rattraper les numides, mais toujours insaisissables. Il était évident que, à moins que son chef ne soit éliminé, l'insurrection ne finirait jamais. Le proconsul a convoqué l'assistance de Ptolémée de Maurétanie, dans le royaume dans lequel Tacfarinas s'était réfugié, et qui avait fourni un grand nombre de ces chevaux aux maurii, une tribu berbère qui lui était restée fidèle. Ainsi renforcée, Dolabella a divisé ses troupes en quatre divisions, en parallèle pour couvrir autant de territoire que possible, la cavalerie alliée agissant comme des scouts, entre les colonnes principales. Ces tactiques ont payées, alors que Tacfarinas, avec intelligence, avait établi un camp près du fort à moitié ruiné d'Auzea (Sour el-Ghozlane, SE d'Alger), que les hommes de Tacfarinas avaient eux-mêmes brûlés auparavant. Bien à l'ouest de la province romaine, le site était entouré de forêts étendues et Tacfarinas a fait évidemment en sorte de réduire la possibilité que les Romains puissent découvrir son emplacement, car il n'a apparemment pas mis de sentinelles dans les bois. Dans une répétition du raid de Caesianus quatre ans plus tôt, Dolabella a expédié de l'infanterie légère et des cavaliers numides restés fidèles aux Romains. Ils se sont approchés du camp de Tacfarinas, non observé, sous la couverture des bois et de l'obscurité avant l'aube. À l'aube, les rebelles, dont beaucoup étaient encore endormis et désarmés, et dont les chevaux étaient éloignés, furent secoués par le bruit des trompettes romaines qui sonnaient. Les romains ont attaqué le camp en plein désengagement, alors que les rebelles étaient désorganisés, embarrassés à chercher leurs armes et à trouver leurs chevaux. La surprise complète a entraîné un massacre, rendu plus ardent par la convoitise des romains de venger des années de difficultés et d'humiliation. Agissant sur des ordres stricts, les centurions romains ont dirigé leurs hommes contre Tacfarinas lui-même. Ce dernier et son entourage ont bientôt été entouré d'un nombre accablant, et dans une lutte acharnée, ses gardes du corps ont été tués et son fils prisonnier. Reconnaissant que cette fois il n'y avait aucune possibilité d'évasion, Tacfarinas s'est empalé sur les lances de ses assaillants[19],[12].

Tacfarinas meurt à Auzia dans la région de Bouira, en Algérie[20].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Buste du roi Ptolémée de Maurétanie, fils de Juba II.Quand il prit le trône de Maurétanie à la place de son père en 23, plusieurs hommes ont rejoint les rebelles numides anti-Romains menés par Tacfarinas. Mais Ptolémée fut très ferme dans la tradition pro-Romaine de sa famille, et ses mercenaires ont assisté les Romains dans la traque, et la chasse de Tacfarinas en 24. Après cela, sa popularité augmenta, ce qui causa la jalousie, et son exécution par l'empereur Caligula en 40, suivis d'une violente révolte anti-Romaine en Maurétanie, menée par Aedemon, esclave affranchi fidèle à Ptolémée souhaitant venger son assassinat.

La mort de Tacfarinas a mis fin aux espoirs Musulamii d'arrêter l'emprise romaine sur leurs pâturages traditionnels. La prise de l'ensemble du plateau à des fins fiscales a été lancé par Dolabella immédiatement après la disparition de Tacfarinas, et complétée en 29/30 après J.-C., comme en témoignent les marqueurs de pierre posés par les géomètres romains, dont certains survivent jusqu'à ce jour. Ils atteignent jusqu'à Chott el-Jerid sur la frontière sud de la province. La région a largement été tournée vers la production céréalière et les Musulamii et d'autres tribus ont été temporairement exclus de leurs anciens pâturages[21].

Dolabella a demandé au Sénat des honneurs de triomphe. Mais sa demande a été rejetée à la demande de Tibère, malgré le fait que Dolabella méritait l'accolade plus que ses trois prédécesseurs, car contrairement à eux, il avait finalement mis fin à la guerre en éliminant son instigateur. Tacite suggère que la raison était la préoccupation de Séjan que la gloire de son oncle ne soit pas réduire en comparaison. Sans aucun doute, l'embarras de Tibère qui avait déclarer la guerre remportée, alors qu'elle venait tout juste d'éclater a également joué un rôle[22].

Les Garamantes, craignant que leur propre soutien clandestin à Tacfarinas aient été révélés aux Romains, ont immédiatement expédié une ambassade à Rome pour protester leur loyauté, bien que leur degré de soutien à Tacfarinas soit inconnu. Ptolémée de Maurétanie, a été récompensé pour sa loyauté par le titre rex, socius et amicus populi Romani ("roi, allié et ami du peuple romain"). En guise de reconnaissance spéciale, le rituel antique a été relancé, par lequel le titre a été conféré en personne par un sénateur romain, qui a voyagé à la capitale du roi avec un cadeau accompagnant des régales de triomphe: un bâton d'ivoire et une toge (tout violet, Avec bordure en or brodée)[22].

Ironiquement, cette même toge a finalement causé la chute de Ptolémée, selon l'historien romain Suetonius. Plus tard, à 40 ans, le roi de maurétanie l'a porté lors d'une visite d'état à Rome en tant qu'invité de l'empereur Caligula. Lorsque les deux dirigeants sont entrés dans l'amphithéâtre ensemble, la toge et son propriétaire ont été admirés par la foule. Dans une apparente envie, l'empereur jaloux de la célébrité de celui ci a ordonné l'exécution immédiate de Ptolémée[23]. L'explication de Suétone, est; qu'il est probable; que le gouvernement romain était préoccupé par la richesse et l'indépendance d'action de Ptolémée. Dio suggère que Ptolémée a été exécuté parce qu'il était devenu trop riche[24]. Ptolémée avait commencé à émettre des pièces d'or, qui était la prérogative traditionnelle d'un chef de d'état indépendant. Un autre facteur probable était l'ascendance distinguée de Ptolémée, qui lui donnait un attrait dangereusement large en Afrique du Nord. Du côté de son père, Ptolémée était le descendant de l'ancienne dynastie numide fondée par le roi Massinissa, qui était l'ancêtre direct de Ptolémée en 5 générations. Du côté de sa mère, il était le petit-fils de Marc Antoine (le dernier rival politique romain d'Auguste) et Cléopatre, la dernière pharaon d'Égypte. Si Ptolémée avait déjà combattu pour Rome, son ascendance, sa richesse et son pouvoir pouvaient mettre en danger toute la position romaine en Afrique du Nord[25].

En effet, Ptolémée était devenu, à ce moment-là, un dirigeant beaucoup plus populaire que sur sa succession seize ans plus tôt, lorsque des milliers de ses sujets maurii avaient fait défection vers Tacfarinas. Son exécution a suscité une énorme révolte anti-romaine sous Aedemon, qui est décrit comme un esclave libéré dans les sources romaines, mais était probablement un prince maure[25]. Pour l'armée romaine, la révolte s'est révélée aussi ardue que celle de Tacfarinas et sa suppression exigeait les services de Gaius Suetonius Paulinus et Gnee Hosidius Geta, deux des plus grands généraux de l'ère Julio-Claudienne. Après sa fin en 44, le successeur de Caligula, Claude, a décidé d'annexer le royaume de Ptolémée, en le divisant en deux provinces romaines, Césarienne et Tingitanne. Par ce moyen, il a amené le territoire entre l'Afrique romaine et l'Espagne romaine et toute la nation berbère sous le règne romain direct[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. Hassina, « Ces pierres qui racontent le passé », dans La Nouvelle République.
  2. a et b CAH X 596
  3. CAH 593, 596
  4. Livy XXXV.12
  5. Trajan's Column
  6. Sidnell (2006) 172
  7. Sallust Jug. 59, 74
  8. Tacitus III.72
  9. Régiments d'auxiliaires numides : Les numides étaient reconnus pour leur cavalerie légère. Mais il semble que la plupart des cavaliers numides dans l'armée romaine était à ce moment-là des irréguliers, en dehors de l'auxilia ordinaire. Un seul alias numide est attesté dans l'ère augustinienne / tibérienne (30 av. J.-C. - 37 après JC), the ala Gaetulorum veterana. Cinq cohortes d'infanterie numide sont attestées: cohors I Numidarum, I Gaetulorum, I Afrorum, Maurorum et Afrorum and I Musulamiorum.
  10. a et b Tacitus II.52
  11. Pierre Bodereau, La Capsa ancienne, la Gafsa moderne.
  12. a et b Tacitus IV.24
  13. CAH X 615. cf. Tacitus II.87; IV.6
  14. Tacitus II.87
  15. Tacitus III.20
  16. Tacitus III.21
  17. a et b Tacitus IV.23
  18. Tacitus III.74
  19. Tacitus IV.25
  20. Les annales, Livre IV, paragraphe 25. Tacite
  21. CAH X 595
  22. a et b Tacitus IV.26
  23. Suetonius Caligula 35
  24. Dio LIX.25
  25. a et b CAH X 597
  26. CAH X 598

Sources[modifier | modifier le code]


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « a », mais aucune balise <references group="a"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien une balise fermante </ref> manque.